Aller au contenu principal
Maroc'Eau

Maroc'Eau

Bienvenue sur la cagnotte du projet Maroc'eau QUI SOMMES-NOUS ? Maroc'Eau est un projet crée par 6 étudiants-ingénieurs de Polytech Paris-Sud, une école reliée à l'université Paris-XI. L'équipe est composée de Marie BLANCHET, Daphné DA FONSECA, Floriane MASSE, Pablo SILLA PELLICER, Maxime VAN LOON et Philippe CLAUDE, cinq d'entre nous étant en spécialité Matériaux et le dernier en spécialité Informatique. QUEL EST NOTRE OBJECTIF ? Notre objectif pour 2019 est de proposer un accès plus simple à l'eau au village isolé de Boussaad, dans la région montagneuse du Moyen Atlas au Maroc. La population doit actuellement se rendre jusqu'à la source situé à 1 km afin d'y remplir plusieurs fois par jour des jerricanes pour subvenir à ses besoins. COMMENT ALLONS NOUS MENER A BIEN CE PROJET ? Grâce à notre formation d'ingénieur, nous avons pu réaliser, au cours des précèdents mois, une étude technique afin de trouver une solution au problème de ce village. Nous savons maintenant que nous devons installer un système de tuyauterie, mais pas de pompe ni de système énergetique. Pour cela, nous devons au préalable aménager le terrain, afin de garantir la durabilité de notre système, et ce à l'aide des villageois prêts à nous aider. Nous souhaitons également former la populations de Boussaad à une consommation plus responsable. A QUOI SERVIRA CETTE CAGNOTTE ? Tout l'argent récolté ici servira à financer le projet de A à Z. Cela comprend le matériel dont nous avons besoin pour installer notre système, mais également l'acheminement de ce dernier jusqu'au village, situé dans les montagnes et difficile d'accès. Nous avons également besoin de fond pour le terrassement du terrain, qui se fera avec l'aide des villageois. Enfin, nous espérons récolter suffisamment de fonds pour permettre aux membres de l'équipe d'aider à l'installation pendant 1 mois, le mois d'août. Nous avons essayer de résumer ce projet en quelques lignes, mais vous pouvez trouver d'autres informations sur notre Site Web (accessible en cliquant sur "Site Web"). Nous postons également sur notre page Facebook nos futurs évènements. Sachez que tout don est utile et peut faire la différence. N'hesitez pas à parler de notre projet autour de vous.Merci d'avance pour votre soutien, ensemble nous pouvons mener à bien ce projet.

35

2 387 €

23 %
Court métrage "AMIS TEMPS"

Court métrage "AMIS TEMPS"

