Aller au contenu principal

Passeurs / Playmakers

Organisé pour : Long-métrage avec des jeunes réfugiés

English below

Bonjour à tous,

 

Je réalise actuellement un long-métrage qui s'intéresse à la vie de jeunes migrants non accompagnés. Après de mûres réflexions, il m'a semblé important d'impliquer le citoyen/spectateur dès le début du processus de création cinématographique pour un sujet aussi urgent, universel. J'ai donc décidé de faire un appel aux dons pour financer la première phase de production du film.  Reza Serkanian

 

 

« Pour moi, un migrant, c'est quelqu'un qui fuit, ou qui poursuit… Où qu'on aille, on ne sera jamais chez nous. Alors, on devient des "sans". Des sans papier, des sans argent, des sans famille, rarement attendus, encore moins invités. Je m’appelle Salma, c'est le salut en arabe, et je salue tous ceux qui viennent à moi. »

Salma, extrait des dialogues de « Passeurs »

Synopsis

 

Des jeunes migrants arrivés en France, sans parents, se mettent en scène, avec force et humour, pour raconter l’exil et leur enfance brutalement interrompue. Ensemble avec des jeunes français de leur âge, la pièce de théâtre qu’ils vont écrire et jouer les transcendera, de victimes à auteurs. Ils deviennent des « passeurs de culture ».

 

Le film accompagne cette œuvre collective intimiste et retrace l’histoire de ces adolescents, leur vie d’autrefois, les raisons de leur départ, les circonstances du voyage mais donne à voir aussi leur vitalité, leur créativité et leur authenticité contagieuses qui renvoient à un monde plus vaste, plus généreux.  

 

 

Les acteurs de mon film

 

Parfois accusés de mentir sur leur âge, ces adolescents se retrouvent sans protection, errent de département en département ou bien s’installent dans la précarité et sont dépendants du travail bénévole des associations. 

 

Guinéen, Malien, Nigérian, Ivoirien, Russe ou Marocaine, ils et elles rêvaient d’un monde meilleur, voulaient être libres, vivre en paix, étudier pour devenir pharmacien, électricien, écrivain, avocat… Emmanuel a dû fuir son village précipitamment après une attaque de Boko Haram au cours de laquelle ses parents ont été assassinés. A 14 ans, Mamadou a vu mourir trois personnes devant ses yeux sur le bateau qui l’emmenait vers l’Italie. Maria n’a jamais su pourquoi sa mère a fui la Russie. 5 ans après c’est toujours un tabou... Sekou évoque le souvenir douloureux de son voyage à travers l’Afrique et la rencontre avec des enfants affamés, plus démunis que lui encore…

 

Ayant accompli des voyages périlleux et souvent très longs pour rejoindre l’Europe, ils se confrontent à une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas. Leur voyage est loin d’être fini. Ils souffrent mais leur dignité impressionne…

 

A l’origine

 

Je réalise des films documentaires et de fiction depuis 30 ans en Iran où je suis né puis en France où je vis aujourd’hui, en passant par les Pays Bas, le Gabon…

 

Depuis quelques années, de nombreux migrants arrivent à Paris dans mon quartier faisant de moi le témoin de leurs conditions de « vie ». Sollicité par des associations humanitaires pour communiquer avec eux, vu qu’un grand nombre vient d’Afghanistan et parle le persan, ma langue maternelle, j’ai eu l’occasion de les écouter, d’entendre leurs histoires souvent douloureuses, de les accompagner dans les couloirs de l’administration ou pour leurs examens médicaux…

 

Touché par leur situation et bouleversé par ces vies brisées, l’idée d’écrire un film s’est rapidement imposée… La rencontre avec Marie-Pierre Barrière, professeur de français à Châlons-en-Champagne et membre du RESF (Réseau Education Sans Frontières), a été décisive. Elle m’a invité à participer à l’encadrement d’un atelier théâtre avec une dizaine de jeunes, principalement des migrants mineurs isolés. Cet atelier m’a permis d’accompagner au plus près ces mineurs et comprendre leurs vécus extraordinaires et leurs ressentis. Je venais de trouver le cadre idéal pour le film que je souhaitais faire depuis longtemps.

