Aller au contenu principal

La fin de la surdité pour la petite Varèche

Bonjour à tous, Varèche est née en avril 2012. Elle vit en Afrique centrale , au Gabon. Elle est la cadette d'une fratrie de 4 enfants. Ses parents se séparent quelques années après sa naissance. Varèche est née sans problème de santé. Puis, vers l'âge de 18 mois, elle a une otite sévère. Elle reçoit une grande dose de médicaments pour la soulager . Malheureusement, cela va lui être fatal pour son audition. Elle perd alors l'audition, et son langage n'évolue pas normalement comme un enfant de son âge. Les bilans Orl tombent : Varèche a une surdité à 98%, le médecin lui prescrit une opération* en urgence. Mais faute de moyen , sa maman est incapable de payer l'opération car dans son pays, il n' y a pas de sécurité sociale, les soins de santé sont à la charge des patients.Varèche reste sourde, et ne peut être scolariser comme les enfants de son âge. Varèche a aujourd'hui 7ans , et tout est encore possible pour changer sa situation . Sa tante vit en France et peut l'accueillir et l'accompagner pour retrouver une audition. Elle sera alors sa responsable légale sur le territoire français. Sa mère n'a pas de moyens pour lui payer un billet d'avion qui lui permettrait d'être enfin opérée. La petite Varèche n'a qu'un seul espoir et se tourne vers tous ceux qui sont touchés par son histoire , à participer pour qu'elle puisse enfin avoir une seconde chance : Une chance pour aller à l'école, une chance pour entendre les bruits du quotidien, une chance d'être une petite fille de son âge. Merci de votre aide et votre compassion. Les participations sont libres, chaque don compte...* l'opération : implants cochléaire

32 participants

1 057 € collectés

Soutenons Djulian contre Zellweger

⚠️⚠️ Mise à jours de la cagnotte..!!⚠️⚠️ Bonjour je m'appel Djulian je suis née le 08/11/2019 à St-Quentin dans l'aisne et ceci est ma triste histoire, merci de votre attention. À ma naissance j'étais en hypotonie (un manque de tonus assez fort) ont m'as donc mis tout de suite en néonatalogie, au début je n'avais que des baisses de désaturation, toujours pas de réflexe et je ne pouvais pas téter alors ont m'a sondé pour que je puisse manger... les examens s'enchaînent sur à peu près 10 jours.. suite à un transfert au CHU d'Amiens ils ont tout de suite constaté que je fesait des crises de convulsions.. ce qui s'avérait en fait être des crises épileptiques visibles et d'autres non visibles... Je suis maintenant depuis ce jours en soin réanimation néonatale d'Amiens et aider pour respirer car mes différents médicaments et la maladie me font énormément dormir et ralentissent mes organes vitaux.. 😔 Les sages-femmes, les pédiatres, les médecins ainsi que le généticien ne ce prononcent pas sur la maladie que j'ai sauf que c'est une maladie rare et grave et attendent les résultats avant de pouvoir dire ce qu'il en es vraiment.. Mes médicaments me font stopper mes crises épileptiques mais étant très fragiles je viens d'attraper une infection pulmonaire.. Un 1er résultat très inquiétant revient de Lille qui demande une deuxième analyse par obligation et pour confirmation.. le 20/12/2019 les résultats définitifs sont arrivés... j'ai le Syndrome de Zellweger... une maladie très rare et incurable et qui touche 1 enfants sur 50 000 et dont l'espérance de vie ne dépasse pas la 1ère année.. 😭😭💔 Voilà maintenant je sais ce qu'il en ait et je ne sais pas jusqu'où je pourrais me battre.. et surtout je sais que la médecine est malheureusement impuissante face à cette maladie.. Malgré la distance (env 200klm allez/retours..) maman et papa viennent env tout les 2 jours.. même si c'est juste pour venir me voir 1h ou 2.. ❤ Je n'aurais malheureusement pas la chance de grandir auprès de ma famille.. Cette cagnotte ce n'est pas pour payer des médicaments, équipements ou autres... je suis très bien entouré par l'équipe du CHU d'Amiens que je remercie énormément.. Si je fait cette cagnotte c'est pour soulager mes parents.. sachant qu'ils ont juste 1 salaire se n'est pas toujours évident pour être à mes côtés.. et surtout sachant que je peu partir du jours au lendemain, dans une semaine, un mois où six.. le généticien lui-même ne le sais pas... c'est triste à dire mais cela permettra beaucoup également à préparer mon départ.. Je ne demande pas grand chose... mais je serait très reconnaissant pour chaques gestes nous aidant dans cette douloureuse épreuve... et surtout de partager en masse mon histoire..🙏 En espérant que je reste au près de vous le plus longtemps possible je vous embrasse très fort...🙏 Pour DJULIAN... ❤ Grande étape aujourd'hui.. 🙂 Aujourd'hui nous sommes le 31 janvier 2020.. et pour la première fois j'ai pu quitter l'hôpital pour rentrer chez moi.. 🤗 Mon état de santé est toujours au même point.. Certes ce n'est pas la grande forme mais mes parents ont était "formé" et sont préparées à toutes éventualités.. et bien sûr je suis suivie de très près par les spécialistes.. 🤗 J'ai su me battre jusqu'à aujourd'hui.. maman et papa m'ont énormément soutenue en partie grâce aux soutiens reçus.. 🙏❤ Je ne sais toujours pas où mon combat s'arrêtera mais je tiens bon jusque-là.. 😊 Je sais que mes parents font du mieux qu'ils peuvent et veulent m'offrir un meilleur lendemain que le précédent... en espérant que ça ne s'arrête jamais.. 🙏💙 De l'amour j'en es plus qu'il n'en faut.. et je leurs rend à chaques petit efforts que je fait... 🥰 Merci à vous tous.. un simple partage est déjà énorme pour moi.. 🙏💚 Mon combat n'est pas fini... 💪🙏 DJULIAN.. 😘 jusqu'aujourd'hui cette cagnotte était principalement présente pour nous soulager sur certains frais.. beaucoup de gens ce sont investi s'en même forcément nous connaitre et sans aucune obligation que ce soit ici où en main propre, ont vous en remercierais jamais assez... ont as pu faire plus d'aller/retour avec un petit poids en moins.. ont as eu quelques galères entres deux mais ont à pu y faire face malgré tout.. Notre vison de l'avenir change.. il n'est plus question de la notre en vrai mais de la sienne... ❤ chaque jours nous prions pour que son état de santé reste stable le plus lontemp possible en espérant un miracle... 🙏😔 Juste merci.. merci pour nous.. merci pour lui.. 🙏 Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

173 participants

128 J restants

SAUVER BRUNE UNIQUE ESPOIR AUX USA

L espoir que Brune nous pointé du bout du doigt voit le jour Aidez nous à recolter les fonds nécessaires pour sauver 1 vie ... la vie de Notre fille

3029 participants

67 634,68 € collectés

6 %

RETROUVER MES JAMBES

RETROUVER MES JAMBES Bonjour, je m’appelle Eric Duhamel, j’ai aujourd’hui 44 ans et je suis atteint d’une sclérose en plaques depuis mes 25 ans. Depuis 19 ans que je vis avec cette maladie et mon état n’a cessé de se dégrader, par poussée au départ et aujourd’hui de manière progressive et insidieuse. Mon quotidien s’organise autour des douleurs lancinantes et permanentes et de la fatigue qui s’accentue au fil de la journée. Actuellement, les traitements que je prends ne m’aident pas à ralentir la progression de la maladie. Pour me déplacer, je dois utiliser des chaussures adaptées mais je ne peux faire plus de 200 mètres sans avoir recours au fauteuil qui n’est jamais très loin. L’avenir pour les malades atteints de sclérose en plaques et la solution afin de stopper la progression de la maladie est la transplantation de cellules souches. Malheureusement, ces traitements au stade expérimentaux en France ne seront accessibles que d’ici 5 à 10 ans. Ils ne seront accessibles que pour une certaine catégorie de malades, les critères étant très restrictifs, et je sais déjà que je n’y aurais pas accès. Aujourd’hui, la solution se trouve ailleurs, dans d’autres pays, qui proposent la réintroduction de cellules souches afin de stopper l’évolution de la maladie et également récupérer une partie, voir la totalité, des dégâts occasionnés par la maladie. Pour ma part, mon choix s’est porté vers l’Hôpital PIROGOV NATIONAL MEDICAL SURGICAL CENTER A. A. MAXIMOV (AHSCT) à Moscou en Russie, pionner dans le domaine avec une expérience de déjà 20 ans. Evidemment, se faire opérer dans un pays étranger ne permet aucune prise en charge par la Sécurité Sociale ou la Mutuelle, et cette intervention a un coût de 50000 $ (l’équivalent de 42000 euros). Voilà l’objet de mon appel à dons. J’aime et faisais du sport, me promener, les sorties entre amis. La station debout me manque, être mis à l’écart est un handicap supplémentaire. S’il vous plait, aidez-moi à retrouver ces moments perdus, mobilités et sensations, aidez-moi à réaliser ce projet qui me tient très à cœur et qui me donne l’espoir de vivre un avenir plus serein, moins douloureux et remplis de projets. Vous trouverez ci-dessous les liens : Hôpital de Moscou : https://www.facebook.com/groups/404629779644453/?ref=group_header Association Beatitsep : beatitsep.com 1. Région Lorraine Quand l’espoir de guérir vient d’ailleurshttp://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/11/17/quand-l-espoir-de-guerir-vient-d-ailleurs 2. Une belle histoirehttps://msslick.com/ 3.Tammy dit au revoir à sa SEPhttps://tamstopms.wordpress.com/ 4. L’histoire de George GOSS: il a battu la SEP grâce à la transplantation de cellules souchesthemscure.blogspot.be

