Aller au contenu principal
Donnez un avenir aux enfants Nepalais

Donnez un avenir aux enfants Nepalais

100% MERCI À TOUS !!! VOUS RESTEZ LES BIENVENUS SI VOUS VOULEZ CONTRIBUER, IL Y 3 FILLES QUI ATTENDENT DE L'AIDE DONC N'HÉSITEZ PAS !!!! Namaste Marion Kappler Voici quelques nouvelles et un appel à votre générosité. Je continue ma découverte du monde et je suis actuellement au Népal hébergée par une petite association. Le Népal est un des pays les plus pauvres du monde. Derrière ces paysages à couper le souffle, le tableau n'est pas aussi resplendissant. Drogue, prostitution, travail des enfants ou esclavage sexuel, mariages forcés, violence conjugale etc... Et le tremblement de terre de 2015 a fortement touché la population Népalaise, en laissant par exemple près de 320 000 enfants dans les rues.  Après plus d'un mois de découverte du pays, j’ai rencontré Lata, une jeune femme incroyablement courageuse, qui a créé, il y a un an, une association qui a pour objectif de protéger et assurer un avenir à des femmes et enfants dans le besoin. Elle leur procure tout simplement un toit, de la nourriture et une éducation :La Koirala Kaesler Foudation Nepal (Vous pouvez cliquer sur le lien afin d'avoir des informations complémentaires).  QUI SONT ILS ? C’est dans une maison toute simple dans les hauteurs de Katmandou, que vivent des enfants et des femmes en difficultés. La maison à sa dispositions trois lits superposés dans la chambre des filles, ce qui leur permet de dormir toutes ensemble ! Un petit jardin à l'extérieur permet de faire pousser leur propre légume, depuis mon arrivée j'ai eu le bonheur de manger seulement des produits organiques. Les enfants ont le plaisir de jouer ensemble tous les jours après l'école.  Ritu  Ritu, 6 ans, qui a été abandonnée par sa famille dans le village recule de Humla et a été envoyée à Katmandou pour mendier dans la rue, ou elle a été trouvé par un des volontaires à l’âge de 4 ans.Ce petit ouistiti garde malgré tout une grande joie de vivre, et c'est le petit singe de la maison. Elle apprend très vite et est triste lorsquil n'y a école. Elle adore donner un coup de main pour le ménage ou la vaisselle, et le fait toujours avec des éclats de rire.  Namaste Apshara Apshra, 12 ans, dont le père a été gravement blessé durant la guerre civile qui a fait 17 000 morts au Népal. Nous sommes actuellement à la recherche d’une école mais aussi de vêtements pour elle. C'est donc elle la priorité en ce moment ! Toujours un peu triste d'avoir quitté sa famille et son village natal pour la capitale, la voir s'épanouir de nouveau serait une grande bataille de gagner. Elle reste très silienceuse et est encore très timide. Mais elle arrive à faire sa place petit à petit en jouant de plus en plus avec les enfants. Elle prend coeur à aider dans les différentes tâches à faire dans la maison.  Ses petits plats de montagne sont excellents !    Puis il y a la plus ancienne, Hire qui a 14 ans. Hire  qui devient une jeune femme resplendissante. Étant la plus âgée de la maison, elle aide beaucoup dans le quotidien de Lata (Lata étant une personne à mobilité reduite). Toujours avec le sourire et des yeux pétillants, elle est toujours prête à tendre la main.  Lata n'accueille pas seulement les enfants, mais également les femmes/mère qui viennent à elle. La dernière arrivée est une jeune mère abandonnée par son mari suite à la naissance de sa petite fille (donner naissance à une fille, quelle idée !). Actuellement à l'hopital, elle sera de retour à l'association dans un mois. Il y a également des projets en cours, comme la fabrication de sac recyclable, des cours de cuisine et des trekks vers de petits villages de montagne.  Lata ? Un ange gardien ? Lata a quitté son village natal, dans la zone du Mont Everest, à l’âge de 11 ans pour poursuivre ses études à Katmandou. Sa famille a fait ce choix pour elle car, étant handicapée, seule l'éducation pouvait lui permettre d’assurer son indépendance. A l’âge de 23 ans elle rencontre son mari, Christian Kaesler. Ils se marient en 2014 avec pour projet d'aider les populations les plus démunies du Népal. En 2015, Christian perd la vie tragiquement laissant Lata veuve avec leurs rêves à l’âge de 24 ans. Lata décide de poursuivre leurs projets malgré la difficulté de femme seule et handicapée dans un pays ou les discriminations sont notoires. Elle continue le travail formidable, imaginé par elle et son mari, en créant Koirala Kaesler Foundation Nepal. (click click!!) Comment les aider ? Que votre contribution soit petite ou grande, elle sera toujours la bienvenue. Des fonds sont nécessaires à l'association pour nourrir et loger ces enfants.  Afin de pouvoir vous donner une petite idée de leurs besoins :Un repas = 70 roupies = 50 centimes d'eurosUn sac de riz = 2 000 roupies = 16 eurosLe total des frais (nourriture, école, vêtements…) pour chaque enfant est de 45 euros par mois. Si on arrive à la somme totale de 550 euros pour cette cagnotte, l'avenir d'un des enfants sera assuré pendant une année ! Mais vous pouvez aussi aller plus loin et parrainer un enfant (nourriture, logement, école…) pendant un an ou plus. Cela vous permettra de le voir grandir et s’épanouir. Le principe étant de verser un montant de 45 euros par mois afin de pouvoir lui assurer sa propre nourriture, la part de son logement et son éducation.Si vous êtes intéressés par de ce projet, veuillez me contacter directement par message.   A VOUS DE JOUER MAINTENANT

