Aller au contenu principal
Enfants enlevées au Liban: Pour le retour de Yasmine et Salomé

Enfants enlevées au Liban: Pour le retour de Yasmine et Salomé

<p>Le 8 avril 2018, Salomé, 8 ans, et Yasmine, 11 ans, ont été enlevées par leur père à la sortie de l'école. Ce dernier a ensuite décollé avec les enfants depuis l'aéroport de Milan en direction du Liban.</p><p> </p><p>Un kidnapping qui intervient alors que la justice française avait condamné le père des filles à six mois de prison ferme pour violences et non restitution régulière des enfants à l’issue de ses périodes de garde. De plus, une interdiction de sortie de territoire était en vigueur pour les deux petites filles.</p><p> </p><p>Depuis le mois d’avril, l’affaire est entre les mains des tribunaux ecclésiastiques libanais, en charge des affaires familiales dans le pays. Les audiences se suivent et les démarches se multiplient, mais Clémence n’est pas entendue dans cette société patriarcale où tous les droits sont généralement accordés au père. Depuis septembre, un jugement a été prononcé, attribuant la garde des filles à leur père. Clémence a seulement obtenu le droit de voir ses filles quelques heures par semaine en présence de ce dernier.</p><p> </p><p>Ultime recours possible : le pourvoi en cassation. Les démarches sont en cours mais plusieurs mois de délai sont encore à prévoir avant d’obtenir une décision.</p><p> </p><p><strong><u>Des démarches coûteuses</u></strong></p><p> </p><p>Depuis le début du mois d’avril, les frais engagés par Clémence pour tenter de récupérer ses filles sont énormes : déjà près de 35 000 euros. Et ce n’est pas terminé : paiement des avocats, transcription des actes du droit français vers le droit libanais, traductions, rémunération de l’assistante sociale pendant les visites… tout cela s’ajoute au déplacement sur place de Clémence qui, en plus de ses frais en France, doit payer 1400 euros de loyer mensuel à Beyrouth.</p><p> </p><p>Une première cagnotte a déjà permis de récolter plus de 15 000 euros. Sans cette aide précieuse, Clémence n’aurait pas pu se rendre sur place ni voir ses filles.</p><p>Aujourd’hui est un moment clé. Tout doit être mis en œuvre pour obtenir une victoire en cassation. Dans les semaines et les mois à venir, les frais de justice vont s’accumuler. Pour épauler Clémence, vos dons peuvent être déterminants.</p><p> </p><p><u><strong>Merci de partager encore cette page au maximum.</strong></u></p><p> </p><p><strong>Merci pour vos dons passés et à venir. </strong></p><p> </p><p> </p>

