Aller au contenu principal

Soutien à l'atelier de Samuel

Organisé pour : Samuel Hélias

Bonjour à vous tousheart

Le soir du lundi 19 novembre Samuel a reçu un coup de fil nous annonçant que le bâtiment dans lequel se trouve son atelier était en feu.Abassourdis, nous nous sommes rendus de suite sur les lieux, il était environ 22heures.A ce moment-là, les pompiers tentaient de maîtriser un incendie violent, et nous ne nous rendions pas encore compte de ce qui était en train d'arriver, le batîment n'étant même plus visible derrière un amas de fumées et de flammes.

Lorsque nous sommes rentrés chez nous, vers 23heures, le feu n'était pas encore maîtrisé, les pompiers sont restés toute la nuit.

 

 vidéo de l'Est Républicain

 

Je n'ai pas besoin de rentrer dans les détails sur la nuit qui a suivi cette catastrophe...

Le feu est quelque chose de violent, qu'on ne maîtrise pas, qui ne laisse pas répis . Rapidement, il ne reste plus rien. Par chance, le batîment était vide au moment de l'incendie. Un métrologue qui y a installé son entreprise a été alerté vers 20h30 par une alarme chez lui, alarme servant à contrôler d'éventuelles coupures de courants...Nous sommes retournés sur les lieux le lendemain matin, les pompiers étaient encore à l'oeuvre et c'est là que nous avons pu constater l'ampleur de la catastrophe. 

Il ne reste plus rien, le batîment a été entièrement ravagé par les flammes.

 

Ce sont pas moins de 4 entreprises qui ont disparu et autant de gérants et d'artisans qui se retrouvent sans rien. Les huiles d'un métalier, 20 années de paperasses d'une agent immobilier, les laques, vernis ou le bois d'un ébéniste ont nourri un incendie que les pompiers ont eu du mal à maîtriser. Toute notre vie a basculé ce lundi soir. 

 

 


L'entreprise de Samuel

Sam a lancé son activité d'ébènisterie officiellement le 3 juin 2015, après des mois de reflexions, de montage et de démarches .Il est riche de pas moins de 7 années d'étude en ébenisterie et en design. Un parcours long qui confère à son travail un important savoir-faire et une réelle sensibilité esthétique.Lorsque le projet d'entreprise a démarré, nous avions 25ans .

Nous étions fiers et terrorisés, mais plein d'espoir et prêt à en découdre avec une réalité du métier qui ne s'apprend pas à l'école.3 juin 2015, remise des clefs! smiley

 

l'entrée dans les lieux, le début des travaux 

 

Depuis le lancement de son activité, Samuel n'a eu de cesse de croire en son projet, de s'accrocher à le faire vivre, grandir et évoluer. La réalité ne colle jamais aux rêves, et notre vie a été rythmée par l'instabilité d'une jeune entreprise, les espoirs, les moments de découragement et les sacrifices qu'une telle aventure nécessite.

Nous avons appris à vivre sans savoir de quoi le futur serait fait, mais toujours en se battant , avec fierté des petites avancées.

Je suis bien placée pour vous dire que Samuel n'a pas compté ses heures, ni ses sacrifices et j'ai pu chaque jour être admirative de son courage pour porter à bout de bras son projet. Il est pour beaucoup de ses proches, un modèle et une source inépuisable de fierté.

La qualité de son travail a fini par récoleter le bouche-à-oreille qu'il mérite, petit-à-petit et jusque là l'entreprise allait bien, enfin.

 

https://www.atelierhelias.com/   

le site officiel de l'atelier où est visible une partie de son travail.

 

https://www.youtube.com/watch?v=5cjANZDhm9I

vidéo sur le travail de Samuel et son atelier sortie le 16 octobre dernier.

 


L'incendie, ses conséquences...

40 pompiers ont été nécessaires pour maitrîser le feu. C'est le maximum déployé sur une intervention.

Au moment où ce drame a eu lieu, l'activité de l'atelier était prospère depuis quelques mois.Samuel disait enfin "ça y est, ça décolle!" , il commençait à se tirer un salaire, une nouvelle machine avait fait son entrée à la fin de l'été, et il avait même pu (et dû) prendre un apprenti! 

En parallèle, j'ai pour ma part un emploi en CDI qui me plaît, je viens de signer pour un atelier d'artiste afin de reprendre mon activité de céramiste en parallèle à ce travail et nous élevons un chouette petit bonhomme de tout juste 13 mois.L'avenir était plein de promesses!

 

La Police a démarré une enquête mais ne parvient toujours pas à des conclusions aujourd'hui sur l'origine de l'incendie. Nous ne savons rien, et tout est flou.

 

Un premier inventaire fait état de pertes à hauteur de près de 80 000€ pour Samuel (matériaux, outillage, éléctro portatif et machines professionnelles).

L'état de choc passé, nous avons touché le fond mardi après-midi en découvrant que les garanties d'assurance de l'atelier n'était plus en adéquation avec la réalité .

Concrètement, ce à quoi Samuel pourrait prétendre aujourd'hui ne couvre même pas la nouvelle machine. Il a tout perdu. 

L'assureur travaille d'arrache-pieds pour trouver des solutions et nous sommes encore tributaires aussi des conclusions de l'enquête policière.Mais tout cela est long et comme le batîment était partagé en plusieurs entreprises, nous nous préparons à une longue partie de balle entre les assurances de chacun. 

