Aller au contenu principal
Les enfants d'Equateur

Les enfants d'Equateur

Bonjour à tous, Je m’appelle Hermance, j’ai bientôt 14 ans et j’habite à Quito en Equateur. Je suis la fille de Marie et Philippe Cavé, responsables de l’agence de voyages CAPAC ÑAN. Comme vous l'avez certainement découvert dans les médias, la situation en Equateur, mon pays, est très critique, notamment dans la région de Guayaquil.La majorité des personnes pauvres travaillent "del diario" (revenu journalier) qui leur permet de se nourrir au jour le jour.En raison du couvre-feu et des nombreuses restrictions de circulation, ils ne peuvent désormais plus sortir ni travailler.J'ai réfléchi à ce que je pouvais faire pour aider un peu les enfants et leurs familles sans ressource. Je souhaiterais soutenir les projets suivants : * Tous les jours, chez Carolina et David, qui gèrent la maison de nos voyageurs dans le centre historique de Quito , de nombreuses familles pauvres sonnent à la porte pour demander de la nourriture.Nous avons calculé que, pour 8 $, nous pourrions offrir un colis par personne (incluant riz, lentilles, haricots secs, sardines, huile, avoine et lait) qui pourrait les aider à tenir pendant environ deux semaines. * La Mission Don Bosco offre aux familles des enfants des rues, notamment à Guayaquil, des bons d'achat d'une valeur de 60$ qui permet à ces familles de 6 à 8 personnes de vivre un mois. Pour l'instant, ils se sont engagés auprès de 1800 familles et pour une durée de 3 mois. L'association s'occupe en temps normal de 3200 familles qui comptent 5000 enfants.Nous connaissons bien cette fondation car ma maman a travaillé avec eux, auprès des enfants des rues de Quito, il y a quelques années.La crise sanitaire et sociale profonde qui se profile en Equateur s’inscrit sur le long terme, Il s’agit donc d’accompagner ces familles pendant de nombreux mois autour de projets d’éducation, de réinsertion professionnelle, de santé, etc. Je m'engage à suivre au quotidien ces deux projets et de vous tenir informés régulièrement de la mise en œuvre et des résultats obtenus, photos à l’appui. Je vous remercie par avance pour votre aide, Bon courage pour ces moments difficiles que nous traversons tous, Hermance Cavé

272

17 307 €

APPEL AUX DONS POUR LES SINISTRES DE LOMBOK (INDONÉSIE)

APPEL AUX DONS POUR LES SINISTRES DE LOMBOK (INDONÉSIE)