359 participants

15 266,97 € collectés

36 %

Maison des Parents au CHU de Montpellier

Ensemble, construisons une Maison des Parents au CHU de Montpellier Dans le cadre de la Journée Nationale des Aidant.e.s, le Fonds de dotation Guilhem lance sa cagnotte solidaire, dans l’espoir de financer la construction d’une Maison des Parents au sein du CHU de Montpellier.L’hospitalisation d’un enfant est un moment particulièrement difficile dans la vie d’une famille. Chaque année, plus de 9 000 enfants sont hospitalisés au CHU de Montpellier. Parmi eux, certains viennent de loin pour bénéficier de l’expertise spécialisée des équipes du CHU. Une Maison des Parents à proximité immédiate des services de pédiatrie du CHU permettra aux parents des enfants hospitalisés au CHU, mais aussi à leurs frères et sœurs, d’être au plus près d’eux pendant cette épreuve difficile. Depuis plusieurs années, le CHU de Montpellier s’appuie sur des structures associatives pour permettre l’hébergement de parents à proximité de l’hôpital en cas de besoin. Dans les services de pédiatrie, l’hébergement des parents dans la chambre de l’enfant est également proposé lorsque cela est possible. Ainsi conscient des limites des dispositifs actuels, en particulier en cas d’hospitalisation longue, le Fonds Guilhem se mobilise afin de récolter les fonds nécessaires pour la construction d’une Maison des Parents à proximité de l’hôpital. A QUOI SERVIRA L'ARGENT COLLECTÉ ? Le coût global du projet est de 3 000 000 €. Plusieurs mécènes nous ont déjà rejoints et nous avons récolté, à ce jour, près de 500 000 €. Mais pour que ce projet d’envergure puisse voir le jour, le Fonds Guilhem a besoin de la participation du plus grand nombre. Parce qu’aucun enfant malade ne doit être privé de ses parents, aidez-nous à réaliser ce projet ! Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! ET VOTRE DON OUVRE À DES CONTREPARTIES : Pour un don à partir de 1 € :- Un grand merci ! Pour un don de 100 € (coût de votre don après déduction fiscale : 34€) :- Un grand merci !- Vous serez mentionné en tant que mécène sur le site internet du Fonds Guilhem Pour un don de 500 € (coût de votre don après déduction fiscale : 170€) :- Un grand merci !- Vous serez mentionné en tant que mécène sur le site internet du Fonds Guilhem- Vous serez invité à une visite de chantier Pour un don de 1 000 € (coût de votre don après déduction fiscale : 340€) :- Un grand merci !- Vous serez mentionné en tant que mécène sur le site internet du Fonds Guilhem- Vous serez invité à une visite de chantier- Vous serez convié à la soirée d'inauguration du bâtiment Pour un don de 2 000 € (coût de votre don après déduction fiscale : 680€) :- Un grand merci !- Vous serez mentionné en tant que mécène sur le site internet du Fonds Guilhem- Vous serez invité à une visite de chantier- Vous serez convié à la soirée d'inauguration du bâtiment- Votre nom inscrit sur le mur virtuel des donateurs Pour un don de 10 000 € (coût de votre don après déduction fiscale : 3 400€) :- Un grand merci !- Vous serez mentionné en tant que mécène sur le site internet du Fonds Guilhem- Vous serez invité à une visite de chantier- Vous serez convié à la soirée d'inauguration du bâtiment- Votre nom inscrit sur le mur virtuel des donateurs- Votre nom sera gravé à l'entrée de la Maison des Parents Pour en savoir plus sur le projet :Fonds Guilhem Tél : 04 67 33 63 02 https://fonds-guilhem.chu-montpellier.fr

109 participants

5 490 € collectés

27 %
La leucémie d’Eivy

La leucémie d’Eivy

Bonjour tout le monde! Après avoir appris la triste nouvelle que Eivy, notre petite fille agée de 18 mois, avait développé une leucémie, nous sommes evasanés d’urgence en Australie pour lui faire de nouveaux examens et déterminer le type de leucémie. Après 6h dans une salle, plusieurs prises de sang, une biopsie de la moelle osseuse et une ponction lombaire les médecins nous annoncent qu’il s’agit d’une leucémie aiguë myeloblastique : AML. A.M.L: type de leucémie impliquant un traitement lourd d’une durée minimum de 7 mois et pouvant aller jusqu’à 2 ans de surveillance continue.S’il y avait des complications, les traitements et la durée seraient réadaptés. Eivy a commencé la première étape du traitement avec la chimiothérapie et des prises de sang journalières.Elle est vraiment fatiguée de rester enfermée, mais là, le chemin reste encore long.Ma femme et moi sommes à ses côtés pour la soutenir et rendre son hospitalisation plus agréable .Camille sa maman est enceinte de 4 mois et devra donc être suivie par un médecin en Australie et certainement y accoucher. Malheureusement, c’est là que ça se complique encore pour nous, mais cette fois-ci financièrement. N’ayant tout les 2 plus d’emplois et ne pouvant travailler sur place, nous ne pourrons pas régler totalement les frais d’accouchement, d’hospitalisation et de suivi de grossesse. Pour y arriver, nous avons mis en vente toutes nos affaires personnelles, mais ça ne suffira pas et le temps nous manquera sûrement car l’accouchement est prévu dans 5 mois ! Pour nous aider à régler les frais d’hospitalisation de ma femme, de notre futur bébé et pour soutenir notre fille Eivy, nous avons décidé d’ouvrir une récolte de fonds avec pour objectif d’atteindre les 50 000 dollars, pour les dépenses de la grossesse et de 20 000 dollars pour que Eivy puisse avoir ses deux parents auprès d’elle pour combattre sa maladie. Si nous ne réussissons pas a réunir cette somme nous serons dans l’obligation de nous séparer, ma femme rentrerai toute seule dans notre pays, elle accouchera seule sans sa petite famille et Eivy sera séparée de sa mère pour une grande partie de son traitement. Nous comptons donc sur votre soutien et vous remercions de toute l’aide que vous pourriez nous apporter . N’hésitez pas à partager cette requête auprès de vos familles, amis et connaissances. Merci de tout cœur pour votre soutien. Eivy De Sonneville et ses parents Kevin De Sonneville Camille Mayer.