 

« En venant ici, il est important qu’ils n’oublient pas ce qu’ils sont. Et qu’ils le partagent et qu’ils en soient fiers. On fait cet atelier pour que les jeunes deviennent eux-mêmes, qu’ils deviennent auteurs. Il ne faut pas les mettre dans un cadre, c’est à eux de diriger. Ce sont eux qui doivent nous apprendre, pas l’inverse. »

Marie-Pierre, extrait des dialogues de « Passeurs »

 

 

Filmer la vie dans son impérieuse fragilité

 

Dans ce documentaire, je recueille la parole pudique, qui se libère peu à peu, de ces jeunes migrants et de ces jeunes français afin de restituer leurs parcours et leurs émotions. Je mets en lumière leur souffrance (déracinement, précarité, désillusions…), les interrogations sur l’avenir et aussi la joie d’être ensemble et le plaisir de créer une œuvre commune.

 

Suivre pas à pas ces jeunes dans ce travail collectif, les filmer dans leur quotidien, dans des familles d’accueil ou des centres d’hébergement provisoire… Bien que submergés par la dureté de la vie, ils gardent toujours cette faculté de rire d’eux-mêmes et de s’exprimer avec dérision. Ils évoquent des anecdotes de leur enfance, écrivent des saynètes et interprètent avec jubilation le rôle de conseiller diplomatique, économiste, brigadier, caricaturent les discours politiques, certains partagent leur rêve de devenir écrivain…

 

Avec "Passeurs", j’adhère à la création d’une image qu’ils ont eux-mêmes construite et façonnée, bien au-delà des stéréotypes dont ils sont victimes… Dans ce film, les migrants se définissent par eux-mêmes, ce qui constitue pour moi son originalité et affirme davantage sa nécessité.

 

 

Ce projet « Passeurs » me tient beaucoup à cœur. J’espère qu’il retiendra votre attention autant que j’ai eu d’intérêt à rencontrer ces jeunes migrants et que vous souhaiterez, comme eux, comme moi, aller au bout de cette histoire commune.

  

Cinéaste et citoyen engagé depuis mon arrivée en Europe il y a plus de vingt ans, j’aborde dans mes créations cinématographiques des sujets universels qui touchent chacun d’entre nous. C’est pour cette raison que je sollicite un financement participatif pour mon nouveau documentaire. La situation des migrants, à la fois universelle et urgente, nous concerne toutes et tous.

 

Grâce à vos dons, ce préfinancement facilitera la réalisation et le montage du documentaire afin de le présenter aux institutions et partenaires habituels du monde du cinéma. Toute somme apportée servira exclusivement la création et l'avancement du film documentaire, et je vous remercie d'avance de votre aide.

 

· Chacun participe du montant qu'il souhaite

· Tous les paiements sont sécurisés

 

Pour en savoir plus sur mon univers cinématographique et suivre l’évolution du projet : 

https://serkanian.wordpress.com/passeurs/

 

Ces premières images permettent d’appréhender l’esprit du film, la sincérité et l’intensité des témoignages des jeunes migrants et leur engagement dans le projet. Raconter son histoire peut être un exercice impudique surtout quand il s’agit de vécus si intenses et chargés d’émotion.

 

Tous les contributeurs seront invités à voir le film en avant-première.

 

Merci pour l'attention que vous avez portée à la lecture de ce projet.

Reza Serkanian

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ENGLISH

 

 

Hello everybody,

 

I am currently making a feature film about the lives of unaccompanied minor migrants. After much meditation, it seemed important to me to involve the citizen/spectator from the very beginning of the process of cinematographic creation for such an urgent, universal subject. So I decided to make an appeal for donations to fund the first phase of the production of the film.