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !SOUTENEZ LOMBOK ! www.afsl.fr Bonjour à Toutes et à Tous, L’Indonésie, un archipel de 17 000 îles et îlots, se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. L'île de Lombok, située dans l'archipel Indonésien à l’Est de Bali a été victime d’une multitude de séismes au mois d’Août prenant la vie de 555 personnes et ayant fait plus de 1500 blessés et 396 000 personnes sinistrées qui tentent de survivre dans des camps de fortune (d’après les derniers chiffres des autorités officielles de l’archipel). Le plus fort d'entre eux, de magnitude 7.2 a été dévastateur, plusieurs villages ont été complètement détruits suite à des séismes à répétition sur cette merveilleuse petite île.Des centaines de blessés sont traités à l’extérieur d’un hôpital endommagé de Mataram, principale ville de Lombok, très affectée par le séisme.Des patients sont allongés et soignés.Les maisons sont détruites, il faut chercher les disparus, panser les blessés..Environ 400 000 personnes se retrouvent déplacées dans des campements temporaires avec très peu de vivres et de médicaments. Quelques jours après la catastrophe, en vacances dans le sud de Lombok où 4 tremblements de terre se sont produits faisant beaucoup de victimes et de dégâts matériels importants, nous décidons de les aider.Après une rencontre avec Erna et Yussef, ils nous proposent de faire le lien entre nous et la population. Ce projet humanitaire se crèe rapidement pour faire face à la situation dramatique qui se joue sous nos yeux.Il va permettre de récolter vos dons et d’acheter les denrées de première nécessité. Sur l’île après la catastrophe, les besoins sont énormes pour les villages montagneux les plus en retrait entre difficultés de circulation, d’approvisionnement et d’acheminement de la nourriture (riz, eau), de matelas, de couvertures, de médecine de première urgence, de produits d’hygiène. L’objectif souhaité est de récolter un maximum de dons qui permettront d’acheter des produits de toutes sortes.Beaucoup d'habitants ont tout perdu, leurs maisons sont détruites. Ils sont dehors, sans toit, sans eau, sans électricité. Ils n’ont finalement plus rien !Certains enfants ont perdus leurs parents, beaucoup de blessés et tout reste à reconstruire. La population dort dehors ne pouvant retourner dans les villages. Aujourd'hui, la terre continue de trembler avec des risques de tsunami mais la vie continue pour ceux qui sont là.Il était de notre devoir de réagir pour leur tendre la main.. Ce qu'il faut retenir:* Deux séismes mortels ont eu lieu les 29 juillet et 5 août 2018.* Suivis de nombreuses répliques, de nouvelles secousses de magnitude 6.9 le 19 Août pour ce dernier.La plupart des personnes touchées se trouvaient dans la zone montagneuse située dans le nord de Lombok, loin des principaux sites touristiques du sud et de l’ouest de cette île très prisée des visiteurs pour ses plages, ses cascades et ses sentiers de randonnée. Des dizaines de milliers de bâtiments ont été endommagés ou détruits.La situation sur place est à ce jour malheureusement encore catastrophique.Il y a certes des ONG et de nombreux volontaires qui font leur possible en acheminant des vivres, des médicaments et des tentes mais cela ne suffit pas.Leurs actions paraissent dérisoires tant il y a encore à faire et ce pour des mois !Les besoins sont malheureusement immenses devant l’ampleur des dégâts.Le problème majeur est l'impossibilité d'accéder à l'eau potable due à la pollution de l'eau des puits. La distribution assurée par l'aide gouvernementale ne suffit pas à couvrir les besoins de la population. * Ce projet consiste donc à récolter de l’argent pour acheter de la nourriture, de l’eau, des médicaments, des couvertures.. en prévision de la saison des pluies qui s'annonce.* Cette opération sera totalement transparente, les factures de tous les achats seront publiées.* La distribution se fera sur place personnellement. L'argent collecté ira directement à la population.* Un suivi précis des dépenses vous sera communiqué, vous pourrez ainsi consulter en ligne l’évolution de ces opérations et consulter le détail des dépenses.NB: Dans l’immédiat, ils ne peuvent plus compter sur l'argent du tourisme, principale source de revenu de la région. Une image reste gravée:Ils n’ont rien mais ils donnent tout: des œufs, du café, un sourire et un rassemblement pour nous accueillir en signe de remerciement, de gratitude d’être là avec eux, je les remercie à mon tour pour leur chaleureux accueil et promets de faire mon possible pour les aider avec mon cœur et toute la volonté qu’il me reste pour que grâce à vous ce Projet ne soit pas que personnel mais Collectif. Un partage vaut autant qu'un don.Merci du fond du cœur à tous, nous pouvons faire la différence ensemble !La tâche est immense et chaque petit geste compte. J’ai à ce jour récolté environ 2 305 €, une somme « déjà énorme qui permet de faire beaucoup » grâce au faible coût de la vie sur place. Concrètement, un don de 5 € permet d’approvisionner une famille de 10 personnes en riz pendant une semaine:* 1 sac de 5kg de riz : ...........................................................env. 3.3 €* 1 sac de 25 kg de riz : ........................................................env. 15 €* 1 bidon de 19L d'eau : ........................................................env. 4€.Les actions individuelles sont les plus importantes. Je fais donc appel à votre générosité, votre sensibilité et votre confiance.Un grand et chaleureux merci pour votre contribution à ceux qui généreusement ont déjà fait un don et à ceux qui souhaitent encore participer.Bien Amicalement. Parlez-en autour de vous et n’hésitez pas à partager !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.Chacun participe du montant qu'il souhaite.Tous les paiements sont sécurisés. Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte ! Welcome to this solidarity pot !Thank you for your kind support to LOMBOK !***Hello everyone, Indonesia, an archipelago of 17,000 islands and islets, is located on the Pacific Ring of Fire, an area of high seismic activity.The island of Lombok, located in the Indonesian archipelago East of Bali was the victim of a multitude of earthquakes in August taking the lives of 555 people, wounding more than 1500 and leaving 396 000 people homeless who now trying to survive in makeshift camps (according to the latest figures from the official Indonesian authorities).The strongest of them, magnitude 7.2 was devastating, several villages were completely destroyed following repeated earthquakes on this wonderful little island.Hundreds of injured are being treated outside a damaged hospital in Mataram, Lombok's main city, which is heavily affected by the earthquake. Patients are lying down and cared for. About 400,000 people are displaced in temporary camps with very little food and medicine.A few days after the disaster, on vacation in the south of Lombok, where 4 earthquakes occurred causing many casualties and material damage, we decided to help them. After getting to know Erna and Yussef, very touched by this desire to support them: they proposed to make the link with the population.This humanitarian project is being created quickly to cope with the dramatic situation.It will allow us to collect your donations and to buy staples. On the island after the disaster, the needs are enormous for the remote mountainous villages, between difficulties of circulation, supply and routing of food (rice, water), mattresses, blankets, essential medicines, hygiene products.The desired goal is to raise a minimum of € 3,500 which will allow to charter a truck filled with these products.Many people have lost everything. Their houses are destroyed. They are outside, without a roof, without water, without electricity. They finally have nothing.Some children have lost their parents, many are injured and everything has to be rebuilt. The population sleeps outside unable to return to the villages.Today, the earth continues to tremble with tsunami risks but life goes on for those who are there. It was our duty to react and to reach out to them. What you must remember:• Two fatal earthquakes occurred on July 29 and August 5, 2018.• Followed by many aftershocks, the latest of magnitude 6.9 on August 19, 2018. Most of the people who lost their lives were in the mountainous area of Northern Lombok, far from the main tourist sites in the South and West of this popular island for its beaches, waterfalls and hiking trails.Tens of thousands of buildings were damaged or destroyed.The situation on site is unfortunately still catastrophic. There are certainly NGOs and many volunteers who do their best by delivering food, medicine and tents, but that is not enough.Their actions seem derisory as there is still more to do for several months.The needs are unfortunately immense in front of the extent of the damages. The major problem is drinking water, the wells no longer produce drinking water for the moment.1. This project is therefore to raise money to buy food, water, medicine, blankets inanticipation of the upcoming rainy season.2. This transaction will be completely transparent, the invoices for all purchases willbe published.3. The distribution will be done on site by us.The money collected will go directly to the population.4. A precise follow-up of the expenses will be communicated to you, you will be ableto consult on line the evolution of these operations and the detail of thesepurchases. NB: In the immediate future, they can no longer rely on money from tourism, the main source of income for the region. An image remains:They have nothing but they give everything: eggs, coffee, a smile and a gathering to welcome us as a sign of thanks, gratitude for being there with them; I thank them in turn for their warm welcome and promise to do my best to help them with my heart and all the will I have left so that thanks to you this project is not only personal but also collective. Sharing is as good as a gift.Thank you from the bottom of our hearts to all, we can make a difference together!The task is immense and every little bit counts.I have collected about 2 305 € so far, an "already substantial amount that can do a lot" thanks to the low cost of living on site. Specifically, a donation of € 5 can supply a family of 10 people with rice for a week:• 1 bag of 5kg of rice: .......................................... ................. approx. 3.3 €• 1 bag of 25 kg of rice: ......................................... ............... approx. $ 15• 1 can of 19L of water: ......................................... ............... approx. 4 €. Individual actions are the most important.I appeal to your generosity, your sensitivity and your confidence. A big and warm thank you for your contribution to those who have already made a generous gesture and to those who still wish to participate..Sincerely. Talk about it and do not hesitate to share!Here you can directly and in one click, participate in this kitty.Everyone contributes the amount he wants.All payments are secure. Want to help us raise more donations?Share this pot !

393

10 180,37 €

50 %
Eclairons le chemin des écoliers malgaches!

Eclairons le chemin des écoliers malgaches!

============ ↓ English description below ↓ ============ NOUS AVONS BESOIN DE VOUS!95% de la population malgache rurale n’a pas accès à l’électricité. L’ association Lightforce for Madagascar s'est donné pour mission d'apporter une source d’éclairage solaire auprès de 550 écoliers autour d’Antananarivo. Parrainez la scolarité des enfants malgaches en les équipant d’une lampe solaire qu’ils rechargeront dans leur école. Par ce geste simple, vous lui offrez la possibilité de rentrer en toute sécurité à la nuit tombée, de faire ses devoirs à la maison et de partager avec toute sa famille un peu de confort. 35 euros (12 euros après déduction fiscale) = 1 lampe rechargeable + 1 cahier par écolier Associez vos enfants à cette initiative en nous envoyant une photo d’eux, nous pourrons la coller sur la lampe et vous prendre une photo de l’écolier parrainé avec votre enfant.Attention, un enfant par lampe :+))) NB : pour obtenir votre reçu fiscal, n’oubliez surtout pas d’indiquer dans les commentaires votre adresse postale (c'est obligatoire pour l’établir). Merci d'avance pour votre aide & votre générosité, chaque don compte! Visitez nos média sociaux pour en savoir plus sur nos activités : Viméo Twitter Instagram Facebook LinkedIn WE NEED YOU !95% of the rural Malagasy population does not have access to electricity. The Lightforce Project for Madagascar has made it is mission to bring a solar lighting source to 550 schoolchildren around Antananarivo. Sponsor the schooling of Malagasy children by equipping them with a solar lamp that they will recharge in their school. With this simple gesture, you give them the opportunity to return safely at night, do homework and share with their families a little comfort. 35 euros (12 euros after tax deduction) = 1 rechargeable lamp + 1 cahier per schoolchild Join your children in this initiative by sending us a photo of them, we can stick it on the lamp and we will take a picture of the schoolchild sponsored with your child (one child per lamp). NB: to get your tax receipt, do not forget to indicate in the comments your postal address (it is mandatory to establish it). Thanks for your help & generosity, every donation count ! Visit our social media to know more about our activities: Viméo Twitter Instagram Facebook LinkedIn