25

580 €

105 %
Soutien pour les filles du Népal

Soutien pour les filles du Népal

Namaste! (English version below) Voici une cagnotte pour aider les jeunes népalaises a beneficier des besoins primaires. Le Népal, magnifique pays enclavé entre l'Inde et le Tibet, fait parti des pays les plus pauvres du monde. La moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. L'accès des enfants à l'éducation est freiné à cause de beaucoup d'obstacles tels que le sous-développement, le travail forcé, les inégalités sociales, la discrimination filles-garçons et même les mariages forcés. Enfin, le Népal a été victime d'un tremblement de terre meurtrier en 2015. Énormément d'habitations ont été détruites, plus de 8000 personnes ont perdus la vie et aujourd'hui encore 5000 enfants dorment dans la rue chaque nuit.  La Koirala-Kaesler foundation, qu'est ce que c'est ? Il y a quelques semaines c'est tout à fait par hasard que j'ai découvert la Koirala- Kaesler foundation, grâce à Marion une bénévole francaise.Touchée par son témoignage, nous avons  décidé de nous rendre sur place afin d'apporter notre aide.Cette association a été fondée il y a un an par Lata, une jeune népalaise formidable de 25 ans, dans le but de venir en aide aux enfants et aux femmes les plus démunis du pays en leur offrant un toit, de la nourriture, des vêtements et une éducation. Lata accueille actuellement 6 jeunes filles ainsi qu'une jeune femme et son bébé dans une petite maison avec potager à 15 kilomètres de Katmandou.Les filles ont l'environnement nécessaire pour grandir et s'épanouir. Elles partagent une grande chambre et forment une vraie famille, elles se considèrent comme des soeurs. Elles sont pleine d'énergie et sont incroyablement courageuses et adorables. Voici le lien du site web de l'association :  https://kkfoundation.com.np   Hira Hira est la plus âgée, elle a 14 ans et est déjà une véritable jeune femme. Elle est tellement mature, gentille, souriante et pétillante. Elle aide beaucoup Lata dans son quotidien et est une grande soeur de coeur formidable pour les plus petites.   Apshara Apshara a 12 ans, c'était une petite fille apparement très triste et renfermée à son arrivée et nous la voyons a présent, jouer avec les autres, rigoler, danser, chanter. Elle aide beaucoup Lata à la maison également et adore cuisiner.  Ritu Ritu, 5 ans et demi, est une boule d'énergie dans la maison, un rayon de soleil. Très joueuse elle adore aller à l'école, danser, manger et nous faire rire avec ses grimaces.   Dharmi Dharmi a 9 ans, très curieuse et joueuse, elle est toujours dans les bons coups avec Ritu. Pas très volontaire pour faire ses devoirs, elle est la première a sortir les jouets en rentrant de l'école.   Pubi  Pubi est une jeune femme de 24 ans qui n'a d'autre endroit pour vivre aujourd'hui que cette fondation, elle et son bébé en bas âge. Actuellement Pubi est en procédure de divorce, c'est un combat soutenu par l'association.  Pragati Elle est la dernière arrivée a la fondation. C'est une jeune fille de 9 ans, très studieuse, elle aime aider Lata pour les tâches quotidiennes de la maison. Pleine d'énergie, elle est très contente de rencontrer du monde pour s'amuser. Elle est une vraie leadeuse pour les deux plus petites.  Rejetées par leurs familles, abandonnées dans la rue, victime de violences ou encore de discrimination, elles ont eu cette chance inouïe de rencontrer Lata.  Lata  Lata Koirala, la fondatrice de l'association, a quitté son village natal dans la zone du Mont Everest à l'âge de 11 ans pour pouvoir poursuivre ses études à Kathmandu. Née avec un handicap moteur qui l'empèche de marcher sans une béquille, sa famille a fait ce choix pour son bien car seule l'éducation pouvait lui permettre d'assurer son indépendance.