Heureux jours d'été_Court-métrage

Organisé pour : Enzo Martin

Salut à toi !

Alors si tu ne me connais pas

Je suis né le 31 mai 1996 à Angers. J'ai grandi dans un petit village du Maine et Loire et j'y réside encore à ce jour.

En 2015, j'ai obtenu un Bac Littéraire option “Arts plastiques et Théâtre” au Lycée Joachim du Bellay à Angers.

Pendant deux ans, j'ai intégré le Conservatoire Régional dans cette même ville, ainsi que l'option théâtre au lycée avec le metteur en scène Jack PERCHER.

De 2010 à 2015, j'ai foulé de nombreuses scènes de théâtre en participant, en tant que comédien, à dix pièces dont une m'a conduit jusqu'à Pointe Noire au Congo Brazzaville.

En 2014, j'ai travaillé avec le réalisateur Tarik BEN SALAH et joué dans son troisième film

« ENTRE LES MOTS ». Cette même année marquera le début de la web série « Bruno et ses potes » dans laquelle je serai à la fois comédien, auteur et metteur en scène.

En 2015, j'ai tourné dans le dernier volet de la trilogie « INdifférence » de Tarik BEN SALAH, un long métrage intitulé « JOE ». Mes premières expériences cinématographiques me conduiront à jouer dans différents courts métrages.

Aujourd'hui d'Angers à Paris, je rythme mon temps en m'associant au développement de nombreux projets cinématographiques.

Ce premier court métrage en tant que réalisateur marquera, pour moi, notamment l'année 2017.

 
 
Voilà ça c'est fait!

 

Pitch*

(*Ce n'est pas un gâteau, ça ressemble plus à un synopsis)

 

En 1857, Ophélie, fille de bonne famille, fait la rencontre de Jean et Nino, deux jeunes frères orphelins. Alors, qu'à première vue, tout les sépare, les trois enfants vont apprendre à se connaître et vont peu à peu découvrir qu'ils sont liés par le rêve et l'imaginaire. C'est donc, portés par ces deux mots, que nos trois protagonistes vont évoluer, entre conte et réalité.

 

 

Note d'intention*

 

*C'est long mais c'est intéressant

A l'heure où le temps nous presse, à l'heure ou l'angoisse des années qui s'écoulent nous tourmentent, à l'heure ou nous redoutons notre disparition avant même d'avoir pris le temps de vivre, nous arrivent-ils encore de nous  poser et de nous égarer dans des pensées chimériques ? Prenons nous le temps de percevoir dans le ciel le chevalier chevauchant le dragon, le bateau qui s'éloigne dans une dense brume ? 

Les années qui passent nous font oublier tous les mystères qui se dissimulent au dessus de nos têtes, elles nous éloignent peu à peu de ce que nous offre l'enfance, de la possibilité de rêver éveillé, de s'inviter dans un imaginaire peuplé de toutes sortes de créatures. Le temps du rêve n'est peut être pas révolu, à condition d'accepter de se laisser porter, de se laisser emmener dans la danse. 

Au delà de tout de ce qui sépare l'humanité, des conditions dans lesquelles chacun évolue, nous sommes liés par la possibilité de rêver à condition de l'accepter. « Ce n'est pas ce que nous sommes qui nous empêche de réaliser nos rêves ; c'est ce que nous croyons que nous ne sommes pas ».1   

Nos trois personnages se rencontrent alors que tout pourrait les éloigner. Ophélie vit dans un monde de luxe auprès d'un père bienveillant mais trop pressé. Nino et Jean, deux orphelins, vivent non loin de là, dans un univers construit dans les bois. Ophélie elle, rêve d'être écuyère, elle rêve de pouvoir chevaucher les purs sangs de son père mais elle ne peut pas les approcher ; elle n'y est pas autorisée. Auprès de Nino et Jean, Ophélie va pourtant apprendre qu'elle peut réaliser son rêve, tel le chevalier qui chevauche le dragon. Alors qu'elle croyait n'avoir rien à rêver, que sa mère avait tout emporté lorsque la vie l'a quittée, Ophélie va accéder à tout ce qu'elle n'arrivait plus à imaginer. Nino et Jean n'ont pas grand chose, un presque rien, et pourtant ils ont fait tous les voyages et bien plus encore que ceux qui ponctuent l'existence de ceux qui parcourent le monde sans perdre de temps. Nino et Jean peuvent être écuyers, ils peuvent aussi naviguer sur les eaux les plus tourmentées, les plus mouvementées ou les plus limpides. Leur vérité à eux se trouve ailleurs que dans la réalité d'un bien si longtemps convoité. Ophélie elle, saura t-elle s'en imprégner pour ne pas se perdre dans sa réalité trop encombrée ? 

