Aller au contenu principal

Soutien à un apiculteur, contre la disparition des abeilles

Organisé pour : Olivier Blondin

Bienvenue sur cette cagnotte !

Vous êtes nombreux à m'avoir fait part de votre envie de me soutenir et à vouloir faire un geste pour les abeilles et la biodiversité.

 

Tous les ans, les apiculteurs tirent la sonnette d'alarme, car ils connaissent des pertes très inquiétantes qui ne cessent d'augmenter : allant jusqu'alors de 20 à 30%, cette année la mortalité des abeilles monte à 50%, 80%, voire 100% pour certains. C’est une véritable hécatombe. Pour ma part, je suis passé de 99 colonies hivernées à 13 au printemps.

 

Des apiculteurs se retrouvent ruinés… et méprisés. Le Ministre de l’Agriculture refuse de reconnaître la gravité de la situation et nous n'avons le droit à aucune aide.

 

Un observatoire des mortalités d'abeilles a été mis en place récemment, mais ne fait aucune investigation toxicologique. On nous parle d’hiver long… mais l’abeille supporte très bien des hivers bien plus longs et rigoureux que ceux que nous pouvons connaître en Bretagne ! Certains secteurs de Bretagne ont été épargnés par ces pertes, et sur une même commune on peut avoir un rucher entier tout à fait correct, et à moins de 5km, un autre complètement dépeuplé, vide d’abeilles.

 

Mes ruches qui ont le mieux survécu sont celles qui étaient proches d'une zone protégée "Natura 2000" et celles que j'ai installées près de champs de sarrasin, et le sarrasin ne reçoit pas de traitement chimique. D’ailleurs, sur l'île d'Ouessant où il n'y a pas de pesticide, le taux de perte est de 3%.

 

La perte en pollinisateurs est colossale. Beaucoup d’apiculteurs baissent les bras : des jeunes complètement ruinés, des plus anciens proches de la retraite, et énormément de personnes qui ont quelques ruches dans leur jardin. L'hécatombe que j'ai subie, c'est plus de 4 millions d'abeilles qui ne vont pas polliniser nos campagnes.

 

Je n'aime pas parler de valeur monétaire quand je parle de mes abeilles, mais l’estimation des pertes en dommage et en manque à gagner s’élève à 60 200 euros.

 

Je n'ai pas pu récolter de miel au printemps, et je n’aurai certainement pas grand chose en fin de saison. Je dois diversifier mes activités pour subvenir à mes besoins cet hiver.

 

Je refuse de jeter l’éponge. Voilà pourquoi je lance cet appel pour trouver, grâce à votre participation solidaire, l’argent nécessaire pour réinstaller des colonies dans mes ruches. Il permettra ainsi d'acheter à un producteur breton des essaims (160€) et des reines fécondées (30€), afin de repartir au mieux la saison prochaine.

 

Les abeilles et moi vous remercions mille fois de l’aide et du soutien précieux que vous nous apporterez.

 

Envie de n'aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !

 

Merci à tous !

 

Mes ruches, chez moi, à Meslan

0 Jour restant
42 Participations
Je participe

Organisé par

Olivier Blondin

Mohamed Abdelli a participé

bruno livory a participé 50 €

Claire Zito a participé 10 €

Fa Bien a participé

Gigi Roy a participé 30 €

AMAP Lorient Nouvelle Ville a participé 50 €

Envel Kervoas a participé 30 €

KerAMAP a participé 50 €

Françoise et Micheline a participé 80 €

Béatrice UMMENHOVER a participé 15 €

Pascale Le Bellour a participé 50 €

Sonia Falcou a participé

Nicole TARIEL a participé

JESSICA NADAN a participé 120 €

Maeva Tual Decatoire a participé 20 €

Anthony FOULON a participé

Vincent Guérin a participé

Sev Juju a participé

Catherine Pandolfo a participé

jean alain thomas a participé 50 €

Anonyme a participé

corinne schlick a participé 50 €

Stéphanie Bédelet a participé 30 €

Nelly Cocherel a participé

Le 26 juin 2018
Gigi Roy
Ça fait combien d'abeilles Foxab ?
Le 18 juin 2018
Pascale Le Bellour
🐝 Que les abeilles 🐝 revivent !🐝💐
Le 17 juin 2018
Sonia Falcou
J'espère que cette petite participation t'aidera ! Vive les abeilles !!!
Le 10 juin 2018
corinne schlick
Bon courage et bravo pour cette belle initiative.
Le 4 juin 2018
Eric ROBIN
Salut Olivier, Surtout ne rien lâcher. Apiculteurs et citoyens unis.