Aller au contenu principal

Dépollution plastique à l'embouchure des fleuves

Aidez nous à dépolluer les Océans !800.000 tonnes de plastiques sont envoyés chaque année dans les océans par seulement 10 fleuves. Notre ambition est de déployer une flotte de navires récupérateurs de ces déchets aux embouchures des fleuves, puis de recycler le plastique récupéré.  A partir du 21 Septembre, nous allons démarrer notre test grandeur nature avec 6 bateaux dont le Kraken, le 3 mâts de l'association Wings of the Ocean, à l'embouchure du Rhône, avant un déploiement mondial de bateaux récupérateurs.  Pour faire tout cela, nous avons besoin de fonds pour payer les bateaux, la nourriture et les marins, c'est pourquoi nous faisons cette cagnotte :)  Nous comptons sur votre soutien pour nous permettre d'effectuer ce test dans les meilleures conditions à Port Saint Louis du Rhône ! :)  La vidéo de présentation : https://www.youtube.com/watch?v=wNwB1FzcPCA Effectuez votre don en un clic.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à toutes et tous ! Julien WosnitzaFondateur Wings of the Ocean

449
participants

11 229 €
collectés

Un traitement pour Camille

Vers une médecine sans frontière, aidez Camille à accéder à son traitement Camille, 22 ans, est atteinte d'un gliome infiltrant de la ligne médiane, situé dans le cerveau.  Diagnostiquée en juillet 2017, elle a voulu continuer ses édutes de médecine, qu'elle a poursuivit avec succès jusqu'à la rentrée 2018 ; la fatigue étant trop grande, elle a dû abandonner sa quatrième année au mois d'octobre. En janvier 2019, après 18 mois de chimiothérapie et plus d'une trentaine de séances de radiothérapie, la tumeur n'est toujours pas stabilisée et est devenue chimio résistante. Camille a dû subir de nouvelles séances de radiothérapie afin de momentanément stabiliser l'évolution de son gliome. Les traitements disponibles en France ne peuvent plus répondre efficacement aux besoins médicaux de Camille, la seule alternative se trouve outre Altlantique.  Plusieurs centres dans le monde effectuent des recherches sur les gliomes infiltrants de la ligne médiane, l'un d'entre eux se trouve aux Etat-Unis du côté de Houston. Un protocole y est proposé aux patients souffrant de cette pathologie et ses effets y sont reconnus. Il a notamment fonctionné sur une jeune patiente française du même âge que Camille et a permis de stabiliser la tumeur de façon durable. Afin de pouvoir bénéficier de ce traitement, Camille devra se rendre une fois par mois aux Etats-Unis. Sa famille et ses proches font appel à la générosité de chacun afin de l'aider à payer les frais de déplacement et à accéder au traitement qui pourrait la sauver.   Des centaines de patients en France, le plus souvent des enfants, souffrent de cette pathologie. En offrant une visibilité à l'accessibilité du traitement, nous contribuons à l'ouverture des frontières médicales.  Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Merci pour elle !

644
participants

25 358 €
collectés

Détresse : Mon père a 55 ans et ne sera bientôt plus agriculteur

Je lance un appel à la solidarité pour aider mon père, agriculteur, à sortir de la détresse morale et financière dans laquelle il vit depuis des années. Depuis son plus jeune âge, mon père travaille sur l’exploitation agricole familiale, une ferme céréalière, située à Castres dans le Tarn. Il a toujours travaillé seul : la faiblesse financière de l’exploitation ne lui a jamais permis d’employer un ouvrier agricole pour l’aider. Il n’a même jamais pu se verser un salaire. Telle est la réalité de la vie de mon père : il a toujours travaillé dur, mais uniquement par passion. Comme toute entreprise, une exploitation agricole a des charges nécessaires à son fonctionnement : investissements initiaux et entretien de matériels (tracteurs, semoirs, outils de travail du sol, moissonneuse-batteuse…), carburant, semences, engrais... S’ajoutent à cela, les loyers des fermages, taxes foncières et assurances. Mais les aléas climatiques et les cours fluctuants des céréales n’ont jamais permis d’atteindre l’équilibre financier : une fois la récolte vendue et le bilan de l’année calculé, les dettes, d’abord minimes, n’ont cessé d’augmenter. Mon père a pourtant su se remettre en question et évoluer afin de trouver un moyen de faire prospérer « la ferme », comme on l’appelle dans la famille :- Il a planté de nouvelles cultures, censées produire davantage de rendements ou être mieux valorisées ;- Il a épandu de nouveaux engrais, cherchant à améliorer les conditions de croissance de ses cultures ;- Il a utilisé de nouveaux intrants, censés protéger ses cultures de maladies ou d’insectes.Autant de solutions conseillées, de dépenses réalisées et de déceptions une fois les cultures récoltées. Car, à sa décharge, il peut être difficile de faire les « bons choix » lorsque plusieurs intérêts se mêlent au sein d’un système agricole incitant trop souvent à l’investissement. Malgré une optimisation des charges de production et la mise en place, il y a près de 15 ans, d'une agriculture raisonnée (arrêt du labour, réduction des apports sur les champs), le bilan a continué à être déficitaire. Le travail à perte puis l’engrenage de l’endettement ont ainsi conduit l’exploitation à la faillite. Après 30 ans d’activité mon père est aujourd’hui au pied du mur, menacé de liquidation judiciaire : s’il ne peut rembourser ses dettes, il devra vendre tout ce qu’il possède : matériel, terres et bâtiments, y compris notre maison familiale où vivent encore mes parents. L’occasion pour moi de souligner le soutien essentiel qu’a représenté ma mère durant toutes ces années : en plus de nous avoir permis de faire des études, elle a soutenu notre père tant sur le plan financier que moral. Elle a su (et essaie encore) le raisonner dans les moments les plus sombres, l’empêchant de commettre l’irréparable. Toutefois aujourd’hui, son salaire d’institutrice, ponctionné pour payer les dettes à court terme de la ferme (impôts, factures, etc.), ne leur permet plus de vivre, et l’espoir la quitte elle aussi. Nous sommes quatre enfants, inquiets pour nos parents : la situation financière est aujourd’hui bloquée, ils sont désespérés face à cette menace d’expropriation. N’ayant plus aucun recourt possible, nous avons pris la décision, via cette cagnotte, de demander de l’aide malgré la difficulté qu’il y a à s’exposer ainsi. Nous en appelons humblement à votre générosité pour aider notre père à tourner la page de son rêve agricole et lui offrir la possibilité d'une reconversion professionnelle. Merci d’avoir pris le temps de lire cet appel. Je vous encourage à le partager. Chaque soutien est important, et je remercie du fond du cœur tous ceux qui pourront y contribuer.  MERCI!

188
participants

6 815 €
collectés

2 %

Marseille Carthage - pour casser les préjugés sur le handicap visuel

Bienvenue sur cette cagnotte associative !Nous sommes un équipage de courses au large à la voile, un équipage unique : un équipage déficient visuel. animé par Joël Paris, skipper malvoyant. https://www.youtube.com/watch?v=gf5x5v2TvNQ Nous allons réaliser au printemps 2019, une tentative de record de Marseille à Carthage en Tunisie. Notre but :* démontrer que c'est possible,* modifier les regards et,* nous insérer dans le grand chemin de la diversité pour prouver qu'elle est un facteur de performance.Ce projet est aussi conçu comme première marche vers d'autres défis comme la transat Jacques Vabre en novembre 2019. https://www.youtube.com/watch?v=O7Xqcdu32c8&t=19s Effectuez votre don en un clic.* Chacun participe du montant qu'il souhaite ; il n'y a pas de petits montants,* Tous les paiements sont sécurisés.Grands merci à vous et Rejoignez nous sur Facebookhttps://www.facebook.com/reveapertedevue/?ref=bookmarkset notre site aussi http://reveapertedevue.fr Pour un soutien de plus de 500 Euros, on vous envoie un blouson Rêve à Perte de Vue.Pour un soutien de plus de 1 000 Zueos, on vous en adresse 3.Pensez à nous laisser vos coordonnéees àreveapertedevuearobasgmailpointcom