218

15 082,80 €

65 %
URGENT : Aidez-moi à soutenir des chauffeurs en INDE du sud

URGENT : Aidez-moi à soutenir des chauffeurs en INDE du sud

Bonjour à tous Je suis Christian Duroule, dirigeant d’une petite agence de voyage locale en Inde du sud au Kerala.Je suis installé là-bas depuis 10 ans, et désormais coincé en France à cause de la fermeture des frontières suite au COVID-19. C'est pour aider de nombreuses familles de chauffeurs du Kerala en Inde du sud que je fais cet appel à l'aide. L’activité touristique est à l’arrêt complet depuis la mi-mars et je crains que cela dure encore plusieurs longs mois. Les chauffeurs guides qui ont un niveau de connaissance suffisant du pays et de l’anglais pour conduire les touristes français à la découverte de l’Inde du sud n’ont pas accès au marché des touristes indiens qui va redémarrer doucement à partir de septembre - octobre, si tout va bien.Il y a déjà beaucoup de chauffeurs locaux sur ce créneau et pas assez de travail pour des chauffeurs supplémentaires. De plus, ces chauffeurs spécialisés sur le tourisme international accompagnent sur des durées de 15 jours à 3 semaines voire plus les voyageurs étrangers et doivent donc passer habituellement plusieurs mois par an loin de leur famille. Leurs épouses sont donc pour une majorité sans emploi de façon à s’occuper des enfants et de la maison, des grands parents. C’est donc une double peine pour eux qui se sont beaucoup investis personnellement souvent pour l’honneur de partager des moments avec des étrangers, car oui, c’est un honneur en Inde du sud que d’être en compagnie d’étrangers pour des indiens. Leur salaire étant concentré sur une saison courte dans l’année, le revenu moyen annuel n’est que légèrement plus élevé que le salaire moyen d’un chauffeur local classique. Ils n’ont plus de travail et peu d’espoir d’en retrouver dans leur métier pendant encore de long mois. A cause du COVID-19 beaucoup d’entreprises ont fermé, l’activité économique est au ralenti et il est difficile de trouver un travail quel qu’il soit, autant pour eux que pour leur épouse. La situation devient très critique pour beaucoup, après 3 mois sans aucune entrée d’argent. La famille proche aide mais doit aussi faire face à ses propres difficultés financières. Ce sont des enfants qui ne vont plus pouvoir continuer l’école car les parents ne peuvent plus payer les frais de scolarité.Ce sont des familles entières qui vont se retrouver à la rue car ils ne peuvent plus payer leur loyer. Sachant que le Kerala a un coût de la vie sensiblement plus cher que les autres états indiens.Un de nos chauffeurs Joy Kutti a été reçu une première aide spontanée de 3 de nos anciens clients qui ont permis à ses 2 enfants de pouvoir être inscrits à l’école pour passer leurs examens de fin d’année. Mais il n’est pas sorti d’affaire pour autant et a besoin d’aide pour la base de la vie (la nourriture, le loyer ....)La réussite scolaire de leurs enfants est une priorité absolue pour nos chauffeurs. Il n’y a ni chômage, ni sécurité sociale, ni retraite en Inde.Ce sont les enfants qui assurent les vieux jours de leurs parents. Cette crise du COVID remet en question le petit et fragile équilibre de toute leur vie future et de celle de leurs enfants. Je connais personnellement tous mes chauffeurs, je connais aussi leur famille pour toute une partie d’entre eux.Déjà il y a 2 ans, au mois d’août 2018, des inondations effroyables qualifiées d’inondations du siècle ont causé des dégâts monumentaux au Kerala et la mort de plus de 500 personnes. La moitié de nos chauffeurs avaient étaient impactés.A cette période, nous avons réussi avec l’élan de générosité de plus de 60 de nos anciens clients à aider tous les gens que je connais sur place et qui étaient dans une grande détresse : lits, ventilateurs, gazinières, chaises, table, vêtements, réfrigérateurs, travaux de réparations dans les maisons (toitures, murs fissurés), etc.Pendant un mois je me suis occupé de tout pour recenser les besoins, estimer les travaux, centraliser tous les achats à faire et m’assurer de la bonne livraison, et financièrement j’ai aidé personnellement à hauteur de 8.000 euros environ. Je suis allé rendre visite à toutes les familles, j’ai vu leurs conditions de vie humbles, j’ai acheté personnellement des jouets pour tous les enfants, donner des premières aides financières urgentes.J’ai vraiment pris conscience de la fragilité de leur vie. Aujourd’hui, je n’ai moi-même strictement plus aucun revenu. Je suis en France, en famille, donc je peux bénéficier de leur soutien. J’arrive également pour l’instant à payer tous les salaires de mes 5 employés en Inde, en réduisant leur salaire, et j’arrive encore à payer les charges de l’agence de voyage au Kerala et j’essaie d’étendre nos activités à du tourisme local si possible pour essayer de la maintenir en vie cette petite entreprise à laquelle je tiens beaucoup car c’est aussi une façon différente de voyager que je défends depuis 10 ans auprès des hôteliers et des chauffeurs et que j’aimerai voir perdurer. Quand on passe 10 ans de sa vie en Inde, dans une région sans autre étranger autour de soi, on commence à devenir un peu indien soi-même, une partie de mon âme est sur place et ne peut qu’être malheureux de savoir ceux qu’ils endurent... Je n’ai pas les moyens d’aider moi-même ces chauffeurs autrement qu’en investissant le peu d’argent qui me reste pour créer une activité de tourisme local pour les indiens et leur fournir ainsi du travail le plus tôt que je pourrai.Je sais bien ne pas pouvoir aider tous indiens en souffrance, encore aggravée par le COVID-19 et la crise économique qu’il cause. Mais je ne peux pas rester sans rien faire, et je peux au moins faire en sorte de trouver un moyen d’aider les personnes que je connais sur place. J’ai entendu parler des cagnottes en ligne, je ne connaissais pas. Je sais que tout le monde est sollicité par de grandes ONG ces temps-ci. Mais là, dans l’opération d’aide que je vous propose, pas de frais de gestion, rien ne sera prélevé, la somme reçue sera intégralement reversée aux familles des chauffeurs. Sur notre page facebook, nous allons relayer cette opération, et nous mentionnerons le nom et la photo de chaque chauffeur qui aura été aidé avec le montant qui lui aura été versé.J’avais fait cela sur la page facebook de notre agence qui s’appelle KST Tours à Thrissur au Kerala lors de l’inondation en 2018, tout le détail est toujours présent en ligne.Pour moi c’est essentiel que chacun sache à quoi et à qui a servi sa donation. Qu’il s’agisse de 5 euros ou de 50 euros, toute aide est utile, toute aide sera un acte généreux, profondément apprécié. En dessous de la photo, quand vous passez la souris vous pouvez copier le lien vers cette cagnotte.N’hésitez pas, faites-le, faites un petit mot sur votre page facebook avec ce lien, envoyez ce lien à vos contacts dans votre messagerie ou par tout moyen.Le temps presse. En partageant ce lien, vous agissez déjà pour m’aider à aider les chauffeurs indiens et leurs familles. Compte tenu du coût de la vie en Inde, il faut un minimum de 13 à 14 000 roupies par mois juste pour assurer le minima (nourriture, une partie du loyer, frais de scolarité de base, pour une famille)Il faut les aider à passer les prochains mois.Maintenant, nous sommes au cœur de la mousson eu Kerala, rien ne se passera pour le tourisme avant octobre.3 mois à passer = 42 000 roupies par famille20 chauffeurs = 42 000 * 20 = 840 000 soit 10 000 eurosSi vos aides sont suffisantes pour atteindre un montant plus important, nous pourrons également aider les chauffeurs en plus grande difficulté (ceux qui ont des soucis pour la scolarité de leurs enfants - des risques de perdre le peu qu'ils ont / s'ils ont une petite voiture ou une simple moto, pour leur éviter de la vendre, etc..) et compenser partiellement la réduction de salaire (de plus de 30%) pour mes collaborateurs de KST Tours sur place. C'est grâce à eux que je peux faire le lien avec toutes les familles des chauffeurs, ce sont eux qui envoient des centaines de mail à tout le monde.Ce sont encore eux qui s'investissent à 100% à mes côtés pour essayer de lancer une activité de tourisme local pour les touristes indiens. Nous ne pouvons pas fixer un délai long pour cette cagnotte car ce n’est pas dans 3 mois qu’ils auront besoin de notre soutien et on ne touche l’argent de la cagnotte qu’à l’échéance du délai. Nous comptons sincèrement sur votre aide financière ET votre soutien pour relayer cet appel à l’aide, en communiquant le lien vers cette cagnotte à tous vos contacts pour que d’ici un mois on puisse envoyer l’argent aux familles des chauffeurs. Mon billet d’avion pour l’Inde était prévu pour le 9 août. Mon vol vient d'être annulé (l'aller seulement, pas le retour prévu en septembre !!!.) D'un côté cela montre le ridicule de la gestion informatique de la compagnie aérienne ... de l'autre cela est peut-être l'indicateur que l'Inde va reprendre les vols commeciaux en septembre et ce serait donc une bonne nouvelle.Je ne vais pas attendre et m’organiserai pour faire un transfert international et organiser à distance avec le comptable de mon agence au Kerala la distribution des dons sur place dès que possible.Comme je l’ai écrit plus haut, tous les détails de la répartition des dons seront publiés sur notre page facebook https://www.facebook.com/keralaforever/ (je suis Christian, celui de droite sur la photo, avec une chemise claire !) Afin de respecter la législation française et de limiter au strict minimum les frais applicables à cette cagnotte, pour que le maximum d’argent soit consacré à l’aide aux chauffeurs indiens, et ne soit pas considéré comme un don fait à Christian Duroule, (qui serait taxable à 60% ... !)J’ai constitué une association de fait, non déclarée. Il s’agit simplement de constituer informellement un groupement de personnes qui mettent en commun de l’argent dans une cagnotte afin d’aider des chauffeurs en Inde. Ainsi toute personne qui fait un versement dans le but de constituer la cagnotte commune accepte expressément l’objet de cette association, son fonctionnement, et par avance sa dissolution à la fin de l’opération d’aide. Chaque personne de ce groupement accepte de devenir membre de l’association de fait. Chaque versement n’est donc pas un don mais une simple mise au pot commun de l’association. Un des membres de l’association, Christian Duroule, sera en charge d’utiliser ce pot commun exclusivement dans le but d’aider des chauffeurs indiens en Inde. Il est bien entendu qu’il ne sera demandé aucun frais de cotisation, aucune autre dépense ni action à chaque membre du groupement de cette association de fait.Cette association n’a aucun but lucratif, sa gestion est désintéressée, et assurée par Christian Duroule lui-même membre, jusqu’à sa dissolution qui comme convenu entre tous les membres de l’association, interviendra dès que la totalité des fonds aura été utilisée pour le but fixé, soit l’aide à des chauffeurs indiens en Inde. Encore merci à tous.Et pourquoi pas à bientôt en Inde du sud, ils auront besoin de vous et tellement plaisir à vous faire découvrir leur pays. AmicalementChristian Duroule

