Aller au contenu principal
Vivre sans silicone - une opération pour Kori

Vivre sans silicone - une opération pour Kori


Je m'appelle Kori, je suis militante trans depuis plus de 10 ans. Je donne mes journées à l'association Acceptess-T, qui lutte contre les discriminations que vivent les personnes trans, et pour l'accès à la santé des personnes trans les plus isolées. Pendant mon temps libre, je travaille sans cesse pour la visilibilité de nos communautés et pour sensibiliser le plus grand nombre aux discriminations auxquelles nous faisons face, qu'il s'agisse de transidentité ou de VIH.

Mon histoire avec le silicone a commencé en 2011, quand je travaillais dans la rue à Caracas, sur l'avenue Libertado. Les filles qui travaillaient avec moi réalisaient des injections de silicone industriel, que l'on appelait "biopolymeros", pour marquer davantage leurs formes. Renseignée par mes amies, j'ai trouvé l'adresse d'une personne réalisant des injections. Cela avait lieu chez elle, et non pas dans un cabinet, sans anesthésie locale ; la première injection a duré trois heures, et était très douloureuse. J'ai recommencé plusieurs fois les mois suivants, et n'ai jamais reçu d'informations sur les conséquences à long terme de ces injections. J'ai reçu ma dernière injection en 2013, trois mois avant de quitter le Venezuela. J'avais prévu de recevoir cette injection en même temps qu'une amie. Au moment d'être injectée, elle est soudainenement devenue bleue : le produit était arrivé dans une veine, et elle ne pouvait plus respirer. Elle s'en est sortie de justesse, après avoir été hospitalisée deux à trois mois. Depuis, je n'ai plus voulu recommencer. J'ai souvent entendu parler de filles très jeunes décédées à cause d'injections.

Jusqu'en 2018, je n'ai eu aucun problème à la suite de ces injections. Les premières douleurs sont arrivées avec l'hiver : avec le temps, le silicone inflamme davantage les tissus, et les premières douleurs surviennent lorsqu'il s'épaissit avec le froid. Dès ce moment, j'ai eu des crises importantes qui m'empêchaient de rester longtemps debout, de marcher longtemps, et de courir, avec beaucoup de douleurs, et parfois de la fièvre. En deux ans, les crises de douleurs sont devenues de plus en plus courantes. Mon médecin m'a informé qu'il n'y avait pas de traitement autre que des traitements antibiotiques anti-inflammatoires, pour limiter les crises. La situation va continuer d'empirer, et risque à tout moment de s'infecter. J'ai peur de ne plus pouvoir marcher d'ici quelques années. J'ai consulté un médecin qui exerce en Espagne, mais l'intervention est très coûteuse, et n'est prise en charge par aucune mutuelle ni Sécurité Sociale. Je souhaite aujourd'hui pouvoir obtenir de l'aide pour payer cette intervention. Je souhaite surtout diffuser l'information. Je voudrais prévenir notre communauté des dangers des injctions de silicone, et pouvoir être entendue des médecins exerçant en France : il s'agit d'interventions vitales, pour lesquelles il est urgent de développer des expertises innovantes.

4 080 € Collectés sur 20 000 €

20%
14 Jours restants
142 Participations

Organisateur

ceballos martinez miguel angel


Bénéficiaire

Kori