Aller au contenu principal
Un véhicule pour cette route

Un véhicule pour cette route



 Quelques lignes pour vous expliquer notre démarche, l'association avec laquelle nous allons travailler, son objet et comment vous pouvez nous aider.


 

EChange pour l’Organisation et la Promotion des Petits Entrepreneurs

 

Echoppe est une association qui, depuis 1990, mène au Togo des programmes de lutte contre la pauvreté. Si en l'espace de trente ans son engagement a su prendre différentes formes, sa philosophie est restée la même : ne pas se contenter d’une solidarité charité descendante. 

 

En s’appuyant sur les ressorts de l’économie populaire pour impulser des processus d’émancipation sociale, son action favorise l’émergence d’organisations collectives à même d’opérer des changements sociétaux. Autrement dit : enrayer la pauvreté et répondre aux enjeux socio-environnementaux en soutenant l’activité économique individuelle des plus précaires ainsi qu’en favorisant leur capacité à s’organiser collectivement.

 

 

Du microcrédit ...

 

Forte de ses principes Echoppe fut en 1990 pionnière du microcrédit social en Afrique. Le programme lancé alors ciblait les femmes, considérées comme les premières valeurs ressources dont l’émancipation permettrait l’amélioration des conditions de vie des familles. L’action de base permettait à des femmes parmi les plus pauvres de développer ou consolider, par le microcrédit, une activité génératrice de revenus. Conjointement l’accompagnement social individualisé et les formations collectives favorisaient l’insertion dans un processus collectif de développement. A ce jour, près de 100 000 femmes ont bénéficié de ce programme et il s’avère qu’une grande partie d’entre elles sont des restauratrices de rue. En accord avec son principe d’émancipation, Echoppe a suscité l’émergence d’Echoppe-Togo qui gère maintenant le programme de microcrédit, indépendamment d’Echoppe.

 

Aux côtés des femmes petites commerçantes, l’autre catégorie socio-professionnelle la plus affectée par la pauvreté est celles des paysans, 78 % d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté (1,8€ par jour). Bien que l’agriculture soit l’activité économique dominante au Togo, les paysans sont de plus en plus en difficulté. Ils développent une dépendance aux intrants chimiques coûteux, peinent à écouler leurs récoltes face à une concurrence accrue par le développement des importations et doivent faire avec des dérèglements climatiques qui vont s’accélérer. Ainsi la pauvreté et la question écologique sont deux réalités qui s’entremêlent et s’alimentent.

 

 

 

… à l’agroécologie

 

C’est pourquoi l’association développe depuis la fin des années 2000 un nouveau programme visant à agir contre la pauvreté en milieu rural. Il s’agit ici de dynamiser l’économie rurale en créant d’une part les conditions d’amélioration de la rentabilité de la petite agriculture et d’autre part les conditions de son adaptation aux évolutions socio-environnementales.

 

Dans cette optique, Echoppe a créé une entreprise sociale, Planète Paysans Togo, menant deux actions conjointes : le conseil technique auprès des paysans pour des pratiques culturales plus résilientes et écologiques et la consolidation d’un marché local des denrées agricoles. En effet l’observation a montré qu’alors que les paysans peinent à trouver des débouchés, les restauratrices de rue tendent à utiliser des produits importés. En favorisant l’approvisionnement de ces dernières auprès des petits paysans, l’association entend créer une synergie entre acteurs locaux de l’offre. Ces derniers, par leur nombre important, seraient tout à fait en mesure de répondre à une demande urbaine en expansion tout en garantissant des échanges commerciaux équitables et un approvisionnement local de qualité. Il s’agit ni plus ni moins de créer les conditions d’un cercle vertueux embrassant à la fois les problématiques de pauvreté, d’écologie voire d’exode rural.

 

Pour assurer le conseil technique auprès des paysans, Planète Paysans Togo s’est dotée de 11 hectares au nord de Lomé, près d’Adeta, afin d’y mettre en place une ferme expérimentale. Celle-ci doit permettre la production de semences biologiques et servir de support aux expérimentations ayant court chez les paysans environnants.

 

Les missions qui nous ont été confiées dans le cadre de notre volontariat concernent directement le développement de cette ferme. Il s’agira pour nous d’accompagner l’équipe dans le développement d’alternatives écologiques rentables aux produits chimiques afin de permettre aux paysans de dégager plus des revenus et de transiter vers l’agroécologie. Parmi lesquelles :

 

- enrobage d’engrais avec huile de neem produit localement par l’entreprise, permettant de réduire de moitié les dépenses en engrais et d’augmenter de 15 % les rendements ;

 

- structuration de la filière de production de semences conformes au cahier des charges de production biologique ;

 

- développement de cultures et pratiques plus économes en eau ;

 

- protection et amélioration de la qualité des sols par la mise en place de nouvelles rotations de cultures et de pratiques agroforestières ...

 

 

 

Voilà pour ce qui est du programme et de l’association !

 

Si vous voulez en savoir plus sur Echoppe c’est ici : www.echoppe.org/

 

Et sur Planète Paysans Togo ici aussi : www.alimenterre.org/system/files/ressources/pdf/1112-entretien-2015098-claude-nudsudzie-cdr.pdf

 

 

On a besoin de vous !

 

Afin de mener à bien ses missions nous avons besoin d’un financement de 1200 € qui doit notamment permettre à Planète Paysans Togo d’investir dans un véhicule (moto) pour assurer les trajets entre la ferme, les exploitations environnantes et notre ville de résidence. N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations !

 

 

 

Merci beaucoup ! On vous donne des nouvelles bientôt !

 

Anouchka, Léo.

1 060 € Collectés sur 1 000 €

106%
0 Jour restant
21 Participations

Organisateur

Lebègue Léo

Profil vérifié

Bénéficiaire

Echoppe