Aller au contenu principal

100000 arbres pour demain

Ensemble, participons au reboisement du Nord Pas-de-Calais !Le Nord-Pas-de-Calais est le territoire le moins boisé de France avec moins de 9 % de bois et de forêts, contre 31 % en moyenne au plan national.Partout, des initiatives individuelles et des actions en entreprises témoignent de la volonté de faire revenir l’arbre dans la région. Elles restent insuffisantes. Et pourtant… Hêtres, chênes, bouleaux, frênes… Champions de la captation du carbone, ils piègent le CO2 responsable de l’emballement climatique.Pour toutes ces raisons, La Voix du Nord a décidé de s’engager dans une opération 100 000 arbres pour demain qu’elle pilote avec les Parcs naturels régionaux (ENRx) et l’association régionale des Planteurs volontaires avec 12 projets qu'elle finance. D'autres projets peuvent être financés avec votre soutien solidaire. Nous avons besoin de vous. Contribuer même symboliquement à une opération de financement participatif pour le reboisement est une manière – responsable, engagée et bienveillante – de protéger notre nature. Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !  Retrouvez tous nos articles sur https://www.lavoixdunord.fr/tags/100-000-arbres

314
participants

10 096,48 €
collectés

50 %

Aidez la Ferme du Romagoua dans son projet agroécologique !

Bonjour à toutes les personnes solidaires ! :) Au coeur du magnifique massif des Maures, le projet de La Ferme du Romagoua est la sensibilisation et l'éducation à l'environnement, l'expérimentation et la diffusion de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, le renforcement des liens entre humains, et avec la nature, la préservation et la mise en valeur de la biodiversité, ainsi que la création d'emplois locaux ! Pour cela, nous souhaitons créer une micro-ferme pédagogique qui nous permettra la tenue de formations et l'accueil de différents publics (enfants, personnes socialement exclues ou passionnés de nature) : cueillette, travail des fibres et colles végétales, vannerie sauvage, fabrication d'outils primitifs, d’outils manuels agricoles, de paniers de récolte, de mangeoires à oiseaux, de nichoirs, travail du bois, fabrication de couverts en bois, initiation à l’agroécologie, technique de battage, tissage de la laine, tricotage, transformation de la production du potager et du verger, extraction d’huiles essentielles et d’eaux florales, randonnées équestres, circuit découverte du Massif des Maures, sortie calèche. Nous souhaitons également organiser des chantiers participatifs conviviaux et gratuits, ouverts à toutes et à tous pour sensibiliser et former le plus grand nombre ! Grâce à la vente des produits agroforestiers (frais ou transformés) nous espérons dès la deuxième année atteindre l’autonomie financière pour mener à bien nos objectifs, mais en attendant nous avons besoin de votre aide pour les dépenses de la première année, à savoir : assurer le terrain (qui nous est prêté gratuitement), acheter le materiel (bâches, serres, clôtures, grillage, piquets...), les semences et dès que possible embaucher 2 jardiniers-maraîchers à temps plein pour nous pretter main forte ! A noter qu’en tant qu'organisme d'intérêt général, La Ferme du Romagoua peut bénéficier de dons déductibles des impôts à hauteur de 66 % du montant versé dans la limite de 20 % du revenu imposable. Un don de 100 € ouvre par exemple droit à une réduction de 66 €, un don de 1 000 euros à une réduction de 660 euros, 10 000 euros à une réduction de 6 6000 euros, etc. Merci d'avance pour votre aide précieuse et à bientôt peut-être à la Ferme du Romagoua ! :)