Bienvenue sur la cagnotte du court métrage intitulé"AMIS TEMPS"   Cette cagnotte concerne la réalisation d'un court métrage (comédie) de 6 minutes qui s'intitule "AMIS TEMPS". Ce film sera la 4ème collaboration des réalisateurs Alexandre Gillet et Benjamin Pallier qui ont déjà réalisé 3 courts métrages ensemble: "Goutte à goutte" (38 sélections en festival, 1 prix, distribué par Origines films depuis 2017 et vendu à Orange Cinéma en 2018),  "Tic Tac"  (10 sélections en festivals et distribué par Origines Films depuis 2018) "Le jour se lève" (1 sélection en festival) mais qui commence tout juste son parcours en festival. Le tournage de notre film "Amis Temps" se déroulera les 22 et 23 Avril 2019 à Rambouillet.  1) LES REALISATEURS Alexandre GILLETComédien de théâtre mais aussi très actif dans le doublage. Il est entre autre la voix française de Ryan Gosling, Elijah Wood, Chris Evans et plein d'autres comédiens.Cela fait plus de 30 ans qu'il fait ce métier. Benjamin PALLIERRéalisateur qui travaille beaucoup avec les adolescents. Il a déjà réalisé 10 courts métrages, 2 clips musicaux et 2 web séries. Il anime également des ateliers audiovisuels  depuis plus de 10 ans.  2) SYNOPSIS  Marcel, 52 ans, responsable d'une agence d'assurance, rentre chez lui après une journée éprouvante. Malheureusement tout ne va pas se passer comme il l'avait prévu.Et s'il n'était pas seul chez lui?  3) L'EQUIPE TECHNIQUE L'équipe de tournage sera composée de 15 membres : Un réalisateur technique : Benjamin PALLIERUn réalisateur artistique : Alexandre GILLETUn chef opérateur / cadreur : Paul COSTEUn 1er assistant image : Adel JAMAÏUn ingénieur son : Adriano CERONEUn assistant son : Kévin GOSSETUn scripte : Maxime JANVIERDeux maquilleuses : Shaona CETTOUR / Gwendoline POITEVINUn chef électro : Jean-Matthieu CAUMONUne électro / 2ème ass cam : Agathe DRUSSANTUn photographe de plateau : Olivier SOCHARDUn compositeur de musique : Maxime BERNOTUn monteur / Etalonneur : Baptiste CAVALLOUn mixeur son : Cyril COLE  4) L'EQUIPE ARTISTIQUE Daniel-Jean COLLOREDO (Rôle : MARCEL) Comédien très actif dans le milieu du théâtre, il a participé également à de nombreux courts et longs métrages pour le cinéma et la télévision. On peut le voir chaque soir sur Tf1 dans la série "Nos chers voisins" (rôle Mr Jombier) SYLVAIN MARCEAUX (Rôle : JEAN PIERRE) Comédien trés actif aussi bien au théâtre, à la télévision et au cinéma.Il participe également à de nombreux clips musicaux et publicités.  CHANTAL BAROIN (rôle : MIREILLE) Comédienne très active au cinéma et à la télévision.Elle fait également pas mal de doublage  FLORIAN PALLIER (LE LIVREUR) Jeune comédien, membre d'une troupe d'improvisation. Il a également participé à quelques tournages. Téléfilm pour France 2, courts métrages et clips musicaux.    5) A QUOI VA SERVIR LA COLLECTE ? Cette collecte servira essentiellement à loger, nourrir et rembourser les déplacements des 14 membres de l'équipe. Elle servira également à financer la location du matèriel.  6) CONTREPARTIES Pour 10€ et plus :Remerciements de toute l’équipe (sous forme de carte envoyé par la poste) Pour 20€ et plus :Votre nom au générique + la contrepartie précédente Pour 30€ et plus :Scénario dédicacé par les réalisateurs et acteurs du film + contreparties précédentes Pour  60 € et plus :Dvd du film + contreparties précédentes Pour 80 € et plus :Invitation à l’avant première du film avec cocktail offert+ contreparties précédentes Pour 150€ et plus :Assister à une journée de tournage, repas avec l’équipe + contreparties précédentes. Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte. Chacun participe du montant qu'il souhaite. Tous les paiements sont sécurisés Merci à tous