La réalisation de ce court métrage constitue pour moi l'aboutissement de ce qui aurait pu demeurer à l'état de rêve  ; un rêve qui se serait probablement un jour éloigné de moi.

Le thème de l’accès à l'imaginaire et à la réalité de l'autre est intemporel, il s'enracine dès nos premiers sons, dès notre premier cri. Et pourtant, il s'étiole au fur et à mesure que nous croyons grandir. Le temps qui passe s'amuse à nous rappeler la réalité qu'un jour nous disparaîtrons. L'enfance nous en protège, et nous permet de faire illusion. Dans le monde effrénée dans lequel nous vivons aujourd'hui, nos âmes d'enfants risqueront de se perdre avec nos rêves et le monde risquera de disparaître dans sa course.

Alors, le rêve aurait-il une utilité humaine ? C'est bien en rêvant ensemble que nous pourrons créer nos propres réalités. Alors laissons rêver nos gosses et aidons les autres à croire que c'est encore possible.

1 Paul-Emile Victor                                                                                      

 

A non c'est juste long...

Fils unique jusqu'à 10 ans, j'ai commencé à ranger mon imaginaire dans l'oubli, considérant que je devais grandir. L'arrivée successive de mes deux frères a eu raison de moi en me redonnant ce que je perdais progressivement : une ouverture vers l'imaginaire. De nouveau, je me suis volontiers propulsé en capitaine de navire, en constructeur de cabane, en chevalier... Le ciel m'est apparu différent, peuplé de formes étranges mais si réelles.

Mon livre de chevet a repris sa place et il était donc naturel que notre chère Ophélie choisisse, elle aussi, de se laisser emporter par la lecture de Lewis Caroll, d'accompagner Alice dans ses pensées.

Ce court métrage accompagnera aussi le jour des mes débuts en tant que réalisateur.

Je situe ce récit  au XIV siècle, période qui me permettra aussi de mettre en avant un univers contrasté, un univers teinté de clarté et d’obscurité, mêlant l'éveil et l'endormissement.

 Mon intérêt pour l'univers de Tim Burton sera naturellement perceptible et en cohérence avec mon approche artistique. L'univers d'Ophélie sera matérialisé par le confort tandis que celui de Nino et Jean se caractérisera par une existence plus précaire, un environnement plus sombre.

La direction des comédiens retiendra une attention particulière puisque les trois principaux protagonistes seront représentés par des enfants de 9 à 11 ans. L'identité du père d'Ophélie ne sera pas identifiable.

La direction de jeunes comédiens fait appel à des qualités d'attention, de bienveillance, de patience que j'ai pu vérifier auprès de mes propres frères.

Le court métrage que je souhaite réaliser est une invitation à imaginer ensemble, juste une invitation à laisser intacte notre âme d’enfant. 

Si avec moi vous voulez vraiment rêver alors n'ayez crainte, réveillez-vous simplement. 

...Enfin fini !

Pour la réalisation du court métrage j'ai besoin de 6000 €

Je compte donc sur toi et sur ton soutien pour effleurer cette somme !

                            

Illustration par Pierre-Antoine Mortier

2 935 €

Collectés

98 Jours restants

88 Participations

  • cb
  • visa
  • mastercard

La sécurité des paiements est assurée par le Crédit Mutuel Arkéa, en https via le système 3D-Secure.

