Aller au contenu principal
Financement pour mon année sportive

Financement pour mon année sportive

Parfois, un homme et une femme se rencontrent et, dès les premiers instants, leur histoire d’amour devient une évidence. C’est ce qui s’est passé pour Laetitia et Florent. En 2012, après quelques phrases échangées, chacun assis devant son écran, leur envie de se rencontrer est irrépressible. Et ce n’est pas les 200 km qui séparent leurs domiciles qui vont les en empêcher ! En se retrouvant à Bruxelles, pour leur premier rendez-vous, ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre ne fait aucun doute : ils sont des âmes sœurs. Ça peut sembler fou à leur entourage, mais c’est comme cela, ils ne pourront plus vivre l’un sans l’autre. Florent vit et travaille en France et, lorsque son contrat se termine, il décide de s’expatrier au pays de sa belle. Le quotidien est trop terne sans la présence de l’Autre. Laetitia, c’est une jeune femme pleine de vie et d’optimisme. Elle accueille l’homme de sa vie à bras ouverts et ensemble, ils entament une vie en commun faite de rires, de complicité et d’amour. Florent, c’est un jeune gars souriant et très sportif. Quatre fois par semaine, quelle que soit la météo, il court au moins une heure et demie. Se défouler en parcourant des kilomètres au pas de course lui permet de dépenser son trop-plein d’énergie et de prendre soin de sa santé. Il trouve rapidement un emploi dans une entreprise de désamiantage et décroche un contrat à durée indéterminée ! Quel bol ! Ils vont pouvoir réaliser un de leurs rêves et se lancer dans l’achat d’une maison, un bel avenir s’ouvre à eux.  Malheureusement, et parce que tout ne se déroule pas toujours comme on le souhaiterait, leur beau projet est mis entre parenthèses lorsque Laetitia est frappée de plein fouet par une maladie terrifiante : on lui détecte une tumeur au cerveau. Des mois de lutte, sa force de caractère et l’amour de Florent lui permettent de vaincre ce mal. Après cette période très difficile et pleine d’angoisse, les amoureux reprennent enfin leur route, toujours main dans la main.  Début janvier 2016, ils emménagent dans une belle maison moderne. Tout est bien ! Le 27 février de la même année, alors qu’ils sont invités pour un repas de famille chez la marraine de Laetitia, Florent ressent une vive douleur à la cuisse gauche en se relevant après s’être accroupi. « Sans doute un claquage » dit-il à Laetitia qui a repéré sa grimace de douleur. Dans le courant de la soirée, cette douleur s’amplifie, au point qu’aux alentours de minuit, il n’est plus possible à Florent de poser le pied gauche à terre. Il n’est même plus en mesure de conduire et c’est l’une de leurs amies qui les déposent à l’hôpital de la Citadelle.  Dans la salle d’attente des urgences, Florent est livide, il frissonne. Laetitia le couvre de son manteau, leur amie lui prête également le sien, mais Florent continue à claquer des dents. Cinq heures après leur arrivée, un médecin les reçoit enfin. Après un bref examen, le verdict tombe : c’est effectivement un claquage d’un muscle de la cuisse. Laetitia est dubitative : un claquage ? Et cette fièvre alors ? Le médecin est formel, quelques anti-inflammatoires et un peu de repos et il n’y paraîtra plus. Florent est sportif, et il doit savoir que ce sont des choses qui arrivent, non ? Le jeune couple rejoint donc son domicile. La douleur ne cesse pas, bien au contraire. Laetitia voit bien que Florent va de plus en plus mal. A 13h, elle prend la décision de retourner aux urgences. En y arrivant, elle hurle qu’elle exige qu’on pratique des examens approfondis, son compagnon va mal, qu’on arrête de leur parler de claquage, c’est plus grave, ça se voit ! Florent est pâle comme un linge, ses yeux sont cerclés de noir, il fait peur à voir. Les médecins la prennent enfin au sérieux et il est amené en salle d’examen. Peu de temps se passe avant qu’un médecin visiblement catastrophé, ne demande à Laetitia d’appeler la famille proche de Florent. Il va très mal. Les analyses démontrent que sa cuisse est en proie à l’attaque d’une bactérie très virulente, il s

0

38 J

0 %
Haut de page