73
participants

4 201,20 €
collectés

84 %

Mémorial en l'honneur des chiens militaires et héros

MÉMORIAL EN L'HONNEUR DES CHIENS MILITAIRES ET HÉROS Chiens sanitaires, estafettes, éclaireurs, de patrouille, de recherche, de surveillance, puis spécialisés dans la détection d’explosifs, d’armes, dédiés au pistage, aux interventions... Les chiens militaires sont de véritables héros qui ont sauvé la vie de milliers de soldats mais il n’existe, à ce jour, aucune stèle en France leur étant dédiée.  Pour célébrer la mémoire de ces chiens militaires, mais aussi celle de tous les chiens héros qui œuvrent dans la vie civile, la Société Centrale Canine se mobilise pour dédier un mémorial mettant à l’honneur le rôle majeur que jouent les chiens aux côtés de l’Homme, des forces armées et les services qu’ils rendent au quotidien. Le 18 avril 2019, dans les Salons de l’Hôtel de Ville de Paris, à l’occasion de la remise des Trophées des Chiens Héros, la Société Centrale Canine a dévoilé au public l'œuvre sélectionnée par un prestigieux jury pour devenir le Mémorial dédié aux chiens militaires et héros. L’objectif est d’inaugurer ce mémorial courant 2020, dans un lieu symbolique de l’histoire de France.Honorer les chiens pour leurs services rendus à l'hommePour recueillir les financements nécessaires à la réalisation et l’installation de l’œuvre monumentale, la Société Centrale Canine a décidé de lancer une grande campagne de financement participatif. En s'impliquant dans ce projet, chaque contributeur participera à un acte de mémoire militaire et d’hommage civile pour les services rendus par les chiens auprès de l'homme. Cette œuvre artistique qui relève donc d'une double dimension militaire et civile, dépasse le cadre de la Première Guerre Mondiale et intègre pleinement l'apport sociétal du meilleur ami de l'homme. S'ils le veulent bien, les 500 plus grands donateurs verront leur nom inscrit sur une plaque au pied de la stèle.Des discussions en cours avec le Musée de la Grande Guerre de Meaux (Seine-et-Marne) Le dernier né des musées dédiés à la Grande Guerre dépasse la seule dimension d’histoire militaire. C’est un lieu vivant où histoire et société sont mêlés dans une même pédagogie. La modernité du site et ses approches multiples interpellent tous les publics. L’hommage à la fois militaire et civil aux chiens se trouverait idéalement valorisé dans ce lieu dédié à la mémoire de l’homme.Des discussions sont aussi en cours avec les villes de Paris et Reims.14/18 : création du Service des chiens de guerre « La leçon de la Grande Guerre ne peut être celle de la rancœur d’un peuple contre d’autres, pas plus que celle de l’oubli du passé. Elle est un enracinement qui oblige à penser à l’avenir et à penser à l’essentiel, rappelait le Président de la République le 11 novembre 2018 à Paris entouré de plus de 70 chefs d’Etat et de gouvernement sous l’Arc de Triomphe. L’usage des chiens par l’armée fut officialisé lors de la création d’un Service des chiens de guerre, au sein de la Direction de l’infanterie en décembre 1915, puis rattaché au cabinet du ministre de la Guerre au début de l’année 1917. En pleine Guerre Mondiale, la Société Centrale Canine a apporté son expertise cynotechnique au service du Ministère de la Guerre et a permis la mise en place d’un service efficace de sélection et de formation des « chiens de guerre » à l’exemple de ce que faisaient les Allemands, les Belges et les Anglais. Plus de 15 000 chiens ont pris part à ce conflit. Ce fut un acte fondateur dont la postérité est immense.            L’œuvre de Milthon : un symbole puissant de l’union entre le soldat et son chien L’œuvre de Milthon, un artiste colombien, aujourd'hui installé à Paris, dans un style classique des plus réalistes, pensée jusque dans les moindres détails, a touché les membres du jury. Ils ont en effet été saisis par le sentiment de solidarité, de fidélité, mais aussi de force et de dévouement qui émane de cette sculpture. "Un chien en situation de veille, au regard scrutateur et les oreilles dressées, les pattes en tension quoiqu’en position allongée et faisant corps avec le soldat ". Pour l'artiste, "serrés l’un contre l’autre face à l’adversité environnante, proche et imprévisible, le chien et l’homme font face et ne doivent pas faillir". La tête du chien, et plus spécifiquement le museau, est le centre de l’œuvre sur lequel converge le regard du spectateur. À sa droite, en corps à corps, un poilu en position ramassée, concentre ses forces, fusil dressé. L’arme chargée sur laquelle chacun s’appuie est le symbole de leur mission et de leur union militaire, elle est retenue par l’oreille du chien aux aguets et affleure le casque bouclier. "Ils se tiennent là, attendant de contrer le destin en une seule pensée, en une attitude unique sous la pèlerine qui leur sert de refuge. Si l’un faiblissait, l’autre veille sur le périmètre, attentif et inquiet, prenant toute la mesure de la mission dont il est investi." "Ainsi représenté solidaire, fidèle, dévoué et infaillible, le chien militaire incarne des valeurs suprêmes. Compagnon soutenant la cause de la patrie, présent sur tous les fronts et agissant sans relâche, rendons hommage à l’honnêteté animale et à sa part instinctive si précieuse à la survie".Le socle sur lequel repose les sujets est une puissante accumulation de strates à effet de proue. Elle s’associe à l’avancée du combat et l’énormité d’une grande guerre.Cette œuvre réalisée sous forme d’une sculpture monumentale en bronze mesurera plus d’1 m de haut, 1,20 m de large pour environ 150 kg. Milthon, l'artiste lauréat Milthon est né à Bogota, en Colombie, où dès son enfance il découvre sa vocation au contact de l’argile et de ses premiers modelages. Il arrive en France à l’âge de 22 ans et s’installe sur la Côte d’Azur où il ouvre son premier atelier dans lequel il crée des œuvres en terre cuite. Il s’essaye progressivement à la faïence, au grès, à la porcelaine puis au bronze. En 1999, Milthon s’installe à Paris et ouvre quelques années plus tard son atelier. Milthon a d’abord participé à de nombreuses expositions et événements artistiques en France, mais sa notoriété a vite dépassé les frontières de l’Hexagone. Suisse, Belgique, Monaco, Angleterre, Canada, Etats‐ Unis, etc. l’artiste expose ou réalise des commandes pour des villes à travers le monde. Par sa sculpture néo‐classique, Milthon ouvre un monde infini où il met en volume des structures élancées, ondulantes, qui prennent forme de corps, influencées par les civilisations précolombiennes qu'il a approchées dans les musées colombiens. Milthon crée sa propre mythologie dans laquelle la terre est source d'inspiration. Il pose ses blocs compacts et denses et réussit à transformer la densité de son support en formes humaines aériennes et longilignes. L'échelle de son œuvre varie du petit format au monumental avec une égale plastique et maitrise des matériaux utilisés.Un jury d'exception Le jury regroupe des membres des jurys des Trophées des Chiens Héros et du Prix des Beaux‐Arts de la Société Centrale Canine, provenant des milieux militaires, cynophiles, artistiques, vétérinaires, journalistiques et politiques : * Claude D’ANTHENAISE, Directeur du Musée de la Chasse et de la Nature* Bernard DENIS, Professeur honoraire à l’école vétérinaire de Nantes* Loïc DOMBREVAL, Député des Alpes‐Maritimes* Dorothée FABRE, Responsable de la Médiathèque de la Société Centrale Canine* Hélène GATEAU, Vétérinaire et journaliste – RTL et France TV* Elrick IRASTORZA, Général d'armée française ‐ Ancien chef d'état‐major de l'armée de terre, Président du conseil d'administration "Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale"* Pénélope KOMITÈS, Adjointe à la Maire de Paris, Chargée des Espaces Verts, de la Nature en ville, de la Biodiversité, de l’Agriculture urbaine et des Affaires funéraires* Béatrice MAJEWSKI, Journaliste ‐ Télé Star ‐ Télé Poche, en charge des pages animaux* Roger MADEC, Conseiller de Paris, ancien Sénateur et Maire du 19e arrondissement de Paris, éleveur* Michel MOTTET, Président de la Société Centrale Canine* Jean‐Claude NARCY, Journaliste ‐ TF1* Marie‐Christine PRESTAT, ancienne Conservatrice adjointe du Musée de la Chasse et de la Nature* Olivier RIFFARD, Service Départemental‐Métropolitain d’Incendie et de Secours (SDMIS), vétérinaire‐Chef, Conseiller technique cynotechnique* Daniel SCHWARTZ, Vice‐Président de la Société Centrale Canine et Président de la Commission d’Utilisation Nationale « Chiens de Berger et de Garde »* Christelle WAYSBORT, Élue du Conseil régional de l’Ordre des Vétérinaires d’Ile‐de‐FranceQu'est-ce que la Société Centrale Canine ? Fondée en 1881, la Société Centrale Canine, ou SCC, est l'organisme reconnu par le Ministère de l'Agriculturepour gérer le livre généalogique canin (LOF, Livre des Origines Français). Cette association loi 1901, reconnue d'utilité publique le 28 avril 1914 et à but non lucratif, a pour objectif la promotion des races de chiens en France ainsi que la promotion et la protection des divers rôles du chien dans la société. Dès 1932, elle coordonne et fédère les différents Clubs de Races et Sociétés Canines Régionales qui la composent. La Société Centrale Canine est membre de la Fédération Cynologique Internationale (FCI), dont elle fut l'un des cinq membres fondateurs, en 1911. Cet organisme mondial réunit les sociétés canines de plus de 90 pays, membres ou partenaires, et garantit la reconnaissance mutuelle des juges et pedigrees au sein de ces pays. La Fédération Cynologique Internationale reconnaît environ 344 races de chiens dans le monde. La Société Centrale Canine édite une revue bimestrielle, Centrale Canine Magazine et a créé plusieurs Prix pour récompenser des chiens, des auteurs et des artistes : les Trophées des Chiens Héros, le Prix Littéraire de la SCC, le Prix des Beaux‐Arts, etc. Pour plus d’informations : www.centrale‐canine.fr