14

440 €

Action humanitaire: développement et lutte contre l'excision en Côte d'Ivoire

Action humanitaire: développement et lutte contre l'excision en Côte d'Ivoire

Bienvenue sur LA cagnotte solid'ère.   La fin de l'année universitaire approche, la concretisation de notre projet annuel aussi! En effet, pour la première fois cette année, en plus de nos activités régulières (maraudes, cours de français...), six membres de notre bureau partiront lutter contre l'excision en Côte d'Ivoire. Ce projet aura lieu dans le cadre de l'association ACZA, déjà implantée dans la région.   Notre objecif est double: agir pour un sujet qui nous tient à coeur et qui nous a porté tout au long de l'année, et donner une nouvelle dimension à l'association. En effet si notre experience se déroule bien les futurs membres pourront par la suite eux aussi mener un projet sur l'année tel que celui ci.       Qu'est ce que l'excision?  L’excision est une pratique culturelle que l’on trouve dans de nombreux pays du monde. C’est une pratique de mutilation génitale de la femme qui consiste notamment en l'ablation du clitoris. L’excision est illégale en Côte d’Ivoire depuis 1998. Toutefois, sa pratique demeure d’actualité dans certaines régions du pays comme la région des 18 Montagnes, dans laquelle nous comptons nous rendre.        Démarche et choix du projet:  - C'est premièrement un sujet directement en accord avec notre thème de l'année: la place et les droits de la femme à travers le monde.- Par ailleurs, il existe trop peu d’associations luttant contre l’excision, ce qui est directement lié au fait que le sujet est encore méconnu (surtout en occident). - En contactant l’hôpital de Saint Germain En Laye, ayant un secteur spécialisé dans le traitement des mutilations génitales, nous avons été redirigé vers l’association ACZA. Celle ci nous proposant l'opportunité de construire un projet ensemble sur l'année.  Notre action sur place:  Objectif général:  Notre objectif sur place est d'aider ACZA à la prévention de ce fléau qu'est l'excision par l'acquisition d'outils de communication indispensables, par la réalisation de discussion et conférences sur le sujet, par la préservation des espaces dédiés à ce combat.  Gestion du temps :  Les habitants des 18 Montagnes, étant habitués à vivre deux semaines par an en compagnie de bénévoles français de cette association, nous respecterons cette contrainte de temps. Une fois sur place notre mission s’articulera autour de trois périodes :1)           Nous travaillerons avec le corps professoral de l’école de Kabakouma les quatre premiers jours, et pour la rénovation de la maison de la femme.2)           Les quatre suivants se dérouleront à Biankouma où se trouve le centre historique des Matrones (exciseuses). Notre ambition sur place est de proposer des cours de français dans l’ancienne cahute des matrones.3)           Enfin, les derniers jours auront lieu à Mangoin. Là-bas, nous participerons à la semaine d’éducation sexuelle. Nous nous déplacerons en minibus de village en village, et prendrons l’avion pour l’aller et le retour.Nous dormirons toutes les nuits à Mans dans le siège social de l’association ACZA. Missions :Nos missions se concentreront sur:  -        La Maison des femmes de KabakoumaLa Maison des femmes de Kabakouma a subi des dégâts suite à une inondation fin 2018. Nous devons réaliser des travaux de nettoyage, peinture, crépis, refaire les plafonds… -        Les Interventions en milieu scolaireProjet de parrainage permettant à des petites filles d’être scolarisées et non excisées. Nous intervenons dans les écoles de Mangouin et Kabakouma pour réaliser des cours d’anglais et français ainsi que des ateliers ludiques sur le thème du jeu. -        L’alphabétisation des femmesPlusieurs associations de femmes se sont fédérées autour de notre projet de lutte contre l’excision. Ces femmes ne parlent pas toutes le français. Dans la continuité de ce que propose déjà notre association auprès d’elles, des cours d’alphabétisation ainsi que de cours d’éducation budgétaire (comment tenir un cahier de compte, de naissances...) sont réalisés par les bénévoles lors de cette mission.  L'association partenaire: ACZA  Fille et petite-fille d’exciseuse, Martha Diomandé grandi dans la région des 18 montagnes. Très jeune, elle est excisée comme toutes les jeunes filles de son village. A l’âge de 15 ans Martha quitte son village pour devenir danseuse en France. Après quelques années dans la profession, elle entend parler au détour d’une conversation, d’une conférence sur l’excision. Martha, s’y rend et entend tout au long de l’intervention une analyse approximative sur les pratiques de son pays d’origine. Les intervenants pointent du doigt les rites Ivoiriens sans les comprendre ni même expliquer l’histoire de ces civilisations. Sa culture est désignée de barbare et d’inhumaine.Lutter contre une pratique culturelle sans essayer de la comprendre révolte Martha. Déterminée, elle décide alors de créer une association visant à lutter contre cette pratique mais dans le respect de la tradition ivoirienne. L’association ACZA naît dans ce contexte. Son essence est de lutter contre l’excision en usant de la raison et du bon-savoir des habitants et des civilisations.L’association, en plus d’autres actions propose chaque année à des bénévoles de se rendre en Côte d’Ivoire pour lutter contre l’excision.  L'association solid'ère: Nous sommes une association humanitaire étudiante, reconnue par l'Etat, et basée à l'Institut catholique de Paris. Les 14 membres de l'association se sont occupés de la mise en place de ce projet, seuls six des plus motivés partent. Parmis eux: •        Capucine Masson: Responsable partenariat de l'association et référente du projet. •        Eva Imbernon: Co-présidente de l'association. •        Doris Trinquart: Responsable communication. •        Anna Finot: Vice présidente. •        Léa Sellam : Responsable partenariat. •        Enguerrand Puthod: Secrétaire de l'association.                                        Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de vous! Notre budget de depart s'élevant à 4210 euros, nous avons mis en place depuis le début de l'année de nombreux travaux pour récolter cet argent. Ces besoins financiers regroupent l'achat de materiel necessaire à la rénovation, à l'achat de fournitures pour les enfants, aux frais de transports ou encore aux frais sanitaires.A un peu moins de deux mois de notre départ, en comptant tous les jobs qu'ils nous reste à faire, il nous manque encore 500 euros. Alors, quel que soit le montant de votre geste, en participant, vousdevenez un maillon important de notre projet solidaire.Parce que chaque participation compte, parce que votre geste fera ladifférence, n'hésitez pas à participer ! Afin de vous remercier de votre participation, et si le projet vous intéresse, nous organiserons une exposition de photos, relatant notre experience, et à laquelle vous serez cordialement invité!  Si vous souhaiter nous aider, effectuez votre don en un clic.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! https://www.youtube.com/watch?v=t7c16ws0_N0&feature=youtu.be   (= En cliquant sur ce lien, vous trouverez un court extrait de la conférence qu'a réalisé Martha Diomandé dans notre université!)