376

19 147 €

Rendre son autonomie de déplacement à Marylène

Rendre son autonomie de déplacement à Marylène

Aidez Marylène à retrouver son autonomie de déplacement ! Bonjour à toutes et à tous,     Marylène a 48 ans et est atteinte d'une pathologie neuromusculaire évolutive qui atrophie progressivement tous ses muscles, l'obligeant à se déplacer en fauteuil roulant. Depuis le décès de sa maman, survenu en 2013, Marylène vit seule, dans un logement adapté à son handicap mais éloigné du centre-ville, et doit être aidée, dans son quotidien, par des infirmières et auxiliaires de vie.    Malgré son handicap, qui ne lui permet pas de travailler, Marylène a toujours eu à cœur de se rendre utile à la société …une façon de rendre ce qui lui a été donné.Afin de venir en aide aux autres, elle a choisi de s’investir au sein de deux associations : AFM Téléthon et Mieux Vivre son Handicap, car les valeurs de Compassion, Solidarité, Empathie, Soutien, Générosité, Tolérance et Entraide l’ont toujours animé et ne sont pas de vains mots pour elle.    Cela fait maintenant deux ans que le véhicule aménagé pour le transport d’1 personne à mobilité réduite, qu’elle avait acquis et utilisé, quotidiennement, pendant 10 ans, est devenu inutilisable, suite à une avarie s’avérant irréparable. Marylène a donc du s’en séparer.     Actuellement, son seul moyen de locomotion est son fauteuil électrique, ce qui la limite énormément dans ses déplacements, notamment ceux liés à ses engagements associatifs du fait des conditions météo, souvent défavorables, qui ont un impact néfaste sur sa pathologie neuromusculaire, et des distances à parcourir, pour pouvoir assumer, pleinement les missions qui lui incombent, comme siéger à la Commission Communale d’Accessibilité ainsi que dans des instances départementales (CDAPH, CDCPH, …), pour défendre les droits des personnes en situation de tout type de handicap, qu’il soit permanent ou temporaire.    Son implication, au service des autres, s’en trouve, donc, par conséquent, fortement restreinte.    Au-delà des activités en lien avec ses engagements associatifs, il est indispensable, pour Marylène, de disposer d’un véhicule TPMR, non seulement pour les besoins quotidiens (courses, pharmacie, etc.), mais également pour conserver des liens familiaux et sociaux.Il y a un an, faute de moyen de locomotion,  elle n’a pu se rendre, auprès de sa sœur, hospitalisée pour un grave problème de santé. La voiture serait le seul moyen d'aller rendre visite à son autre sœur, atteinte de Trisomie 21, qui réside dans un établissement spécialisé, situé à 50 kilomètres de son domicile, et non desservi par les transports en commun, qui, d’ailleurs, pour une personne à mobilité réduite, sont véritablement qualifiables de « parcours du combattant ».     Les gens qui la connaissent savent que Marylène n’est ni du genre « à quémander » ni « à se mettre en avant ».Malheureusement, un véhicule TPMR coûte excessivement cher (26  000 €uros) et les véhicules d’occasion de ce type n’affichant pas 5 zéros au compteur kilométrique ne sont pas légion.L’allocation d’adulte handicapé que Marylène perçoit ne lui permet pas d'en acheter un autre et, l’aide attribuée par la MDPH ne porte que sur la partie « aménagement du véhicule » (décaissement, rampe d’accès et système d’ancrage du fauteuil).Les banques n'accordant pas de prêts aux personnes sans revenus salariaux, elle ne peut, non plus, contracter de crédit.    Ce sont les raisons pour lesquelles, aujourd’hui, Marylène et ses proches, n’ont pas d’autres solutions que d’en appeler à votre aide et votre générosité.    Il n'y a pas de petits gestes, que de belles intentions. Comme on dit …ce sont les petits ruisseaux qui font les grands  fleuves. Quel que soit le don que vous ferez, cela sera un pas de plus vers l'autonomie de déplacement retrouvée pour Marylène.                                                                                                                                                                    En quelques secondes et avec un simple click, vous pouvez facilement participer à cette cagnotte, en changeant la vie d’une personne, dont le souhait le plus cher est de pouvoir continuer a aider son prochain, en étant une personne à part entière, au sein de la société. Le montant importe peu et tous les paiements sont évidemment sécurisés.  Marylène et ses proches vous remercient, chaleureusement, du fond du cœur pour votre précieuse aide.