À l'âge de 20 ans elle rencontre celui qui va devenir son mari un an plus tard, Christian Kaesler. Ensemble ils ont pour objectif de fonder une association pour aider les populations les plus démunies du pays. En 2015, Christian perd la vie tragiquement, laissant Lata veuve avec tout ses projets en tête.Battante, elle a decidé de travailler dur pour réaliser ce rêve.  Comment les aider ? Que votre contribution soit petite ou grande, elle sera toujours la bienvenue. Ces fonds sont nécessaires à l'association pour loger, nourrir, habiller et éduquer ces enfants. L'association vie uniquement grâce aux dons des particuliers.  Afin de pouvoir vous donner une petite idée de leurs besoins :Un repas = 70 roupies = 50 centimes d'eurosUn sac de riz = 2000 roupies = 16 eurosLe total des frais (nourriture, école, vêtements) pour chaque enfants est de 45 euros par mois. L'argent est reversé par paiement securisé directement à l'association, sans intermédiaire.  Si on arrive à la somme totale de 550€ pour cette cagnotte, l'épanouissement d'un des enfants sera assurée pour une année ! Si on arrive à dépasser cette somme, l'argent supplémentaire servira à améliorer leur quotidien. Lata a plusieurs projets en tête, notamment repeindre la maison, améliorer l'aménagement de la chambre des filles, ou encore remplacer leur frigo actuel qui ne fonctionne plus. Cela pourra également aider a l'organisation d'ateliers à destination des femmes du village : coutures, rencontres avec d'autres femmes... Mais vous pouvez aussi aller plus loin et parrainer un enfant pendant un an ou plus. Cela vous permettra de le voir grandir et s'épanouir. Le principe étant de verser un montant de 45 euros par mois afin de pouvoir lui assurer ses repas, ses frais de scolarité ainsi que ses vêtements. Grâce à votre générosité une marraine à déjà été trouvée pour Pragati. Ritu a eu un parrain pendant 1 an mais le contrat vient de se terminer alors nous sommes à la recherche d'un nouveau parrain/marraine pour elle. Dharmi est aussi dans l'attente d'être parrainée. Si vous êtes interessé-es par ce projet, merci de nous contacter directement par message ou l'association sur leur page facebook 'Koirala Kaesler foundation Nepal'  À VOUS DE JOUER, dyanabad !  ------------------------------------------------------------ ENGLISH VERSION -----------------------------   Namaste ! This is a crowfunding to help young nepalese girls to have first needs. Nepal, magnificent landlocked country between India and the Tibet, is one of the poorest countries of the world. Half of the population lives below the poverty line.The access of the children to the education is slowed down because of many obstacles such as the underdevelopment, the hard labor, the social inequalities, the discrimination between girls and boys and even the forced marriages.Finally, Nepal was a victim of a murderous earthquake in 2015. Many many houses were destroyed, more than 8000 people were killed and today still 5000 children sleep in the street every night.  What is the Koirala-Kaesler foundation ? A few weeks ago it was quite by chance that we discovered the Koirala- Kaesler foundation, thanks to Marion a French volunteer.Touched by his testimony, we decided to go there to help.This association was founded a year ago by Lata, a wonderful 25-year-old Nepalese girl, to help the country’s poorest children and women by providing them  a home, food, clothing and access to education.Lata currently welcomes 4 young girls as well as a young woman and her baby in a small house with a little garden 15 kilometers from Kathmandu.Girls have the environment to grow and thrive. They share a large room and form a real family, they consider themselves sisters.They are full of energy and are incredibly brave and adorable. Here is the link to the association’s website: https://kkfoundation.com.np  Hira Hira is the oldest child, she is 14 years old and is already a real young woman. She is so mature, kind, smiling and sparkling. She helps a lot Lata in her daily life and is a great big heart sister for the little ones.  