27
participants

1 210,66 €
collectés

1 %

Projet Silva 2020

PROJET SILVA 2020 Création d'une forêt indigène Après la réussite de nos premiers projets en 2018 et 2019 nous allons continuer notre œuvre avec la création d'une troisième forêt indigène dans le Tarn. "La première règle de l'écologie, c'est que les éléments sont tous liés les uns aux autres."Barry Commoner A propos du projet L’écologie, c’est avant tout la défense des écosystèmes, composés par une multitude d’organismes. Pour adopter une démarche écologique, il est important de comprendre l’équilibre de la relation entre l’homme et la nature, de l’aimer et de le protéger. Les arbres favorisent la biodiversité en fournissant abri, nourriture et protection à de nombreuses espèces d’oiseaux, d’insectes, de petits mammifères, de champignons...La disparition d'une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l'extinction de 30 espèces animales.La richesse biologique et écologique des forêts est la source du vivant. Chaque année, entre 13 et 15 millions d'hectares de forêt disparaissent, (surface de la Belgique). La déforestation est à l’origine de 17 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (source GIEC).En France, la forêt regagne du terrain depuis le milieu du XIXème siècle. Mais le reboisement se fait mal, souvent une seule espèce est plantée et la biodiversité ne fait que diminuer.Seul 0,2% de la forêt française est qualifiée de naturelle ; c'est à dire non touchée par l'homme depuis environ 100 ans (source Ministère de l’Agriculture). Notre idée est simple, sur un sol vierge, dans un but écologique et citoyen, nous voulons créer une forêt indigène. Planter de nombreuses essences locales, de grands feuillus aux petits arbustes, dans le respect de l'environnement, sans produits chimiques. Notre but : favoriser la biodiversité, recréer des forêts naturelles variées, réintroduire certaines essences en voie de disparition et montrer au plus grand nombre que des solutions sont possibles.  Chaque être humain a donc une empreinte carbone qui varie selon son mode de vie.Un français émet en moyenne 11,9 T de CO2. Sachant qu'un arbre stocke en moyenne 30kg de CO2 chaque année, il faut environ 393 arbres pour compenser sa seule pollution. La forêt Le projet SILVA consiste à créer une forêt indigène avec la méthode Miyawaki adaptée à notre environnement et notre expérience. Qui est Akira Miyawaki ?Le professeur Miyawaki est né en 1928, c'est un botaniste japonais expert en écologie retrospective appliquée à la restauration des forêts natives. Il a ainsi mis en place une méthode et depuis a planté plus de 40 millions d'arbres.En quoi consiste la méthode Miyawaki?Recommandations générales:Flexibilité: s’adapter aux conditions locales et utiliser les moyens disponibles pour que la plantation réussisse. Faire prendre conscience aux locaux de l’importance du projet et les impliquer lors de la plantation. Calme: faire les choses sereinement afin d’assurer la pérennité de la forêt.→Etape 1 : Recherche de la Végétation Potentielle NaturelleIdentification des communautés d'essences 20 km autour de la zone de reforestation.Diversification des essences d'arbres un maximum d'essences d'arbres. →Etape 2 : Préparation du terrainNettoyage et préparation du terrain→Etape 3 : Plantation de la forêt par les volontaires et la communautéPlanter de manière dense, beaucoup plus dense qu'une revégétalisation classique. Appliquer un paillage de protection pour imiter l'humus de la forêt.  Une plantation selon la méthode Miyawaki est 30 fois plus dense qu'une revégétalisation classique, la biodiversité est 100 fois plus riche et la croissance des arbres 10 fois plus rapide environ 1 mètre par an et au bout de trois ans la forêt devient autonome.Ce sera notre troisième forêt indigène grâce à vous !  Le lieu : encore à trouver au vu de toutes les propositions mais ce sera dans le Tarn (81).  Les arbres indigènes que nous plantons :Acer campestre Erable champêtreAcer monspessulanum Erable de MontpellierQuercus ilex Chêne vertQuercus petraea Chêne sessileQuercus humilis Chêne pubescentQuercus robur Chêne pédonculéAlnus glutinosa Aulne glutineuxArbutus unedo ArbousierBetula pendula Bouleau verruqueuxCrataegus monogyna Aubépine monogyneSalix alba Saule blancSalix caprea Saule marsaultFagus sylvatica HêtreSorbus aria Alisier blancFraxinus angustifolia Frêne oxyphylleFraxinus excelsior Frêne communSorbus aucuparia Sorbier des oiseleursSorbus domestica CormierIlex aquifolium HouxTilia cordata Tilleul à petites feuillesTilia platyphyllos Tilleul à grandes feuillesPopulus alba Peuplier blancPopulus nigra Peuplier noirUlmus glabra Orme de montagneUlmus minor Orme champêtrePrunus avium MerisierCornus mas Cornouiller maleCorylus avellana NoisetierCydonia oblongua CognassierJuniperrus communis GenevrierPyrus communis Poirier sauvageRosa canina EglantierSambucus nigra Sureau noirAcer pseudoplatanus Erable sycomoreCarpinus betulus CharmePopulus tremula Peuplier tremblePrunus spinosa PrunellierMalus Sylvestris Pommier sauvage A quoi sert le financement L'argent récolté sert à acheter les plants, les gaines et les tuteurs mais aussi à la préparation du terrain notamment acheter la paille.    Budget nécessaire Nous faisons au pro-rata du financement, plus il y a d'argent plus on peut planter d'arbres. Gaine, tuteurs et plants équivalent à 3 euros TTC (le travail étant bénévole). La paille nous coûte environ 500 euros pour 5 000 arbres.  À propos du porteur de projet Yann Roques le porteur du projet a 31 ans, historien, il est secrétaire du Centre Archéologique des Pays Albigeois et conférencier. Il aime transmettre son savoir au public. Il a fait des films, là aussi par passion. Un documentaire historique en 2011 (Coroarios), un film documentaire historique en 2014 (Makrian) et une fiction en 2017 (Le sang des hommes libres).En 2018 il a créé le Projet Silva, un projet environnemental de grande ampleur qu'il a réalisé bénévolement avec l'aide de proches et de bénévoles. 10000 arbres ont été planté grâce à vous et cela continue !Nous sommes une dizaine de membres actifs et une quarantaine de bénévoles pour les plantations.Toutes les volontés sont les bienvenues lors des plantations au mois de novembre.