Actualités

Le 25 avril 2017 Enzo Martin a écrit :

 

Le 25 avril 2017 Enzo Martin a écrit :

 

Le 25 avril 2017 Enzo Martin a écrit :

 

Le 25 avril 2017 Enzo Martin a écrit :

 

Le 21 février 2017 Enzo Martin a écrit :

FIN DE TOURNAGE !!

Pour @Heureux jours d'été - Court métrage

L'équipe du film remercie tout ceux et celles qui nous permettent de raconter cette belle histoire, et de réaliser ce projet :)

Maintenant place à la post-production ! 

Crédit photo : Tatiana Michel

Le 6 février 2017 Enzo Martin a écrit :

Dernière ligne droite avant le tournage !

Un grand merci à vous qui nous soutenez !!

Sans vous ce court-métrage ne serait possible

http://@Heureuxjoursdete

#HeureuxJoursDété #courtmetrage

Le 18 janvier 2017 Enzo Martin a écrit :

"Un arbre peut devenir un géant, un rocher une montagne, un ruisseau peut se transformer en océan et une souche en bateau. Enfile ce ruban. Je serais ton cheval et tu seras mon écuyère."

Heureux jours d'été - Court métrage est un rêve éveillé, aujourd'hui les dessins prennent vie.

Si vous souhaitez prolonger l'aventure, rendez-vous sur https://www.facebook.com/Heureuxjoursdete/?fref=ts

Le 17 janvier 2017 Enzo Martin a écrit :

Dans un mois se clôturera ici, le tournage de "Heureux jours d'été".

Mais n'ayez crainte ! Jusqu'à l'avant première du film, vous aurez le droit à divers petits making-of sur : les costumes, les décors etc...

Merci de me donner cette chance ! 

Si vous souhaitez être au tenu informé de l'avancement du projet, rendez vous sur : 

http://www.facebook.com/Heureuxjoursdete/?fref=ts

Le 17 janvier 2017 Enzo Martin a écrit :

Première répétition ! Nos petits comédiens s'affairent, à un mois du tournage :)

Merci à "Photo vidéo du Loir" pour ce cliché !

Le 21 octobre 2016 Enzo Martin a écrit :

Une interview qui en dit long...

Camille Chiron a participé

Damien Flaire a participé

Céline Morin a participé

Marie-Reine a participé

Porché Margaux a participé

Yolaine Vallée a participé

photo video du loir a participé

Florian Join a participé

Ysatis Couturier a participé

carole jonquet a participé

Céline Duchene a participé

Mel Morin a participé

Franck SIMON a participé

catherine borel de larivière a participé

lauriane SIMON a participé

philippe PAPIN a participé

Virginie Papin a participé

Sarah Duf a participé

Camille Lhériau a participé

vero clavreul a participé

Isabelle de Pontevès a participé

Lucie Poupard a participé

Emilie Jean-Pierre CORNU a participé

Lucie BOURDIN a participé

Le 2 avril 2017
Yolaine Vallée
cejzifehz
Le 20 mars 2017
photo video du loir
les bénévoles de l'association qui ont participé à cette expérience en sont revenus enchantés et sont prêts à la renouveler merci de nous avoir offert cette opportunité. cordialement
Le 7 février 2017
catherine borel de larivière
Réalise ton rêve, Enzo! Je crois en toi Catherine
Le 26 janvier 2017
Sarah Duf
Bonne continuation pour ce beau projet !
Le 23 novembre 2016
JULIET ROUSSIN
Une belle vie à ce beau projet mon cousin! bisous
Le 11 novembre 2016
GERARD SINIGAGLIA
petit à petit l'oiseau fait son nid .... bisous
Le 10 octobre 2016
Sacha Martin
;-)
Le 9 octobre 2016
Madeline Claudet
Pour la bière...
Le 7 octobre 2016
françoise DUPETIT
Tous mes vœux d'encouragement continue ne lâche rien très gros bisous
Le 6 octobre 2016
Jeanne ALLARD
Un petit peu de sous et d'amour pour ton projet, on fait comme on peut avec un budget étudiant! J'espère que tout marchera pour toi! Continue comme ça!