9
participants

117 €
collectés

0 %
Enzo, le petit chevalier

Enzo, le petit chevalier

Bonjour. Je m'appelle Enzo. Je grandissais paisiblement dans la joie et l'amour de maman et papa. Mais le 30 août 2018, je suis tombé subitement malade. Les docteurs nous ont annoncés que j'étais victime d'un cancer cérébral, une tumeur rhabdoïde tératoïde atypique ATRT de grade IV. A la suite de cette terrible nouvelle, maman a dû s'arrêter de travailler pour prendre soin de moi, la prise en charge médicale étant très lourde. J'ai eu une première exérèse de la tumeur le 1er septembre 2018 à l'hôpital de la Timone à Marseille. On m'a prélevé mes cellules souches pour me les réinjecter à l'aide d'une cytaphérèse, tout en faisant des séances intensives de chimiothérapie.Après toutes ces dures épreuves, les docteurs étaient confiants, mais à la suite d'un IRM de contrôle en février, ceux-ci nous ont annonçaient que la tumeur était revenue. Papa a dû s'arrêter de travailler à son tour pour être à mes côtés et continuer se long combat. La corps médical s'étant consulté, il faut de nouveau m'opérer pour extraire cette tumeur. L'opération a eu lieux le 29 mars 2019.Vendredi 10 mai 2019, les docteurs nous annonçaient de nouveau que la tumeur était revenue pour la troisième fois. Un nouveau protocole, qui se fait à la maison, a été mis en place. Dans cinq semaines je repasserai un IRM de contrôle pour voir si la tumeur a grossi. Durant ce combat, la réalité de tous les jours rattrape papa et maman. Beaucoup de frais ont été engagés, l'emprunt de notre nouvelle maison qui doit être payé, le fait que maman et papa doivent être à mes côtés pour m'aider et me soutenir. Nous remercions par avance toutes les personnes qui peuvent nous aider et nous soutenir dans ce long combat .Tout type de don est important.Enzo vous en remerciera de son plus beau sourire.

337

13 847,93 €

PARTICIPEZ A LA CAGNOTTE POUR SAUVER LE SCA !

PARTICIPEZ A LA CAGNOTTE POUR SAUVER LE SCA !

Amis du SCA, Ces derniers jours, alors que l’équipe professionnelle du Sporting Club Albigeois disputait les ½ finales d’accession en Pro D2, la désillusion fut grande à l’issue du coup de sifflet final…Si le sentiment d’injustice est énorme, sachez que la détermination du SCA (supporters, staff, joueurs, dirigeants) pour rebondir est d'autant plus forte ! C’est pourquoi, le Comité d’Animation des Supporters a souhaité se tourner du côté du financement participatif pour apporter son soutien au Sporting Club Albigeois, actuellement en danger, mais qui souhaite plus que jamais se battre pour continuer d’exister. Aujourd’hui, amis du SCA, l’urgence de la situation est telle que nous vous sollicitons. Mobilisons-nous en faisant un don, pour que notre club, VOTRE club, rayonne encore et encore sur le territoire. Pour permettre au SCA de continuer à s’exprimer dans ce paysage rugbystique nous avons besoin du soutien de chacun d'entre vous. Nous avons encore de formidables moments à partager ensemble, réunis en tribunes, dans les buvettes ou à la bodéga ; autour de ces couleurs « Jaune & Noire » ancrées en nous. Le rugby est une grande famille, le SCA est la nôtre, la vôtre ! 💛🖤  🏉 Participation libre sans montant minimum🏉 Paiement sécurisé🏉 Don déductible des impôts à hauteur de 66% pour les particuliers ou 60% pour les sociétés, dans la limite de 20% de vos revenus imposables  Le Comité d’Animation des Supporters du Sporting Club Albigeois est une association Loi 1901, éligible aux dons déductibles des impôts. Ainsi, grâce aux déductions fiscales, un don à hauteur de 100€ ne vous coûtera en réalité que 34€ (ou 40€ pour une société). Pour toute demande de reçu fiscal, merci d’adresser votre demande au Comité d'Animation du SCA : 06.75.97.08.49

222

13 355,98 €

26 %
Sauver notre crèche associative

Sauver notre crèche associative

Ensemble faisons un petit geste pour une grande action « Sauver notre crèche ».            Aujourd'hui nous décidons d'ouvrir cette cagnotte en ligne pour vous mobiliser, vous sensibliser et vous rassembler autour d'une cause qui nous tient à cœur.           Derrière cette action de soutient se trouve des enfants, des professionnelles de la petite enfance et des parents bénévoles qui gèrent notre structure au quotidien.          Notre crèche « Ecoute s'il joue » est une association de loi 1901 ( crèche collective à gestion parentale) chargée d'histoire qui fêtera ses 30 ans l'année prochaine et à ce titre nous devons tout mettre en œuvre pour la « sauver ».Grâce à vous tous, nous ferons de cette action solidaire un grand pas pour maintenir en vie notre crèche.           Notre structure à ouvert ses portes en 1990, par un groupe de parents souhaitant un accueil collectif pour leurs enfants, et depuis les agréments n'ont cessés de croître pour arriver à un effectif de 50 familles aujourd'hui. Cette progression à permis à notre collectivité de recruter 21 professionnelles de la petite enfance, soucieuses du bien être de chaque petit bambin. Cependant notre établissement subit un endettement important depuis quelques années, impacté par l'application de nouvelles réformes. Les difficultés financières que nous rencontrons aujourd'hui mettent en péril notre crèche ainsi que tous les emplois qui y sont liés. Les familles ont besoin de cette structure d'accueil et il serait dramatique pour la collectivité locale de perdre un service tel que le notre.        Nous vous sollicitons activement aujourd'hui pour SAUVER notre structure.Aidez nous à poursuivre cette belle histoire de la crèche « Ecoute s'il joue » et à en écrire de nouvelles pages.Nous ne voulons pas que la petite flamme qui anime cette équipe au quotidien, s'éteigne car notre attachement y est unique.Donnez nous ce souffle d'espoir. En participant à cette cagnotte, vous contribuez à faire vivre notre crèche « Ecoute s'il joue ». Nos coordonnées : Crèche « Ecoute s'il joue » - Rue de l'hivernerie                                                     46300 Gourdon Mail : creche-ecoutesiljoue@orange,fr Tèl : 05.65.41.35.33

