Fermée

Un espoir pour Elo

10 335 €récoltés sur 30 000 €
0 jour restant
246 Participations
Image de profil

Créée par Elodie Rousselle

pour Elodie Rousselle

Bonjour à tous,

Je m’appelle Elodie. J’ai 21 ans.

Née grande prématurée je suis atteinte d’une diplégie spastique (pathologie neuro-musclaire non évolutive) due à des lésions cérébrales. Je suis également née avec une sténose pulmonaire (cardiopathie congénitale). J’ai été opéré à l’âge de 2 mois et transplantée d’une valve pulmonaire à l’âge de 14 ans.

Jusqu’en 2009, je courrai insouciante dans la cour de l’école à l’aide de mon déambulateur. Et puis petit à petit des symptômes sont apparus : Chutes à répétition, douleurs aux hanches, crampes intenses.

Je me déplace alors en fauteuil roulant. Les médecins ne se sont jamais inquiétés et ont mis cela sur le compte de ma diplégie. Puis au fil des années d’autres symptômes apparaissent : douleurs musculaires, articulaires, fatigue intense et autres...

Je n’arrive plus à marcher et je fais très difficilement mes transferts.

En 2018 je subis 2 lourdes opérations orthopédiques avec 7 mois en centre de rééducation pour que je puisse réacquérir la marche. Seulement elles n’ont pas l’effet escompté. Je n’arrive à marcher uniquement sur des très courtes distances.

Je souffre de plus en plus.

J’ai des traitements anti-douleurs lourds qui n’ont pas d’effets antalgiques.


En 2019, des douleurs neuropathiques apparaissent et deviennent de plus en plus intenses et omniprésentes.

Mes nuits deviennent très compliquées.

Je perds en force musculaire, j’ai beaucoup de tremblements.

Mais les médecins spécialistes normalisent ces symptômes en me disant que c’est normal avec ma diplégie tout comme ils normalisent mes vertiges, bouffées de chaleur, mes maux de tête en les mettant sur le compte des effets secondaires de mes traitements.

Je leur fait une confiance aveugle même si je commence à me poser des questions quant à l’avenir.


Le 26 février 2022, je suis positive au Covid (symptômes des plus classiques) et pourtant ma vie bascule petit à petit en véritable enfer.

Tous mes symptômes s’intensifient et je me dégrade fortement.

J’ai dû quitter mes études supérieures et arrêter ma rééducation.

J’enchaine les allers-retours aux urgences, les rendez-vous médicaux, les examens. Je suis hospitalisée. On m’a parlé de Covid Long puis on m’a prescrit des antidépresseurs, on m’a parlé de psychiatrie.

Tous mes examens passés ont toujours étaient normaux tout comme mes bilans sanguins. Pour les médecins urgentistes et spécialistes je n’ai rien.

Tout est dans ma tête et selon eux tout vient de moi.

Je suis qu’une « folle » étudiante dépressive qui cherche à attirer l’attention.

Je me suis battue de jour comme de nuit pour trouver quel mal me rongeait.

Jusqu’au jour où je tombe sur la piste de la maladie de Lyme.

J’en avais tous les symptômes et je me souvenais mettre fait piquer par une tique à l’âge de 7 ans...

Fin juin, mon médecin généraliste pose le diagnostic clinique.

Selon elle tout concorde.

Je fais donc le test Elisa qui est le test officiel français utilisé pour détecter la maladie de Lyme. Celui-ci revient négatif donc pour la médecine française je n’ai pas Lyme et je fais une dépression mais

mon médecin généraliste et moi-même restons sur nos positions.

Je contacte des médecins spécialistes de Lyme, en vain.

Je comprends alors que la forme chronique de Lyme n’est pas reconnue en France et qu’il est très compliqué de s’y faire soigner.

Je continue alors de me dégrader jusqu’à ce que ce que mi-août je me réveille une nuit et je ne sens plus mes jambes, mes bras et mes troubles neurologiques deviennent très intenses.

Je prends peur et je prends la lourde décision de prendre contact avec la clinique ALVIASANA.

Une clinique spécialisée et réputée dans

le traitement de la maladie de Lyme chronique et ses co-infections.

Elle est située à Augsbourg en Allemagne.

La clinique prend mon cas très au sérieux et me demande de venir à la clinique pour un premier rendez-vous le 31 août.

À l’issue du rendez-vous, des analyses sanguines sont faites pour rechercher la maladie de Lyme et des co-infections.

Les résultats tombent 6 jours plus tard et se révèlent positifs à Lyme et autres co-infections.


Le 19 septembre 2022 je suis de retour à la clinique pour avoir un diagnostic précis et démarrer un protocole de traitement.

D’après les résultats, mon médecin allemand me certifie que mon Lyme est très ancien et que les résultats sont à prendre très au sérieux.


Je suis atteinte d’une neuroborreliose chronique avec 2 importantes co-infections : l’une attaque mes voies respiratoires et l’autre attaque mes voies urinaires. Reste à certifier que je n’ai pas une autre co-infection qui attaque le cœur puisque j’ai des troubles cardiaques et l’électrocardiogramme montre une anomalie qui est soit liée à Lyme soit à cette co-infection. Je suis suivie de près au vu de mon état et des résultats sanguins qui montrent que les bactéries sont très bien cachées dans les tissus.

Mes traitements sont très lourds et très coûteux mais je n’ai pas d’autres choix que d’y avoir recours.

Ma vie est en jeu.

Aucune prise en charge financière n’est possible, tout est à ma charge personnelle.

Le coût total dépensé à l’heure d’aujourd’hui représente déjà plus

de 5 000€.


D’ici 2 mois (fin novembre) selon comment mon corps réagit à la première phase de traitements je partirai à la clinique plusieurs semaines pour y faire une thérapie de choc. Seulement cette thérapie est très onéreuse et coûterait entre 10 000 et 23 000 € environ selon les soins necessaires et la durée de la thérapie (perfusions d’antibiotiques en IV, oxygénothérapie, hyperthermie, luminothéraphie, ozonothéraphie, kiné, acupuncture...) sans compter les frais d’hébergement et autres puisque c’est une clinique de jour et ensuite les traitements continueront chez moi.


Hors thérapie intensive, le coût approximatif de cette prise en charge s’élève à 1 500€/mois (rendez-vous en visio, prise de sang envoyée en Allemagne, médicaments, frais d’interprète...)


Ce pourquoi je fais appel à votre générosité en mettant cette cagnotte en ligne.

Chaque euro compte. Sans votre soutien je ne pourrais pas bénéficier de cette prise en charge qui va durer de longs mois voire plusieurs années.

Cette clinique est un espoir pour me sauver et m’éloigner de la mort le plus loin possible.

Je veux retrouver une qualité de vie.

Je veux vivre...

Je veux revivre...


Merci infiniment d’avance pour votre générosité, vos nombreux partages et votre soutien... ❤️


« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » ✨


Élodie (elo_warrior sur Instagram et Un sourire, une bataille sur Facebook où des nouvelles sont postées régulièrement)