 Reza Serkanian

 

 

« For me, a migrant is someone who runs away or goes on ... Wherever we go, we will never be at home. So, we become "without". Without papers, without money, without family, rarely expected, never invited. My name is Salma, it means greeting in Arabic, and I greet all those who come to me. »

Salma, extract of dialogues of « Playmakers"

 

Synopsis

 

Young migrants arrived in France without parents, go on stage, with force and humor, to recount the exile and their brutally interrupted childhood. Together with young French of their age, the play they will write and perform will transcend them, from victims to authors. They become cultural playmakers.

 

The film accompanies this intimate collective work and traces the history of these teenagers, their life of the past, the reasons for their departure, the circumstances of the journey but also their vitality, their creativity and their contagious authenticity that refer to a larger world, more generous.

 

 

The actors of my film

 

These young adults sometimes accused of lying about their age, find themselves unprotected, wander from department to department or settle in precarity and depend on voluntary associations.

 

Guinean, Malian, Nigerian, Ivorian, Russian or Moroccan, they dreamed of a better world, wanted to be free, live in peace, study to become a pharmacist, electrician, writer, lawyer ... Emmanuel had to run away from his village after an attack of Boko Haram during which his parents were murdered. At the age of 14, Mamadou saw three people die before his eyes on the boat that brought him to Italy. Maria never knew why her mother escaped from Russia, and 5 years later it is still a taboo ... Sekou remembers the painful memory of his journey through Africa and the seeing hungry children, yet more helpless than him …

 

After a dangerous and very long journeys to Europe, they face a reality they did not imagine. Their journey is not over yet. They suffer but their dignity impresses…

 

The beginning

 

I make documentary and fiction films since 30 years in Iran where I was born then in France where I live today, going through the Netherlands, Gabon …

 

Since a few years, many migrants arrive in Paris in my neighbourhood making me the witness of their conditions of "life". Through humanitarian associations that call me for translation, since many of them come from Afghanistan and speak Persian, my mother tongue, I had the opportunity to listen to them, to hear their often painful stories, to accompany them in the corridors of the administration or for their medical examinations …

 

Touched by their situation and regretful by these broken lives, the idea of ​​writing a film came up naturally ... The meeting with Marie-Pierre, member of the RESF (Education Without Borders Network) and French teacher at Châlons-en-Champagne (Est of France) was decisive. She invited me to participate in the supervision of a theater workshop with a dozen of young adult, mainly unaccompanied minor migrants. This workshop allowed me to accompany these miners as closely as possible and to understand their extraordinary experiences and their feelings. I had just found the perfect frame for the movie I wanted to make since a long time.

 

« Now that they are here, it is important that they do not forget what they are. And that they can share it and be proud of it. We are doing this workshop so that  these young guys become themselves, become authors. You do not put them in a frame, it's them who lead. They are the ones who must teach us, not the other way around. »

Marie-Pierre, extract of dialogues of « Playmakers" 

 

 

Filming the life in its imperious fragility

 

In this documentary, I gather the shy recitation, which is gradually released, of these young migrants and these young French to restore their journeys and their emotions. I put a light on their suffering (uprooting, precarity, disillusion ...), questions about the future and also the joy of being together and the pleasure of creating a common work.

 

Following these young people in this collective work, filming them also in their daily life, in host families or temporary shelters… Although they are overwhelmed by the hardness of life, they all have their sense of humor and express themselves with derision. They recall stories of their childhood, write sketches and play gleefully the role of a diplomatic adviser, economist, brigadier, and caricature political speeches, some share their dream of becoming a writer …

 

With "Playmakers", I participate in the creation of an image that they have built and shaped from themselves, far beyond the stereotypes they are victims of ... In this film, migrants define themselves, and this constitutes for me its originality and further affirms its necessity.

 

This "Playmakers" project is very important to me. I hope that it will withdraw your attention as much as I appreciated meeting these young migrants and that you would wish, like them, like me, to go to the end of this common history.

 

As a committed filmmaker and citizen since my arrival in Europe more than twenty years ago, I work trough my cinematographic creations on the universal subjects that touch each of us. That's why I'm looking for a crowdfunding for my new documentary. The situation of migrants, both universal and urgent, concerns us all.