518

35 634,60 €

71 %
Pour Solange

Pour Solange

Solange, 39 ans, mariée et maman de 3 jeunes garçons, se bat contre le cancer. C'est un cancer du sein triple négatif métastatique. C'est une forme particuliérement agressive au pronostic sombre à court terme. Aprés 3 traitements différents, la maladie n'a pas cessé de progresser et Solange est clairement dans une impasse thérapeutique. Il existe un traitement prometteur pour ce type de cancer, c'est l'immunothérapie (qui a fait ces preuves récemment dans d'autres cancers). L'immunothérapie n'est pas encore prescrite dans le cas de Solange, mais ce sera sûrement le cas dans quelques années car les résultats des essais cliniques sont probants. Pour l'instant, le seul moyen d'obtenir ce traitement en France est d'intégrer un de ces essais cliniques. Cependant, les selections sont difficiles (Solange a essayé) et le plus souvent, ces essais sont randomisés (c'est à dire que l'on a une chance sur deux d'avoir un placebo). Nous avons trouvé un moyen d'obtenir ce traitement, et probablement, de potentialiser son efficacité. Il s'agit de l'association d'une immunothérapie, d'un vaccin peptidique adapté aux cellules tumorales de Solange et d'une chimiothérapie (cette derniére sera faite en France). Le vaccin et l'immunothérapie sont accessibles en Allemagne où le systéme permet d'acheter ces médicaments, même lorsqu'ils ne sont pas encore indiqués dans une application médicale (ce qui est impossible en France). Mais cela coute très cher.L'ensemble des ces traitements représente presque 90000 euros pour les deux premiers mois de traitement. Si au bout de deux mois Solange répond au traitement, nous pouvons alors espérer une prise en charge par le laboratoire fabriquant (ce que l'on appelle le compassionnel). Pour boucler notre budget, il nous manque encore 25000 euros. Nous faisons donc appel à votre générosité pour espérer nous engager dans cette voie. Nous nous sommes beaucoup renseignés auprés du corps médical (français et étranger). Nous avons échangé et rencontré des personnes qui ont suivi ce traitement et pour qui cela a marché (rémisssion compléte). C'est un acte un peu fou.. mais réfléchi, préparé et bien pensé. Nous savons que cela peut fonctionner. Aidez nous à garder espoir et à tout faire pour que Solange puisse voir grandir ses enfants. Par avance, recevez toute notre gratitude pour votre gesteVivien (le mari de Solange)

490

36 141 €

144 %
Une prothèse pour John

Une prothèse pour John

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Une prothèse tibiale pour John Je m'appelle John, j'ai 25 ans et je suis éducateur sportif en tant qu'auto-entrepreneur. Le 27 août, je rentrais chez moi quand une voiture est venu me percuter en moto... Ce dernier a pris la fuite et n'a pas été retrouvé à ce jour. Cela fait maintenant 1 mois et demi que je suis hospitalisé. J'ai eu diverses fractures au niveau des deux jambes et de la clavicule. Ma jambe gauche a été gravement touché : * Fracture ouverte du tibia et péroné* Perte d'un bout d'os du tibia de 5cmJ'ai donc dû subir une dizaine d'opérations afin de pouvoir sauver ma jambe (mise en place d'un fixateur externe, opérations de nettoyage, greffe d'os et lambeau de chairs et muscles.) Ma plus grosse opération a été la greffe d'os provenant des côtes et le lambeau de chairs et muscles prélevé dans le dos. C'est cette opération qui aurait pu sauver ma jambe, malheureusement le lambeau s'est infecté et une veine ne s'est pas connectée. Je me suis battu sans relâche pendant plus de 1 mois... Le 04 octobre, j'ai décidé avec l'aide de tout mon entourage et les avis des chirurgiens d'amputer ma jambe gauche. Je souhaiterais plus que tout pouvoir reprendre mon métier d'éducateur sportif et continuer à vivre de mes passions (sports collectifs, musculation). Pour cela j'ai besoin d'une prothèse tibiale adapté au sport. Une bonne prothèse coûte très cher (entre 15000€ et 25000€). Ce type de prothèse n'est pas entièrement pris en charge par la sécurité sociale car il s'agit d'une prothèse spéciale. Et le tiers responsable de l'accident n'ayant pas été retrouvé je ne pourrais pas être indemnisé à 100%. Pour cela je fais donc appel à votre générosité, votre solidarité et vous remercie du fond du coeur. Si vous souhaitez avoir plus d'informations vous pouvez me contacter. En vous remerciant... Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! John

533

0 J

UN VISAGE POUR JUDE

UN VISAGE POUR JUDE

Bonjour à toutes et tous, Jude est un petit bonhomme de 6 ans et demi. C’est le nôtre ! Notre petit bout est né avec une pathologie appelée syndrome de Fraser (https://www.orpha.net/data/patho/Han/Int/fr/LeSyndromeDeFraser_FR_fr_HAN_ORPHA2052.pdf), une pathologie rare qui l’a condamné à naitre sans une partie de son visage (absence totale d’œil droit) et atteint d’une cécité quasi-totale de l’œil gauche avec lequel il n’a qu’une infime perception lumineuse. Depuis sa naissance, Jude a multiplié avec courage les nombreux séjours à l’hôpital lors d’opérations chirurgicales et ophtalmologiques extrêmement lourdes dont certaines, effectuées sur Marseille, ont eues pour conséquences dramatiques d’altérer un peu plus la condition esthétique de son visage mais également visuelle de son œil gauche. Nous découvrions à cette occasion la méconnaissance quasi-totale du corps médical en place (qui nous était donné comme solution de confiance à l’époque) sur les règles déontologiques à respecter lors de la prise en charge et du traitement d’un handicap aussi sévère que celui de Jude. Malgré le handicap et toutes les conséquences qui en découlent, Jude est un petit garçon plein de vie, d’humour, de créativité et de surprises qui nous impressionne de détermination et qui, avec son innocence d’enfant, oublie parfois qu’il n’est pas comme les autres.Très attentif aux sons qui constituent pour lui ses principaux repères sensoriels, au monde et aux personnes qui l’entourent, il voue une passion sans borne à la musique à laquelle il s’adonne dès que l’occasion se présente ! Le 4 janvier 2020 nous avons eu la chance inouïe de rencontrer un praticien qui nous a annoncé possible ce que nous pensions totalement impossible, à savoir reconstituer un visage plus harmonieux à Jude et peut-être même lui permettre de recouvrer un jour une vue partielle de son unique œil mais en même temps alerté sur l’urgence de l’opération afin qu’il ne le perde pas. Imaginez... Cet espoir fou qui permettrait d’améliorer la vie de notre fils, nous ne pouvons pas le laisser passer. Nous lui devons ! Mais il y a un mais. En effet, sa pathologie est si rare et complexe que seuls des chirurgiens et ophtalmologistes parisiens exerçant en cliniques privées sont en mesure de l’accepter en vue d’une première intervention en avril 2020.Les coûts relatifs à cette première intervention et autres frais liés à celle-ci, à savoir : dépassement d'honoraires des chirurgiens et anesthésistes, hospitalisation en clinique privée et les nombreux allers-retours entre Aix en Provence et Paris + hébergement sur place s'élèvent à environ 6800€ pour la seule première intervention. Selon les spécialistes rencontrés, pour mener à bien la « création » d’un nouveau visage pour Jude, il devra néanmoins subir de nombreuses interventions de chirurgie réparatrice consécutives à la première. Enfin, le spécialiste que nous avons rencontré a souligné le caractère urgent de l’opération en insistant sur le fait qu’il est primordial d’intervenir pour lui reconstituer une paupière qui puisse fermer (ce n’est actuellement pas le cas) afin qu’il ne perde son unique œil actuellement exposé à l’air en permanence, ce qui a pour conséquence de l’assécher et de le favoriser des infections. Nous sommes aujourd’hui dans l'incapacité de financer ces interventions pour notre fils. Voilà pourquoi il y a une semaine, des proches nous ont convaincus d’organiser une cagnotte Leetchi et de faire appel à votre aide et votre solidarité pour que Jude puisse bénéficier d’une vie meilleure, qu’il vive une vie future un peu plus douce et moins impactée par la violence du regard des autres, et avant toute chose, qu’il ne perde pas son œil.La seule chose que nous voulons pour notre fils c’est lui donner ce visage et peut-être un peu de vue pour lui rendre en partie ce dont il a si injustement été privé jusqu’ici et qui pourrait lui faire voir la vie autrement.Votre aide, votre soutien nous sont et nous seront d’une aide primordiale. Le moindre don, message, la moindre attention comptent pour lui et tous ceux qui l’entourent. Un proverbe dit que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Nous en tout cas, nous y croyons fort ! Merci !

540

29 J

Des dispositifs 3D pour des vies !

Des dispositifs 3D pour des vies !