130
participants

11 620 €
collectés

Nomadogs : Pour la protection de l’élevage nomade et des steppes de Mongolie

Nomadogs : Pour la protection de l’élevage nomade et des steppes de Mongolie

For our english speaking readers : you might have the possibility to translate via google translate by clicking the button at the bottom of your screen. Otherwise Please scroll all the way down for the english version ! Bienvenue sur notre cagnotte solidaire ! Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous ! PRESENTATION DE L’EQUIPE  Les canidés : Malo, croisé Husky de Sibérie de 2 anset Mojo, Malamute d’Alaska de 2 ans.  Les humains :                                                                               Gaëlle, Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire et éducatrice canineet Emilien, chercheur indépendant en Biologie (Master écologie de Lyon).  NOTRE PROJET     Avec votre aide, nous partirons travailler avec l’ONG : Mongolian Bankhar Dog Project (MBDP) située au parc national de Hustai en Mongolie, à partir de Septembre 2019, pour plusieurs années.   Ce projet a pour objectif de préserver et protéger la culture traditionnelle mongole et son écosystème, en travaillant avec les locaux et en réhabilitant les chiens traditionnels de garde de troupeaux, les Bankhars. En protégeant les chèvres et les moutons de leurs prédateurs, comme les léopards des neiges et les loups, il permet également de protéger ces carnivores de représailles, et lutte ainsi pour leur conservation. La problématique :    La demande en cachemire de plus en plus importante au niveau mondial met une très forte pression sur les éleveurs nomades de Mongolie pour élever toujours plus de chèvres à cachemire. Dans ce contexte, les grandes steppes commencent à se désertifier et les conflits avec les carnivores (léopards des neiges et loups) s’intensifient.Face à la raréfaction des pâturages et aux attaques fréquentes sur leurs troupeaux, les éleveurs nomades, sous pression, optent de plus en plus souvent pour les abattages des prédateurs en représailles, et menacent des espèces déjà en voie d’extinction comme la panthère des neiges.  La solution proposée par l’ONG Mongolian Bankhar Dog Project (MBDP) :  Depuis l’occupation de la Mongolie par l’URSS et la modernisation de leur mode de vie, les nomades ont en grande partie oublié leur arme traditionnelle contre les carnivores : le chien Bankhar. Ces chiens grands et fiers ont protégé les troupeaux des prédateurs pendant des milliers d’années et l’ONG MBDP propose depuis 2013 de les remettre au travail auprès des éleveurs mongols.    Ainsi, le projet élève les chiens dans ses infrastructures du parc de Hustai, les entraine à devenir des gardiens de troupeaux, puis les placent auprès des éleveurs nomades dignes de confiance, avant d’en assurer le suivi vétérinaire pour les années à venir.Cette initiative a très rapidement prouvé son efficacité en réduisant considérablement les attaques sur les troupeaux gardés par les Bankhars, et protège ainsi les loups et les panthères des neiges de représailles fatales.     Cette collaboration avec les éleveurs mongols permet aussi de les informer sur la désertification des steppes causée par l’élevage intensif pour le cachemire et de les sensibiliser à des pratiques d'élevage plus durables (troupeaux moins denses, déplacements plus fréquents vers de nouveaux pâturages...). Voici le site internet de l’ONG si vous souhaitez plus d’informations à son propos :http://www.bankhar.org  Les Nomadogs avec MBDP :     En 2016-2017, nous (Gaëlle et Emilien) avons travaillé pour l’ONG Cheetah Conservation Botswana (CCB), pour la protection des guépards au Botswana (Afrique Australe).    Gaëlle y était consultante pour le programme d’entrainement et de placement de chiens de garde de troupeaux, en tant qu’assistante vétérinaire. Elle était aussi en charge de l’entrainement d’un chien de détection des traces de prédateurs, en tant qu’éducatrice canine.     Emilien, biostatisticien, était co-responsable de l’étude des populations de carnivores autour des zones d’élevage, via l’utilisation de pièges caméras, et de sondages auprès des locaux et éleveurs. Il travaillait aussi à la recherche de solutions pour limiter les conflits éleveurs-carnivores, en plus de l’utilisation de chiens de troupeau.  La similarité entre le projet sur les guépards au Botswana et celui de Mongolian Bankhar Dog Project en Mongolie, nous a tout naturellement conduit à entrer en contact avec Bruce Elfström, directeur de l’ONG. Celui-ci a très rapidement été séduit par notre profil et a souhaité que nous le rejoignons dans son combat pour la conservation des steppes de Mongolie. Notre mission sera donc d’adapter ce que nous avons appris au Botswana, pour aider MDPB à évoluer et à toucher de plus en plus d’éleveurs nomades.  ...Et Malo et Mojo dans tout ça ? Depuis notre retour d’Afrique, deux amis quadrupèdes ont rejoint la famille. Nous les intègrerons au projet en tant que chiens de détection, s’ils le veulent bien, entrainés par Gaëlle. Ils nous permettront de trouver les traces (excréments en général) de carnivores autour des zones d’élevages, et ainsi d’améliorer encore la base de données du projet.      Le but de la cagnotte : Comme toute ONG, MBDP est une organisation à but non lucratif, et repose donc en majeure partie sur la générosité de ses donateurs, fondations ou particuliers. Le budget étant limité et très précis, le projet ne pense pas pouvoir nous rémunérer pour les 6 premiers mois environ, et nous devons donc utiliser nos propres sources de financement. Nous faisons donc appel à votre générosité pour nous aider à passer ce premier cap, et ainsi établir une longue et belle collaboration avec ce magnifique projet.  Votre participation nous permettrait de : • Financer le voyage France-Mongolie en avion pour quatre (2 humains + 2 chiens) : 2500€⦁ Assurance : 450€/personne : 900€• Vivre sur place pendant les 6 premiers mois (alimentation pour nous et les chiens) : 800€/mois : 4800€• Nous équiper pour l’hiver (manteaux, bottes, gants…) : 500€  [ Bien entendu, nous publierons un suivi rigoureux de toutes nos dépenses sur notre page Facebook et notre page Leetchi. Toute participation non utilisée sera reversée directement à Mongolian Bankhar Dog Project.Pour ceux qui n’ont pas Facebook, n’hésitez pas à nous laisser votre adresse email en commentaire pour que nous vous tenions informés. ]  Suivez nos aventures !  