36

1 230 €

12 %
Un fauteuil roulant vers une autre vie

Un fauteuil roulant vers une autre vie

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire ! Je fais cette démarche afin de faire appel à votre générosité et votre solidarité. Je me présente, je m’appelle Élisabeth, j’ai 45 ans, cela fait plusieurs années que je suis malade, reconnue handicapée depuis plus de 15 ans. Mes problèmes de santé ont commencé jeune, j’avais 12ans, en tombant 3 fois dans des états comateux et aujourd’hui je me dis que c’etait certainement le signal d’alarme, annonciateur de ce que j’allais subir aujourd’hui.J’ai des maladies auto-immunes qui provoquent une dégénérescence des nerfs, une inflammation des articulations et bien d’autres effets qui me pourrissent la vie, comme entre autre le syndrome de la queue de cheval avec tout ce qui va avec, et à mon âge j’ai vraiment du mal à la vivre, et peu importe l’age c’est juste invivable.la dégénérescence des nerfs altère la communication des nerfs vers mon cerveau. Jusqu’à présent, je n’avais qu’une atteinte des membres inférieurs ou j’empluais Aà me dire que je marchais comme « un canard boiteux », il faut essayer de dédramatiser, mais aujourd’hui je ne sais pas quel terme je devrais employer car mon état se dégrade de plus en plus vite.Je marche très mal à cause de cette paralysie partielle et de cette perte totale de sensibilité, à tel point que je ne sens pas le sol sous mes pieds, bref je marche très peu, je réfléchis chacun de mes déplacements, chacun de mes pas, car j’ai de grosses difficultés à cause de cela mais aussi parce que je souffre énormément...Cette communication, entre mes nerfs et mon cerveau, est tellement altèrée que des douleurs sont provoquées à chaque mouvement, ce qui m’empeche de bouger comme bon me semble.Mais comme cela ne suffit pas et que la vie serait trop simple, depuis plusieurs mois j’ai également une atteinte des mains.Mon quotidien est devenu très compliqué à vivre ou à subir mais je me dis toujours qu’il y a pire que moi et que malgré tous mes problèmes j’ai la chance d’etre en vie,mais voilà ma vie consiste à rester alité la majorité de mon temps, je ne sors jamais de chez moi pour le plaisir car ne pouvant que très peu marché et dans des conditions assez dangereuses Var que ce soit en intérieur ou en extérieur, je ne cesse de tomber. Pour en avoir discuter avec l’équipe médicale qui me soigne et avec l’évaluatrice du handicap, tout le monde s’accorde à dire que c’est le moment pour moi d’avoir un fauteuil roulant électrique, qui m’aiderait à me déplacer en toute sécurité.En plus, je dois subir une éniéme intervention chirurgicale qui va me clouer assise pendant quelques temps, mais je repousse cette opération par manque de courage, j’ai été tellement opérée que je n’ai aucune envie de retourner au bloc opératoire et aucune envie de souffrir plus que je ne souffre déjà! Même si l’idée d’avoir ce fauteuil roulant ne m’enchante guère, et que je n’ai aucune envie d’en faire l’acquisition, je me dis quand même qu’il va m’apporter une bouffée d’oxygène!Il va me permettre de sortir de chez moi juste pour le plaisir, comme peut-être pouvoir aller sur le trottoir d’en face, pour aller voir le lac que je n’ai jamais vu.Cela fait des années que je ne sors plus de chez moi pour le plaisir mais que pour les rendez-vous important comme médecin, pharmacie et encore la plupart du temps je suis en ambulance.Toutes les choses simples de la vie sont devenues pour moi très compliqué voir impossible à faire.Alors je viens avec cette cagnotte Leetchi faire appel à votre générosité, à votre solidarité pour que je puisse faire l’acquisi de ce fauteuil roulant électrique qui me permettra de sortir de cet isolement forcé et de retrouver un semblant de vie sociale, ce que j’ai perdu depuis trop longtemps. Pour l’achat de ce fauteuil roulant électrique, la CPAM prend une grosse partie en charge, mais il me reste aussi une grosse partie à ma charge!!Je dis « grosse » car ne pouvant plus travailler, je n’ai comme seule ressource mon AAH, je ne m’en plains pas car je sais que d’autres sont bien plus malheureux que moi, mais voilà aujourd’hui avec seulement mon AAH cela ne me permet pas d’acheter ce fauteuil électrique, l’AAH me permet de payer mes factures (loyer, Edf, assurance etc etc), même pour faire des courses j’ai des difficultés et Je dois dire merci à une association (SPF) qui me vient en aide pour l’alimentaire... Évidement avant de faire cette cagnotte, j’ai fait le tour des organismes susceptibles de me venir en aide, MDPH, CCAS, MDS, CAF, et je me suis retournée également vers certaines associations.Donc à ce jour, j’ai la CPAM qui prend en charge une partie, une association qui récolte les bouchons en plastique qui m’aide aussi, mais cela ne suffit pas encore pour faire l’achat de ce fauteuil roulant électrique. Sans la solidarité et la générosité de certains, il me sera impossible d’en faire l’achat. Alors par l’interme de cette cagnotte, j’en sollicite donc à la générosité de chacun, soit en voulant bien participer financièrement du montant que vous souhaitez, soit en voulant bien partager cette cagnotte afin de la faire connaître et de m’aider... Si par chance j’arrive à avoir la somme nécessaire pour acheter mon fauteuil roulant électrique et qu’il reste quelques euros derrière, je m’engage à en faire don à une association. Merci à tous ceux qui ont prit le temps de me lire,Merci à tous ceux qui pourront et voudront participer à cette cagnotte, qui a pour but de m’aider à avancer, en complétant la partie à ma charge pour l’achat de mon fauteuil roulant électrique... Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