Apshara Apshara is 12 years old. Lata said she was a little very sad girl when she arrived, today we can see her playing with others, laughing, dancing, singing. She helps Lata a lot at home too and loves to cook.  Ritu Ritu, 5 and a half years old, is full of of energy in the house, a ray of sunshine. Very playful she loves going to school, dancing, eating and making us laugh doing faces.  Dharmi Dharmi is 9 years old, very curious and playful, she is always with Ritu. Not very into doing her homework, she’s the first one to take out her few toys once she came back from school.  Pubi Pubi is a 24-year-old woman who has no other place to live today than this foundation, she and her baby. Currently she is go back to her village to divorce's process which is a fight support by the fundation. Pragati She is the last arriving in the foundation. She is young girl of 9 years old, she is serious at school, she likes helping Lata in the daily tasks at home. Full of energy, she is very happy to meet new friends to enjoy. She is a real leader for the smallest girls.   Rejected by their families, abandoned on the street, victims of violence or discrimination, they all had this incredible chance to meet Lata.  Lata Lata Koirala, the founder of the association, left her native village in the Mount Everest area at the age of 11 to continue her studies in Kathmandu. Born with a motor handicap that prevents her from walking without a crutch, her family made this choice for her because only education could ensure her independence.At the age of 20 she met the man who was to become her husband a year later, Christian Kaesler. Together they aim to found an association to help the poorest people in the country. In 2015, Christian died tragically, leaving Lata widowed with all his plans in mind.As a real fighter, she decided to work hard to realize their dream. How can we help them? Regardless the size of your contribution, it will always be welcome. These funds are necessary for the association for house rent, food, clothe and  access education of these children. The association lives only thanks to the donation of individuals.In order to give you a small idea of their needs:One meal = 70 rupees = 0.65$One bag of rice = 2000 rupees = 18$The total cost (food, school, clothing) for each child is 50$ per month. The money is returned by securitized payment directly to the association, without intermediary. If we arrive at the total of 550€ for this collect, the development of one of the children will be ensured for a year! If we manage to exceed this amount, the additional money will be used to improve their daily living. Lata has several projects in mind, including repainting the house, improving the layout of the girls' room, building a chicken coop or replacing their existing fridge that is no longer working. But you can also go further and sponsor a child for a year or more. This will allow you to see them grow and flourish. The principle is to pay an amount of 50$ per month in order to cover his meals, his tuition and his clothes. Thanks to your generosity a godmother has already been found for Pragati.  Ritu had a sponsor for 1 year but the contract just ended so we are looking for a new sponsor for her. Dharmi is also waiting to be sponsored. If you are interested in this project, please contact us directly by message or the association at their facebook page 'Koirala Kaesler Foundation Nepal' Sorry, english is not our mothertongue.Thank you very much.  --