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire ! Vous l'avez lu dans les médias, nous mettons à contributions les machines 3D que nous utilisons normalement pour les biathlètes de haut niveau à destination de personnels dans le besoins #HopitauxChampions En huit jours quelles avancées ! Retrouvez la cartographie des acteurs, le référencement des forces en présence et l'ensemble des fichiers 3D téléchargeables en Open-Source sur 3dchampions.org et athletics3d.com reconfiguré pour venir en aide aux services hospitaliers, nos proches et entourages ! Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons pour fabriquer des masques 3D envers les hopitaux ? Partagez cette cagnotte et partagez le hashtag #HopitauxChampions ! --- Welcome to this solidarity kitty! You have read it in the media, we are using the 3D machines that we normally use for high-level biathletes intended for personnel in need #HospitalsChampions In eight days what progress! Find the map of the actors, the referencing of the forces present and all the 3D files downloadable in Open-Source on 3dchampions.org and athletics3d.com reconfigured to come to the aid of the hospital services, our relatives and those around us! Here you can directly and in one click, participate in this prize pool.* Everyone participates in the amount they want. * All payments are secure.Do you want to help us collect more donations to make 3D masks for hospitals? Share this kitty and share the hashtag #HospitalsChampions! Merci à tous ! 🙏💜 #HopitauxChampionsThank you very much ! 🙏💜 #HospitalsChampions