200

15 855 €

Rénovation d'une clinique en Rdc

Rénovation d'une clinique en Rdc

Bienvenue sur cette cagnotte associative ! SERELS AZAR est une association relative à la loi 1901 dont le siège se trouve au 5, Rue des Ajoncs 44600 Saint-Nazaire, France.Dirigée par Janie Ngyama, l’association a pour but de venir en aide aux populations en situation de précarité, apporter une aide financière, vestimentaire, alimentaire, faire de la prévention contre les maladies infectieuses et offrir à la femme enceinte un accès aux soins; et tout objets similaires, connexes, complémentaires ou susceptibles d’en favoriser la réalisation ou le développement.Elle a aussi pour mission de lutter contre l’analphabétisme. L’association a mené des actions dans plusieurs pays à savoir ; le Canada, la République Démocratique du Congo et la France. Bien que nos missions soient appréciées de tous, nous manquons de moyens pour mener à bien les objectifs que nous nous sommes fixés. Notre engagement trouvant ses limites dans le financement de nos projets, nous sollicitons aujourd'hui votre bienveillance afin de nous accorder votre soutien financier et matériel pour la réhabilitation d’une maison médicale en République Démocratique du Congo en 2020. En espérant que notre requête reçoive un accueil favorable, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées. Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.Chacun participe du montant qu'il souhaite.Tous les paiements sont sécurisés. Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! Que Dieu vous bénisse abondamment.

308

8 735 €

72 %
Sauver une vie

Sauver une vie

Bonjour à tous .Nous sommes monsieur Tir Salah et madame Tir Stella, nous habitons à la haute gréyère à Seyne (04). Je travaille pour la mairie de Seyne et mon mari pour la blanchisserie de Selonnet (04). Nous appelons aujourd’hui à la solidarité et à la générosité de chacun pour sauver un enfant de nationalité algérienne âgé de 3 ans. Il s’appelle Mokrani Mohamed Anes et il est né le 01 Janvier 2018. Lors de sa naissance, une maladie très grave lui a été diagnostiquée car en effet il dispose d’un manque important de moelle osseuse. Il doit alors subir une greffe au plus vite car il ne lui reste plus que 3 mois à vivre si celle-ci n’est pas réalisée. La donneuse a déjà été trouvée car ce sera sa grande sœur qui n’hésitera sans aucun doute à donner de sa personne pour sauver son petit frère. L’opération se déroule en Turquie car la France ne délivre pas de visa et ne peut pas assurer une telle intervention à cause de la crise sanitaire que nous traversons. Cette information m’a été communiquée par l’association de solidarité des enfants d’Algérie. Nous sommes alors les portes paroles de cette maman en détresse qui ne sait plus comment faire pour sauver son enfant. Pour essayer de redonner le sourire à toute une famille et ainsi prolonger la vie de cet enfant si jeune, nous avons décidé de créer une cagnotte Leetchi le 16.03.2021 afin de récolter des fonds pour que cet enfant puisse réaliser l’opération dont il a besoin pour survivre. Une page sur le réseau social Instagram a été créée (mokrani_mohamed_anes) par mon fils Yanis ADDOU afin de partager le lien de la cagnotte et expliquer l’histoire de cet enfant à un maximum de personnes. Nous espérons de tout cœur que cette histoire aura retenu votre attention car nous avons besoin de réunir 55 000 € pour assurer une telle intervention médicale. Nous n’arriverons pas à atteindre cet objectif sans votre aide. Voici le message que j’aimerais faire passer. Lien de la cagnotte : https://www.leetchi.com/fr/c/wKeJe8Zr?fbclid=IwAR075prcKhrIJCYhWqZgKoWnaIVETRIUxHYKXuU7N7NLhzedVA0Pf82BXyYJe vous remercie de l’attention que vous portez à notre histoire. Mes respectueuses salutations. Yanis ADDOU