107

2 261 €

1 %
Solidarité pour Emy

Solidarité pour Emy

Bienvenue sur cette cagnotte !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisésEmy est née le 5 octobre 2016, à Rouen. Elle est diagnostiquée de la maladie de Sandhoff, le 3 avril 2017. Cette maladie se traduit par une dégénérescence du système nerveux central. La prévalence en Europe est d'environ 1 cas pour 130 000 et 1 cas pour 500 000 en France  Elle se  traduit par l'apparition de sursauts inépuisables au bruit, une cécité précoce et une détérioration motrice et mentale progressive. D'autres symptômes sont souvent présents, tels qu'un visage poupin, des infections respiratoires fréquentes et des crises d'épilepsie. Le développement est normal pendant les 3 à 6 premiers mois de vie, puis la maladie apparaît et évolue rapidement. Il n'y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, et le pronostic est sombre, l'espérance de vie dépassant rarement 4 ans.  Emy est le premier bébé au monde diagnostiqué aussi tôt (également le premier cas en Haute-Normandie). Des essais cliniques auront lieu à Londres fin 2018, début 2019. Nous souhaitons tout mettre en oeuvre, pour maintenir Emy le mieux que nous pourrons afin qu'elle puisse en faire partie. Emy a besoin de petits appareils vibrant pour la désensibiliser au niveau de la bouche et des gencives. Depuis quelques semaines, elle a des troubles sensoriels et il devient de plus en plus compliqué de l'alimenter. Elle a également besoin de coussins et de tapis plan incliné et plat, afin de développer au mieux sa motricité. Emy a également de grand troubles visuels et a besoin d'être stimuler par des objets et des jouets spécifiques.De patch de scopoderm pour éviter une salivation excessive... Malheureusement tout cela est à notre charge et les coûts sont élevés, à titre d'exemple : poussette 3200€ (sécu 1000€), siège auto 800€, fauteuil spécial 6000€ (tout est moulé au gabarit d'Emy), frais d'essence et de route (4 aller/retour par jour), parking hopital, frais de pharmacie minimum de 130€/mois à charge, les frais de voyage pour Londres etc...sans oublier que l'injection pour Emy a un cout d'1 million d'euro...et que les essais se feront lorsque l'intégralité du budget sera récolté..Ces essais auront pour but, si ils fonctionnent, de bloquer la maladie et d'améliorer son état de santé.Nous avons décidés de tout tenter pour que la maladie n'ai pas raison d'elle.Merci à tous pour votre soutien et votre solidarité. Notre petite princesse est pleine de vie et nous devons nous unir pour qu'elle puisse continuer à vivre. ♥  Merci infiniment pour vos dons et vos messages de soutien, qui nous touches profondément.

1424

40 375,05 €

40 %
Un traitement pour Camille

Un traitement pour Camille

Vers une médecine sans frontière, aidez Camille à accéder à son traitement Camille, 22 ans, est atteinte d'un gliome infiltrant de la ligne médiane, situé dans le cerveau.  Diagnostiquée en juillet 2017, elle a voulu continuer ses édutes de médecine, qu'elle a poursuivit avec succès jusqu'à la rentrée 2018 ; la fatigue étant trop grande, elle a dû abandonner sa quatrième année au mois d'octobre. En janvier 2019, après 18 mois de chimiothérapie et plus d'une trentaine de séances de radiothérapie, la tumeur n'est toujours pas stabilisée et est devenue chimio résistante. Camille a dû subir de nouvelles séances de radiothérapie afin de momentanément stabiliser l'évolution de son gliome. Les traitements disponibles en France ne peuvent plus répondre efficacement aux besoins médicaux de Camille, la seule alternative se trouve outre Altlantique.  Plusieurs centres dans le monde effectuent des recherches sur les gliomes infiltrants de la ligne médiane, l'un d'entre eux se trouve aux Etat-Unis du côté de Houston. Un protocole y est proposé aux patients souffrant de cette pathologie et ses effets y sont reconnus. Il a notamment fonctionné sur une jeune patiente française du même âge que Camille et a permis de stabiliser la tumeur de façon durable. Afin de pouvoir bénéficier de ce traitement, Camille devra se rendre une fois par mois aux Etats-Unis. Sa famille et ses proches font appel à la générosité de chacun afin de l'aider à payer les frais de déplacement et à accéder au traitement qui pourrait la sauver.   Des centaines de patients en France, le plus souvent des enfants, souffrent de cette pathologie. En offrant une visibilité à l'accessibilité du traitement, nous contribuons à l'ouverture des frontières médicales.  Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Merci pour elle !

644

25 358 €

Détresse : Mon père a 55 ans et ne sera bientôt plus agriculteur

Détresse : Mon père a 55 ans et ne sera bientôt plus agriculteur

Je lance un appel à la solidarité pour aider mon père, agriculteur, à sortir de la détresse morale et financière dans laquelle il vit depuis des années. Depuis son plus jeune âge, mon père travaille sur l’exploitation agricole familiale, une ferme céréalière, située à Castres dans le Tarn. Il a toujours travaillé seul : la faiblesse financière de l’exploitation ne lui a jamais permis d’employer un ouvrier agricole pour l’aider. Il n’a même jamais pu se verser un salaire. Telle est la réalité de la vie de mon père : il a toujours travaillé dur, mais uniquement par passion. Comme toute entreprise, une exploitation agricole a des charges nécessaires à son fonctionnement : investissements initiaux et entretien de matériels (tracteurs, semoirs, outils de travail du sol, moissonneuse-batteuse…), carburant, semences, engrais... S’ajoutent à cela, les loyers des fermages, taxes foncières et assurances. Mais les aléas climatiques et les cours fluctuants des céréales n’ont jamais permis d’atteindre l’équilibre financier : une fois la récolte vendue et le bilan de l’année calculé, les dettes, d’abord minimes, n’ont cessé d’augmenter. Mon père a pourtant su se remettre en question et évoluer afin de trouver un moyen de faire prospérer « la ferme », comme on l’appelle dans la famille :- Il a planté de nouvelles cultures, censées produire davantage de rendements ou être mieux valorisées ;- Il a épandu de nouveaux engrais, cherchant à améliorer les conditions de croissance de ses cultures ;- Il a utilisé de nouveaux intrants, censés protéger ses cultures de maladies ou d’insectes.Autant de solutions conseillées, de dépenses réalisées et de déceptions une fois les cultures récoltées. Car, à sa décharge, il peut être difficile de faire les « bons choix » lorsque plusieurs intérêts se mêlent au sein d’un système agricole incitant trop souvent à l’investissement. Malgré une optimisation des charges de production et la mise en place, il y a près de 15 ans, d'une agriculture raisonnée (arrêt du labour, réduction des apports sur les champs), le bilan a continué à être déficitaire. Le travail à perte puis l’engrenage de l’endettement ont ainsi conduit l’exploitation à la faillite. Après 30 ans d’activité mon père est aujourd’hui au pied du mur, menacé de liquidation judiciaire : s’il ne peut rembourser ses dettes, il devra vendre tout ce qu’il possède : matériel, terres et bâtiments, y compris notre maison familiale où vivent encore mes parents. L’occasion pour moi de souligner le soutien essentiel qu’a représenté ma mère durant toutes ces années : en plus de nous avoir permis de faire des études, elle a soutenu notre père tant sur le plan financier que moral. Elle a su (et essaie encore) le raisonner dans les moments les plus sombres, l’empêchant de commettre l’irréparable. Toutefois aujourd’hui, son salaire d’institutrice, ponctionné pour payer les dettes à court terme de la ferme (impôts, factures, etc.), ne leur permet plus de vivre, et l’espoir la quitte elle aussi. Nous sommes quatre enfants, inquiets pour nos parents : la situation financière est aujourd’hui bloquée, ils sont désespérés face à cette menace d’expropriation. N’ayant plus aucun recourt possible, nous avons pris la décision, via cette cagnotte, de demander de l’aide malgré la difficulté qu’il y a à s’exposer ainsi. Nous en appelons humblement à votre générosité pour aider notre père à tourner la page de son rêve agricole et lui offrir la possibilité d'une reconversion professionnelle. Merci d’avoir pris le temps de lire cet appel. Je vous encourage à le partager. Chaque soutien est important, et je remercie du fond du cœur tous ceux qui pourront y contribuer.  MERCI!