499

21 521 €

Soutien à Boumendil Mohand-Arezki

Soutien à Boumendil Mohand-Arezki

Soutien à Boumendil Mohammed-ArezkiL’association Franco-Berbère l’Echo, lance et soutient cet appel à Solidarité. Elle se chargera de transférer tous les fonds récoltés à la famille du malade.Qui est Mohammed Arezki Boumendil (Mouh Arezki) ?Situation présenteLe 15 octobre dernier atterrissait Mohammed Arezki Boumendil à l’aéroport du Bourget à bord d’un avion médicalisé appartenant à une société privée spécialisée dans ce type de transfert, pour se rendre ensuite au Centre hospitalo-universitaire d’Amiens où il était attendu pour le traitement d’une tumeur au service maxillo-facial et oncologie de l’hôpital.A bord de l’appareil, en sus du pilote, un médecin et un infirmier accompagnaient l’intéressé et son épouse faisant partie du voyage à titre d’accompagnatrice. Conformément au contrat liant le patient et le prestataire (Compagnie privée de navigation aérienne), les procédures d’obtention des visas pour l’intéressé et son épouse ont été accomplies à l’aéroport même.Ce type de prestation existe et est disponible pour tout citoyen algérien qui voudrait l’utiliser, sous un certain nombre de conditions toutefois :-disposer d’un dossier médical sans faille qui justifie le transfert-trouver un hôpital qui s’engage à accueillir le patient et régler une facture présentée par ledit hôpital qui, selon les cas, peut être très lourde en sus du payement des frais du prestataire (Compagnie aérienne spécialisée) qui s’élèvent à environ trois millions de dinars, selon l’aéroport d’atterrissage.Si l’une de ces conditions n’est pas satisfaite, l’opération devient impossible à entreprendre. Ces éclaircissements étaient nécessaires pour lever toute ambiguïté concernant les conditions du transfert de M. Boumendil.Pour l’heure, les frais occasionnés par l’opération de transfert, le payement d’une partie des frais d’hôpital ainsi que ceux induits par l’approche exploratoire et les premiers soins entrepris en Algérie avoisinent les 20 000 euros et les six (6) millions de dinars, entièrement pris en charge par l’intéressé, en particulier grâce à la solidarité spontanée et massive de sa famille, dans le large sens du terme.Il n’a donc jamais été question d’un privilège quelconque lié à quelque statut que ce soit, qu’il s’agisse d’obtention du visa, de couverture sanitaire et, encore moins, de soutien financier de l’Etat.Pour l’heure, l’intervention des services de l’Etat algérien s’est limitée à l’autorisation du vol de transfert, sur la foi d’un dossier irréprochable, en procédant à l’ouverture d’un couloir de navigation aérienne, fermeture des frontières aériennes oblige.-Biographie express1. Une enfance écrasée par les disettes et la misèreAujourd’hui retraité et père de quatre enfants, Mohammed Arezki Boumendil (Mouh Arezki) est né le 10 juin 1955 au village Tarihant, dans les Aït Ouaguenoun, à mi-chemin entre la métropole kabyle de Tizi 0uzou et la charmante station balnéaire de Tigzirt.Le village, à l’instar de toute la région d’ailleurs, était alors ravagé par les maladies, les disettes et la misère ambiante propres à la sortie de la Seconde guerre mondiale, mais aussi les rigueurs d’un régime colonial répressif et injuste et les conditions allaient se dégradant avec la guerre de libération nationale. Issu d’une famille très modeste dont l’indigence crasse était le lot quotidien, il est le dernier d’une fratrie de trois garçons et deux filles.De cette enfance faite de dénuement, il héritera d’un trait de caractère dont il ne se départira jamais : l’humilité, et une forte propension à rechercher la compagnie des plus fragiles avec lesquels il se plaît à partager sans calcul, sans restriction ni limite, le cœur toujours sur la main comme peuvent en témoigner tous ceux qui le connaissent.Avec l’âge, prenant de plus en plus conscience de sa condition et du si peu reluisant fonctionnement de la société et du monde en général, c’est la rébellion qui l’habite. Cela se verra et se confirmera le long de sa vie d’enfant, d’adolescent, puis d’adulte. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que cette révolte qui sourde en lui le pousse dans le rôle de David contre Goliath, peu soucieux de ce qui pouvait lui en coûter, tant que sa conviction était faite que la cause défendue était juste.Autant qu’il s’en souvienne, raconte-t-il, l’acte fondateur de cette rébellion qui l’habitera eut lieu vers le mois de septembre 1964, alors qu’il venait d’entamer largement sa dixième année.Il faut dire qu’à l’époque, l’aîné des trois frères, Hand, était émigré en France, Mouh Saïd fréquentait l’école du village et lui, Mouh Arezki, s’occupait d’un quarteron de chèvres faméliques qu’il menait brouter dans les maquis environnants, profitant au passage pour ramasser du bois mort avant de rentrer à la maison avec son fagot quotidien de ce combustible précieux.Selon la logique paysanne du père, un ordre immuable était donc installé donnant à chacun sa place et son rôle dans la maisonnée, lequel ordre fermait les portes de l’école à Mouh Arezki, le dernier de la lignée.Deux choses vinrent fort heureusement contredire cette funeste perspective : la décision de Mouh Saïd de partager ses livres et son savoir avec son jeune frère et la passion dévorante de ce dernier pour l’étude.De fait, avant même que d’avoir franchi les portes de l’école pour la première fois, il savait lire, écrire, calculer, et s’essayait même avec succès à résoudre des exercices d’arithmétique sous les encouragements de son frère.Non seulement Mouh Arezki avait la chance d’avoir en son frère le meilleur élève de l’école, mais cette situation permit aussi de développer chez lui des qualités d’autodidacte exceptionnelles.C’est dans ce contexte qu’un soir du mois de septembre 1964, dans le sillage de la rentrée, il prit son courage à deux mains et fit part à son père de son vœu de rejoindre Mouh Saïd à l’école.La réponse fut aussi rapide que sidérante. N’eussent été la charge émotionnelle qu’elle portait en elle et les conséquences dramatiques qu’elle impliquait pour lui, elle eût même été drôle : « Si Hand envoie une lettre de France, Mouh Saïd est là pour nous la lire ; et que veux-tu donc faire à l’école, toi ? »Il n’en voulut même pas à son bougre de père dont la seule logique, il le savait, était celle de la survie de la famille face au dénuement dont l’ampleur s’est encore aggravée avec la terrible répression qui s’est abattue sur la Kabylie en réponse aux maquis du Front des Forces socialistes (FFS) de Hocine Aït Ahmed, qui dénonçait le détournement du cours de la révolution et exigeait la mise en œuvre d’un processus démocratique dans le pays.2- La rébellionAutant dire que cette nuit-là, abattu, Mouh Arezki ne dormit pas. Il n’empêche que le matin, de bonne heure comme à l’accoutumée, il quitta la maison, ses chèvres devant lui, prenant la direction des maquis.Mais, au-détour d’un sentier d’où il se savait invisible du village, il laissa ses bêtes aller paître à leur guise et rebroussa chemin : cap sur l’école où il tenait coûte que coûte à forcer le destin en tentant de se faire admettre en suppliant, au besoin, le directeur, M. Aggag, un vieux monsieur affable qui lui semblait sensible et compréhensif.Tout ne fut cependant pas si simple, son âge avancé étant un obstacle sérieux à sa requête. Aussi, le refus fut-il inévitable. Il éclata spontanément en sanglots et, dans une dernière tentative de convaincre le directeur visiblement ému, il lui dit d’un trait, en français : « Vous savez monsieur le Directeur, je sais lire, écrire, compter et même calculer... »Pris sans doute de pitié devant cet être chétif, en guenilles, qui réclamait son droit au savoir, il lui demanda de le suivre dans une salle de classe vide et lui fit subir un test qu’il remporta haut la main : écriture, lecture, calcul, tout y passa.- Demain matin tu viens commencer fiston, dit-il simplement, visiblement convaincu, voire surpris par les prouesses de l’enfant.Jamais sans doute M. Aggag ne pouvait imaginer combien ces quelques mots sonnèrent comme une musique sublime descendue du ciel aux oreilles du gamin qui n’en revenait pas d’avoir, tout compte fait, gagné la partie.Partie gagnée ? Ce n’était malheureusement pas tout à fait le cas car il redoutait par-dessus tout la réaction de son père lorsqu’il apprendrait, le soir venu, qu’il avait bravé son autorité et que des villageois ne manqueraient pas de venir se plaindre à lui de ce que les maudits caprins que Mouh Arezki avait laissés à l’abandon le matin avaient sans aucun doute causé des dégâts dans les champs et les quelques maigres potagers environnants.Qui a dit que les miracles n’existaient pas ? De toute façon, il y en eut bien un ce jour-là. Toutes les angoisses et les appréhensions qui taraudaient le cerveau de l’enfant le long de la journée s’envolèrent lorsque son père, une fois rentré à la maison après son labeur quotidien, s’adressa à lui, presque amusé :- Alors gamin, on va à l’école demain ? Mais n’oublie pas que chaque jour, à ta sortie d’école, les chèvres t’attendront...3- Des études rapides, hors les sentiers battusEntré à l’école avec plusieurs années de retard comme on a pu le voir, grâce à sa décision de mettre un terme dès sa troisième année de collège, qu’il passa en interne à Tigzirt sur mer, au cursus classique des études pour suivre des voies hors des sentiers battus, un choix rendu possible par son extraordinaire aptitude à l’étude en solo et par la multiplicité de possibilités qu’offrait alors une Algérie sortie de la nuit coloniale pour jeter les fondements de sa construction, Mouh Arezki décida de devenir ingénieur et y crut dur comme fer.Sa décision était motivée par le fait que son père était décédé l’année de sa rentrée en sixième et qu’il ne pouvait pas rester une lourde charge pour ses deux frères qui tiraient le diable par la queue pour tenter de répondre tant bien que mal aux besoins vitaux de la maisonnée enrichie, entre temps, des enfants de l’aîné Hand rentré de France et qui travaillait à l’usine textile de Mirabeau pour à peine un peu plus d’un dinars de l’heure.Pour sa part, après avoir brillamment obtenu son certificat d’études primaires, Mouh Saïd dut se résoudre à se reverser dans la vie active pour aider à la survie de la famille.A défaut d’aider à son tour, Mouh Arezki décida donc de choisir une voie qui permette sa propre prise en charge, déchargeant ainsi la famille d’un lourd boulet qu’ils ne pouvaient peut-être même pas supporter quatre ans encore s’il avait choisi de mener son cursus scolaire normal jusqu’au baccalauréat qu’il aurait alors passé à l’âge de... 22 ans !En quelques mois, sans aide ou si peu, il assimila l’essentiel des programmes de la quatrième année du collège et des trois années de lycée, qu’il n’effectuera jamais, pour les matières (mathématiques, physique et chimie) proposées aux concours d’entrée des écoles d’ingénieurs.En septembre 1974 s’ouvrit un concours d’entrée à l’Institut national des industries légères (INIL) de Boumerdes pour des études d’ingénieur d’Etat de cinq ans. 80 places étaient en jeu pour 3 000 candidats inscrits. Il tenta sa chance et ce fut la bonne.C’est ainsi qu’en juin 1979, à l’âge de 24 ans, il devint il devint l’un des plus jeunes ingénieurs d’Etat de sa promotion, dans la filière Chimie-Biochimie, option Industries alimentaires, à l’issue de la soutenance d’un mémoire sur le thème de l’« Influence de la qualité de l’eau sur la qualité de la bière ».Après une année passée à la Brasserie d’Annaba au niveau du contrôle de qualité de la bière, il fut rappelé à l’INIL en septembre 1980 dans le cadre d’une politique volontariste d’algérianisation du corps enseignant.Et, pour l’anecdote, il se retrouva en position d’enseignant face à des anciens copains de classe au collège de Tigzirt qui, eux, avaient suivi le cursus d’études classique jusqu’au baccalauréat.4- Une puissante fibre militante et patriotiqueLes programmes d’enseignement dispensés à l’INIL étaient de haute facture et il les assimilait avec une rapidité et une facilité déconcertante, ce qui lui laissait beaucoup de temps libre. Le temps de beaucoup lire, d’observer la société, de s’intéresser à la condition de ses compatriotes et au régime