 

Thanks to your donations, this pre-financing will facilitate the production and editing of the documentary in order to present it to the usual institutions and partners of the cinema world. Any contributed amount will exclusively serve the creation and the progress of this documentary film.

 

· Everyone contributes the amount he wishes

· All payments are secure

 

To learn more about my films and follow the evolution of this project:

https://serkanian.wordpress.com/passeurs/

 

These first images that I propose to you to discover gives you un idea of the spirit of the film, the sincerity and intensity of the statements of the young migrants and their engagement in the project. Telling his own story can be a challenging exercise, especially when it’s about such intense and full of emotion experiences.

 

All contributors will be invited to see the film in preview.

 

Thank you for your attention.Reza Serkanian

 

9 410 €

Collectés sur 20 000 €
47%
41 Jours restants
207 Participations
Je participe

Actualités

Le 27 mars 2018 Reza Serkanian a écrit :

La Cimade a apporté son soutien à ce projet, après le RESF (Réseau Education Sans Frontières). Merci pour vos encouragements, l'aventure continue...

The Cimade supports this project, after the RESF (Without Borders Education Network). Thanks for your encouragement, the project goes on ...

Organisé par

Reza Serkanian

Laurence Gall a participé

Sandra Topin a participé

LA COMETE - SCENE NATIONALE a participé

Anne-Marie DIVETAIN a participé 100 €

Anne Philippe a participé

Lou-Salomé Mariette-Goujon a participé 10 €

Dominique Monod a participé 100 €

Chekeba Hachemi a participé

Karim Kadjar a participé 50 €

Capucine Latrasse a participé 30 €

joelle PARIS a participé 100 €

Arnaud PARMENTELAT a participé

Anne-Lise Nong a participé 20 €

Annie Maillet a participé

Richard MOYON a participé 100 €

Judicael Bénet a participé 100 €

Anonyme a participé 40 €

noelle Ledeur a participé 50 €

elidia Da Silva a participé 30 €

Elma Steinnmann a participé

Antoine BOUTET a participé

Vincent Roubardeau a participé

Anonyme a participé

Miene MATHON a participé

Le 2 août 2018
Lou-Salomé Mariette-Goujon
Prête à organiser la présentation et la diffusion du film documentaire à l'île de la Réunion et dans mon collège aussi :) Lou-Salomé
Le 22 juillet 2018
Chekeba Hachemi
Bravo Reza Serkanian, un projet qui nous concerne tous.
Le 20 juillet 2018
Capucine Latrasse
Que ce film transmette ce qu'il a à transmettre.
Le 4 juin 2018
noelle Ledeur
Les premières images sont si touchantes déjà ! Bon travail à tou-te-s pour la suite, jusqu'à la sortie du film en salles...
Le 1 juin 2018
elidia Da Silva
Merci pour ces témoignages, j'espère que votre projet aboutira et permettra de faire avancer les mentalités et surtout de modifier notre accueil des migrants qui est inacceptable.
Le 28 mai 2018
Antoine BOUTET
Passeurs : à visage humain. Bravo et bon courage pour la suite.
Le 6 mai 2018
Anne Poiré
Merci de faire connaître ces mineurs isolés qui ont tant besoin d'être soutenus. J'ai moi-même écrit un roman sur ce sujet : http://poire-guallino.eklablog.com/mineurs-isoles-a137387054 Hâte de voir votre film !
Le 5 mai 2018
Jean Pierre Minet
De tout coeur pour ce magnifique projet qui livre la parole des enfants Merci à vous
Le 30 avril 2018
Yhem Ghourchi
Avec tous mon soutien... Castel Yqhem
Le 29 avril 2018
Marianne Daniel Perdu Strugeon
Merci pour ce beau travail. Merci à tous ces jeunes gens pour leur confiance, leur courage, leur beauté du cœur. Nous sommes plus nombreux qu'on ne croit en France à vouloir accueillir toutes ces personnes à bras ouverts. A bientôt sur écrans :)