Fête de l'Aid pour les Enfants de Shufat

Organisé pour : Famille de Coeur

Bienvenue sur cette cagnotte !

Nous souhaitons offrir aux enfants du Palestinians Child Center qui se trouve à Shufat (Jérusalem) une fête de l'aid digne de ce nom, une fête qui soit à jamais gravée dans leur mémoire, et ces enfants le méritent bien. Mais commencons par une présentation du camp de Shufat afin que vous connaissiez bien la situation de ces bambins :

Quartier palestinien situé au nord de Jérusalem, Shufat est découpé en deux par le « Mur de la Honte »

Le camp de réfugiés de Shufat a vu le jour en 1965 et a été instauré par le Roi Hussein de Jordanie suite à la fermeture du camp de Mascar, alors situé dans la Vieille ville de Jérusalem. A sa création, il était part entière du territoire Palestinien. Puis les frontières de Jérusalem sont repoussées, au lendemain de la Guerre de Six Jours en 1967, incorporant Shufat à la municipalité de Jérusalem.  Aujourd’hui entouré par le mur, Shufat est une enclave.

En 2006, le camp comptait environ 20.000 habitants (contre 8 000 selon la municipalité de Jérusalem). En fait, seulement 13% des habitants disposent la nationalité israélienne, impliquant un problème dans le recensement. Selon certains responsables du camp, ils seraient environ 40.000 personne à l’entasser dans cette prison à ciel ouvert.

La Municipalité de Jérusalem ne veut pas s’engager dans la zone 

Pour information, 75,3% de la population de la partie Est de Jérusalem vivait en 2014 sous le seuil de pauvreté, selon des données recueillies par l’Association des Droits Civils en Israël, organisation israélienne traitant des libertés et droits civils en Israël et territoires occupés.

Du reste, aucun traitement de faveur ne leur est accordé et tous payent les taxes selon la taille du logement. Et bien que gérée par les mêmes autorités que la partie juive (à l’Ouest), les habitants ne bénéficient d’aucun service de la municipalité. À noter que les autorités palestiniennes n’étant pas autorisées à exercer leurs pouvoirs dans la ville, la population est livrée à son propre sort.

Dès l’entrée dans le camp, on est frappé par une étrange vision : des tonnes de déchets sont entassé et brulés le long du mur de séparation. « La ville ne veut pas envoyer de camions poubelles sous prétexte que les enfants pourraient leur jeter des pierres sur les employés » explique les habitants du camp « pourtant, on le sait, la majorité des éboueurs sont d’origine arabe et ne risquent donc pas grand-chose. Les habitants retroussent donc leurs manches et font le travail eux même.

L’amoncellement des ordures entraîne bien évidement des problèmes sanitaires ainsi que de gros problème de pollution.

Si le camp dispose d’une clinique, tenu par le Docteur Salim Anati, il ne dispose pas d’un véritable hôpital. Les malades sont donc obligés de passer le checkpoint pour recevoir des soins. Le service ambulancier israélien a depuis longtemps stoppé ces interventions dans le camp

L’éducation : peu d’écoles, beaucoup d’enfants

A ce jour, 3 écoles gérées par l’UNRWA sont implantées dans le camp (2 écoles pour les enfants de 6 à 16 ans, et 1 pour ceux de 16 à 18 ans.) Il existe également une école privée pour les enfants de 4 à 14 ans.

La population du camp a quadruplé depuis 1965, les besoins en éducation n’ont donc fait qu’accroitre, mais rien n’a été pourtant prévu. C’est donc rapidement que les jeunes voulant recevoir une éducation sont obligés de traverser le checkpoint matin et soir.

Insalubrité

Outre les conditions d’hygiène, le camp de shufat présente une architecture désordonnée. Les immeubles s’imbriquent les uns dans les autres, les murs sont bruts, des fils électriques dénudés s’échappent. Il faut dire qu’une grande partie de ces logements ont été construit dans la précipitation et sans permis de construire. En effet obtenir un permis est quasi impossible pour les résidents ne possédant pas la nationalité israélienne. Les Palestiniens de la vielle ville continuent de se faire expulser, et viennent vivre dans le camp, laissant ainsi la place aux colons israéliens dans le centre historique de Jérusalem.

Nous avons déjà mené plusieurs opération pour le camps de Shufat, dont une pour le Palestinian Child Center. Quelques images : http://familledecoeur.com/la-sortie-des-enfants-de-shufat-en-image/

 

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés

Merci à tous

347 €

Collectés sur 1 500 €
23%

0 Jour restant

19 Participations

  • cb
  • visa
  • mastercard

La sécurité des paiements est assurée par le Crédit Mutuel Arkéa, en https via le système 3D-Secure.

c'est moi a participé

Karim Griche a participé

Anonyme a participé

Djamel Khababa a participé 20 €

Anonyme a participé

Salima Chaieb a participé

abderazak henni a participé 20 €

Jamil Ben-sayd a participé

patrick kever a participé 20 €

Anonyme a participé

Anonyme a participé 20 €

Anonyme a participé

Delph Ine a participé

Dounya Bouib a participé

Sylvia Bouygiskova a participé 20 €

rimka koum a participé

Jamila Mansouri a participé

abdelkader allaoui a participé

Anonyme a participé

Le 27 juin 2016
abdelkader allaoui
une bonne manière de donner le zakat une bonne journée
Le 24 juin 2016
Sylvia Bouygiskova
de tout avec toi et avec nos amis palestiniens ma modeste participation pour vous aider sylvie
Le 19 juin 2016
patrick kever
vive la palestine- pour un monde meilleur- bravo pour votre combat ;)
Le 17 juin 2016
abderazak henni
Merci Laure