Nous avons récemment créé une page Facebook (Nomadogs) dont voici le lien : http://www.facebook.com/pg/nomadogsmongolia Vous y découvrirez nos aventures de la préparation du voyage en France, jusqu’à l’arrivée en Mongolie. N’hésitez pas à nous poser des questions, laisser des messages et à partager les pages pour faire connaitre Nomadogs et l’ONG Mongolian Bankhar Dog Project.  Nous vous remercions pour votre soutien et participation. Gaëlle, Emilien, Malo&Mojo « les Nomadogs » !   ENGLISH VERSION : Welcome to our solidarity fund!Here you can directly and in one click, participate in this prize pool.    Everyone participates in the amount they want.        All payments are secure.Do you want to help us collect more donations? Share this prize pool!Thank you all!  Nomadogs: For the protection of nomadic livestock and the steppes of Mongolia PRESENTATION OF THE TEAM  The canines: Malo, 2-year-old Siberian Huskyand Mojo, 2-year-old Alaskan Malamute Humans:                        Gaëlle, Vet nurse and Dog trainerand Emilien, independent researcher in Biology (Master of Ecology of Lyon).  OUR PROJECT    With your help, we will be working with the Mongolian Bankhar Dog Project (MBDP) NGO located in Hustai National Park in Mongolia, starting in September 2019, for several years.    The objective of this project is to preserve and protect Mongolian traditional culture and its ecosystem, by working with the local people and rehabilitating the traditional herding dogs, the Bankhars. By protecting goats and sheep from their predators, such as snow leopards and wolves, it also protects these carnivores from retaliation, and thus fights for their conservation. The issue:     The increasing global demand for cashmere is putting very strong pressure on Mongolia's nomadic herders to raise more and more cashmere goats. In this context, the great steppes are beginning to desertify and conflicts with carnivores (snow leopards and wolves) are intensifying. Faced with the scarcity of pastures and frequent attacks on their herds, nomadic pastoralists, under pressure, are increasingly opting for the killing of predators in retaliation, and threatening already endangered species such as the snow leopard. The solution proposed by the Mongolian Bankhar Dog Project (MBDP) NGO:                                                            Since the occupation of Mongolia by the USSR and the modernization of their way of life, the nomads have largely forgotten their traditional weapon against carnivores: the Bankhar dog. These tall and fierce dogs have protected the herds from predators for thousands of years and the NGO MBDP has been proposing since 2013 to put them back to work with Mongolian breeders. Thus, the project breeds dogs in its facilities in Hustai Park, trains them to become guardians, then places them with trustworthy nomadic breeders, before ensuring veterinary follow-up for years to come. This initiative quickly proved its effectiveness by significantly reducing attacks on herds guarded by Bankhars, protecting wolves and snow leopards from fatal retaliation.   This collaboration with Mongolian breeders also makes it possible to inform them about the desertification of the steppes caused by intensive cashmere breeding and to raise their awareness of more sustainable breeding practices (less dense herds, more frequent movements to new pastures, etc.).  This is the NGO's website if you would like more information about it:www.bankhar.org Nomadogswith MBDP    In 2016-2017, we (Gaëlle and Emilien) worked for the NGO Cheetah Conservation Botswana (CCB), for the protection of cheetahs in Botswana (Southern Africa).    Gaëlle was a consultant for the training and placement program for livestock guarding dogs, as a veterinary assistant. She was also in charge of training a carnivores scat detection dog as a dog trainer.    Emilien, biostatistician, was co-responsible for the study of carnivore populations around the breeding areas, using camera traps and surveys of local people and herders. He was also working on solutions to limit breeders-carnivores conflicts, in addition to the use of guarding dogs.     The similarity between the cheetah project in Botswana and the Mongolian Bankhar Dog Project in Mongolia, naturally led us to contact Bruce Elström, director of the NGO. He was very quickly seduced by our profile and wanted us to join him in his fight for the conservation of the Mongolian steppes.  Our mission will therefore be to adapt what we have learned in Botswana, to help MDPB evolve and reach more and more nomadic herders. ...What about Malo and Mojo in all this?  Since our return from Africa, two quadruped friends have joined the family. We will integrate them into the project as detection dogs, if they so wish, trained by Gaëlle. They will allow us to find traces (scat in general) of carnivores around the breeding areas, and thus to further improve the project database.  Purpose of the crowd-funding  Like any NGO, MBDP is a non-profit organization, and therefore relies largely on the generosity of its donors, foundations or individuals. The budget being limited and very precise, the project does not think it will be able to pay us for the first 6 months or so, and we must therefore use our own sources of funding.  We therefore appeal to your generosity to help us pass this first milestone, and thus establish a long and beautiful collaboration with this amazing project. Your participation would allow us to: - Fund the France-Mongolia trip by plane for four (2 humans + 2 dogs): 2500€ - Insurance: 450€/person or 900€ - Live on site during the first 6 months (food for us and the dogs): 800€/month or 4800€ - Equip ourselves for winter (coats, boots, gloves...): 500€  Of course, we will publish a rigorous follow-up of all our expenses on our facebook page, and our Leetchi page, and any unused participation will be donated directly to Mongolian Bankhar Dog Project! For those who don't have Facebook, don't hesitate to leave us your email address as a comment so that we can keep you informed.Follow our adventures!  We recently created a Facebook page (Nomadogs) with the following link: https://www.facebook.com/pg/nomadogsmongolia/  You will discover our adventures from the preparation of the trip in France, until the arrival in Mongolia. Feel free to ask us questions, leave messages and share our project page as well as Mongolian Bankhar Dog Project NGO. We thank you for your support and participation. Gaëlle, Emilien, Malo&Mojo "les Nomadogs"!

