Aller au contenu principal
Le Rempart de la Roche-qui-Boit est l'assurance vie des riverains (habitants, commerçants, agriculteurs, entrepreneurs…) : « protecteur des petites crues et étiages ».

Le Rempart de la Roche-qui-Boit est l'assurance vie des riverains (habitants, commerçants, agriculteurs, entrepreneurs…) : « protecteur des petites crues et étiages ».


Rejoignez-nous et soutenez-nous en participant à la cagnotte en ligne pour éviter un désastre imposé par « oubli » d’une vraie dimension dans la prise de décision des ministres successifs! L’Etat doit renforcer la vallée de la Sélune et geler toute action contre la Roche qui Boit !

L’ancienne Ministre de l'environnement Corinne LEPAGE qui aujourd’hui dirige un cabinet d’avocats reconnu notamment sur les démarches « éviter/réduire/compenser » a répondu à l’appel de riverains pour défendre les habitants, commerçants, agriculteurs, entrepreneurs...de notre territoire. Le cabinet Huglo/Lepage a reçu des éléments pour étayer une demande de gel du « permis de démolir » de la Roche-qui-Boit : pièces historiques retrouvées par l’association entre Lac et Mer, délibérations des communes bordant la Sélune,... Madame LEPAGE vient d'envoyer un recours gracieux au Préfet de la Manche et un recours hiérarchique à Madame POMPILI Ministre de la transition écologique. L'axe de défense est d’amener l’Etat qui vient de supprimer le lac de Vezins à faire le nécessaire pour protéger les biens et les personnes, jusqu’à l’estuaire, contre les conséquences de cette suppression. Les riverains recommandent vivement que le réservoir de la Roche-qui-Boit soit intégré dans le plan d’aménagement à construire par l’État comme « infrastructure de protection » contre le retour tous les 2 ou 5 ans des «petites crues » et «sécheresses » biennales du XIXème siècle.

Depuis la destruction du barrage de Vezins par l’Etat son propriétaire, de nombreux riverains de la basse vallée de la Sélune sont inquiets des conséquences d’un retour au régime des petites crues (suppression d’activités, perte de valeur des biens, différents préjudices...) : comment justifier de détruire le dernier rempart qui pourrait rentrer dans le plan d’aménagement nécessaire pour protéger les habitants, les commerçants, agriculteurs, entrepreneurs... situés entre Vezins et l’estuaire ?

Les impacts d’un retour des petites crues du XIXème siècle (maisons, commerces, bâtiments publics, exploitations agricoles, industries...), peuvent certainement faire l’objet d’actions précises dont l’Etat doit prendre l’initiative. Il ne s’agit pas de situations de catastrophes qui se produisent une fois par siècle ou par millénaire mais de situations qui reviendront tous les deux ou cinq ans : les assurances n’auront pas d’autre choix que d’augmenter les primes pour couvrir les sinistres liés aux inondations régulières ou même ne plus les assurer. Voir vidéo d’une situation similaire https://www.youtube.com/watch?v=CtowNMvb6nA

Chacun d’entre nous, même celui qui se pense peu concerné , serait furieux d’être inondé régulièrement de quelques décimètres au rez-de-chaussée de sa maison ou de son entreprise, de subir des coupures de réseaux électriques et télécoms,...

La solidarité et l’urgence peuvent s’exprimer en participant à cette « cagnotte » qui vise en particulier à demander le gel de l’arasement de la Roche-qui-Boit ; cette action devient un combat pour nous tous.

Votre aide financière, même le geste d’un euro, permettra de montrer à l’administration locale et nationale qu’elle doit assurer la protection des riverains de la Sélune contre les conséquences de la décision d’araser le barrage de Vezins.

Merci d’avance, les Riverains de la Sélune!

Groupe facebook : Riverains Sélune

Adresse mail : riverainsselunegmail.com

405 € Collectés

266 Jours restants
0 Participation

Organisateur

Sélune Riverains


Bénéficiaire

Riverains Sélune