281

7 730 €

Passeurs

Passeurs

English belowBonjour à tous, Je réalise actuellement un long-métrage qui s'intéresse à la vie de jeunes migrants non accompagnés. Après de mûres réflexions, il m'a semblé important d'impliquer le citoyen/spectateur dès le début du processus de création cinématographique pour un sujet aussi urgent, universel. J'ai donc décidé de faire un appel aux dons pour financer la première phase de production du film. Reza Serkanian « Pour moi, un migrant, c'est quelqu'un qui fuit, ou qui poursuit... Où qu'on aille, on ne sera jamais chez nous. Alors, on devient des "sans". Des sans papier, des sans argent, des sans famille, rarement attendus, encore moins invités. Je m’appelle Salma, c'est le salut en arabe, et je salue tous ceux qui viennent à moi. »Salma, extrait des dialogues de « Passeurs »Synopsis Des jeunes migrants arrivés en France, sans parents, se mettent en scène, avec force et humour, pour raconter l’exil et leur enfance brutalement interrompue. Ensemble avec des jeunes français de leur âge, la pièce de théâtre qu’ils vont écrire et jouer les transcendera, de victimes à auteurs. Ils deviennent des « passeurs de culture ». Le film accompagne cette œuvre collective intimiste et retrace l’histoire de ces adolescents, leur vie d’autrefois, les raisons de leur départ, les circonstances du voyage mais donne à voir aussi leur vitalité, leur créativité et leur authenticité contagieuses qui renvoient à un monde plus vaste, plus généreux. https://vimeo.com/312266797 Les acteurs de mon film Parfois accusés de mentir sur leur âge, ces adolescents se retrouvent sans protection, errent de département en département ou bien s’installent dans la précarité et sont dépendants du travail bénévole des associations. Guinéen, Malien, Nigérian, Ivoirien, Russe ou Marocaine, ils et elles rêvaient d’un monde meilleur, voulaient être libres, vivre en paix, étudier pour devenir pharmacien, électricien, écrivain, avocat... Emmanuel a dû fuir son village précipitamment après une attaque de Boko Haram au cours de laquelle ses parents ont été assassinés. A 14 ans, Mamadou a vu mourir trois personnes devant ses yeux sur le bateau qui l’emmenait vers l’Italie. Maria n’a jamais su pourquoi sa mère a fui la Russie. 5 ans après c’est toujours un tabou... Sekou évoque le souvenir douloureux de son voyage à travers l’Afrique et la rencontre avec des enfants affamés, plus démunis que lui encore... Ayant accompli des voyages périlleux et souvent très longs pour rejoindre l’Europe, ils se confrontent à une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas. Leur voyage est loin d’être fini. Ils souffrent mais leur dignité impressionne... A l’origine Je réalise des films documentaires et de fiction depuis 30 ans en Iran où je suis né puis en France où je vis aujourd’hui, en passant par les Pays Bas, le Gabon... Depuis quelques années, de nombreux migrants arrivent à Paris dans mon quartier faisant de moi le témoin de leurs conditions de « vie ». Sollicité par des associations humanitaires pour communiquer avec eux, vu qu’un grand nombre vient d’Afghanistan et parle le persan, ma langue maternelle, j’ai eu l’occasion de les écouter, d’entendre leurs histoires souvent douloureuses, de les accompagner dans les couloirs de l’administration ou pour leurs examens médicaux... Touché par leur situation et bouleversé par ces vies brisées, l’idée d’écrire un film s’est rapidement imposée... La rencontre avec Marie-Pierre Barrière, professeur de français à Châlons-en-Champagne et membre du RESF (Réseau Education Sans Frontières), a été décisive. Elle m’a invité à participer à l’encadrement d’un atelier théâtre avec une dizaine de jeunes, principalement des migrants mineurs isolés. Cet atelier m’a permis d’accompagner au plus près ces mineurs et comprendre leurs vécus extraordinaires et leurs ressentis. Je venais de trouver le cadre idéal pour le film que je souhaitais faire depuis longtemps. « En venant ici, il est important qu’ils n’oublient pas ce qu’ils sont. Et qu’ils le partagent et qu’ils en soient fiers. On fait cet atelier pour que les jeunes deviennent eux-mêmes, qu’ils deviennent auteurs. Il ne faut pas les mettre dans un cadre, c’est à eux de diriger. Ce sont eux qui doivent nous apprendre, pas l’inverse. »Marie-Pierre, extrait des dialogues de « Passeurs » Filmer la vie dans son impérieuse fragilité Dans ce documentaire, je recueille la parole pudique, qui se libère peu à peu, de ces jeunes migrants et de ces jeunes français afin de restituer leurs parcours et leurs émotions. Je mets en lumière leur souffrance (déracinement, précarité, désillusions...), les interrogations sur l’avenir et aussi la joie d’être ensemble et le plaisir de créer une œuvre commune. Suivre pas à pas ces jeunes dans ce travail collectif, les filmer dans leur quotidien, dans des familles d’accueil ou des centres d’hébergement provisoire... Bien que submergés par la dureté de la vie, ils gardent toujours cette faculté de rire d’eux-mêmes et de s’exprimer avec dérision. Ils évoquent des anecdotes de leur enfance, écrivent des saynètes et interprètent avec jubilation le rôle de conseiller diplomatique, économiste, brigadier, caricaturent les discours politiques, certains partagent leur rêve de devenir écrivain... Avec "Passeurs", j’adhère à la création d’une image qu’ils ont eux-mêmes construite et façonnée, bien au-delà des stéréotypes dont ils sont victimes... Dans ce film, les migrants se définissent par eux-mêmes, ce qui constitue pour moi son originalité et affirme davantage sa nécessité. Ce projet « Passeurs » me tient beaucoup à cœur. J’espère qu’il retiendra votre attention autant que j’ai eu d’intérêt à rencontrer ces jeunes migrants et que vous souhaiterez, comme eux, comme moi, aller au bout de cette histoire commune. Cinéaste et citoyen engagé depuis mon arrivée en Europe il y a plus de vingt ans, j’aborde dans mes créations cinématographiques des sujets universels qui touchent chacun d’entre nous. C’est pour cette raison que je sollicite un financement participatif pour mon nouveau documentaire. La situation des migrants, à la fois universelle et urgente, nous concerne toutes et tous. Grâce à vos dons, ce préfinancement facilitera la réalisation et le montage du documentaire afin de le présenter aux institutions et partenaires habituels du monde du cinéma. Toute somme apportée servira exclusivement la création et l'avancement du film documentaire, et je vous remercie d'avance de votre aide. · Chacun participe du montant qu'il souhaite· Tous les paiements sont sécurisés Pour en savoir plus sur mon univers cinématographique et suivre l’évolution du projet : https://serkanian.wordpress.com/passeurs/ Ces premières images permettent d’appréhender l’esprit du film, la sincérité et l’intensité des témoignages des jeunes migrants et leur engagement dans le projet. Raconter son histoire peut être un exercice