18

500 €

5 %
Help Raymond fight natural disaster!

Help Raymond fight natural disaster!

Salut à tous ! Comme vous le savez peut-être, l'Afrique de l'Est est touchée par une invasion de criquets qui ravage les cultures des agriculteurs. Raymond est le propriétaire d'une ferme de permaculture au Kenya, dans laquelle Pierre, Baptiste et moi même allons travailler pendant 1 mois. Bien que sa ferme ait été épargnée par les criquets jusque là, Raymond se prépare à leur arrivée. Contrairement à la plupart des agriculteurs de sa région, Raymond n'utilise aucun produits chimiques et n'aura donc pas recours aux pesticides pour lutter contre les criquets. Il souhaite donc installer des filets pour couvrir ses cultures. Pour financer ce projet, Raymond doit trouver 600€ le plus rapidement possible ! Un petit geste de votre peut tout changer pour lui ! Merci d'avance !  _______________________  Hi everyone! As you may know, East Africa has been invaded by locusts who are ravaging entire farm harvests. They are close to a natural disaster. Raymond is the owner of a permaculture farm in Kenya where Pierre, Baptiste and I are going to help out on different projects for a month. For now, the locusts have not yet swarmed his farm but Raymond is currently preparing for the worst. Contrary to most of the farmers in the region, Raymond doesn’t want to use any chemical products on his farm. To help avoid a locust invasion on his crops he would like to install shade nets to cover and therefore protect his vegetables. Raymond, unfortunately, does not have the funds he needs for this project. We want to help him to find these funds as soon as possible through our network. All gestures are warmly welcome and would make a huge difference to Raymond and his village. Thank you!