188

6 815 €

2 %
Un monde meilleur pour Mathieu

Un monde meilleur pour Mathieu

Cagnotte pour un aménagement plus adapté aux handicaps de Mathieu . Mathieu, âgé de 9 ans, est né avec de nombreux handicaps dont un oedème cérébral et du cervelet ainsi qu'un syndrome de West . Tétraplégique, il souffre d'une épilepsie sévère , d'une forte spasticité et d'une luxation des hanches pour laquelle il a subit plusieurs grosses opérations . Son petit corps est maintenu par un corset . Se nourrir est difficile pour lui... en dehors d'une nourriture mixée lisse qu'il n'arrive à prendre que par petite quantité , il est nourrit par stomie pour subvenir à ses besoins . Sa maladie évolue et chaque jour est une épreuve pour lui et pour nous, sa famille .Malgré cela, Mathieu est un enfant qui sourit à la vie et qui adore par dessus tout les câlins de ses parents et de son grand frère , mais surtout les bras de papa .  Mathieu grandit ... les bras de papa ne sont plus assez forts pour le porter à l'étage et notre maison n'est plus adaptée à son état ( escaliers, salle de bain , ...) Il faut maintenant songer à la création d'une pièce spécialisée , à l'achat de nouveaux appareillages tels qu'un lit de douche , une chenillette , un nouveau fauteuil roulant,... Après visite de la MDPH, le devis s'annonce à plus de 30.000 euros pour réaménager notre garage, seule pièce qui pourra être transformée. Malgré une aide maximum de 10.000 euros, qui pourra être versée sur une période de 10 ans, nous n'avons pas les moyens d'effectuer ces travaux et de palier aux futures dépenses d'appareillages .  Nous remercions d'avance, toutes les personnes qui pourront nous aider par cette cagnotte , à soulager le quotidien de Mathieu et le notre, grace à cet aménagement spécialisé . Chaque don , aussi petit qu'il soit est important ... chaque euro accumulé aux autres, permettra d'offrir à Mathieu un peu plus de confort , qui vous en remerciera de son plus beau sourire .  Tous les paiements sont sécurisés, pas de somme minimum obligatoire , chaque euro est important. Merci de nous aider à avancer dans ce projet en partageant cette cagnotte !Merci pour votre générosité.                                                    Mathieu et sa famille .

184

6 628 €

22 %
SOS MERIA BEACH

SOS MERIA BEACH

INFO Les choses avancent, pas aussi vite que nous le souhaiterions, mais la volonté y est, c'est déjà un gros atout... Notre cagnotte est le moteur de cette dynamique, mais ce moteur a besoin de carburant, car c'est ce qui va vraiment permettre de faire une intervention...La Cagnotte n'a pour but que de favoriser le nettoyage de la Plage de Meria. En tout état de cause, le Parc Marin, la Mairie, la DDTM travaillent pour trouver LA SOLUTION LA PLUS ADAPTÉE à la problématique de notre baie. Y AURA UNE INTERVENTION, tout comme y en a une à Macinaggio et à Tamarone.  N'ayez pas peur de donner, car plus la cagnotte sera élevée, plus l'intervention pourra être d'ampleur... Et n'écoutez pas les rumeurs, car tous les jours, les divers organismes défilent sur la plage...   La Photo qui illustre cette cagnotte date du 1er Juin 2019... Le 29 Octobre 2018, la Corse subissait les assauts de la Tempéte ADRIAN, balayant le littoral, causant de trés gros dommages, tant aux particuliers qu'aux équipements et aux plages. Reconnue Catastrophe Naturelle, les particuliers ont pu solliciter leurs assurances, et avoir des indemnisations, même si souvent, cela n'a pas suffit pour couvrir les dégâts... Mais, personne ne prend en compte l'arrivée massive sur notre belle plage, de sable mais aussi et surtout de posidonies mortes, créant des banquettes, que de memoires de Meriais, personne ne s'en souvienne... Reste maintenant que notre plage est impraticable, et surtout dangeureuse pour la baignade. Les services de l'Etat, et la Mairie, sont disposés à trouver une solution technique pour rendre accesible le littoral, en traitant partiellement et surtout de façon écologique ses banquettes de posidonies. L'idée, est de retirer de sur la plage, une lisiére de 4 à 5 métres, afin, d'avoir un cordon de plage orné des cailloux si typique à notre baie. NOUS NE SOUHAITONS PAS ERADIQUER LA POSIDONIE ET SES BANQUETTES, MAIS JUSTE CREER UN ACCES À L'EAU SECURISÉ SUR NOTRE PLAGE QUI EST FAMILIALE.  Pour cela, il faut des moyens financiers, car nous n'avons pas de recul sur la plage, et contrairement aux communes voisines, nous ne pouvons pas stocker sur l'arriere de celle-ci, car les tamaris -espéces protégées - sont trop proche de la ligne de front. De ce fait, nous sommes contraint d'évacuer les posidonies, selon un cahier des charges strict vers une zone dédiée. Pour cela, il nous faut donc abonder une enveloppe financiére,  déjà partiellement garnie par les professionnels ( Paillote et autres loueurs et hebergeurs) et les bonnes volontées, mais cela ne suffit pas...  Nous faisons donc appel à votre génerosité, et cela dans un temps trés court, car Juillet c'est demain... Le montant recherché n'est pas inaccessible, seulement une grossse dizaine de milliers d'euros. Nous vous demandons donc, une petite souscription, pour que vous puissiez profiter lors de vos vacances de votre plage préférée... Merci d'avance de votre soutien financier et fraternel. Et si vous en avez la possibilité merci de partager cette cagnotte solidaire. Quelque soit la somme récoltée, elle sera directement utilisée pour la PLAGE, et le destinataire des fonds est la Mairie de Meria (dédiée et bénéficiaire de la cagnotte). Le versement leur sera fait UNIQUEMENT, travaux effectués. Nous ne pouvons pas utiliser les fonds autrement. Les Amis de Méria

