Aller au contenu principal

Solidarité pour Mimoza, Medina et Daniel

Organisé pour : Famille Lolja

Bonjour à tou-te-s,

 

Daniel 3 ans, Medina 7 ans et Mimoza 10 ans, sans abri, sont scolarisés à l'école Robert Doisneau où ils viennent tous les jours, avec le plaisir d'apprendre et de jouer avec leurs copains de classe.

En novembre dernier, suite à la mobilisation de parents d'élèves, d'enseignants et d’habitants du quartier, ils ont été hébergés avec leurs parents dans le gymnase de l'école occupé pour l'occasion. Cette action forte a permis à cette famille d'intégrer le dispositif d'hébergement hivernal mis en place par la préfecture début décembre. Mais après 5 mois et demi de répit, Daniel, Médina et Mimoza ont dû retourner vivre dehors avec leurs parents.

Ces quelques mois à l'abri avaient pourtant permis aux parents de se consacrer à des démarches d'insertion (cours de français, suivi de la scolarité des enfants, démarches d'obtention d'un titre de séjour,...) et aux enfants de se refaire une santé et de s'investir à 100% dans leur métier d'élève.

 

Comment accepter que soit détruit ce qui venait à peine d'être construit ?

Car avec la fin de l'hiver, les remises à la rue ont repris et ce, de façon tout à fait illégale : en effet la loi garantit non seulement l'inconditionnalité de l'hébergement d'urgence mais aussi la continuité de celui-ci. Autrement dit, toute personne qui en fait la demande devrait pouvoir, à minima, rester dans un dispositif d'hébergement d'urgence.Le collectif "Jamais sans toit" de l'école Doisneau a alerté de nombreuses fois les pouvoirs publics sur la situation particulièrement vulnérable de cette famille : la maman est enceinte de 4 mois et le petit de 3 ans est asthmatique, ce qui lui avait valu une hospitalisation en urgence d'une semaine lorsqu'il survivait dehors en novembre dernier.

 

AUJOURD'HUI un dossier de régulation est en cours et la famille a un RDV en ce sens le 12 juin prochain à la préfecture. C'est une avancée énorme mais cela ne garantit en rien leur hébergement d'ici cette date et même après.

C'est pourquoi nous avons besoin de votre aide à tou-te-s pour financer:

- les 680 euros de timbres fiscaux demandés par la préfecture pour réaliser le dossier de régularisation

- des chambres d'hôtel à la famille jusqu'à ce qu'une solution administrative soit trouvée.

- la préparation de repas réalisés par les parents du collectif Jamais sans toit de l'école Robert Doisneau, pour la famille. 

Car, aujourd'hui, ne pouvant tolérer l'inhumanité de cette remise à la rue et dans l'attente que les pouvoirs publics réagissent, les parents du collectif n'ont eu d'autre choix que d'héberger à nouveau ces 3 élèves et leurs parents dans le gymnase de l'école de leurs enfants.

 

 

 

Organisé par

Collectif Jamais Sans Toit Ecole Doisneau