8

240 €

43 %
projet école pour femmes

projet école pour femmes

Projet d’école pour femmes – Sauhara, Chitwan. Nepal Le projet d'éducation des femmes, à Sauhara, Chitwan, au Népal, est porté par IshworiDhakal, un agriculteur biologique et apiculteur népalais, et sa femme Radha, qui fait des handicrafts et vend dans leur petite boutique familiale.Dans les pays pauvres comme le Népal, lorsqu'une famille est assez aisée pour envoyer un enfant à l'école, elle privilégiera toujours le garçon. Les femmes, donc, très tôt, s'occupent du foyer et de la famille. Ainsi, elles n'ont pas les moyens de se défendre et de trouver une place plus juste dans la société alors qu'elles sont, elles-mêmes, en charge d'éduquer les générations futures.Les experts internationaux s'accordent à dire que l'éducation des femmes dans le monde est un des problèmes majeurs du millénaire.   Qui suis-je ? La famille Dhakal Je m’appelle Ishwori Prasad Dhakal, je suis népalais. Je suis né dans un petit village dans la région du Gorkha, que j’ai fui à cause de la famine et du chômage. Mais, il y a 10 ans, mon frère a acheté un bout de terre dont il m’a fait cadeau, pour que je m’y installe avec ma femme, Radha, et y fonde une famille. Là-bas, nous avons construit une petite maison éco-responsable et avons démarré l’apiculture. Ensuite, nous nous sommes joints à un forum d’agriculteurs biologiques où j’ai pris des cours pour apprendre les fondements de l’agriculture biologique. Ma femme a appris à peindre, à coudre et à dessiner pour faire des handicrafts. Nous vendons le fruit de notre labeur dans notre maison.Grace à cela, nous sommes aujourd’hui en mesure de répondre aux besoins de notre famille !Ici, à Sauhara, on s’est intéressé à la condition des femmes et nous en avons trouvé beaucoup au chômage, avec une famille à charge. La plupart d’entre elles était intéressées par notre mode de vie, et nous voulons leur offrir la chanced’accéder à une vie plus décente. Ma région :Sauhara est l’un des plus hauts lieux de tourisme au Nepal, grâce à la présence du parc national de Chitwan, le plus grand du pays.Le village est accueillant et les touristes sont heureux d’y passer du temps et surtout d’y retourner. Cependant, la population, surtout féminine, reste extrêmement inéduquée, donc pauvre. Les conditions d’hygiène et d’alimentation sont déplorables car peu nombreux sont ceux qui en connaissent les règles de base.Ishwori devant la production de miel Comment fonctionne le programme ? Le projet se déroulera en 3 ans, pour promouvoir une éducation aussi générale que possible.Le nombre d’élève par année sera limité, afin de permettre un suivi personnalisé. Chaque année, 10 étudiantes seront admises. Les femmes seront suivies par un professeur principal, qui sera parfois accompagné d’un spécialiste en fonction du sujet du moment.Comme il peut être compliqué pour les femmes d’allier présence quotidienne à l’école et obligation financière, les heures de cours seront réduites à 2 heures par jour, tandis que les 6 heures restantes seront consacrées au travail au sein de la communauté, rémunéréesselon le salaire moyen népalais. La première année :Au cours de la première année, l’attention sera portée sur l’apprentissage du népalais et de l’anglais. Ainsi, les femmes népalaises seront en mesure de comprendre, de lire, d’écrire et de parler les deux langues. Elles pourront mieux communiquer avec les locaux et les touristes, et utiliser internet et des téléphones portables.L’année consistera aussi en l’apprentissage des bases de l’agriculture biologique. La deuxième année :Ensuite, l’enseignement se portera sur l’approfondissement des connaissances théoriques et pratiques des acquis de l’année précédente. Les élèves apprendront différentes techniques d’agriculture biologique, le vermicompostage, la culture de végétaux et de champignons ; et le recyclage des déchets. Leur sera aussi enseigné des notions de marketing pour vendre leur production, des techniques de pêche, et enfin la fabrication de bougies, de paniers, et d’autres handicrafts.Rad

