Aller au contenu principal
Rainette, des blanches de Lozère en Armenie

Rainette, des blanches de Lozère en Armenie


PROJET DE FILM

Ce projet de film documentaire est un hommage à ceux qui, à travers le monde ont choisi de faire vivre leur terre natale, parce que c’est leur pays, qu’ils l’aiment et croient en l’avenir.

Ils n’ont pas cédé au rêve de l' émigration et assument le poids de l’histoire qui a en partie détruit leur pays.

Les rencontres en Arménie sont un bon exemple de ces actes de résistance qui donnent espoir et le documentaire devrait contribuer à déplacer certaines idées reçues. Tout n’est pas que misère et désespoir en ce monde en pleine mutation.

  • Nature du film : Documentaire
  • Lieu de tournage : Région Shirak, Arménie

Différentes fermes réparties dans le district dans un rayon de 25 km autour de Gyumri. Toutes ces fermes ont un point commun : elles ont reçu une douzaine de moutons de France, en conformitéavec un programme des Nations Unies et de l’Australie. Les moutons viennent de Haute-Loire en France et appartiennent à la race « Blanche de Lozère ». Il s’agit d’expérimenter l’adaptationde cette race à viande très prolifique (3 agnelages sur 2 ans) pour la développer en Arménie.

Scénariste : Nicole CHEVRIER, plasticienne, France

Réalisateur : Garnik SARGSYAN, cinéaste, Gyumri, Arménie

La « philosophie » du projet

Il s’agit de restituer le parcours imaginé par Nicole Chevrier pour mettre en lien des territoires géographiquement très éloignés (l’Europe et l’Asie Centrale), et culturelle ment différents, avec la conviction que les humains sont tous habités par les mêmes préoccupations :survivre sur une planète de plus en plus fragile, dont les plus pessimistes diraient qu’elle est prête à s’effondrer. Survivre, c’est-à-dire se nourrir, se protéger du chaud et du froid, voir grandir ses enfants en les projetant dans l’avenir, mais aussi créer des objets à valeur symbolique, inventer et rêver, ce qui, en dehors des besoins essentiels dont on parle beaucoup pendant la pandémie, fait l’humanité.

Nicole Chevrier est une voyageuse qui ne parcourt pas le monde par les sentiers battus. En dehorsdes circuits touristiques elle ressent le besoin vital de « palper le monde », c’est-à-dire partager au quotidien la vie de ceux qui sont différents, mais aussi tellement semblables. Elle a besoin de se rassurer : quelque soit le lieu où l’humain a été jeté sur terre il reste encore de l’humanité et un rapport à la nature apaisé.Ce parcours est aussi celui d’un projet artistique visant à mettre en lien les arts plastiques et le monde agricole, ce qui mérite un petit développement : nous sommes dans une civilisation cloisonnée, un immense puzzle sans continuité entre les pièces. Le monde agricole et les arts plastiques en sont un bon exemple. Il y aurait ceux qui participeraient de l’essentiel et les autres.Forte de cette évidence, il paraît intéressant de se faire rencontrer ces deux univers qui, apparemment, s’opposent... et pourtant : l’agriculteur, comme l’artiste posent un regard amoureux sur la nature. Le premier enfile ses bottes, le second met des couleurs dans son sac à dos. Chacun ses moyens pour agir sur la terre qu’il habite (il y en a de plus agressifs). Ce projet mobilisera les enfants,d’autant que l’éducation artistique en Arménie a une histoire et que cette histoire continue. Il existe à Gyumri le « State Aesthetic Centre » dans un bâtiment municipal exceptionnellement restauré, dans lequel 150 enfants sont inscrits, travaillent avec conviction, enthousiasme et bonheur accompagnés par des artistes professionnels.

Suite à cette réflexion nous sommes en mesure de mieux comprendre le contenu de ce projet de film.

SCENARIO

Histoire - histoires

Quand la grande Histoire impacte la vie des gens

1. Buniat SARGSYAN - Kamkhut. A la frontière Arménie-Turquie les terres se situent dans le « no man’s land » entre l’Arménie et la Turquie. Chaque jour la portes’ouvre et se referme pour laisser passer le berger et son troupeau de moutons.Aurons-nous l’autorisation de filmer au-delà des barbelés ?Buniat est un entrepreneur. Il a mis de côté son métier de pharmacien pour acheter ces 300 hectares de terres il y a 8 ans et se consacrer à l’élevage sur une propriété qui périclitait. Avec ses parents ils forment une équipe solide qui mobilise toute son énergie pour faire de ce lieu un espace vivant et plein d’avenir.

2. Mkrtich MKRTCHYAN - Haykavan Une famille anéantie par la disparition d’un fils de 20 ans dans la guerre du Haut Karabagh en 2020.Le village fait corps autour de la famille, le khatchkar sur la place en atteste. Une belle famille qui avance droit et s’investit sans réserve dans le projet « Blanches de Lozère ». La porte est largement ouverte et l’invité (ou celle qui s’invite) est choyé.

3. Narek SHABOYAN - Dzorachen Une histoire particulière : le village a été créé pendant ou juste après le génocide par un riche arménien qui a quitté la Turquie pour s’installer dans cet endroit perdu. Il est venu avec ses ouvriers qui s’y sont définitivement installés. L’endroit est magnifique. Le père de Narek est un homme chaleureux, directeur de l’école, on peut imaginer qu’il transmet l’histoire.

4 GURGEN ISKANDAYRAN Mère et fils cultivent avec la même passion cette terre qui est leur terre d’origine et qu’ils adorent.Une autre valeur que la terre arménienne qu’ils respirent par tous leurs pores, est le partage.Quiconque croisera leur chemin recevra plus qu’il ne pourra jamais donner. Les Blanches de Lozère ont trouvé un pays d’accueil. Gurgen a fait la guerre l’année dernière, il en est revenu meurtri. Il y retournera s’il le faut.

Le film sera ponctué par le regard des enfants sur leur pays en devenir, et leurs dessins.

Conclusion

Des lieux différents, des histoires différentes mais la même volonté, malgré les difficultés, voire les drames, de se projeter en avant en ayant répondu, un jour sur Facebook à la proposition « Blanches de Lozère ». Faire vivre la terre arménienne est leur raison de vivre.

Le BUDGET

Le réalisateur et son équipe évaluent le coût à 15000€ sachant qu'il s'agit d'un film de 28 mn " clé en main", avec sous titrages et post production comprise. La réalisation sera faite en Arménie avec des professionnels locaux

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

Chacun participe du montant qu'il souhaite.

Tous les paiements sont sécurisés.

Merci à tous !

5 070 € Collectés sur 8 000 €

63%
0 Jour restant
0 Participation

Organisateur

Rainette

Profil vérifié

Bénéficiaire

Nicole Chevrier