ASTAP, expériment sur l'Atlantique

Organisé pour : Grégoire HUE

J’ai toujours habité en plein milieu de la France, loin des côtes ...

 

Et non, ce n’est pas à Orléans que j’ai découvert le monde de la voile. Et pourtant la mer et le large m’ont toujours attiré.

 

Tout jeune, j’ai eu la chance de passer beaucoup de temps au bord de la mer, et plus exactement en Bretagne à Carnac. J’ai été initié au bonheur de la voile par mon grand-père, sur son dériveur baptisé ASTAP. Ce 420 familial portait le numéro 55 révélant son vieil âge et naviguait en faisant sans cesse des allers-retours vers la plage de Ty-Bihan, avec à son bord tous les cousins. Puis à l’âge de  7 ans, je découvre aussi la planche à voile. J’ai commencé sur une mini BIC, elle-même attachée à une longue corde pour que je ne puisse pas m’éloigner de la plage, parents, grands-parents, oncles et tantes veillant déjà à ma sécurité. Cet apprentissage a été long, mais mon appétit et ma détermination pour la voile ne m’ont plus jamais quitté.

 

« Le 15 août 2009, bénédiction du 420 familial pointe de Kerpenhir à Locmariaquer avec mes frères et moi»

 

 

Au lycée, je fais la connaissance d’un camarade, Léo, qui partage cette même passion de la voile. Je lui propose de participer au Trophée des Lycées, une régate qui met en compétition les lycées français, une grande première pour notre école, et ma première régate. Nous recrutons cinq autres jeunes et lançons ce projet, une vraie réussite !

 

 

 

C’est aussi à Locmariaquer, sur le spot de la plage Saint-Pierre, que je côtoie régulièrement Francis Joyon dans notre pratique commune de la planche à voile tout en admirant sa constante humilité en dépit de tous ses records. Un exemple pour moi.

 

 

Juin 2014, période du Bac, je découvre avec enthousiasme mon intégration en école d’ingénieur  à l’Icam. J’avais le choix entre Lille ou Nantes, ma décision a vite été prise : c’était Nantes  avec l’océan si proche !

Dès la rentrée, et après le traditionnel bizutage, je postule à l’association voile de l’école, j’en deviens vite le président et je le suis toujours. Je m’entraîne tous les jeudis après-midis sur J80 à Pornichet depuis maintenant 3 ans. L’association m’aura amené à participer à la Spi Ouest France, au Défi Voile Etudiant et bientôt à la Course Croisière EDHEC.

 

 

Pourquoi cette envie de large ?

 

C’est pendant mes années de lycée que la folle envie de partir au large sur mon voilier m’est venue. Déjà je griffonnais de nombreux croquis de voiliers sur tous mes cahiers plutôt que de suivre le cours,  à moins que cela me permettait-il au contraire de rester concentré ? Puis j’ai lu, dévoré et exploré, internet, magazines, romans, sur de nombreux navigateurs et courses, jusqu’à ce que j’y découvre la régate de mes rêves : la mini transat. Je me suis alors renseigné sur les modalités d’inscriptions jusqu’à en imprimer le dossier dans l’espoir de m’y inscrire un jour. Mais j’ai préféré me concentrer d’abord sur mes études avant de me lancer dans une telle aventure. Grâce à une opportunité proposée par l’Icam, l’Expériment, je vais enfin réaliser une partie de ce rêve, un rêve qui me poursuit depuis mon entrée à l'Icam...

 

 

 

Mais qu’est-ce que l’expériment ? A quoi ça sert ?

 

L’Expériment est un projet d’accomplissement personnel à réaliser en fin de troisième année à l’ICAM, il est défini selon trois critères :

 

- l’éloignement culturel et géographique

- la durée

- l’autofinancement

 

       S’éprouver loin de sa famille, ses amis, s’éloigner de toute chose que l’on connaît et qui nous embourbe dans le train-train quotidien, partir loin de tout, partir pour grandir, pour aller à la rencontre de nouvelles cultures et réfléchir à sa vocation. L’Expériment est une chance à saisir...

        

 

Et quelle forme va prendre mon Expériment ?

 

        Cela peut prendre plein de formes différentes. Comme cités précédemment, il y a des critères à respecter, mais comme vous le voyez, ils sont très généraux. Alors libre cours à l’imagination pour chacun…

 

Passionné de voile, vous l’avez compris, je n'avais qu'une idée en tête : partir le plus loin possible sur mon propre voilier. Mon Expériment prendra alors la forme d’un long voyage de quatre mois en mer avec escales, de juin à septembre 2018, avec mes propres moyens et un budget le plus restreint possible. Il ne fut pas facile de convaincre mes parents de me laisser avec cette ambition d’acquérir mon voilier, et de partir à plus de 1000 miles de la France vivre cette grande aventure...

 

 

Accompagnés par Baudouin et Léo, nous avons choisi  l’Afrique de l’Ouest comme destination. Baudouin, également étudiant à l’Icam, participera à ce voyage uniquement le premier mois avant de prendre un vol depuis l’Afrique à destination de  l’Amérique du sud qu’il arpentera à pieds. Et léo, étudiant à Kedge Marseille, restera avec moi tout le long de cette grande aventure dans le cadre d’une année sabbatique. Nous ferons une première escale à Saint-Jacques de Compostelle, en souvenir des chemins de St Jacques que j’ai faits avec mes parents et mes frères. Nous longerons ensuite les côtes portugaises puis marocaines, découvrirons aussi  l’Archipel des Canaries, du Cap Vert ou encore des Açores avec comme point d’arrivée Dakar au Sénégal.