4

265 €

Marcher pour une infirmière : trek solidaire au Népal

Marcher pour une infirmière : trek solidaire au Népal

NAMASTE à tous et bienvenue sur notre cagnotte ! Le projet :Nous sommes un groupe de 6 trekkeurs, Cathy, Sylvie, Stéphanie, Virginie, Yves et Alix, réunis par un projet commun : un voyage solidaire au Népal du 17 au 29 Novembre.Durant ce voyage, nous allons marcher dans l'Himalaya pour une cause qui nous tient à coeur : récolter des fonds pour soutenir financierement les études d'une infirmière dans dans un village de la région de l'Everest. Le cout des études à la "Solukhumbu Polytechnical Academy" est de 6000 euros pour les 3 ans de formation. Cette somme comprend l'hébergement sur place, la nourriture, le salaire des professeurs, les livres et les uniformes.Le montant que nous cherchons à atteindre est de 6000 euros. Mais si nous pouvons déjà participer pour une année de formation, soit 2000 euros, ce sera déjà une victoire !  La particularité de cette école qui se trouve dans le village de Phaplu, vient du fait qu’elle soit ouverte à des étudiantes venues des 4 coins du Népal ne pouvant payer leurs études. Pour la plupart il s'agit de jeunes filles venant de la campagne ou des montagnes. C’est pour elles une véritable chance de pouvoir suivre de telles études et d’avoir la possibilité d’avoir un hôpital à proximité pour effectuer leurs stages.Ce qui est d’autant plus intéressant c’est que toutes ces étudiantes une fois diplômées retournent travailler dans leur village ou district. Contrairement aux étudiantes terminant leurs études à kathmandu et voulant rester vivre dans des grandes villes.  Promotion de l'année dernière, dans la cour de l'école devant les montagnes de l'Himalaya  L'école se se situe à Phaplu.Village de la région du Solu dans l'est du Népal entre 2000 et 2800 mètres. Non loin de là, 3 sommets au dessus de 8000m dominent, dont l'Everest.Cette région est habitée majoritairement par l'etnie connue des Sherpas.  La situation au NépalDans ce pays enclavé de l'Himalaya, 50% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 1€/j . Depuis la guerre civile dans les années 2000, les populations ont afflué vers les grandes villes et en particulier vers la capitale Kathmandu qui a pratiquement doublé sa population en 15 ans. Les villages des campagnes et des montagnes se sont vidés et restent les plus défavorisés sur le plan éducation, santé et économie. De plus, il existe très peu de pistes ou de routes et elles sont souvent impraticables à cause de la mousson qui détruit tout. L’ accès à la santé et l’éducation reste donc très difficile dans ces régions reculées des montagnes.   L'association :Notre projet est réalisé en passant par l’association « Nepal Mountain Mobile Hospital » créée par docteur Pierre Soete il y a 10 ans. Chirurgien belge, il travaille depuis plus de 15 ans au Népal. Il a tout d’abord ouvert un hôpital orthopédiste à kathmandu. Puis il a développé un hôpital mobile et une association permettant de collecter des fonds et d’apporter des soins aux populations les plus reculées de la montagne, par hélicoptère. A la suite du tremblement de terre de 2015, il s’est investi dans la reconstruction de l’hôpital de Phaplu et de sa maternité, (lieux où les étudiantes vont faire leurs stages). Son association participe donc à l'amélioration des conditions de santé locale et notamment en soutenant l'école d'infimière crée il y a maintenant 10 ans.  Tous les fond récoltés lors de cette cagnotte iront INTEGRALEMENT et DIRECTEMENT à l'association « Nepal Mountain Mobile Hospital » et pour ce projet uniquement. Aucun fond ne servira à financer notre propre voyage.  Reconstruction de l'hôpital de Phaplu après le tremblement de terre de 2015 Intervention chirurgicale par le Docteur Soete  Et pour regarder une vidéo sur le travail de cette association, c'est là.  Suivez notre aventure !Voici le lien de la page facebook sur laquelle vous allez pouvoir nos aventures au jour le jour, jusqu'au 27 novembre, jour de la cloture de la cagnotte. Nous allons poster nos impressions, nos découvertes, des photos et des vidéos... Mais aussi, des petites interview sur place : étudiantes, medecins, infirmières, villageois... Pour en savoir un peu plus sur le système de santé au Népal, et plus particulierement dans cette région montagneuse.Et vous partager tout ça en retour. Pour ceux qui connaissent le Népal (et les autres curieux), voici notre programme, élaboré par l'agence Azimut Népal :- 17 au 19 octobre : arrivée et découverte culturelle de Kathmandu- 20 octobre : départ en avion pour Phaplu. Visite de l'école d'infirmière, de l'hopital, entretien avec le personnel médical et les étudiantes. Début du trek jusqu'à Chiwong Gompa, monastère boudhiste à 2930 m. - 22 octobre : trek jusqu'à Trakshindo, col de montagne offrant une vue superbe sur l'Himalaya. - 24 octobre : trek jusqu'à Junbesi, village qui possède le monastère le plus ancien de la région. - 27 : trek jusqu'à Phaplu et fin de la cagnotte. Remise de la cagnotte. - 28 et 29 : Kathmandu Si notre projet et notre aventure nous interresse alors : N'hésitez pas à participer, ne serait-ce que pour quelques euros !N'hésistez pas à partager, ne serait-ce qu'à une seule personne !N'hésitez pas à croire en nous, en vous et en cette étudiante infirmiere qui nous attend ! Merci à tous !  Cathy, Sylvie, Stéphanie, Virginie, Yves et Alix