17

470 €

78 %
Un projet de reboisement à Kuma Tokpli

Un projet de reboisement à Kuma Tokpli

Dans le cadre de mon stage de fin d’études en ingénierie environnementale à l'école Unilasalle Rennes, je pars au Togo pour une mission de reboisement avec l’association Afrik Nouvel basée à Kuma Tokpli. L’association est composée de 4 membres permanents : Jean, Gabin, Komi et Yao et propose pour la première fois un stage dans le domaine de l’agroécologie. La mission de 6 mois a pour objectif de développer et expérimenter des alternatives, en lien avec les pratiques agricoles et les aspects socio-environnementaux, économiques et culturels qui font la particularité de la région. Autrefois, cette région abritait une forêt tropicale d’une luxuriante diversité, qui a été détruite par des coupes abusives et dont il faut maintenant restaurer. En premier lieu, ma mission sera d’étudier les causes de la déforestation par des études bibliographiques et témoignages, ensuite de mettre en place une stratégie de reboisement adaptée aux besoins des habitants, notamment par la sélection d’essences d’arbres adaptées aux cultures vivrières déjà existantes. Enfin, un suivi méthodique sera effectué afin de visualiser les résultats (sous forme de cartes mais aussi via des indicateurs de développements humain). Chacun d’entre vous peut soutenir le projet et y participer à sa manière en faisant un don sachant que le but est de disposer de ressources suffisantes pour le projet de reboisement.« Dans la forêt, quand les branches se querellent, les racines s'embrassent. »Les proverbes et dictons africains (1962) Je vous remercie d’avance pour l’intérêt porté à ce projet, Arthur Le Callonec et l'association Afrik Nouvel

22

280 €

Fleur-Eve's Fat Bike Expedition in Greenland - Fundraising for UNWomen

Fleur-Eve's Fat Bike Expedition in Greenland - Fundraising for UNWomen

Cycling 220 km through Greenland in March 2020 to raise fund for UN Women because climate change is affecting Women and Children.   💫 Follow my training in Moscow and discover the fabulous Russian team supporting me @GuidonGivré on Facebook : https://www.facebook.com/GuidonGivre/ -------------------------------------------- Dear Friends and Family, Thanks for taking the time to visit my leetchi donation page. I have been wanting to challenge myself and step out of my comfort zone and I finally am able to do that with my first ever expedition with Her Planet Earth and Secret Compass to support UN Women. I will cycle 220 km on a Fat Bike, along with 9 other like-minded women, through Greenland's dramatic but beautiful landscapes -  from the Russell' Mount to the western coast.  Cycling through these untouched and preserved landscapes will sensitize us on how fragile Mother Earth actually is. During these days, I will be pushing myself physically and mentally, camping in tents each night, breathing heavily (!) by -10°C and -30°C ‼️, going without a shower for days, feeling every ache in every muscle and escaping the every day connection to the world around me. My goal is to increase awareness about environmental issues and to raise money to support the underprivileged  women across Asia (Bangladesh, Nepal, Vietnam) who are affected by climate changes. With your generous support, UN Women can build on what they have already achieved in Bangladesh, Nepal and Vietnam to increase the scale and effectiveness of their work, having a significant impact on women and girls in areas at risk of natural disasters. 70% of the funds raised on this page will go towards UN Women UK and 30% will help me fund my expedition kit. The risks associated with natural disasters, food price hikes and pandemics are increasing faster than ever before. In the past decade, disasters have continued to exact a heavy toll across the world with over 700 thousand lives lost, 1.7 billion people affected and economic losses of USD 1.4 trillion.  The increasing effects of climate change further exacerbate disaster risks and disproportionately affects women and girls.  Here are few examples of how donations can help:* EUR 45 - Could provide a series of leadership and self-esteem workshops for women and girls to give them the skills and confidence to respond to these climate risk challenges.* EUR 90 - Could help us set up a livelihood project that empowers women business leaders in agriculture to manage their business in at-risk areas.* EUR 450  - Could allow us to work with governments to develop Post-Disaster Needs Assessments (PDNAs) to inform disaster recovery strategies and national disaster management planning.💝 Thank you 💝 for your interest in my crazy journey and your generous donations. Warmest Regards, Fleur-Eve Le Foll