politique de Houari Boumediène qui s’installait, confortait ses assises et étendait ses tentacules qui diffusaient la peur de la Sécurité militaire jusqu’à provoquer la méfiance maladive de chacun vis-à-vis de chacun, transformant la société en un troupeau de zombies anesthésiés, sans existence à proprement parler, et tout voué à la peur et au culte du chef, de ses prolongements et de ses symboles.Il constate, par exemple, avec une rage mal contenue, qu’une politique d’arabisation du système éducatif conçue et menée par des idéologues arabisants et islamisants au grand dam des intérêts du peuple algérien et du pays, avait relégué la langue et la culture berbères de sa grave situation de déni à celle, encore plus grave, d’éléments subversifs durement réprimés, notamment en Kabylie et dans l’Algérois.En 1976, alors qu’il était en quatrième année d’études à l’INIL, il crée avec un groupe restreint d’amis le Mouvement populaire pour le renouveau culturel (MPRC), une organisation clandestine qui milite en faveur de la reconnaissance de la culture et de la langue berbères, des libertés démocratiques et des droits humains. Un tract tiré par ronéo à 5 000 exemplaires et distribué dans le centre du pays en était l’acte fondateur.Un an plus tard, le mouvement qui, toute proportion gardée, pouvait être considéré comme l’ancêtre du Mouvement culturel berbère (MCB), était dissout et les documents compromettants détruits, alors que les limiers de la Sécurité militaire étaient à un cheveu d’en identifier les responsables.En 1978, le ministère de l’Industrie et de l’Energie, tutelle administrative de l’INIL, décida unilatéralement de prolonger le cycle des études d’une année de stage obligatoire en entreprise, dite de « mise en situation professionnelle », à l’issue du cursus normal d’enseignement et du soutien du mémoire de fin d’études.S’ensuivit une grève des étudiants de plusieurs mois, dirigée par un comité désigné en assemblée générale, fait rarissime sous le régime musclé du colonel Boumediène.Au cours des assemblées générales des étudiants grévistes où le nombre de participants avoisinait les 2 500 qui s’entassaient au Foyer, Mouh Arezki avait souvent des décisions à critiquer ou des propositions à formuler. Mais, paralysé par une timidité maladive, il n’osa jamais demander le micro pour prendre la parole.Or, quelques semaines après le déclenchement de la grève dont le slogan radical « Pas de dialogue ! » était sans doute une erreur, le Comité a décidé d’écrire au président Boumediène pour plaider la cause des étudiants. Réputé pour être la plus belle plume du campus, Mouh Arezki a été choisi pour présenter un projet de lettre à l’Assemblée générale.Ce fut à cette occasion qu’il prit le micro pour la première fois, pour donner lecture de sa « lettre au président Houari Boumediène » devant une impressionnante masse d’étudiants. Plus qu’un succès, ce fut un triomphe ! D’ailleurs, il fut décidé de l’intégrer à partir de ce jour dans le collectif du comité et, quelques jours plus tard, il fut carrément porté à la tête de ce dernier.Depuis, sa timidité disparut comme par enchantement. Micro en main, il s’avéra même être un tribun hors pair, servi par une surprenante spontanéité et des accents de sincérité qui ne laissaient personne indifférent, comme il le prouvera encore beaucoup plus tard au cours de ses campagnes électorales et de ses conférences-débats mémorables.Tous les subterfuges possibles et imaginables ont été exploités pour transmettre la lettre des étudiants grévistes en mains propres au président Boumediène. Ainsi, les archives de la télévision nationale ont immortalisé l’instant où les capitaines d’équipe du CRB et de l’USMA lui remettaient chacun son tour le document, écrit de la main de Mouh Arezki, à l’occasion de la remise des médailles au stade du 5 juillet, à l’issue du match opposant les deux équipes en finale de la coupe d’Algérie de football.Une semaine plus tard, en tant que dirigeant d’un mouvement de grève dans un régime qui ne souffrait pourtant pas entendre ce mot si subversif, il était reçu pendant trois heures à la présidence de la République, à la tête d’une délégation de douze étudiant(e)s. Tout simplement incroyable pour l’époque !De même, il a pu participer à une émission sur la radio Chaîne III pendant laquelle il eut tout le loisir d’expliquer les tenants et aboutissants de la grève estudiantine, allant jusqu’à oser traiter le ministre de l’Industrie et de l’Energie, Bélaïd Abdeslam, ministre de tutelle de l’INIL, de « réactionnaire », ce qui dans la sémantique de l’époque constituait une offense suprême.L’animatrice de l’émission, la pauvre Zahia Yahi, a été immédiatement licenciée sur un appel du ministre de l’Information et de la Culture, El Ibrahimi, lui-même ayant reçu une plainte du ministre de l’Industrie et de l’Energie, Bélaïd Abdeslam.Plusieurs années plus tard, on apprit que Mouh Arezki et trois des étudiants ayant fait partie de la délégation à la présidence devaient être arrêtés. On ne saura probablement jamais pourquoi cela ne s’est pas produit.A la rentrée, tout est rentré dans l’ordre. Le comité des étudiants qui n’avait aucune assise légale a été reconnu tacitement par la direction de l’institut comme représentant des intérêts des élèves et Mouh Arezki restera à sa tête jusqu’à la fin de ses études, en juillet 1979.5- Survol de la carrière professionnelleRappelé à l’INIL à la rentrée 1980/81 dans la cadre de l’algérianisation du corps enseignant, Il fut installé dans la chaire « Traitement des eaux et Boissons » pour y assurer les cours de Chimie des eaux et ceux de Traitement des eaux.Le corps enseignant algérien l’a aussitôt adoubé comme son représentant auprès du syndicat de l’Institut et comme son porte-parole auprès de la direction générale.Quelques années plus tard, à la faveur de la restructuration de l’INIL en trois instituts distincts, il fut affecté à l’Institut national des Industries alimentaires (INIA) et installé à la tête de la chaire « Traitement des eaux et Boissons » jusqu’à 1997.De 1980 à 1997 il eut à encadrer des dizaines de mémoires de fin d’études d’Ingénieurs d’Etat et il a organisé plusieurs séminaires d’étude au profit des cadres techniques d’entreprises nationales de la filière agroalimentaire.Parallèlement, il développa sa passion de journaliste. En pleine révolte d’octobre 1988, il publie un premier article de presse dans le très célèbre hebdomadaire « Algérie Actualités ».Intitulé « J’existe, les autres aussi », il s’agit d’un véritable plaidoyer en faveur de l’ouverture démocratique. Ce fut le précurseur d’une activité journalistique débordante, dont voici un aperçu non exhaustif :- Rédacteur en chef du bimensuel « Libre Algérie » (1990-1992)- Rédacteur en chef du quotidien « La Nation » (1992)- Directeur de la rédaction du quotidien « L’Opinion » (1993-1994)- Editorialiste au quotidien « La Tribune » (1994-1995)- Chroniqueur et analyste politique dans divers titres et sites (Algérie News, Liberté, TSA...) (2003-2017)- Directeur de la rédaction du journal en ligne « Algérie Monde Infos » (2018-2019)- Diverses contributions dans la presse nationale (El Watan, Liberté...) et internationale (Le Courrier international...)Il a aussi été conseiller auprès du cabinet du ministère de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Ville (2012-2013), Consultant technique auprès du ministère de l’Industrie et de la Promotion de l’Investissement (2013-2014) et Consultant au ministère du Commerce (2014-2015) où il conçut et réalisa deux numéros de la revue semestrielle du ministère intitulée « Le Commerce en Revue ».6- Activités extra-professionnelles : quelques faits saillantsLe long de ces années, ses activités militantes, politiques, associatives et culturelles ne connurent pas de répit.Il participa, entre autres, à la création de la section Algérie de l’ONG Amnesty International initiée par feu Dr Ameur Soltane et à la fondation du Forum Démocratique Autonome avec Hocine Aït Ahmed. Il assurera le secrétariat général adjoint du Forum jusqu’à 1995.Candidat aux législatives de 1991 sous les couleurs du Front des forces socialistes (FFS), il fut élu dès le premier tour, avec plus de 60% des voix, dans la circonscription Tigzirt-Makouda en Kabylie.En 1995, hostile à la participation de son parti à la rencontre de Sant’Egidio et à son adhésion au contrat de Rome qui en est issu et qui fait la part belle aux islamistes du FIS, il finit par quitter le FFS à l’issue d’une déclaration publique dans laquelle il appelle les démocrates à dépasser leurs divergences et à s’unir et contribue, ainsi, à la naissance du concept de « Convergence démocratique » qu’il tentera de mettre en œuvre avec le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), qu’il a intégré entre-temps, comme secrétaire national chargé de la Communication.C’est en cette qualité qu’il a été invité en 1996 par le National Democratic Institute (NDI), à suivre l’ensemble du processus électoral qui a conduit à la réélection de Bill Clinton comme président des Etats-Unis.A l’occasion de ce séjour d’un peu plus d’un mois aux Etats-Unis, il a été reçu au secrétariat d’Etat où il a évoqué la situation en Algérie et a fait part de ses fortes réserves sur la lecture des évènements que font les Etats-Unis et sur leur position conciliante vis-à-vis de l’intégrisme islamiste, qui complique la tâche de l’Etat et du peuple algériens dans leur combat contre un terrorisme particulièrement meurtrier, soulignant que cette approche qui semble ignorer la nature du mouvement islamiste met en danger les intérêts américains mêmes.Lors d’une conférence qu’il anima devant un parterre d’enseignants à l’Université d’Etat de Caroline du Nord, il ira encore plus loin en affirmant que les Etats-Unis seront frappés à leur tour un jour ou l’autre et que l’Amérique se rendra alors compte qu’elle avait joué avec le feu en cultivant des proximités douteuses et dangereuses. C’était quasiment une prédiction de la catastrophe du 11 septembre 2001 !En 1997 il se porte candidat aux législatives sur une liste du RCD, dans la même circonscription qu’en 1991 où il se présentait alors sous le label FFS. Elu, il siègera à l’Assemblée populaire nationale (APN) jusqu’en 2002. Il y confirmera son caractère rebelle, notamment en étant le seul député à voter contre la loi portant réconciliation nationale, alors que l’ensemble de l’opposition avait adopté l’incompréhensible attitude de l’abstention.Sur un tout autre registre, Mouh Arezki est auteur d’un nombre important de poèmes. A ce titre, il participa aux premières poésiades de Bougie auprès de Tahar Djaout, Mohamed Fellag, Farid Mammeri et de nombreux autres artistes, écrivains et poètes.Bien que n’ayant pas songé à les publier, certains de ses textes figurent en bonne place dans une Anthologie de la poésie algérienne d’expression française de 1930 à 2008, encadrés par ceux de Tahar Djaout d’un côté et ceux de Kateb Yacine de l’autre !7- Appel à donsIl s’apprêtait à mettre à profit une retraite paisible pour mettre de l’ordre dans ses nombreux écrits et apporter, notamment, son témoignage original sur les trente tumultueuses dernières années qui ont vu l’Algérie subir de profondes mutations. C’est alors qu’une grave tumeur de la face le surprit.Son parcours militant et politique, mais aussi ses activités journalistiques et culturelles, lui ont permis de rencontrer le plus beau des animateurs de la scène nationale dans presque tous les domaines et à presque tous les niveaux.Après avoir constaté l’incapacité objective de l’hôpital public algérien et des cliniques privées nationale de prendre en charge une opération chirurgicale particulièrement lourde, sensible et compliquée, il est hospitalisé depuis le 16 octobre à l’Hôpital d’Amiens en France, sans la moindre couverture sociale, attendant des soins longs, difficiles et très onéreux, que ne peuvent prendre en charge, à eux seuls, ses maigres moyens et ceux de sa famille.Nous comptons sur votre générosité pour l’aider à revenir parmi nous. Pour tous vos dons :France et Etranger :Participez à la cagnotte : Soutien à Boumendil Mohand-Arezki Leetchi.com La cagnotte est encore ouverte jusqu'au 31 Décembre 2020Algérie- Compte en dinar: cpa banque 1784100060608clé06