impudique surtout quand il s’agit de vécus si intenses et chargés d’émotion. Tous les contributeurs seront invités à voir le film en avant-première. Merci pour l'attention que vous avez portée à la lecture de ce projet.Reza Serkanian----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ENGLISH Hello everybody, I am currently making a feature film about the lives of unaccompanied minor migrants. After much meditation, it seemed important to me to involve the citizen/spectator from the very beginning of the process of cinematographic creation for such an urgent, universal subject. So I decided to make an appeal for donations to fund the first phase of the production of the film. Reza Serkanian « For me, a migrant is someone who runs away or goes on ... Wherever we go, we will never be at home. So, we become "without". Without papers, without money, without family, rarely expected, never invited. My name is Salma, it means greeting in Arabic, and I greet all those who come to me. »Salma, extract of dialogues of « Playmakers" Synopsis Young migrants arrived in France without parents, go on stage, with force and humor, to recount the exile and their brutally interrupted childhood. Together with young French of their age, the play they will write and perform will transcend them, from victims to authors. They become cultural playmakers. The film accompanies this intimate collective work and traces the history of these teenagers, their life of the past, the reasons for their departure, the circumstances of the journey but also their vitality, their creativity and their contagious authenticity that refer to a larger world, more generous. The actors of my film These young adults sometimes accused of lying about their age, find themselves unprotected, wander from department to department or settle in precarity and depend on voluntary associations. Guinean, Malian, Nigerian, Ivorian, Russian or Moroccan, they dreamed of a better world, wanted to be free, live in peace, study to become a pharmacist, electrician, writer, lawyer ... Emmanuel had to run away from his village after an attack of Boko Haram during which his parents were murdered. At the age of 14, Mamadou saw three people die before his eyes on the boat that brought him to Italy. Maria never knew why her mother escaped from Russia, and 5 years later it is still a taboo ... Sekou remembers the painful memory of his journey through Africa and the seeing hungry children, yet more helpless than him ... After a dangerous and very long journeys to Europe, they face a reality they did not imagine. Their journey is not over yet. They suffer but their dignity impresses... The beginning I make documentary and fiction films since 30 years in Iran where I was born then in France where I live today, going through the Netherlands, Gabon ... Since a few years, many migrants arrive in Paris in my neighbourhood making me the witness of their conditions of "life". Through humanitarian associations that call me for translation, since many of them come from Afghanistan and speak Persian, my mother tongue, I had the opportunity to listen to them, to hear their often painful stories, to accompany them in the corridors of the administration or for their medical examinations ... Touched by their situation and regretful by these broken lives, the idea of writing a film came up naturally ... The meeting with Marie-Pierre, member of the RESF (Education Without Borders Network) and French teacher at Châlons-en-Champagne (Est of France) was decisive. She invited me to participate in the supervision of a theater workshop with a dozen of young adult, mainly unaccompanied minor migrants. This workshop allowed me to accompany these miners as closely as possible and to understand their extraordinary experiences and their feelings. I had just found the perfect frame for the movie I wanted to make since a long time. « Now that they are here, it is important that they do not forget what they are. And that they can share it and be proud of it. We are doing this workshop so that these young guys become themselves, become authors. You do not put them in a frame, it's them who lead. They are the ones who must teach us, not the other way around. »Marie-Pierre, extract of dialogues of « Playmakers" Filming the life in its imperious fragility In this documentary, I gather the shy recitation, which is gradually released, of these young migrants and these young French to restore their journeys and their emotions. I put a light on their suffering (uprooting, precarity, disillusion ...), questions about the future and also the joy of being together and the pleasure of creating a common work. Following these young people in this collective work, filming them also in their daily life, in host families or temporary shelters... Although they are overwhelmed by the hardness of life, they all have their sense of humor and express themselves with derision. They recall stories of their childhood, write sketches and play gleefully the role of a diplomatic adviser, economist, brigadier, and caricature political speeches, some share their dream of becoming a writer ... With "Playmakers", I participate in the creation of an image that they have built and shaped from themselves, far beyond the stereotypes they are victims of ... In this film, migrants define themselves, and this constitutes for me its originality and further affirms its necessity. This "Playmakers" project is very important to me. I hope that it will withdraw your attention as much as I appreciated meeting these young migrants and that you would wish, like them, like me, to go to the end of this common history. As a committed filmmaker and citizen since my arrival in Europe more than twenty years ago, I work trough my cinematographic creations on the universal subjects that touch each of us. That's why I'm looking for a crowdfunding for my new documentary. The situation of migrants, both universal and urgent, concerns us all. Thanks to your donations, this pre-financing will facilitate the production and editing of the documentary in order to present it to the usual institutions and partners of the cinema world. Any contributed amount will exclusively serve the creation and the progress of this documentary film. · Everyone contributes the amount he wishes· All payments are secure To learn more about my films and follow the evolution of this project:https://serkanian.wordpress.com/passeurs/ These first images that I propose to you to discover gives you un idea of the spirit of the film, the sincerity and intensity of the statements of the young migrants and their engagement in the project. Telling his own story can be a challenging exercise, especially when it’s about such intense and full of emotion experiences. All contributors will be invited to see the film in preview. Thank you for your attention.Reza Serkanian