114

5 365 €

53 %
Aider Stéphane à rouler

Aider Stéphane à rouler

Bienvenue sur cette cagnotte !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !  Bonjour à vous tous, grâce à cette cagnotte solidaire vous pouvez aider Stéphane, Comment ?  Bonjour à tous, je m'appelle Stéphane, j'ai 48 ans et je vis en Normandie, au Havre.Cela fait 48 ans que je suis handicapé moteur ; en effet, une complication a eu lieu lors de ma naissance : le cordon ombilical s'est enroulé au niveau de mon cou (ce qui m'a étouffé) et mon cœur s'est arrêté de battre… Les médecins ont dû me ramener à la vie mais un manque d'oxygène m'a finalement coûté l'usage de mes bras, de mes jambes ainsi qu’un langage difficile. Toute ma vie, j'ai été très entouré par mes parents et la famille puis, j'ai été très vite en école spécialisée puis en foyer, n’ayant aucune autonomie pour les gestes simples du quotidien. Puis, j'ai eu la chance d'acquérir un fauteuil électrique avec une commande spéciale au menton où j'ai vite pris le goût de la liberté ! Ce qui m'a donné l'envie d'élargir mes objectifs, trouver un emploi, rencontrer l'amour et essayer de tendre vers une vie « normale » Après une longue bataille administrative, j'ai réussi à passer mon B.A.F.A. et obtenir un appartement autonome avec la présence d'auxiliaires de vie pour m'aider dans les gestes de la vie de tous les jours. Mais il me manquait encore quelque chose : un moyen de locomotion pour pouvoir aller encore plus loin ! Je suis dans l'incapacité de conduire donc il m'a fallu encore négocier pour trouver une assurance qui accepte d'assurer un véhicule pour mes auxiliaires !Je suis parti en train, accompagné, fier d'avoir trouvé un camion qui pouvait enfin me transporter « partout où je voulais aller ». Ce camion est devenu un objet précieux pour moi et j'ai beaucoup dépensé pour le rendre fiable et sécurisant ! Chouchouter mon camion est même devenu une passion, ce qui m'a amené à le faire customiser. Mais, catastrophe ! Deux ans après, le camion est trop vieux, trop polluant et une corrosion trop présente empêche le passage au contrôle technique… En effet, depuis mai 2018, le contrôle s'est renforcé, il n’est donc pas possible de garder ce vieux véhicule, « ma liberté, mon joujou préféré ! » Dernièrement, j’ai reçu la triste nouvelle d'officialiser la mise à la casse de mon camion. C'est un crève-cœur pour moi. Et, la prime à la conversion ne fonctionne que sur l'achat de véhicule récent ; Or, je n'ai pas les finances pour acheter un véhicule adapté récent ou même neuf. On m’a parlé des cagnottes solidaires alors, je fais appel à vos dons, votre générosité, votre solidarité afin de m'aider à financer un véhicule adapté. Ce serait pour moi, l’assurance de partir sur un projet fiable, à long terme, une liberté d’esprit, me déplacer sans contraintes, sans tracas… me rendre une autonomie récemment perdue.Pouvoir me déplacer, c'est pouvoir partir à l'aventure, découvrir le monde ! Mais surtout et simplement, c’est m’aider dans mon quotidien pour les courses par exemple… Merci d’avoir pris le temps de lire ces lignes écrites avec l’aide de ma précieuse amie.J’espère concrétiser ce projet et si j’y arrive, je ne manquerai pas de vous en informer !Stéphane

57

8 688,81 €

57 %
J'irai quand même voyager

J'irai quand même voyager

Moi c'est Adam je suis né le 09 juillet 2012 au Maroc.Maman et moi on s'est rencontrés quand j'avais 15 jours, on s'est tout de suite aimés très fort.Mon premier voyage je l'ai fait à un mois pour rentrer à Paris avec ma maman, j'ai même pas pleuré une seule fois pendant les 3h30 de vol, je savais que j'allais quelque part où j'allais être choyé par beaucoup de monde et par la suite soigné et comme tous les enfants pouvoir évoluer à mon rythme avec les professionnels qu'il faudrait, ce premier voyage fut donc merveilleux.J'ai une maladie rare qui provoque un retard développemental global des crises d'épilepsie aussi. J'ai donc six ans et demi, je suis hyper câlin, je rigole tout le temps je suis dans un IEM où j'ai plein de copains.Depuis le diagnostic de mon truc bizarre  maman a toujours décidé de faire tout "normalement" et que les seules barrières étaient celles que nous nous mettions.D'ailleurs maman c'est un super héros elle a survécu à un cancer et à un AVC!Nous avons toujours voyagé: nous sommes retournés deux fois au Maroc, nous avons été à l'île à Maurice, à Lisbonne et très bientôt nous allons aller à Londres.Maman dit que grâce aux voyages je m'éveille, je m'émerveille aussi, j'ai déjà des souvenirs et j'en parle avec les cahiers de collage que nous avons fait.Ça m'aide à communiquer et je parle de mieux en mieux.Maman a eu la super idée de vouloir partager cette ouverture avec mes petits copains d'infortune et elle a créé une association" J'irai quand même voyager"Je ne comprends pas tout mais je vois bien qu'elle est toute excitée :"Cette association a pour but de promouvoir des voyages et des week-ends en France et à l'étranger pour les enfants de 6 à 18 ans atteints de maladie oncologique, neurologique évolutive ou non. Toute famille accompagnant un enfant en situation de handicap est la bienvenue"Mais moi je sais juste que grâce à ces voyages on pourra s'entraider entre familles et faire venir des accompagnateurs et des soignants pour que nos parents puissent avoir du répit pendant que nous nous amuserons.Maman elle a dix idées par minute alors je ne comprends pas toujours et elle emploie plein de termes techniques: "logistique, partenaires, subventions etc..."Ce que j'ai retenu c'est que c'était possible et qu'on allait peut être aller voir les baleines au Canada.Même pas cap!Adam sous la plume de sa maman Valérieil n'y a pas de petit don 1+1=2 tout est super et permettra la concrétisation de notre projet et de partage. Du fond du cœur je vous dis Merci

87

126 J

26 %
Conserver notre élevage de volailles .

Conserver notre élevage de volailles .

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Bonjour à tous, je m’appelle Maël LEFEVRE, j’ai 37 ans et mes enfants Adrien 14 ans et Thalia 10 ans .  Nous vous écrivons pour vous parler du problème de santé de ma femme, Sophie, et maman de nos enfants.  Nous nous sommes installés en 2013 sur une exploitation où il a fallu tout créer car notre projet et l’activité de vente de volaille en direct aux consommateurs . Nos clients apprécient le goût de nos volailles d’autrefois élevé principalement aux céréales produites sur la ferme c’est pourquoi nous voulons conserver l’élevage de nos volailles . Adrien,Thalia: Nos parents travaillent beaucoup pour développer notre ferme afin que notre famille puisse en vivre. Ce travaille nos parents n'en n'ont pas peur mais use la santé de notre maman. À la fin de l’année 2014, où le travail est plus intense, maman commence a avoir beaucoup de douleur à l’épaule droite. Bien entendu, elle est droitière! Les semaines et les mois passent toujours vivant avec cette douleur de plus en plus douloureuse, les rendez-vous sont pris à l’hôpital pour soulager cette douleur par des infiltrations sans grand succès ... Après beaucoup d'examens et de temps passé, les médecins découvrent que le tendon de l’épaule est très abîmé et qu'il faut l'opérer. Forcément elle part confiante à cette opération pour enfin arrêter de souffrir. Cela fait aujourd’hui plus d’un an que l’opération a eu lieu mais malheureusement ma femme a toujours très mal comme avant l'opération, et pendant ce temps là, la ferme doit toujours nous faire vivre . Je fait encore plus de choses pour pouvoir  la soulager avec l'aide des enfants quand il le peuvent, mais cela nous fatigue davantage Adrien: Nous aimerions l'aider mais ne savons pas comment faire, et c’est là que j'ai découvert la cagnotte Leetchi . Ma maman ne pourra peut-être plus continuer les volailles mais nous, nous voulons car nous sommes très content et très fier de vivre à la campagne et à la ferme . Ce qui pourrait aider son travail ce sont des machines comme : - un bac de trempage automatique pour les volailles, - une machine pour vider les volailles,- une voiture de livraison avec la boîte automatique... Aujourd'hui tout ce fait manuellement et use notre santé et tout ce matériel permettrait un grand confort de travail. Nous devons également faire des mises aux normes mais cela a un coût .De plus, ma femme étant en maladie professionnelle, nous pensions avoir droit à quelqu'un pour la remplacer mais même avec ce qu'elle a et ayant beaucoup de mal à lever le bras nous n'avons aucune aide pour l’emploi d’une personne . Thalia: Ma maman perd un peu le moral et elle est fatigué des hôpitaux car nous ne savons pas si une deuxième opération n'auras pas lieu. Tout cela nous permettrais de continuer dans le métier que l’on aime tous . Avec cette cagnotte nous pourrons rendre le travail moins pénible pour nous tous c’est pourquoi nous vous remercions d’avance du fond du cœur . Merci beaucoup .  Maël, Adrien et Thalia . Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte ! Merci à tous !