2

255 J

1 %
Claudy a aidé des milliers de personnes, elle mérite d'être aidée

Claudy a aidé des milliers de personnes, elle mérite d'être aidée

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! Claudy GIROZ est fondatrice de l’ADIM. Cette association se bat depuis onze ans pour défendre des milliers d’investisseurs spoliés par une défiscalisation désastreuse. Elle a témoigné dans de nombreux reportages télévisés, dans la presse écrite, à la radio pour dénoncer la vérité. Depuis Mars 2008, elle s’est acharnée à mettre en lumière médiatique ce qui lui est apparu comme étant une opération qui relevait d’avantage de l’arnaque que de la défiscalisation.Pour la faire taire, des promoteurs lui ont intenté de nombreux procès en diffamation.  Suite à ces différentes procédures qu’elle a dû affronter, elle se trouve dans une grave tourmente financière et risque de se retrouver à la rue à 67 ans et son mari 75.Sans travail, sans revenus, avec une petite retraite, elle a été obligée de faire un emprunt pour rembourser les dettes occasionnées par ces procès, lequel est venu s’ajouter à l’emprunt de sa maison d’habitation. Ces onze ans de combat pour nous défendre ont eu aussi raison de sa santé. Actuellement en fin de sauvegarde de justice, elle a une échéance annuelle de remboursement de 30.707,11€ exigible depuis le 8 juin 2018. Elle ne peut y faire face et une audience au Tribunal de Grande Instance de Bonneville le 13 février risque d’entrainer une vente aux enchères de sa maison à vil prix.Je suis personnellement témoin de son action car elle m’a aidé alors que je ne savais plus comment gérer mes problèmes d’investisseur abusé. C’est la raison pour laquelle je voudrais l’aider à mon tour en créant cette cagnotte.   Je m’étais endetté pour acheter un appartement dans le cadre de la loi De Robien. Je venais de m’apercevoir que j’avais acheté cet appartement le double du prix qu’il valait, que je n’avais pas de locataire et que l’assurance absence de locataire refusait l’indemnisation. Tous mes problèmes n’ont pas été résolus, mais elle a su être là au moment où j’en avais le plus besoin. Par sa positivité, son empathie, ses conseils,  qu’elle a pris le temps de me donner et qu’elle a dispensés généreusement à beaucoup d’autres personnes, elle m’a beaucoup aidé moralement alors que j’étais désespéré.   C’est la raison pour laquelle, je fais un appel solennel à tous ceux qui ont eu recours à son aide. Elle a besoin de vous et mérite vraiment d’être sauvée. Je fais aussi appel  à ceux qui ont une certaine idée de la justice, de la solidarité, et enfin à tous ceux qui ont du cœur. Participez nombreux  à cette cagnotte afin de stopper ce processus de liquidation judiciaire…Pourriez-vous la faire suivre à vos contacts?J’adresserai à tous les donateurs qui en feront la demande la preuve du versement de cette somme à Maître Robert Meynet administrateur judiciaire d’Annecy en charge du dossier (74). Du fond du cœur : Merci.

357

25 750 €

POUR MAHE

POUR MAHE

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Mahe est né le 10 octobre 2016. * Suite a des nombreuses bronchiolites avec des hospitalisations très nombreuses Mahé a arrêté de se nourrir, en décembre 2017 il s 'est fait opéré pour pose d 'une gastrostomie (acte chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture dans l'estomac afin d'y faire passer ce qu 'on nomme une sonde gastrique par laquelle les éléments nutritifs sont déversés dans l 'estomac) notre enfant ne prend aucun aliments par la bouche . * En juin 2018 le diagnostic est malheureusement tombé : notre petit Mahé est atteint d  'une maladie  génétique très rare (10 cas en france )  du a la mutation d'un gêne GRIN 2B.  Nous savons seulement que notre bébé aura des retards intellectuels, retards en motricité avec ou non de l épilepsie . Cette annonce fut brutale et douloureuse. * A ce jour, Mahé ne se tient pas assis, ne mange rien, ne marche pas .Il a de la kiné 2 fois par semaine car il est hypotonique, il va 2 fois par semaine dans un centre l 'OASIS pour enfants handicapés (éducateurs spécialisés, psychomotriciens, ergothérapeutes, orthophonistes, balneothérapie ..). Pour aider Mahe nous faisons appel au don car nous souhaitons emmener notre fils a Barcelone ou se tient un centre qui pratique la méthode ESSENTIS.  * La méthode ESSENTIS est un programme de réeducation intensive adapté au patient souffrant de paralysie cérébrale ou tout autre trouble neurologique .Cette méthode se pratique pour améliorer la posture, la structure, l 'autonomie et stimluler les muscles .Malheureusement ce centre n 'est pas reconnu en france et donc très couteux . Nous comptons sur vous et votre soutien.      ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

