Aller au contenu principal
REDONNONS ESPOIR A FABIENNE POUR QU’ELLE PUISSE REMARCHER

REDONNONS ESPOIR A FABIENNE POUR QU’ELLE PUISSE REMARCHER


Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !

Merci à tous !

REDONNONS ESPOIR A FABIENNE

POUR QU’ELLE PUISSE REMARCHER

Ma compagne, Fabienne est une “wonderwoman” de 52 ans, maman de 2 grandes filles âgées de 27 et 26 ans, et grand-mère d’un petit garçon de 10 mois. Elle était heureuse, sportive et dynamique lorsque nous nous sommes rencontrées fin 2009.

En 2008, alors qu’elle avait 38 ans, elle a commencé à présenter des douleurs de la jambe gauche, sans raisons apparentes.

En 2009, son genou s’est bloqué. Elle ne pouvait plus plier sa jambe et les douleurs étaient permanentes, s’étendant dans les hanches, le bassin, avec des épisodes de crampes musculaires, d’endormissement du pied, des picotements, des fourmillements, ainsi que des décharges électriques dans la jambe.

A partir de cette date, et malgré l’absence d’explications médicales sur ces problèmes, elle a subi plusieurs opérations du genou, le 06 juillet 2009, le 13 janvier 2010, le 07 novembre 2011 et le 09 janvier 2012.

Malgré ces opérations, rien ne changeait, aucun médecin ne trouvait, ni ne cherchait la cause.

Elle a passé sa quarantaine entre le canapé et le lit en souffrant en permanence. Sa jambe étant raide, elle avait mal, il lui était impossible de se déplacer en fauteuil roulant dans la maison.

Devant cette situation insupportable, et inexpliquée, Fabienne a vu plusieurs dizaines de praticiens, dans toute la France, dont plusieurs Professeurs de médecine, chirurgiens orthopédistes.

Aucun d’entre eux ne voyait la raison de ses symptômes, aucun traitement ni examen complémentaire n’était proposé, en particulier aucun examen neurologique n’a jamais été prescrit.

Certains recommandaient à Fabienne de consulter un psychiatre.

Malgré le caractère insupportable de ces douleurs, de ce blocage du genou, des décharges électriques et des autres symptômes, Fabienne a tenu bon, jusqu’à fin 2018.

A compter de fin 2018, Fabienne ne pouvant plus continuer de « vivre » ainsi, et étant laissée à l’abandon sur le plan médical, elle a demandé à être amputée de la jambe.

Ainsi, pensait-elle pouvoir remarcher et revivre en ayant une prothèse.

Si plusieurs médecins ont d’abord refusé ce geste, Fabienne a finalement été reçue par une commission pluridisciplinaire au sein d’un CHU qui a validé cette amputation, sans procéder à des examens complémentaires.

Elle a été amputée une première fois en janvier 2020, mais cette opération n’ayant pas été suffisante, il a fallu l’amputer une seconde fois, plus haut, en mai 2020.

Cela n’a malheureusement pas changé grand-chose. Evidemment, elle n’avait plus de blocage du genou, mais les douleurs étaient toujours là, et même encore plus présentes avec des névromes d’amputation, empêchant Fabienne de pouvoir être appareillée.

C’est dans ces circonstances, qu’en janvier 2021, et devant cette impossibilité d’appareillage, que Fabienne a été adressée auprès d’un algologue.

Celui-ci n’arrivant pas à la soulager, il eut l’idée de lui prescrire une I.R.M. du rachis lombaire.

C’est la première fois, depuis 2008, qu’un médecin prescrivait un examen neurologique à Fabienne pour rechercher l’origine de ses symptômes.

Et là le diagnostic est enfin tombé.

Fabienne avait en fait un énorme kyste arachnoïdien médullaire compressif de 9 x 4 x 2 cm au niveau du rachis lombaire, comprimant ses nerfs.

Selon les médecins consultés, ce kyste est là depuis très longtemps, potentiellement des dizaines d’années, voire depuis sa naissance.

Surtout, il était clairement expliqué que si ce kyste avait été découvert avant, elle n’aurait jamais été amputée.