73

2 787,10 €

3 %
Le projet agri-culturel de Graine de Ferme !

Le projet agri-culturel de Graine de Ferme !

« Dessine Moi une Ferme » : un projet agri-culturel pour Graine de Ferme ! Qui sommes-nous ? Nous sommes Raphaël et Apolline : deux curieux et amoureux de la nature. Raphaël a obtenu un CAP en maraichage biologique et est actuellement en formation BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Entreprise Agricole) afin de développer ses compétences en gestion et de bénéficier d’un meilleur accompagnement dans son installation agricole. Au sein de sa formation il a effectué plusieurs stages dans des fermes maraichères dans lesquelles il a approfondi les techniques culturales : de là est née l’idée de créer sa propre micro-ferme.  Apolline est une littéraire, après une licence de Lettres Modernes et un service civique dans un Écomusée, elle confirme son désir de partager : visites guidées, ateliers avec les enfants, création d’un potager, transmission du patrimoine ou encore communication culturelle ont été pour elle autant de moyens de développer un territoire rural par le biais du tourisme et du partage. Au sein de la micro-ferme elle souhaite développer l’éco-tourisme, allier agriculture et culture au service d’un développement local vivant. Pour éclairer ce projet elle se forme actuellement au développement rural avec une licence professionnelle « Entreprises et Développement Local ».   Notre projet naît de quatre envies : - Créer une ferme à taille humaine et porteuse de valeurs, permettant un travail de la terre peu mécanisé et respectueux du sol pour une valorisation de nos produits et le maintien d’une biodiversité essentielle. La micro-ferme est une ferme de taille moindre commercialisant en circuits courts et présentant une grande diversité de cultures.- Proposer une consommation locale, consommer mieux et proche de chez soi par la vente directe de produits sains et de saison plutôt que de consommer des denrées qui parcourent en moyenne 1500 kilomètres avant de se retrouver dans notre assiette.  - Eliminer totalement les pesticides de notre environnement car nocifs et polluants pour nous-même et pour notre Terre. Il s’agit de retrouver une agriculture qui préserve les écosystèmes pour une meilleure qualité de l’eau, de l’air et du sol. Cette démarche s’accompagne également d’un désir de limiter l’utilisation des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables. - Favoriser l’échange et les rencontres, il s’agit de redynamiser notre environnement proche en recréant du lien et en communiquant par l’accueil à la ferme. Transmettre et partager, s’enseigner les uns les autres à vivre mieux et plus simplement.   Effectuant nos formations respectives en Ariège nous nous sommes attachés à ce territoire. Plus largement, nous pourrions nous installer dans la région pyrénéenne. Pour faire quoi ? Graine de Ferme : une micro-ferme biologique tisseuse de liens !  Notre projet global s’étendrait idéalement sur environ 5 hectares et nous travaillerons tous les deux sur la ferme à temps-plein. Nous savons aujourd’hui que les micro-fermes sont des structures viables qui permettent une réelle valorisation des circuits courts et de l’agriculture biologique. La ferme n’est pas un système à part : elle souhaite faire partie d’un réseau porteur de projets qui permettent de mettre en valeur le territoire à notre échelle.  La ferme maraîchère :   En matière de production, toute l’année, la culture légumière et fruitière sera l’activité principale à la ferme. Notre mode de culture utilisera des méthodes inspirées de la permaculture et du maraichage bio-intensif. Aucun produit phytosanitaire n’entre dans le processus de culture. Il s’agit de suivre le rythme de développement des différents végétaux, d’en assumer les faiblesses et de tirer profit de leurs qualités. La production inclura légumes feuilles, racines, bulbes, tiges, salades, pois et haricots, concombres et courges ; également arbres fruitiers et petits fruits. La surface dédiée à cette activité sera idéalement de deux hectares avec environ 3000m2 de surface cultivée.  En plus d’une vente à la ferme ou encore dans des systèmes de circuits courts, nous serons présents de façon régulière sur les marchés du territoire pour vendre nos produits et ainsi promouvoir notre activité aux côtés d’autres acteurs locaux. A terme nous prévoyons également de proposer aux cantines scolaires locales nos produits tout au long de l’année.  Par cette ferme nous voulons devenir acteurs de la vie locale de la commune et des communes alentour en matière de production légumière. Il est question de proposer aux habitants des produits sains, bio et accessibles financièrement pour en faire profiter le plus grand nombre.     La ferme « éco-touristique » :  Notre projet est de mettre en place un camping à la ferme écologique : un éco-site, lieu d'échange et de partage, accessible à tous. L'objectif est de valoriser le potentiel touristique de la région en proposant un lieu d'accueil convivial et calme dans un site privilégié. Les constructions prévues sont durables et respectueuses de l'environnement : panneaux solaires, toilettes sèches et récupération d'eau pour une économie d'énergie optimale. L'éco-tourisme apparaît comme un moyen alternatif de visiter une région : respectueux de l'environnement, qui privilégie les liens humains et permet la découverte d'un autre mode de vie.  L'éco-tourisme s'appuie également sur la mise en place d’une ferme pédagogique pour découvrir la vie de la ferme. Des ateliers et des journées découvertes seront proposés afin de partager nos savoirs et savoir-faire. Les activités proposées prendront pour thème le maraîchage, la cuisine et transformation de nos produits, la découverte du monde animal de la ferme et la sensibilisation à l'écosystème et à la biodiversité. Nous souhaitons également proposer des activités pour découvrir la région et ses richesses, en partenariat avec les différents acteurs locaux.  Nous prévoyons enfin le développement d’un lieu attaché au lien social et à la valorisation de nos produits : un café culturel ainsi qu’une bibliothèque participative avec évènements culturels, résidences d’artistes, expositions ou encore ateliers tout au long de l’année, pour une véritable redynamisation locale et rurale proche des habitants. La « perte de vie » des villages nous affecte particulièrement et nous souhaitons donc réinvestir la vie locale au service des habitants. À quoi vont servir vos dons ? Nous faisons aujourd’hui appel à vous car nous croyons réellement en notre projet et en sa réalisation ! Nous aspirons à une agriculture respectueuse de la terre et des Hommes, une agriculture citoyenne. Cette cagnotte qui suit le principe du financement participatif relève de cette logique : elle s’appuie sur l’entraide et la solidarité de chacun pour mener à bien une réalisation collective. Les dons seront dans un premier temps nécessaires à l’achat du terrain et un plus non négligeable en tant qu’apport personnel à faire valoir aux banques. Ils seront alors le premier moteur du lancement de notre activité. De plus, nous pourrons également investir dans le matériel indispensable à notre installation (serres, irrigation, outils…). Avec ce financement participatif il nous tient à cœur de développer un projet collectif qui ne tient pas uniquement du bon vouloir des banques ou autres prêts financiers. Nous voulons démontrer que notre projet peut être porté par d’autres personnes que nous et qu’il suscite un réel intérêt. Une fois le financement participatif terminé nous recueillerons les dons et pourrons alors lancer le projet. En attendant, n’hésitez pas à nous suivre et à nous contacter sur Facebook et sur Leetchi (et prochainement sur notre site internet…) pour suivre l’avancement de notre projet ! Contreparties : Les délais concernant les contreparties varieront en fonction de la contrepartie prévue et de l’avancement de notre projet, nous vous tiendrons au courant via cette page Leetchi. •Pour les contreparties qui nécessitent de venir sur place : contactez-nous si ce n’est pas possible pour vous (ou si vous ne souhaitez pas de contreparties), nous vous proposerons autre chose. •Pour toute question n’hésitez pas à nous contacter ! - 1€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter- 10€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + recevez un marque-page au nom de la ferme- 25€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + un assortiment de graines potagères (à récupérer sur place)- 50€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + un (gros) panier de produits de la ferme (à récupérer sur place)- 75€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + venez profiter d’un pique-nique en famille à la ferme (repas jusqu’à 4 personnes)- 100€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + parrainez un arbre de la ferme, choisissez sa variété, venez lui rendre visite et récoltez ses fruits ! - 200€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + venez passer une journée à la ferme avec une initiation au maraichage (et repartez avec votre récolte !)- 500€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + parrainez un animal de la ferme, choisissez son nom, venez lui rendre visite et emmenez-le en balade !- 1000€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + passez une semaine dans la peau d’un maraicher à la ferme (et repartez avec votre récolte !)  Et enfin… un IMMENSE merci à tous !Tous les donateurs seront invités à l’inauguration de la ferme : un apéritif partagé et une visite du lieu ! /!\ N'oubliez pas de laisser votre adresse mail en commentaire lorsque vous faites un don pour qu'on puisse vous contacter (et pour recevoir la newsletter) /!\