236

9 017 €

180 %
Faire Face - la Greffe de Camila

Faire Face - la Greffe de Camila

Faire Face durant les mois d'hospitalisation de notre fille - Une cagnotte dans l’urgence -Un appel urgent aux dons, Pourquoi ? Post greffe et greffe, ça y est nous y sommes. Pour des mois.  -Beaucoup d'entre vous le savent déjà, Camila, notre fille ainée de 15 ans est gravement malade elle cohabite avec un cancer rare depuis plus de 4 ans, un Lymphome AAGC - NH. Tenace, récidiviste, à hauts risques. Il est revenu. Très vite - -Aujourd'hui la date de greffe de moelle osseuse est enfin ferment fixée et a eu lieu le 6 décembre 2018 à 15h20.Précedée d'une chimio de cheval sur 6 jours et avec elle les douleurs. Le rivage est loin. Attendre, aux rythme des potences et des traitements, que Camila renaisse de ses cendres, une bonne fois pour toutes sera long, très long, douloureux aussi, c'est ainsi. On ne renaît pas sans douleurs.Rester auprès de Camila n'est pas une option. Rester auprès d'elle a un coût, et ne pas le faire est inenvisageable. Avant de reprendre une vie normale il nous faudra tenir financièrement. C'est aussi cru et simple que ça. 1 an, peut-être moins peut-être plus ...Une année c'est un minimum de 13.000 euros en globalité à prévoir pour finir les fin de mois. Et reconstruire sa vie. Parce que le minimum vital est loin de l'être. Parce qu'on nous menace de nous quitter le rsa. -Parce que la peur de l'inconnu est telle que nous ne voulons et ne pouvons faire qu'une chose: Être là - et même cette seule évidence est chiffrée, c'est horrible mais c'est une vérité. L'Etat fort heureusement couvre les traitements mais n'a pas idée de la vie qui continue par ailleurs. celle qui vous rattrappe qu'on le veuille ou non. Encore une fois c'est un fait - En quelques mots et sans pathos: Depuis 2015, de rechutes en rechutes nous avons fabriqué des bouées, nous avons continué à nager vers la rive tant bien que mal sauf que la rive est devenu un Iceberg en fonte et la perspective de l’atteindre dans des conditions normales s’est vue se compliquer considérablement à la dernière rechute (Peu de répit entre chaque traitement) en février dernier -Et à l’annonce de la solution No 3: Greffe de moelle osseuse.  -Force est de constater qu’il arrive un moment où garder la tête sous l’eau ne permet plus de respirer correctement malgré tous les efforts mis en place. Et malgré tous les systèmes D qui consistent à tenter de vendre encore et encore le moindre objet. Nous n’avons plus le temps de faire un stage d’apnée -  Aujourd’hui nous prenons la décision difficile de faire une cagnotte, difficile parce que nous avons toujours pensé pouvoir nous en sortir seuls et grâce au soutien sporadique d’associations que nous ne remercierons jamais assez du fond du coeur de nous avoir tendu la main. Nous ne sommes pas les seuls, mais le bateau coule, et face à l’urgence, il n’y a plus d’orgueil qui tienne: Nous avons besoin de vous et de créer cet appel aux dons parce qu'il nous faudra tenir longtemps avant de reprendre le train en marche, et tenir l'après, nous le savons -  Ceux qui nous connaissent le savent, avant d’être dans l’obligation d’arrêter de travailler en février dernier pour des raisons évidentes, nous avions une vie approximativement normale. Une vie solide et solidaire. Le moment où tout bascule est celui où l’on est plus maîtres de rien et où, qu’on le veuille ou non on ne dépend financièrement plus que des organismes d’aides gouvernementales ou de mains tendues. Nous sommes dans cette situation surréaliste, il faut avoir l’énergie de partir au combat et par ailleurs avoir celle de trouver comment faire face au Titanic des impayés, des relances, des frais à venir…. trouver des solutions.Seuls: impossible.  Nous le savons maintenant, enfin: c’est au bas mot et au minimum 2 mois d’hospitalisation en chambre stérile sous surveillance rapprochée. Puis des mois et des mois de suivis et de ré-hospitalisation, le temps ? une equation à plusieurs inconnues. Une année ?Pas loin...longue et chargée, c'est planté mais avec cette certitude: Nous en sortirons vainqueurs. Durant ces longs mois nous nous tournerons avec son papa afin d’être auprès, à la fois de Camila et de sa petite soeur Lua, gérer ça. Gérer Noël aussi. Psychologiquement, émotionnellement, nous serons indémontables et ensembles nous viendront à bout de cet hôte immonde, rien ne nous arrêtera, mais pour garder cette énergie il nous faut résoudre les problèmes matériels, c’est un fait. C’est ainsi. Merci du fond du coeur à tous ceux qui nous lirons et nous soutiendrons dans cette tempête.