3

15 €

3 %
Kits scolaires pour Haïti : un acte de solidarité

Kits scolaires pour Haïti : un acte de solidarité

Contexte : Haïti est le pays le plus pauvre de la Caraïbe. Ses habitants vivent dans un état de grande précarité. Le département du Centre est particulièrement touché, surtout le milieu rural. Selon les informations du ministère de l’éducation, le taux d’échec scolaire des enfants vivant dans ce département est doublé par rapport au reste du pays. En raison de la situation économique d’Haïti, de nombreuses familles n’arrivent pas à répondre à leurs besoins et à ceux de leurs enfants, notamment en terme d’éducation. Assurer la scolarité de leurs enfants est devenu un luxe pour la plupart des haïtiens, particulièrement pour ceux vivant dans des zones reculées, où le travail s’y fait plus rare. De ce fait, la plupart des familles n’ont pas les moyens de payer les fournitures scolaires de leurs enfants. Dans ce pays totalement délaissé par son gouvernement, la plupart des établissements scolaires sont privés ou gérés par des institutions à but non lucratif ou des organisations non gouvernementales.  Les écoles manquent cruellement de matériels de première nécessité. Il n’est pas rare de voir des classes dont la moitié des élèves n’ont ni cahier, ni crayon. Nous pensons que l’éducation est la clé de la réussite. Avec ce projet, l’objectif de One World For Haïti est de permettre à 86 enfants de pouvoir aller à l’école, en leur offrant à chacun un kit scolaire. Ainsi, ils auront le matériel nécessaire leur permettant d’étudier. Ils pourront apprendre dans de meilleures conditions et améliorer leur réussite scolaire.  Notre constat : Le 2 mars dernier, Woody Laguerre, notre chargé de projet, est parti à la rencontre des habitants de Dumorette, qui est une localité coupée du reste d’Haïti. Elle est située dans le département du Centre, près de Hinche, dans la première section communale de Juanaria. Le terrain étant peu praticable, il a dû à un certain endroit, se séparer de sa moto et parcourir le reste du chemin à pied. Il lui a fallu une heure de marche pour y arriver. C’est une zone très montagneuse. Au cours de cette visite, il a fait la connaissance de Levy Aluice, directeur de l’école mixte de Dumorette, qu’il a fondé en 2011. Cette petite école est composée de 4 classes, allant de la première à la quatrième année fondamentale. Elle accueille 86 enfants âgés de 7 à 14 ans. Le directeur de l’école lui a expliqué que c’est avec ses propres fonds qu’il fait fonctionner l’école puisque les gens de cette localité ont très peu de ressources. La situation de cette communauté est critique car ces personnes ne reçoivent aucune aide des autorités de la zone. Le toit de l’école est fait de feuilles de palmier. Des personnes ont aidé le directeur à faire une salle de classe en plein air. Il n’y a pas d’étanchéité en cas de pluie. Malgré un faible coût pour une année scolaire (625 gourdes haïtiennes par élève, soit environ 7 euros), certaines années, les enfants restent chez eux faute de moyens de leurs parents.  Description : Nous avons créé un partenariat avec le directeur de cet établissement scolaire, de façon à offrir les kits scolaires aux élèves de cette école. Le directeur nous prêtera une salle où nous pourrons mener des activités sur deux après-midis. Le projet aura lieu les 6 et 7 août 2019. * Campagne de sensibilisation :Le premier jour sera un temps de rencontre et d’échanges avec les parents ainsi que les enfants allant bénéficier des kits scolaires. Nous présenteront notre association, le but de notre projet ainsi les différentes actions que nous souhaitons mettre en place. Le directeur ainsi que deux enseignants de l’école se joindront à nous pour sensibiliser les parents et leurs enfants sur l’importance d’aller à l’école. 2.  Journée récréative et distribution des kits scolaires :Puis s'en suivra une après-midi récréative qui sera réalisée avec les fonds propres de l’association, en l’honneur de ces enfants et durant lesquelles nous allons animer des séances de jeux avec l’aide des deux enseignants. Nous nous sommes équipés

0

0 €

Haut de page