44

3 083 €

Tous ensemble pour le WV combi lensois

Tous ensemble pour le WV combi lensois

Tous ensemble pour le WV combi Lensois Chers amis supporters du RC LensCe Dimanche soir nous avons tous été tristes et marqués de l’épilogue de cette épopée en barrages après y avoir vraiment cru  !! Un autre évènement marquant a touché l’un de nos plus fidèles camarades et supporters du RC LENS  Vous connaissez sans doute de près ou de loin Thibaud avec son légendaire camping-car combi WV âgé de 47 ans et aux couleurs du RC LENSIl est en effet  de tous les matchs et de nombreux déplacements (récemment au PFC et à TROYES avec sa fille Maela elle aussi très fidèle supportrice) Alors que ce dimanche soir Thibaud et sa fille avaient pris la route pour voir le match entre supporters son combi a malheureusement pris feuHeureusement ils ont pu se dégager du combi mais malheureusement comme vous pouvez le constater sur les photos , il ne reste quasiment rien du véhicule mythique auquel Maela et Thibaud tenaient tous les deux énormément. Pour raison financière Thibaud s’était pourtant récemment résolu (à contre cœur ) à le vendre , l’annonce est toujours sur le BON COIN.... Montrons toutes et tous notre solidarité , apportons toutes et tous notre contribution (petite ou grande) afin de compenser cette importante perteMerci également de ne pas hésiter à partager ce petit mot afin de de toucher un maximum de personnes susceptibles d’apporter leur élan de solidarité Tous ensemble pour le combi de Tib ! Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

65

1 826,59 €

Sri Lanka - Help the victims of the Terror Attacks / Soutien aux victimes des attaques terroristes de Pâques

Sri Lanka - Help the victims of the Terror Attacks / Soutien aux victimes des attaques terroristes de Pâques

[ENGLISH VERSION BELOW]collect organised by Mr. Hector Dias, Mrs. Patali Dias and Miss. Esrah Fernando Donations by cash possible ONLY if you are around Paris. For more informations, please message us on facebook ! Esrah Fernando : https://www.facebook.com/rashafdo Français : Qui dit Pâques dit fête, joie, chasse aux oeufs en chocolats… Malheureusement, le dimanche de Pâques au Sri Lanka a été synonyme de bruits assourdissants, terreur, marre de sang. Un nombre ne cessait d’augmenter : celui des victimes.  Il était 8:45 du matin lorsque des bombes ont explosé simultanément, dimanche 20 avril 2019, dans 2 églises ( Saint-Antoine à Colombo - Kochikade et Saint-Sébastien à Negombo - Katuwapitiya ) et 3 hôtels de luxe dans la capitale du pays. Puis, les attaques se sont multipliés avec une attaque de l’église évangéliste Zion à Batticaloa et d’autres hôtels et lieux de Colombo (dans les quartiers de Dehiwala et de Demadagoda).   Au 23 avril, 321 victimes dont 35 étrangers, et plus de 500 blessées ont été recensés.Le Sri Lanka a, depuis, été placé en état d’urgence et un couvre-feu a été établi.  La police locale, les forces spéciales ainsi que l’armée sont déployées dans le pays car plusieurs autres bombes auraient été placées dans les grandes villes du pays, notamment à Colombo et Negombo : beaucoup ont été désamorcées mais le risque est toujours élevé.  Le plus grand nombre de victimes se trouve dans la ville de Negombo. Negombo, connue pour son port de pêche, est surtout une ville cosmopolite où les bouddhistes, catholiques, hindouistes et musulmans peuvent vivre leur foi en paix. La ville comprend des moquées, plusieurs temples bouddhistes, plusieurs temples hindouistes et de nombreuses églises catholiques. En s’attaquant en particulier à Negombo, c’est à l’entente entre les différentes religions que la barbarie a touché.  S’ajoute, aux souffrances des victimes, la perte de confiance de la population à l’égard de son gouvernement qui n’aurait pas, en connaissance des menaces, pris les mesures adéquates pour protéger son peuple et les personnes visitant la merveilleuse île.  Les dons seront entièrement reversés aux victimes de la paroisse Saint-Sébastien de Katuwapitiya par le biais des prêtres paroissiales de l’église.  La cagnotte Leetchi a pour but :  1/ d’assister, sur le long terme, les blessés et leurs familles dans leur suivi post-traumatique 2/ d’assurer une partie des soins hospitaliers des blessés graves 3/ et si le montant des dons le permettent, de participer à la reconstruction de l’Eglise.  Merci, par avance, de votre solidarité ! Tous les dons comptent ! 1€ = Rs. 196 (roupie srilankais)   English :  To all, over the World, Easter echoes to something festive. Unfortunately, Easter Sunday in Sri Lanka has been full of blood. The number of victims increases.  On Sunday, April 20th 2019, it was 8:45 am when bombs exploded simultaneously in 2 churches (St Anthony in Colombo - Kochikade and St. Sebastian in Negombo - Katuwapitiya) and three luxury hotels in the capital. Bomb attacked continued in the Evangelist church Zion (in Batticaloa) and other hotels and places in Colombo (first in Dehiwala and Demadagoda).  On April 23rd, there were 321 victims (among them, at least 35 foreigners) and more than 500 injured. Sri Lanka has been declared state of emergency and a curfew has been set up.  The local police, special forces and the army are deployed in the country as several other bombs might have been placed in major cities, including some others in Colombo and Negombo.Many artisanal bombs have been defused but the risk is still high. The most important number of victims has been reported in Negombo. This city is known for its fishing port but it is also a cosmopolitan city where Buddhists, Catholics, Hindus and Muslims can practice their religion in peace. The city has mosques, many buddhist temples, several hindu temples and a quite important number of Catholic churches.  In attacking St. Sebastian - Katuwapitiya in Negombo, barbarism touched the very beauty of the cohesion between all these religions.  The struggle of the population is emphasized by the fact that they believe their government did not take the proper mesures regarding the threat they have been informed.  Donations will entirely be given to the St. Sebastian’s Church (Katuwapitiya) victims with the help of the Parish Priest and the Assistants Parish Priest.  The Leetchi pool aims to :  1/ assist the victims and their families in the post-trauma monitoring 2/ provide some health-care services in hospitals for the most seriously injured 3/ and if the amount of donations permits it, participate in the Church reconstruction.  To all the donors : thanks ! Every single donation matters ! 1€ = Rs. 196 (srilankan rupee)    Pour plus d’informations / More informations :   https://www.nytimes.com/2019/04/22/world/asia/sri-lanka-blast-victims.html  https://www.youtube.com/watch?v=v0kygsGbkvw (Derena News, in English)  https://www.lepoint.fr/monde/sri-lanka-les-terroristes-veulent-briser-la-tolerance-religieuse-23-04-2019-2308929_24.php

27

506 €

Haut de page