213

9 645 €

48 %
Legal Shelter : Dons pour l'accès au droit dans les bidonvilles du Nord.

Legal Shelter : Dons pour l'accès au droit dans les bidonvilles du Nord.

Depuis le démantèlement de la zone sud en mars dernier, la population du camp de Calais n'a pas diminué. Bien au contraire puisque selon le recensement réalisé par Help Refugees et l’Auberge des migrants en juin 2016, il y a actuellement 6123 personnes qui surviventdans le camp de Calais, avec parmi elles 700 mineurs, dont 544 sont non accompagnés.Au mois de janvier, sous l'impulsion de l'Appel de Calais (pétition signée par 800 cinéastes, acteurs, intellectuels, etc publiée dans Libération en octobre 2015) nous avons mis en place une permanence juridique au cœur du bidonville de Calais, afin de permettre aux exilé-e- s d'accéder à leurs droits, palliant ainsi à une défaillance de l’État à assurer son rôle, notamment de protection au titre de l’asile prévue par la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés.Une équipe bénévole d'avocat-e- s, de juristes, de militant-e- s s'est constituée dans le but de délivrer une information complète et la plus impartiale possible pour permettre aux migrant.e.s et réfugié.e.s de se réapproprier leurs droits et d'être pleinement acteurs de leurs projets de vie.Activités:Notre activité consiste en deux équipes :- Une première équipe, composée d'avocat-e- s et de juristes, est spécialisée dans le droit d'asile. Elle tient une permanence juridique quotidienne sur la Jungle de Calais. Elle s'occupe de Mineurs Isolés Étrangers (MIE), notamment ceux ayant de la famille au Royaume-Uni et de fait, selon le règlement Dublin, le droit de rejoindre les membres de leur famille. Nous les accompagnons dans leurs démarches de regroupement familial (enregistrement, contact avec la famille en Angleterre, constitution de dossier, etc).L’équipe s'occupe également d'informer et d'orienter les personnes sur leur situation administrative au regard du droit d'asile et sur les possibilités d'intégration et de régularisation qui existent dans les différents pays européens.- Une deuxième équipe travaille sur la problématique des violences policières et civiles, en organisant des temps d'information et de sensibilisation, et en accompagnant les victimes dans leurs démarches juridiques. L’équipe recueille des témoignages en partenariat avec Médecins du Monde, puis monte les dossiers des personnes souhaitant déposer plainte et les accompagne tout au long de la procédure judiciaire. Par ailleurs, cette activité permet de documenter un plaidoyer national sur les violences subies par les exilé-e- s afin d'alerter l'opinion et les autorités (Défenseur des Droits notamment) sur cette situation persistante sur le littoral.Bilan et résultats:1) L’accès aux droits pour les migrant-e- s et réfugié-e- s: nous avons reçu en entretiens individuels plus de 800 personnes, en majorité des mineurs et des hommes, mais aussi quelques femmes. Ils ont été conseillés en toute indépendance. A ce jour une dizaine de mineurs ont pu rejoindre légalement leur famille au Royaume-Uni grâce à notre aide.2) Plus de soixante personnes victimes de violences ont été accompagnées par nos bénévoles et des dizaines de plaintes ont été déposées. La Cabane juridique, en lien avec d'autres acteurs associatifs locaux et nationaux, continue de dénoncer les violences commises à l'encontre des exilé-e- s qu'elles soient civiles ou du fait des forces de l'ordre.Avenir du Legal Shelter:Malgré la destruction criminelle par deux fois de nos locaux, la permanence juridique est devenue un acteur essentiel dans le parcours de nombre d’exil-é- s à Calais et pour pérenniser son action, elle est en passe de devenir une association : elle sera publiée au prochain Journal Officiel.Nous menons notre action avec les soutiens de différents partenaires présents sur le camp : associations, relais communautaires, indépendants. Mais aujourd’hui, nous avons aussi besoin de votre soutien pour continuer à accompagner les 6123 personnes vivant actuellement dans le bidonville.Malheureusement, si nous ne trouvons pas les moyens financiers suffisants pour subvenir aux frais de fonctionnement de la Cabane juridique (logement de l’équipe bénévole, matériel bureautique, déplacements aux rendez-vous administratifs des personnes suivies) nous serons dans l'obligation de cesser notre activité. REVUE DE PRESSE:Et voici une revue de presse non exhaustive (pour ne pas encombrer) :Création par l'Appel de Calais:http://www.nordlittoral.fr/calais/migrants-de-calais-laurent-cantet-palme-d-or-a-ia0b0n275043"Il fait partie de l’Appel de Calais. Laurent Cantet, réalisateur et Palme d’or à Cannes pour son film Entre les murs, est arrivé à Calais lundi pour l’ouverture officielle du centre d’information juridique. Quel regard porte-t-il sur la situation ?"Présentation de la Cabane Juridique/Legal Shelter, Médiapart:Le Grand Journal, Canal +,Marianne Humbersot en face à face - Le Grand Journal du 23/02http://www.replaytivi.fr/replay/le-grand-journal-84742 Filmé quelques heures avant le verdict complexe sur l'expulsion de la partie sud de la "jungle" à Calais, un entretien avec Marianne Humbersot, Chef de mission du Centre juridique réalisé le 25 février, 2016. La décision de raser la partie sud de la "jungle" a été confirmée.https://blogs.mediapart.fr/beatrice-turpin/blog/260216/traitement-humain-pour-etres-humainsDans la «jungle», des avocats au service des migrants"Créé en janvier, le «Legal Center», animé par des avocats et des élèves-avocats, aide les exilés à s'informer sur leurs droits, à mener des démarches administratives, à réagir en cas d'interpellation policière, et tente de s'occuper des mineurs abandonnés."http://www.liberation.fr/france/2016/03/07/dans-la-jungle-des-avocats-au-service-des-migrants_1437661Raymond Blet, l'avocat bordelais dans la "jungle" de Calaishttp://www.sudouest.fr/2016/04/12/avocat-dans-la-jungle-2328400-4697.phpAvocat bordelais, Raymond Blet a passé deux mois dans le camp de Calais afin d’y organiser des consultations juridiques pour les migrants Tribune de Nicolas Klotz: Calais : pour en finir avec la communication chloroformehttp://www.liberation.fr/france/2016/02/22/calais-pour-en-finir-avec-la-communication-chloroforme_1435099?xtor=rss-450&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter"Signataire de «l'Appel de Calais», le cinéaste Nicolas Klotz vient de passer dix jours dans la «jungle». Il pointe la défaillance totale de l'Etat et souligne le travail des juristes bénévoles sur place."Plaidoyer et action juridique en faveur du regroupement familial pour les mineurs ayant de la famille en Angleterre:http://www.europe1.fr/societe/mayel-14-ans-quitte-la-jungle-de-calais-pour-langleterre-un-jour-je-jouerai-a-manchester-city-2714629"Mayel, 14 ans, fait partie des rares mineurs isolés de la "jungle de Calais" à avoir pu rejoindre sa famille en Angleterre. Il s'est confié à Europe 1 avant son départ."Violences policières et civiles à l'encontre des migrants:https://www.franceinter.fr/justice/des-violences-policieres-sur-les-migrants-a-calais"Y a-t-il des violences policières sur les migrants à Calais ? Selon les informations de France Inter, des juristes et avocats présents dans la jungle de Calais depuis plus d'un mois vont déposer une dizaine de plaintes ce vendredi après-midi au tribunal de Boulogne. Médecins sans frontières et Médecins du monde s'associent à leur démarche."Conférence de Médiapart, intervention de Marianne Humbersot, chef de mission de la Cabane Juridique/Legal Shelter:https://www.youtube.com/watch?v=MZmGc0glZAY&app=desktop Incendie du centre juridique:http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/03/18/le-centre-juridique-de-la-jungle-de-calais-incendie_4885566_1654200.html "Le centre juridique situé dans la partie sud de la « jungle » de Calais, et qui avait été épargné par le démantèlement, a été incendié jeudi 17 mars. Un acte qualifié de « criminel » par le bâtonnier de Lille, tandis que la préfecture évoque une cause « indéterminée ». Cette permanence est tenue par des bénévoles et vise, selon ses animateurs, à « informer les migrants sur leurs droits légaux »." "Le Centre d’information a brûlé : appel à soutien" https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/03/18/le-centre-dinformation-a-brule-appel-a-soutien Cas Individuel: Le voyage d'Ishak (Video)http://www.liberation.fr/france/2016/02/15/calais-le-voyage-d-ishak_1433416"Christophe Ruggia, réalisateur, est retourné à Calais et a recueilli le témoignage d’un jeune Afghan de 14 ans, Ishak, mineur isolé dans le bidonville agressé fin janvier par quatre membres d’une «milice». Voici la première partie de son témoignage."