Aller au contenu principal
Sourire et handicap à Madagascar

Sourire et handicap à Madagascar


Soutenez des enfants malgaches en situation de handicap :

- Financez une partie de leur scolarité

- Facilitez leur accès aux soins

- Assurez leurs besoins d'hygiène élémentaire

 

 

Le centre Mampiaty, à Majunga, sur la côte Nord-Est de Madagascar, scolarise 36 enfants sourds, 4 enfants aveugles et 15 enfants entendants, sans handicap. Nombreux sont les enfants qui ne peuvent payer leurs frais de scolarité (appelés écolages).

 

Les élèves sourds ou aveugles viennent souvent de loin et sont internes ou demi-pensionnaires. Les élèves entendants sont des enfants du quartier qui ne vont pas à l’école. Le centre Mampiaty les scolarise car il est important pour l’école que les enfants se côtoient, handicap ou pas. Mais pour la quasi totalité d’entre eux, les familles n’ont pas les moyens de payer les frais de scolarité. Le directeur est plutôt tolérant vis-à vis du non-paiement des écolages. Il garde tout de même les enfants en classe car c’est l’intérêt des élèves qui prime à ses yeux. Pourtant, cela place les écoles dans une situation difficile. Comment faire tourner une cantine, disposer de matériel, entretenir les locaux ou trouver de bons enseignants sans argent ?

 

Félix a 14 ans. Il est sourd et vit seul avec sa mère et son petit frère. Quand il est à l’école, il se sent bien. Mais le week-end ou le soir, c’est très compliqué pour lui. Sa mère reste absente de la maison pendant très longtemps. Il doit s’occuper de son tout jeune frère et est obligé de se rendre dans une autre famille pour se nourrir. Chez lui, il n’y a rien. Rien non plus pour se vêtir. Ses écolages ne sont pas honorés.

 

Judicaël est sourd, de parents sourds. Mampiaty scolarise aussi sa sœur Juliana qui est entendante car d’après le directeur, cela permettra à la sœur de pouvoir mieux communiquer. C’est une aide pour toute la famille. Les écolages ne sont réglés pour aucun des deux enfants.

 

Charlysia a 17 ans. Elle est aveugle. Elle est arrivée à Mampiaty depuis le mois de septembre, elle lit le braille et apprend à l’écrire avec une machine. Elle vit un peu loin de l’école et doit prendre le bus pour venir. Ses parents vivent à Katsepy, le village qui se trouve de l’autre côté de la baie de Bombetoka. Pour y aller il faut 1h de traversée en bateau depuis Majunga. Charlysia vit seule avec ses frères de 10, 11 et 13 ans. Les parents viennent tous les 15 jours environ. Sauf quand il y a quelque chose d’important à faire. Souvent Charlysia ne peut pas venir à l’école car elle n’a pas d’argent pour payer le bus. Comment se nourrissent ces enfants ? Nous n’avons pas réussi à le savoir … Les écolages de Charlysia ne sont pas honorés.

 

Zakayna est interne. Sa famille vit à plusieurs centaines de kilomètres. Il reste à Mampiaty même lorsque viennent les vacances car personne ne peut payer son trajet. Il a peu de vêtement et ses écolages ne sont pas payés. Pourtant, il apprend et progresse bien. Il est déjà en 4ème année.

 

Deux frères sont arrivés à cette rentrée. Le père est tireur de pousse-pousse pour les marchandises. Toute la famille est sourde. « C’est important pour toute la famille que les enfants apprennent à parler. Ils pourront aider leurs parents. » Les garçons sont en classe de « démutisation » 1ère année. Ils apprennent à articuler les sons en rythme pour se faire comprendre des entendants et à lire sur les lèvres. Ils progressent bien mais leurs écolages ne sont pas honorés. La famille ne peut pas.

 

L’association « Tsikinjaza » propose des parrainages. Si quelqu’un souhaite soutenir ces enfants, ces écoles dans leurs projets, il est possible de s’engager pour une année scolaire ou plus en payant les frais de scolarité que les familles ne peuvent honorer.

 

Quel est le montant de l’investissement ?

  • 6000 Ariarys par mois pour un enfant externe , c’est 1,50€. Pour une année scolaire de 10 mois, cela représente 15 €
  • 12 000 Ariarys pour un demi-pensionnaire, c’est 3€ par mois. Soit 30 € pour une année scolaire
  • 20 000 Ariarys pour un interne, c’est 5€ par mois. Soit 50€ pour une année scolaire.

Si vous comparez le montant de l’investissement et le gain pour ces enfants … Vous ne regrettez pas d’avoir dépensé un peu d’argent.

 

Si vous souhaitez parrainer un enfant, vous pouvez faire un don de 15€, 30€ ou 50€. Vous pouvez multiplier cette somme si vous souhaitez parrainer plusieurs enfants. L’argent récolté en supplément participera au financement de brosses à dents et de tubes de dentifrice. Tout don inférieur à 15€ est tout de même utile car il permet à des enfants de bénéficier de soins dentaires pour une année scolaire : avec 1€, vous dotez 4 enfants de brosses à dents.

Il faudrait 1500€ pour équiper les 1500 élèves du réseau de brosses à dents et parrainer les enfants dont les écolages ne sont pas payés.

 

Vous trouverez davantage d'informations en lisant cet article et vous pourrez m'envoyer un message pour savoir comment vous avez contribué.

 

Ajout du 27/02 : L'objectif est presque atteint et nous remercions déjà tous les participants. Celui-ci peut être dépassé et il reste 10 jours pour le faire. Si des donateurs sont encore volontaires, leurs contributions seront comptabilisée et utilisées par Tsikinjaza. Les besoins sont aussi réels que l'aide que vous apportez.

2 430 € Collectés sur 1 500 €

162%
0 Jour restant
67 Participations

Organisateur

Tsikinjaza

Profil vérifié

Bénéficiaire

Association TSIKINJAZA