4

230 €

3 %
women skill development program

women skill development program

Women Skill Development Program - Sauhara, Chitwan. Nepal  The Women Skill Development Program, situated in Sauhara, Chitwan, is founded by IshworiDhakal, a local organic farmer and bee keeper.In poor countries such as Nepal, if a family has the chance to send a child to school, the boy is generally picked up. The girl, very early, is relegated to household chores, than needs to take care of hers.Thus, those women don’t have the knowledge to defend themselves and take their rightful place in society; whereas they’re charged to educate future generations.International experts claim that women’s education is one of the major issues of the millennium.  Who am I?The Dhakal family My name is Ishwori Prasad Dhakal, I’m nepali. I was born in a village of Gorkha district, that I left because of starvation and unemployment. Ten years ago in Sauhara, my brother bought a piece of land and gave it to me. There, I made a small eco house for my family and started to keep bees. After years, I joined the ecological farmers forum where I, in the first time, took organic farming training. In a second time, I gave some. My wife, Radha, also learned painting, sewing, drawing and handicrafts.Thanks to this great work, we are finally able to sustain our daily life! Here in Sauhara, I found many women unemployed who are interested in the concept of the Women Skill Development Project to boost their leadership skill. Regional OverviewSauhara is recognized one of the most popularnepaliplace for foreign and native tourists for a long time. Indeed, it’s located right next to the biggest wildlife reserve: The Chitwan National Park.It’s a very cozy and welcoming place, where tourists like spending a few days and have pleasure to come back. However, the population, and especially women, remains uneducated and so, poor. Hygiene conditions are miserable because a very few are those who know the basics rules.Ishwori behind his honey production  Schooling systemThe teaching program combines three years of general education.StudentsThe classes will be small, to keep focused on every single person. Every year, 10 students can be admitted. The daily teaching classes will be carried out by one regular teacher. According to the lesson, a skilled person as well as guest teachers will be sought out.As History showed, it is not easy to teach the poor local women because they have the responsibility to earn money to take care of their family. For this reason, it has been decided to offer them two hours of teaching and six hours of work per day, paid following the regular daily or monthly nepali basis. First year – language basic skillsIn the first year, the main goal of the daily two hours will be to teach basic skills in nepali and English. Through this, women will be able to understand, read, write and speak in both languages. Thus, they could communicate and use internet and a mobile phone. Moreover, they will learn about basic farming skills. The year will also be about the learning of the basics of organic farming. Second year – skill developmentThe year will be focused on the theorical knowledge of the work they already practiced the first year. Backgrounds and techniques of organic agriculture with worm composting, vegetable and mushroom farming as well as skills in waste material recycling are getting taught. Moreover the women learn the trade of various kinds of production, techniques in fisheries, but also candle- and basket making and other handicrafts.Radha painting a handicraft Third year – self empowermentWithin of the third and last year, the main purpose is to teach the students about healthcare and hygiene for themselves, their children, elders and disabled people, and the importance of education; to make them ready for their daily routines. Furthermore, basic skills of marketing will be taught to make the students successful in their further jobs. School – construction and infrastructureThe school building should contain four rooms to have enough spac

0

0 J

Haut de page