(Christophe Ruggia est membre de l'Appel de Calais, collectif qui a porté la création du centre juridique) Sur le démantèlement de la zone Sud du bidonville:http://www.liberation.fr/france/2016/03/06/appel-des-800-la-fracture-detaillee_1437838"Quatre mois après, les signataires du texte publié dans «Libé» fustigent la décision du gouvernement d’évacuer la «jungle»."Visite du bidonville de la Défenseurs des droits des Enfants par le Centre juridique:http://www.telerama.fr/monde/jungle-de-calais-la-defenseure-des-enfants-reclame-une-protection-d-urgence-pour-les-mineurs,138675.php Since the demolition of the southern area of the camp, last march, the population living in the jungle has not reduced. Indeed, according to Help Refugees and “l’Auberge des migrants”, the number of migrants surviving in the camp has even increased to reach the number of 6,123 in June 2016. Among that number, there are 700 minors; 544 of them are unaccompanied.In January, at the instigation of “l’Appel de Calais” (petition formed by 800 movie directors, actors, intellectuals etc and published by Liberation in October 2015), we havee created a legal advice centre at the heart of the jungle so that migrants would have a free access to their rights. The goal was to overcome the failures of the State concerning its duties, one of them being the protection given under asylum rights, as planned by the Genova Convention of 1951 about the refugees.A team of lawyers, jurists and militant volunteers got together, aiming to delivering a complete and impartial information. We want migrants and refugees to be able to be the actors of their life project. Activities:Our activity is divided into two teams:The first team is specialized in asylum law. Volunteers of this team are in charge of Foreign Unaccompanied Minors, especially those who have family in UK and are eligible, according to the Dublin Agreement, to join them. We accompany them during the different steps of the family reunification procedure (registration, contact with the family in UK, setting up of the folder etc).The team has also the mission to inform and guide the people about their administrative situation regarding asylum law and about their possibilities of integration and regularization in the different European countries. A second team works on police and civil violence issues. They organize times of information and awareness and they accompany the victims in their administrative procedure. The team collects testimonies in partnership with Médecins du Monde and then they create the file of the people who want to file a complaint. Besides, this activity enables the documentation of a national defence speech about violence suffered by migrants and it warns the general opinion and the authorities (especially the Human Rights Defender) about the situation on the littoral. Results :1/ Access to the law for migrants and refugees: we’ve made individual interviews for more than 800 persons, a great number of them were minors and men. However, we have also seen some women. They were advised in total independency. At this day, approximately twenty minors joined legally their family in the UK thanks to our help.2/ More than sixty victims of violence have been accompanied by volunteers and a lot of them have registered a complaint. The Legal Shelter, with other local and national associations keep on denouncing violence against migrants, civils as well police-related. Future of the Legal Shelter:Despite the two criminal destructions of our shelter, the Legal Centre became an essential actor in the journey of an great number of migrants in Calais. To perpetuate our activity, the legal shelter became an official association, published at the “Journal Officiel” last June. We carry on our action with the support of different partners on the camp: associations, community representatives, independent workers... However, today we also need your support to be able to accompany the 6,123 persons living in the jungle.Unfortunately, if we do not find the sufficient financial resources to provide for functioning costs of the legal shelter (housing for volunteers, office equipment, trips with the persons followed by the administrative appointments...), we will be in the obligation of ceasing our activity. Press review :Written here you will find a press review (non exhaustiv as not to overload).All the articles and interviews are in french, but you will find here translated quotes. Creation by the « Appel de Calais »http://www.nordlittoral.fr/calais/migrants-de-calais-laurent-cantet-palme-d-or-a-ia0b0n275043« He is part of the « Appel de Calais ». Laurent Cantet, film director and Palme d'or at Cannes's festival for his movie « Entre les murs », has arrived in Calais on Monday for the Judiciary Information Centre's official oppening. Presentation of the Legal Shelter-La Cabane Juridique : Médiapart :Le Grand Journal, Canal +,Marianne Humbersot en face à face - Le Grand Journal du 23/02http://www.replaytivi.fr/replay/le-grand-journal-84742Filmed just before the complex judge decision on the « Jungle »southern part expulsion, in Calais, an interview with Marianne Humbersot, Head of Mission for the Judiciairy Information Centre, on the 25th of February, 2016. The judgement to tear down the southern part of the « Jungle » has been confirmed. https://blogs.mediapart.fr/beatrice-turpin/blog/260216/traitement-humain-pour-etres-humains In the « Jungle », lawyers helping migrants :« Created in January, the « Legal Centre », undertaken by lawyers and students-lawyers, help the exiled to be informed about their rights, to carry administrativ process, to react in case of police interpellation, and attempts to take care of the unaccompanied minors » http://www.liberation.fr/france/2016/03/07/dans-la-jungle-des-avocats-au-service-des-migrants_1437661 Raymond Blet, lawyer from Bordeaux, in the « Jungle » of Calais :http://www.sudouest.fr/2016/04/12/avocat-dans-la-jungle-2328400-4697.phpLawyer from Bordeaux, Raymond Blet has spent two months in the camp in Calais to organise judiciairy consultations for the migrants » Nicolas Klotz's Column : Calais : to end with the chloroform communication :http://www.liberation.fr/france/2016/02/22/calais-pour-en-finir-avec-la-communication-chloroforme_1435099?xtor=rss-450&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter« Signatory of the « Appel de Calais », the filmmaker Nicolas Klotz, was spending ten days in the « Jungle ». He points on the total failure of the State and highlights the work of volunteer jurists on camp » Advocacy and legal action for family reunification for the minors having family in Englandhttp://www.europe1.fr/societe/mayel-14-ans-quitte-la-jungle-de-calais-pour-langleterre-un-jour-je-jouerai-a-manchester-city-2714629« Mayel, 14 years old, is one of the rare unaccompanied minors in the « Jungle » of Calais who was able to go live with his family in England. He talkd to Europe 1 before his departure » Police and civil violences toward the migrants :https://www.franceinter.fr/justice/des-violences-policieres-sur-les-migrants-a-calais« Is there police violence toward the migrants in Calais ? From the informations of France Inter, jurists and lawyers located in the jungle of Calais since more than a month will file approximattly ten complaints this friday afternoon to the Tribunal of Boulogne. Doctors without borders and Médecins du Monde team up to this process. » Talk by Médiapart, speech from Marianne Humbersot, Head of Mission for the Cabane Juridique - Legal Shelter :https://www.youtube.com/watch?v=MZmGc0glZAY&app=desktop Burning of the Legal Centre :http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/03/18/le-centre-juridique-de-la-jungle-de-calais-incendie_4885566_1654200.html « The Legal Centre located in the southern part of the « jungle » of Calais, and which was saved by the demantelement, has been burnt on Thursday 17th of March. A deed qualified by « criminal » by the bâtonnier of Lille, while the préfecture talks about an « unkown » cause. This permanence is held by volunteers, and has for goal to, according to its organizers, to « inform the migrants on their legal rights ». « The Centre has burnt : call for support » :https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/03/18/le-centre-dinformation-a-brule-appel-a-soutien Personnal Case : Ishak's journey (video) :http://www.liberation.fr/france/2016/02/15/calais-le-voyage-d-ishak_1433416« Christophe Ruggia, director, has gone back to Calais and has received th testimony of a young Afghaneese, 14 years old, Ishak, unaccompagnied minor in the shantytown, assaulted in January by four members of a "militia". Here is the first part of

155

9 450 €

135 %
Haut de page