481

20 360 €

Stronger together for Fiorella

Stronger together for Fiorella

Au mois d’août, ma tata a eu un grave accident en tombant d’un bateau et a été amputée d’une jambe et d’un bras. Le chemin a été long, après quelques semaines dans le coma, presque deux mois aux soins intensifs, nombreuses opérations, elle a été transférée ce 13/10 au centre de revalidation (ctr). D’ici quelques semaines, ils envisagent de lui mettre des prothèses. Lorsqu’elle pourra rentrer chez elle, il faudra également adapter son logement. Comme vous pouvez vous en douter, tous ces soins engendrent d’énormes coûts. Je fais donc appel à votre générosité dans l’espoir de récolter des fonds pour pouvoir subvenir à toutes ces dépenses. Merci de partager et merci d’avance pour elle :-) Alexandre, son neveu._________________________________________________________________My aunty had a terrible boat accident in August. After weeks in coma, 2 months in intensive care, multiple surgeries she is finally being transferred today, on her birthday, to a revalidation facility In few weeks she will get her prostheses.When she will be able to go home it will have to be arranged.As you may know these structures are very expensive, so I am reaching out in order to get her all the help possible in order to make her new life a little bit easier. Thank you for your generosity and thank you for sharing._________________________________________________________________________Mia zia ha avuto un terribile incidente in barca ad agosto e le hanno amputato una gamba e un braccio. Dopo settimane di coma, 2 mesi in terapia intensiva, diversi interventi chirurgici, è stata finalmente trasferita il 13/10, in una struttura di riabilitazione.Tra qualche settimana avrà le sue protesi.Quando potrà tornare a casa, anche il suo alloggio dovrà essere adattato. Come potete immaginare, queste strutture sono molto costose. Mi appello quindi alla vostra generosità nella speranza di raccogliere fondi per coprire tutte queste spese. Grazie per la condivisione e grazie in anticipo per lei :-) Alexandre, suo nipote.

318

157 J

29 %
L'hémiplégie de Léonie - Des ailes pour Ninibelle

L'hémiplégie de Léonie - Des ailes pour Ninibelle

Des ailes pour Ninibelle, c'est le projet d'une opération en Allemagne pour aider notre fille, Léonie à marcher correctement et grandir autrement. Léonie a 6 ans....Elle a fait un AVC juste avant de naître, sans raisons médicales. Léonie est hémiplégique et son côté gauche ne répond pas correctement à son cerveau car l'AVC a laissé des lésions cérébrales.Léonie c'est ma petite coccinelle que j'appelle Ninibelle. Elle est drôle, coquine, rêveuse courageuse et têtue.Elle a grandi au rythme de ses nombreux rdv médicaux (8 à 9 par semaine depuis se première année de vie) pour stimuler son développement moteur et cognitif. Tout son côté gauche a été touché par son AVC (son oeil, sa bouche, son bras, sa jambe, son pied).Sa jambe et son pied sont de plus en plus raides car en grandissant, Léonie a de la spasticité (excès de tonus musculaire involontaire). Son tendon se rétracte et commence à déformer son os. Il existe une solution à mettre en place cette année : une opération en Allemagne, non prise en charge par la sécurité sociale, qui donnerait à Léonie des ailes pour grandir. Cette opération S.D.R (Selective Dorsal Rhizotomy) consiste à sectionner dans la moelle epinière, des racines sensitives pour couper la mauvaise communication entre les muscles et le cerveau et réduire le phénomène de spasticité.Libérée de cette spasticité, Léonie pourra développer (avec une rééducation intensive pendant un an) sa jambe gauche et marcher correctement. Le cout de l'opération, des attelles et de la rééducation post operatoire est de 25000 €. Aidez Léonie, aidez Ninibelle à voler de ses propres ailes ! Mille mercisMarjorie, maman de Léonie

402

0 J

84 %
En soutien au combat de Nicolas Gigot

En soutien au combat de Nicolas Gigot

Je me présente : Manon Cartillier je suis Community Manager pour la page facebook des Espoirs de l'USBPA, avec le staff et les joueurs espoirs nous avons décider de créer cette cagnotte en soutien à l'un de nos joueurs. Nicolas Gigot, jeune joueur de rugby belge, actuellement au sein des espoirs de l'USBPA joue le match de sa vie. Il a été victime le 16 juin 2020 d'une hyperthermie et d'une hépatite fulgurante, il a par la suite subit une greffe de foie mais il a eu de nombreuses complication. Lors de l'hospitalisation de Nicolas pour pouvoir communiquer avec lui ses parents aurait eu besoin d'un appareil appelé Tobii qui permet à une personne ne pouvant pas parler de communiquer via le regard avec ses proches. Nicolas nous ayant malheureusement quitté des suites de sa maladie.Ses parents, Nadine et Bernard, souhaiterais que la cagnotte serve à l'achat de cet appareil afin de l'offrir à l'hôpital de Lyon ou était hospitalisé Nicolas.Nicolas était un garçon plein d'humanité et de générosité et ce don aurait été son choix pour que cet appareil soit disponible pour une autre famille dans le besoin.L'autre partie de la cagnotte, suite a l'achat de cet appareil sera reversé en faveur du tournoi AinVictus pour lequel Nicolas s'était énormément investi et auquel il tenait beaucoup.A la demande des parents, il est souhaité ni plaque ni fleur pour l'enterrement, son papa et sa maman privilégie la participation sur la cagnotte pour réaliser ces deux actions en la mémoire de Nicolas.Nous laissons la cagnotte ouverte si vous souhaitez participer à cet acte de générosité qui représente bien notre Nicolas.

438

18 380 €

Paturel - Tixier le défi pour la bonne cause :  ils se lancent un défi pour venir en aide et encourager le progrès dans la recherche pour la moelle épinière et la lutte contre le Cancer.

Paturel - Tixier le défi pour la bonne cause : ils se lancent un défi pour venir en aide et encourager le progrès dans la recherche pour la moelle épinière et la lutte contre le Cancer.

Bonjour à tous,Nous avons mis en place une cagnotte dans le cadre de notre projet associatif qui est également un défi personnel !Nous sommes tous les deux, des pilotes professionnels de motocross et nous avons à coeur ce projet. Nous nous sommes lancé un challenge : Faire Paris-Nice en Vélo sur 9 jours.Et pour donner un sens à ce projet, nous avons décidé de le faire pour 2 causes qui nous lient. En effet Benoit Paturel a perdu sa mère d'un cancer et le frère de Jordi Tixier est paralysé suite à un accident de vélo.Nous avons donc décidé de reverser les fonds de cette cagnotte à 2 associations :- L'IRCL : l'Institut de recherche cantre le Cancer de Lille.https://www.ircl.org/- Wings for life : Fondation pour la recherche sur la moelle épinière.https://www.wingsforlifeworldrun.com/fr/about/la-fondationPendant ces 9 jours de vélo, nous allons vous faire partager en direct notre quotitien via nos réseaux sociaux. Donc restez connecté !Afin d'en savoir plus, n'hésitez pas à visionner notre vidéo et à nous suivre sur les réseaux sociaux.Nous vous préparons beaucoup de surprises alors participez à cette cagnote ! On compte sur vous ! Ce sont des causes qui nous touchent personnellement mais qui nous touchent tous également. On a besoin de vous.Partagez cette cagnotte !Merci à tous !Au prochain palier ( 10000€ ) nous vous offrons 2 places pour le Grand Prix de France mxgp 2021. Alors partager au maximum. Alors aidez nous et tentez votre chance 👌

362

21 114 €

1407 %
Pour le sourire d'Antonin

Pour le sourire d'Antonin

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire pour Antonin et sa famille; sa maman Aude, son papa Olivier, son grand frère Leo et sa petite soeur Noëlly ! Pour qu'Olivier et Aude n'aient à se préoccuper que d'Antonin dans le combat qu' ils mènent aujourd'hui ensembles face à sa maladie; un cancer des os, sarcome d'Ewing avec métastases.Qu'ils vivent ce combat dans l'amour et puissent être tous les 2 à ses côtés jours et nuits, sans les tracas financiers. Vous pouvez les aider et les soutenir en 1 clic. Novembre 2018, la vie d'Antonin bascule, le verdict tombe : "sarcome d'Ewing". Tumeur de 12cm au fémur droit et métastase de 4mm au fémur gauche ainsi qu'à la clavicule. Les spécialistes de la Timone à Marseille, en collaboration avec l'institut Curie enclenchent un nouveau protocole américain. Il s'agit d'une chimio très agressive pour ce petit bonhomme de 7 ans, qui sera suivie d'une chirurgie puis de nouvelles phases de chimio sur une durée de 3 ans. Sa maman Aude, a dû arrêter ses études d'infirmière et son papa Olivier s'absente fréquemment de son travail pour pouvoir faire les allers retours entre chez eux et l'hôpital (50km) et s'occuper de Noëlly sa petite soeur et Leo son grand frère. Nous faisons donc appel à votre bon coeur !!! D'avance merci pour votre participation et votre soutien !! Merci à Fabien Fouquet, champion de boxe France et Europe, pour sa participation et son accord pour publier la photo.