169

12 630 €

Soutien à David, défiguré pour un tir LBD 40x46mm

Soutien à David, défiguré pour un tir LBD 40x46mm

Je m’appelle David, j’ai 31 ans et voici mon histoire : Le 1er décembre 2018 nous sommes venus des Yvelines (78) pour manifester sûr Paris avec ma compagne, pour soutenir le mouvement des gilets jaunes. Arrivés sur les Champs-Elysées nous manifestions avec ma compagne pacifiquement quand au bout de quelques heures la tension monte. Nous n’étions pas là pour casser ni affronter les forces de l’ordres. Nous décidons avec ma conjointe de quitter les lieux pour notre sécurité, mais les rues étaient bloquées par des barrages de CRS n’ayant rien à nous reprocher je me dirige vers un CRS pour lui demander comment quitter les lieux il ne m’a même pas répondu et m’a mis un coup de matraque dans la mâchoire. Malgré son geste nous restons sans haine et cherchons toujours à fuir ce climat de tensions. On se dirige vers l’avenue Victor Hugo où on nous laisses enfin passer. Nous faisons approximativement 500 mètres et prenons la rue Paul Valéry qui se trouve en parallèle de celle-ci. Une rue qui nous semblait calme. Après quelques mètres nous retombons sur des CRS.  N’étant pas armé et n’ayant aucune intension de violence sur eux, m’a compagne et moi nous dirigions vers eux main dans la main bras en l’aire pour seul arme notre gilets jaunes sur le dos. Avec encore une fois pour seul objectif de quitter les lieux. Arrivés à vue d’œil à environ 10 mètres des CRS, l’un d’eux me fais un tir avec une balle LBD 40x46mm en pleine mâchoire. Je m’effondre sur les pieds de ma compagne face contre terre convulsant et crachant mes dents. Ils se sont mis à tirer de la lacrymogène sur ma compagne meurtrie. Aucun CRS est venu m’aider, ce sont des gilets jaunes interpelés par les cris de ma compagne qui sont venu m’exfiltrer afin de me mettre en sécurité et appeler les pompiers. Merci à Jordan Paganessi de m’avoir effectué les premiers soins. Conséquences de ce tir de LBD : fracture maxillaire droite, fracture alvéolaire, perte de substance osseuse, perte de 4 dents (bientôt 3 de plus), fracture des ptérygoïdes, perte de 2.5 cm de lèvre supérieur et j’en passe. Les médecins estiment 2 ans de reconstruction faciale. Depuis l’accident je me retrouve sans emploi car j’étais tailleur de pierre en intérim, donc je n’ai plus de revenu et je ne sais pas si je vais pouvoir reprendre mon emploi un jour. Afin de pouvoir financer mes soins physiques et psychologiques et me permettre de me reconstruire. Je compte sur vous et votre solidarité. Merci de votre aide et de votre générosité. Si vous me permettez de récolter des fonds je mettrai une photo du chèque comme preuve.

333

6 271,50 €

41 %
Haut de page