Contrairement à ce qui a été avancé par l'article paru dans L'Est Républicain de Besançon, il n'y a aucun salarié dans le batîment et encore moins au chômage technique. 

Nous attendons de voir comment se mettra en place les garanties de revenus, mais Samuel en tant que gèrant d'entreprise, n'a aucun droit au chômage.

Nous sommes actuellement en plein dans l'oeil du cyclone, mais se pose déjà la question, qui va rapidement devenir urgente de comment allons nous vivre ? 


Le but de cette cagnotte... 

 

Avec la soeur et la maman de Samuel, nous est venue cette idée de cagnotte. L'impuissance, la colère et le chagrin de cette situation rend fou littéralement, et nous voulions faire quelque chose.

Je ne prétends pas que cette cagnotte atteindra le montant de tout ce qui a été perdu. Je n'ai même pas dans l'idée qu'elle permette à Samuel de retrouver un atelier dans l'immédiat. Cette cagnotte est créee aujourd'hui parce que son travail, son investissement, sa personnalité qui force le respect MERITENT reconnaissance.

 

Le fruit de son travail est en cendre, il ne peut plus exercer et n'a actuellement plus de revenus.

Je souhaite que ce pot permette à chacun de le soutenir à hauteur de ce qu'il peut, lui mette du baûme au coeur, l'apaise dans cette terrible épreuve.

N'hésitez pas aussi à le contacter par téléphone, sms, facebook... pour envoyer vos paroles de soutient. Il en a besoin, nous en avons besoin. 

Si vous décidez de participer à cette cagnotte, vous pouvez choisir de rester anonyme et/ou de ne pas faire apparaître le montant de votre participation. L'argent n'est pas indéxable à l'amitié.

J'ai prévenu Samuel de cette démarche, qu'il ne l'apprenne pas en voyant passer sur les réseaux sociaux mais il ne gère pas ce pot et n'a pas connaissance des mots que vous êtes en train de lire.

 

Le processus prendra fin dans 2 mois, d'ici là, parlez-en autour de vous s'il-vous-plaît, mobilisons-nous , partagez... Merci, du fond du coeur.Voilà maintenant 48 heures que la vie ressemble à l'enfer et tout le soutien que nous recevons, chaque petits mots au quotidien (merci encore à vous!) nous est sincèrement précieux. Nous sommes unis, nous sommes une famille, on va se battre et je sais que de ce drame, Samuel fera naître un projet plus beau encore et riche du premier.  

 

14 965 €

Collectés
38 Jours restants
146 Participations
Je participe

Organisé par

Justine Ferreira

Alexandre Prn a participé 10 €

Daniel et Claudette a participé

Sabine Hubert Cano Raynaud a participé

Alexandre Calvar a participé

Marie-Thé Coupey a participé

Sophie Mariani a participé 200 €

Fab Add a participé

Pascale Brenet a participé 20 €

pascale de Vomecourt a participé 30 €

Raphaël Charles a participé 20 €

Thomas Meriadec a participé 100 €

florence didier-laurent a participé

Elisa Lacoste a participé

Isabelle HUBER a participé

Léon Georges a participé 20 €

Anonyme a participé

STEPHANIE MENETREY a participé

Thibaut Baronian a participé

Olivier a participé 30 €

Anne-Lise Nicolas Mieville a participé

Patoun et JF Beaulieu a participé

Anonyme a participé

RUBY FRANCINE a participé 40 €

Corinne CURTY a participé 20 €

Le 9 décembre 2018
Daniel et Claudette
Bon courage à vous deux mais nous sommes sûrs qu'avec votre petit et le soutien de vos familles/amis, vous saurez rebondir ! Vous avez déjà démontré beaucoup d'énergie! Malgré tout passez de bonnes fêtes de fin d'année.
Le 1 décembre 2018
Raphaël Charles
J'ai passé un super stage chez Samuel, bon courage.
Le 28 novembre 2018
Olivier
Bonjour On ne se connait pas mais j ai ete tres touche par votre histoire. Rappelez vous que tout ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Prenez soin de vous
Le 28 novembre 2018
Anne-Lise Nicolas Mieville
De tout cœur avec vous...plus fort,plus loin...ton talent tu l emmèneras n importe où!courage
Le 28 novembre 2018
RUBY FRANCINE
Tous mes encouragements, pour je l'espère, un nouveau départ. L'épreuve est rude mais je sais que vous pourrez la surmonter ! A vous trois et votre famille, je vous souhaite quand même de bonnes fêtes de fin d'année. Je sais que vous êtes bien entourés ! Chaleureuses pensées.
Le 28 novembre 2018
Pierre GRAVEL
Pour que le métier perdure... Bon courage pour cette reconstruction. Si besoin... Cdtl
Le 28 novembre 2018
Sébastien Chaperon
Courage, bien à vous. "Le design est partout "
Le 28 novembre 2018
Kiki
Bon courage a vous !!
Le 28 novembre 2018
Daniel HOMANN
Dans le nouvel atelier, j'espère pour toi que le quai de déchargement sera plus adapté à la réception de grosses machines ! Bon courage !
Le 26 novembre 2018
Xavier Rigolot
Un p'tit bisou à vous dans ce moment difficile Xavier