Fermée

Sahara : pour une agriculture durable et écologique

2 165 €récoltés sur 8 200 €
0 jour restant
45 Participations
Image de profil

Créée par Nirisoa van Beek

pour Mohamed

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !

Merci à tous !

Contexte : La ville de Douz, au sud de la Tunisie, est aux portes du Sahara et du Grand Erg Oriental. L’héritage culturel Berbère est très présent, marqué par des siècles de nomadisme et d’élevage. Le festival culturel de Douz célèbre cette culture et attire des foules du monde entier chaque mois de décembre.

Le tourisme s’est particulièrement développé dans la découverte du mode de vie des nomades, grâce à des randonnées chamelières dans le désert et des voyages dans les montagnes du nord et de l’est.

De grands oasis bordent les dunes de sable blanc et fournissent des dattes délicieuses, connues au-delà des frontières tunisiennes pour leur chair délicate et sucrée.

La vie quotidienne pour les habitants de la région n’est pas simple, bousculée par les évènements politiques, climatiques et sanitaires des dernières années. Chacun tente tant bien que mal de vivre et de subvenir aux besoins de sa famille et de ses proches. Se projeter dans l’avenir est toujours incertain, mais la région est plein de richesse et de possibilités !

Projet :

Mohamed a deux professions : il est guide touristique et agriculteur.

Dans cette région, il faut souvent cumuler plusieurs métiers pour subvenir à ses besoins et s’assurer un avenir. Mohamed partage son temps entre la saison touristique qui dure d’octobre à avril, période durant laquelle il accompagne des groupes dans le désert et les montagnes, et les semaines d’intense activité agricole, tout au long de l’année. Il a grandi aux portes du désert et ses connaissances géologiques, climatiques et culturelles sont immenses.

Il possède trois hectare de terres et il en cultive déjà un depuis 2011, date à laquelle il a planté ses premiers arbres. La terre était vierge : il a patiemment planté des palmiers dattiers, des abricotiers, des figuiers, de la mûre sauvage, des grenadiers et des oliviers. Il cultive aussi des légumes de saison, à l’ombre des arbres fruitiers. Plusieurs années sont nécessaires avant que les arbres portent des fruits. L’arrosage est jusqu’à maintenant manuel.

Lorsqu’il n’est pas dans le désert, il travaille tous les jours sur son terrain, dès le lever du jour et pour plusieurs heures, ainsi que le soir lorsque les températures sont plus clémentes. La solidarité est forte dans sa communauté, il prête main forte à ses voisins et sa famille, qui l’aident à leur tour lorsqu’il en a besoin.

Mais la production reste fragile, le manque d’eau se fait régulièrement ressentir. Cette eau existe, mais elle est profondément cachée dans les nappes fréatiques, à 142 mètres sous terre.

Il faut aussi lutter contre l’avancée du désert, lorsque le vent souffle fort et ramène le sable.

Pour assurer la pérennité de ses cultures, Mohamed a deux projets importants :

- installer des panneaux solaires pour faire fontionner une pompe hydraulique

- ériger une barrière anti-sable tout autour de son terrain pour protéger les plantes

L’investissement dans les panneaux solaires et la pompe hydraulique permettra d’aller chercher dans le sol toute l’eau nécessaire à faire pousser et fructifier les plantes et arbres fruitiers. Le puit lui-même est déjà creusé ! L’ensolleillement étant quasi permanent, la pompe fonctionnera en auto-suffisance énergétique.

Exemple d'installation :

La construction de la barrière consiste à fixer dans le sol des poteaux en métal tous les deux mètres et de planter entre chaque poteaux des branches de palmiers qui formeront une palissade solide. Ainsi, le sable n’envahira pas les plantations et les cultures seront protégées, elles pousseront mieux.

Exemple de barrière :

Lorsque ces deux projets aboutiront, Mohamed pourra planter de nouveaux arbres fruitiers sur les surfaces encore vierges, cultiver plus de légumes saisonnier et augmenter sa production agricole.

Finalités :

Ce projet à long terme permettra à Mohamed se projeter dans l’avenir et d’assurer un revenu régulier pour lui-même, sa famille et ses proches.

Ce projet soutien également l’économie locale puisque Mohamed travaille avec des partenaires locaux : achat de matériel et travaux d’installation.

Objectif de la cagnotte :

Acheter les panneaux solaires, la pompe hydraulique et installer le tout sur le terrain.

Permettre un arrosage régulier, durable et éco-responsable grâce à l’énergie solaire, qui ne manque pas dans cette région.

Acheter des poteaux en métal et payer des ouvriers pour construire la barrière tout autour des plantations.

Objectif financier : 8200 euros

2200 euros pour la barrière et 6000 euros pour la pompe et les panneaux solaires

Pour aller plus loin : si le montant de la cagnotte est dépassé, Mohamed pourra investir dans une pompe plus puissante pour un meilleur rendement.