Et c’est alors que le tableau s’est éclairci, ces dizaines de médecins consultés n’ont jamais pensé à prescrire un seul examen neurologique en 12 ans, alors que rien n’expliquait les symptômes sur le plan orthopédique.

Fabienne n’a jamais été écoutée patiemment et calmement durant les consultations, il fallait toujours aller vite. Personne ne reprenait jamais ce qui avait été fait auparavant.

En particulier, personne ne reprenait les imageries faites, notamment un scanner thoraco-abdomino-pelvien de 2015 qui montrait bien ce kyste, mais que le radiologue n’a pas vu.

Au-delà de ces très nombreuses erreurs médicales, Fabienne est aujourd’hui complètement délaissée au niveau de la santé.

Depuis que ce kyste a été découvert en janvier 2021, aucun spécialiste, chirurgien orthopédiste ou neurochirurgien, n’a donné suite aux consultations et n’a pris en charge Fabienne, pour l’opérer du kyste et des névromes d’amputation.

Là encore, il faut se rendre à l’évidence, tant que les erreurs qui ont été commises n’auront pas été établies et reconnues dans le cadre d’une expertise médicale contradictoire, ainsi que par un juge, Fabienne ne sera malheureusement pas soignée.

MOTIFS DE LA CAGNOTTE

Afin de pouvoir voir ces erreurs médicales reconnues, et être soignée, Fabienne va devoir entamer un second combat : le combat judiciaire.

Nous avons fait appel à un avocat en droit médical et en dommage corporel, Maître Vincent SEHIER, avec qui nous avons, pendant de nombreux mois, écrit à tous les médecins et les hôpitaux visités durant 12 ans pour récupérer les dossiers médicaux.

Nous avons pu avoir l’avis de différents médecins conseil, qui ont confirmé ces nombreuses erreurs médicales et qui nous assisteront dans le cadre de la procédure qui va être lancée.

Mais cette procédure à un coût.

Afin de pouvoir espérer gagner face à de très nombreux médecins, hôpitaux, assureurs, et avocats, Fabienne devoir être assistée de nombreux experts compétents : chirurgien orthopédiste, neurologue, neurochirurgien, psychiatre, ergothérapeute, kinésithérapeute.

N’ayant aucun assureur protection juridique, et de faibles revenus (AAH et petite retraite), et ayant déjà pris un crédit pour financer tous les frais liés aux “à cotés” de l’amputation, nous n’avons pas du tout les moyens de payer ces frais, auxquels vont s’ajouter les frais de déplacements et d’hébergements.

Prévisionnellement, des frais d’au moins 7000 € peuvent être attendus pour être correctement assistée par des médecins et avocat dans le cadre d’une telle expertise médicale.

Tant que ceci ne sera fait, Fabienne ne sera pas soignée et devra continuer à “survivre” ainsi, avec ses douleurs, dans son fauteuil roulant ou sur le canapé.

Nous devons chaque jour trouver de nouvelles solutions afin de l’aider au maximum dans son quotidien.

Adaptations que nous faisons avec les “moyens du bord”. Actuellement elle a un lit médicalisé, seule dans une chambre que nous avons dû réaménager. Malheureusement ce lit n’est pas adapté à ses besoins car trop dur et pas assez large pour qu’elle puisse se mettre dans des positions qui pourraient la soulager. Le choix d’un lit plus adapté n’est pas pris en charge par la sécurité sociale.

Des techniques de soins (médecines douces entre autre) pour soulager ses douleurs existent ; mais elles aussi ne sont pas prises en charge.

Nous avons plus que jamais besoin de votre aide, de votre soutien :

. pour redonner l’espoir à Fabienne

. pour qu’elle puisse gagner son combat judiciaire

. pour qu’elle puisse être correctement soignée, qu’elle ne souffre plus

. pour qu’elle puisse remarcher

. pour qu’elle retrouve la joie de vivre

Par avance, un grand merci à tous, du fond du cœur

4 370 € Collectés sur 7 000 €

62%
0 Jour restant
57 Participations

Organisateur

Démus Sylvie

Profil vérifié

Bénéficiaire

Sylvie Démus et Fabienne Bressan