406

17 158 €

L’espoir fait vivre : le combat de Malika

L’espoir fait vivre : le combat de Malika

Bonjour à tous,Je m’appelle Malika j’ai 41 ans.J’ai trois enfants : Nordine 15 ans, Lina 13 ans et Mayssa 11 ans. Cela fait trois ans que je me bats contre un cancer triple négatif du sein.Aujourd’hui, j’ai plusieurs métastases qui se sont logés sur la chaîne ganglionnaire dans la cage thoracique et dans le sein.Ce cancer est très agressif et se propage très rapidement.J’ai eu plusieurs types de chimiothérapie, une ablation totale du sein, plus de 60 séances de radiothérapie et plusieurs séances d’immunothérapies mais RIEN n’a fonctionné.J’ai au courant du mois de décembre 2019, récidivé. Après une batterie d'examens, le corps médical m'informe de l'arrêt des soins. Je passe donc d'un traitement curatif à un traitement palliatif.La maladie progresse et aujourd'hui j'ai un espoir. En Allemagne, il existe un traitement combinant immunothérapie et un vaccin peptidique adapté à mes cellules thumorales.Grâce à plusieurs femmes qui ont eu recours à ce traitement, un espoir est né dans mon cœur et j’ai grâce à vous, à votre générosité, tout l’amour que vous me donnez (pour moi chaque don et une dose d’amour) j’ai envie encore plus de me battre!!!!Je vous remercie du plus profond de mon ❤️ Pour vos prières, vos dons et vos partages. Une page facebook est à votre disposition sur laquelle je partage mon quotidien et d'autres éléments qui justifient la mise en place de cette cagnotte c'est : https://www.facebook.com/Lespoir-fait-vivre-le-combat-de-Malika-105951848151394/Prenez soin de vous et MERCI, MERCI, MERCI pour votre générosité et votre solidarité Malika_________________________________Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

444

15 256 €

15 %
Soutien à Christophe

Soutien à Christophe

Aidez Christophe a reprendre le cours de sa vie... Le Jour de l'accident : Il y a quelques jours, mon ami Christophe a eu un grave accident en bricolant chez lui, déjà affaibli moralement par la fermeture imposée par le COVID-19 de son petit commerce, se retrouvant sans revenu.La disqueuse qu'il utilisait pour fabriquer une table en bois a été projetée en plein milieu de son visageIl tombe par terre, totalement sonné. Il touche son visage et sent la lame au milieu... elle est bloquée, il parvient tout de même à la retirer et à se traîner jusqu’à la route la plus proche, en bas de chez lui, ne parvenant plus à parler et donc dans l'incapacité d'appeler les secours.Le plaisir qu’il avait de bricoler dans sa maison s’est transformé en cauchemar à ce moment-là.A sa place, je pense vraiment que je n’aurai pas trouvé la force de me relever.Heureusement en arrivant sur la route, une personne l’a secouru et a appelé les pompiers après que quelques dizaines de voitures n'aient pas eu le courage de s'arrêter...Il s’en est fallu de peu... Une prise en charge par les Pompiers puis le Samu et direction l’hôpital Pasteur à Nice. Plusieurs chirurgiens défilent et ne peuvent rien pour lui...Par chance le 5ème accepte et une longue opération commence... Le chirurgien fait tout de même un gros travail pour refermer la plaie et consolider mais le mal est fait, dents, palais, machoire, nez sont cassés... Le retour à la maison : Aprés quelques jours d'hospitalisation Christophe est de retour chez lui, avec un sentiment d’impuissance et de dépassement face aux nombreuses épreuves qui l’attendent encore. Il ne peut s’alimenter qu’avec des aliments liquides par une seringue et a besoin d’aide au quotidien. Heureusement ses proches sont là. Mais pour lui, d’habitude tellement indépendant, c’est une souffrance supplémentaire à endurer et à accepter. Les interventions de chirurgie plastique, dentaires dont il aura besoin sont très coûteuses. A ce jour, il ne pourra pas trouver les fonds nécessaires par le biais de l’assurance maladie ou de sa mutuelle. Le peu d’économies qu’il possède serviront à financer ces opérations mais cela sera loin de suffire. Son moral est au plus bas, mais il se bat et son entourage l’aide du mieux possible. C’est pourquoi j’en appelle à votre générosité. Un geste pourra l’aider à avancer, à retrouver son visage et à pouvoir reprendre une vie normale tout simplement.Christophe Didion est commerçant (boutique Juste Ici), il a 32 ans... Il a la vie devant lui. J’ai tellement de tristesse en me disant que tout va être compliqué et qu’il n’aura fallu que quelques secondes, une disqueuse défaillante... pour que toute sa vie bascule. Merci de partager un Maximum !

399

15 721 €

SAUVONS ABDELLAH DU CANCER

SAUVONS ABDELLAH DU CANCER

AIDEZ NOUS A SAUVER ABDELLAH !Le temps presse. Le cancer ronge les os de ce jeune garçon de 16 ans à peine.Aujourd'hui nous nous mobilisons pour lui venir en aide:Abdellah est un jeune de 16 ans, habitant à Alger. Diagnostiqué en Février 2020, c'est avec effroi qu'il découvre que ses douleurs lancinantes à la hanche sont en fait un début de cancer, appelé sarcome d'Ewing. La maladie ronge littéralement ses os, le bassin, puis le fémur....Il passe plusieurs mois en chimiothérapie avec l'espoir d'une guérison. Malheureusement son cas s'aggrave, et des métastases aparaissent dans les poumons.Inopérable en Algérie, désormais sa seule solution est d'aller en Turquie. Ses parents se battent chaque jour pour trouver une solution. Ils frappent à toutes les portes pour sauver leur enfant. Ils prennent contact avec des professeurs en onconlogie, en Turquie, qui prennent connaissance du diagnostic des medecins algériens, et acceptent de l'opérer.A ce jour, 2 opérations sont prévues:- 1 première de 20 000 $ , pour retirer la tumeur du fémur et de la hanche.-1 deuxième de 11 620 €, pour retirer les nodules métastasés des poumons.A cela s'ajoute le transport vers la Turquie et l'hébergement sur place des proches accompagnateurs dans cette terrible épreuve. Et après les opérations, Abdellah reprendra une honéreuse chimiothérapie..Nous avons des preuves de tout cela, les compte-rendus médicaux algériens, les IRM, les devis turcs, la réservation des billets, l'obtention des visas turcs....Sa famille, son père, sont d'honnêtes travailleurs qui depuis l'annonce de cette maladie, se sont saignés pour leur enfant. Mais la charge devient vraiment lourde et c'est pour ça que j'ai décidé d'aider en lançant un leetchi.LE TEMPS PRESSE. Abdellah a 16 ANS. Il a la vie devant lui.Il peut encore être sauvé. Les médecins sont confiants. Mais pour ça j'ai besoin de la mobilisation de tout le monde. Il doit absolument être opéré ce mois-ci.SVP, aidez nous à le sauver !PS: Je suis Ayachi Benrehab, joignable au 06.26.39.35.29. pour plus d'infos si besoin.Ceux d'entre vous qui me connaissent savent que Tout est véridique,vérifié,preuves à l'appui.Merci encore, on compte sur vous!

376

16 420 €

46 %
Haut de page