11

619 €

Comptage des oiseaux migrateurs à Prunete

Comptage des oiseaux migrateurs à Prunete

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Aidez ce suivi à prendre son envol ! Le comptage des oiseaux migrateurs à lieu du 1er Mars au 15 Mai, tous les jours du lever au coucher du soleil et permet d'acquérir des connaissances sur les oiseaux, dans un objectif de conservation (tendances, évolution des effectifs et des dates de passage, etc). Au total plus de 1000 heures de terrain sont réalisées sur ce site, uniquement par des bénévoles. Encadré par des ornithologues passionnés de migration, ce suivi est également ouvert à tous et accueille chaque année de nouvelles recrues venues découvrir et se former à l’identification des oiseaux. Le suivi concerne également les scolaires et le grand public. Ainsi plusieurs classes et centres de loisirs sont accueillis sur le site chaque année. Des balades et un accueil permanent pour petits et grands sont mis en place sur la totalité de la saison. Plusieurs conférences, interventions pédagogiques et ludiques sont organisées auprès des communes de la microrégion. Ce camp de migration des oiseaux est assuré par une dizaine de bénévoles et totalise 75 jours de suivi. Il bénéficie d’ores et déjà du soutien du Conservatoire des Espaces Naturels Corse, de la communauté de commune de la Costa Verde et de quelques partenaires dans la microrégion (producteurs, camping, magasins) qui permettent de prendre en compte une partie des besoins nécessaires à la restauration et l’hébergement de ces bénévoles. Cette action de préservation de la nature nécessite en premier lieu des moyens humains, mais aussi logistiques : matériels, supports pédagogiques et de communication, etc. Merci pour votre implication et pour votre soutien dans ce projet qui est au service avant tout de la connaissance et la préservation de la biodiversité. Vous pouvez soutenir ce projet en faisant un don directement sur cette page. Nous vous invitons à nous rejoindre sur le site des dunes de Prunete (Cervioni /Haute-Corse) pour participer aux observations/au suivi et partager cette belle aventure avec l’équipe bénévole.  Contact: Adrien de Montaudouin - - Tél 06 59 99 58 15 Présentation du site et camp de migration, les synthèses et comptes rendus des 3 années de suivi sur : https://www.migraction.net/index.php?m_id=1164&frmSite=133 A partir du 1er Mars, suivez la progression du comptage jour par jour sur :  https://www.trektellen.org/count/view/2072/20190514 , et retrouvez les nouvelles du camp sur http://www.cen-corse.org/ .

16

315 €

Pour l'abandon du projet de Contournement Nord de Maubeuge

Pour l'abandon du projet de Contournement Nord de Maubeuge

A Maubeuge, dans le Nord, un projet de contournement routier menace de destruction de nombreuses habitations et le bocage qui les entoure. Le Contournement Nord de Maubeuge, voulu par le Département du Nord et des élus locaux, s’inscrit dans une longue liste de grands projets inutiles et destructeurs dans l’Hexagone. Pour le défendre, on use des ficelles classiques : chantage à l’emploi, promesses de développement économique et de désengorgement du trafic routier. Aucun de ces pseudos-arguments ne tient, et rien ne justifie à nos yeux un tel désastre environnemental et humain. A l’heure où les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur la nécessité de revoir en profondeur notre modèle de développement, responsable de l’extinction de la biodiversité, de changements climatiques irréversibles et d’inégalités sociales, les porteurs de ce projet persistent à aller droit dans le mur. Ce projet routier, dans sa version actuelle, s’annonce comme un énorme gâchis sur tous les plans !  Un désastre environnemental Sur les zones du projet, c’est toute une biodiversité qui survit dans un oasis de verdure inscrit dans une matrice urbaine et agricole très dense. Une biodiversité riche mais « ordinaire », qui compte peu dans les études d’impact, même si elle deviendra bientôt extraordinaire précisément à cause de cette attitude déplorable. Ici, les buses variables chassent dans les pâtures, les faucons crécerelles immobilisent leur vol pour y repérer des rongeurs; les renards flairent les lapins de garenne et les chevreuils s’allongent dans l’herbe pour profiter des rayons du soleil couchant.Cette biodiversité s’éteint à un rythme inédit. Le dernier rapport de l’IPBES, qui a fait grand bruit, estime qu’un million d’espèces présentent maintenant un risque d’extinction. Il est grand temps d’arrêter de s’imaginer que ces rapports ne concernent que des pays lointains à la faune exotique. La France se place dans le top 10 des pays les plus concernés, et ce sont précisément des chantiers comme celui-ci qui, l’un après l’autre, détruisent le vivant, enlaidissent nos paysages et impactent notre qualité de vie. C’est précisément ce genre de projets qu’il faut faire stopper. C’est ici et maintenant que l’histoire s’écrit. Le magnifique bocage du quartier du Grand-Bois, avec ses arbres têtards témoins d’un patrimoine régional et refuges de biodiversité ? Détruit à jamais : 1165 à 1450 m linéaires de haies seraient coupés pour laisser place au bitume.Imperméabiliser des centaines d’hectares de terres agricoles, alors que les évènements climatiques extrêmes, comme les inondations, vont devenir de plus en plus fréquents ? Aberrant.On s’interrogera également de la cohérence d’un tel projet vis-à-vis des engagements climatiques de la France : encourager le développement du tout-voiture est-il un investissement judicieux alors que le climat s’emballe ? Nous en doutons.   Un désastre humain  Parce qu’ils offrent un superbe cadre de vie, les quartiers menacés par le projet ont attiré des riverains désireux de vivre au calme et au milieu d’un environnement exceptionnel.Des retraités ont investi le travail d’une vie pour s’installer ici et y couler des jours heureux, des familles y ont bâti leur maison pour offrir à leurs enfants une enfance au milieu de l’herbe plutôt que du béton. De nombreuses maisons seraient détruites si le projet voyait le jour, et des centaines se retrouveraient directement à proximité de cette route.Chemin du Héron, Grand-Bois, Pisselotte : ces toponymes deviendraient bien obsolètes ; c’est toute une histoire et un patrimoine qui s’envoleraient en fumée. A Maubeuge et dans les villes et villages voisins, ce sont des quartiers entiers qui perdraient leur âme. Plusieurs agriculteurs verraient également leurs terres familiales morcelées et détruites. Dans une région où 6500 morts prématurées par an sont imputables à la pollution atmosphérique liée aux transports, les porteurs de ce projet ne semblent pas se préoccuper de notre santé et de celle de nos enfants.  Des arguments qui ne tiennent pas Si les bénéfices prétendus du projet ne reposent que sur des promesses, ses conséquences, elles, seront pour nous bien réelles. L'argumentaire des porteurs du projet de contournement reposait principalement sur la connexion avec de futurs axes belges alors en préparation, censée "désenclaver" et "promouvoir le développement économique". Cette rhétorique, déjà difficile à gober tant elle ne repose sur aucune fait, se désagrège sous nos yeux avec l’abandon récent de la liaison RN54 entre Erquelinnes et Lobbes, et d'autres projets similaires. Le nouveau gouvernement wallon a en effet pris la décision de geler tous les projets routiers de la région, dans l’optique de réinvestir l’argent économisé pour rénover les axes existants et favoriser des projets de mobilité douce et de transports en commun. Peut-être pouvons-nous nous insipirer de cette stratégie plutôt que de persister à vouloir un contournement qui n'a plus de sens. De plus, malgré nos demandes répétées, aucun contrat ni aucune promesse d’implantation d’entreprises ne semble exister pour justifier le démarrage de ce chantier à 122,5 M€ , prétendument entièrement financé par le Plan Etat-Région (ce dont nous n’avons non plus aucune preuve) !  Ce que nous voulons  Nous pensons que le projet de Contournement Nord de Maubeuge, dans sa version actuelle, présente un impact environnemental et humain terribles et injustifiés. Nous estimons qu'il est temps d'enterrer une fois pour toutes ce projet destructeur, et de commencer à investir l'enveloppe départementale et l'argent public dans des projets justes et à la hauteur des enjeux de notre époque. Nous réclamons son abandon immédiat.  Notre appel  Loin d’être une simple préoccupation locale, le projet de Contournement Nord de Maubeuge s’inscrit dans une démarche globale de développement irraisonné et destructeur. De nombreux collectifs, individus et associations se battent comme nous contre des projets similaires. Il est grand temps de nous unir et de passer à la vitesse supérieure. Comme nous ne sommes pas entendus par les élus, nous envisageons des recours juridiques pour les mettre devant leurs responsabilités, et nous espérons gagner et ouvrir une brèche qui profitera à d’autres luttes.Nous avons créé cette cagnotte dans le but de collecter de l'argent pour employer un avocat et financer les recours administratifs que nous allons mettre en oeuvre pour conntester le projet.L'intégralité de la somme collectée sur Leetchi y sera destinée. Nous tiendrons au courant de l'avancée du processus les participants qui le souhaiteront, et nous actualiserons de toute façon régulièrement notre page facebook et notre futur site internet pour rendre compte des avancées de notre lutte permises par ces fonds. C’est ici et maintenant que ça se passe. Rejoignez-nous ! Ensemble, nous gagnerons !Merci. Pour en apprendre plus sur notre lutte, vous pouvez visiter notre page facebook : https://www.facebook.com/noncontournementmaubeuge/

13

390 €

Haut de page