 

 

 

Vivre mon Expériment en projet humanitaire...

 

L’objectif de notre voyage n’est pas de faire du tourisme mais de sortir de nos habitudes du quotidien, de  s’ouvrir au monde en rencontrant aussi les plus pauvres et en proposant de leur venir en aide. Cela  fait  aussi partie des valeurs de notre école Icam.

 

Par ce besoin de nous sentir utiles, je me suis mis à la recherche d’actions à mener. Je me suis alors rapproché de deux associations humanitaires pour proposer nos services : Voiles Sans Frontières bien connue des navigateurs et Association Baobab Care nouvellement lancée par des amis de mes parents sensibles à l‘éducation des enfants sénégalais.

 

 

http://www.voilessansfrontieres.org                http://www.associationbaobabcare.org

 

Nous avons déjà un premier projet. La pêche artisanale est l’une des principales activités au Sénégal. Mais la sécurité des embarcations y fait souvent défaut. Leur surcharge et l’état des pirogues sont souvent la cause de nombreux accidents en mer provoquant des noyades. Pour leur venir en aide, nous envisageons alors de récolter de nombreux gilets de sauvetage avant notre départ pour les distribuer là où il y a nécessité. 

 

 

Et comment financer mon Expériment ?

 

Mon Expériment a commencé en quelque sorte l'été dernier, puisque j’ai travaillé pendant trois mois en Angleterre en faisant aussi le maximum d’heures supplémentaires afin de pouvoir financer ce projet. Et en période de repos, je passais mon temps à scruter les annonces de bateaux d’occasion. Après de nombreuses recherches, j'ai enfin trouvé celui qui nous emmènerait  en Afrique, un bon vieux First 30 de 1979 construit par le chantier naval Bénéteau. C’est un bateau de 8.75 mètres de longueur, plutôt assez rapide et sécurisant. Je décide immédiatement de contacter le propriétaire. Et c’est un beau jour d’Octobre, en rejoignant  Saint Malo en stop, que je découvre ce magnifique voilier posé sur ses bers. Le contrat est signé … Je le rebaptise sous le nom d'ASTAP, en souvenir du dériveur de mon grand-père qui m’accompagne de Là Haut.

En octobre dernier, avec Antoine et Baudouin, nous l’avons convoyé jusqu’à Nantes pour pouvoir effectuer toutes les rénovations nécessaires. Mais ça n’a pas été sans péripéties... !  Après quatre jours intensifs de navigation, il est 3h du matin et nous sommes au large de Saint-Nazaire, tout à coup c’est la catastrophe … Seul pendant mon quart, je vois le mât s’effondrer et partir sur tribord. Le mât tapait durement sur la coque du bateau, je décide de couper les haubans et l’étai retenant le mât sur le bateau, laissant alors le mât et ses voiles couler au fond de la mer. Nous avons été repérés par un bateau de commerce puis remorqués par la remarquable SNSM jusqu'au port de Pornichet. Plus de peur que de mal, personne n'a été blessé. Ce fut un grand choc de voir mon bateau qui prenait alors la forme d’une grande coque de noix. Mais pas question d’abandonner, je vais faire au mieux pour remettre ASTAP en état.

 

Pour cela j’ai besoin de votre aide. Je fais donc aussi appel aux dons participatifs pour le rachat d’un nouveau mât et de matériel de sécurité afin de pouvoir, je l’espère, réaliser tout mon projet …

 

ASTAP avec son mât !

 

Après le drame !! ASTAP a perdu son mât !! 

 

 

Je remercie déjà chaleureusement les généreux donateurs. Aujourd’hui vous êtes encore nombreux à vous manifester pour soutenir le projet. J’ai donc créé une cagnotte en ligne, vous pouvez participer à la hauteur de vos moyens, il n’y a pas de « petit don », chaque euro compte !

 

 

Lors de mon voyage, je filmerai de belles images de notre périple. Une vidéo sera montée et vous sera offerte. Vous êtes de plus tous invités début juin 2018 au départ d’ ‶Astap sur l’Atlantique″ à La Trinité sur Mer, je vous préciserai le jour et l’heure qui dépendront aussi de la météo ! Et date et heure de notre arrivée fin septembre 2018 qui promet aussi beaucoup d’émotions...

 

N’hésitez pas à venir voir ASTAP à Nantes quand vous le souhaitez, il sera content de votre visite !

 

Je vous invite aussi à aller sur mon blog facebook ‶Astap sur l’Atlantique″ où je vous donnerai régulièrement des nouvelles de la préparation du bateau.

 

https://www.facebook.com/ASTAPetGreg/ 

 

Un grand merci pour votre attention et votre soutien à mon aventure qui je l’espère vous fera rêver autant que moi...

 

Voileusement !

 

Grégoire Hue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 905 €

Collectés sur 7 000 €
70%
38 Jours restants
65 Participations
Je participe

Actualités

Le 29 novembre 2017 Gregoire Hue a écrit :

Vous pourrez trouver plus de photos et de viéos sur ma page Facebook, 

 

https://www.facebook.com/ASTAPetGreg/?notif_id=1511947735653356¬if_t=page_user_activity

Organisé par

Gregoire Hue
Le 25 mars 2018
Isabelle et François Manouvrier
Bravo pour ce beau projet ambitieux ! Ton projet est passionnant et réuni toutes les valeurs auxquelles nous adhérons : nous ne pouvions qu'adhérer !!! Bon vent et très bonne aventure a très bientôt à St pierre François et Isabelle
Le 24 mars 2018
Renaud de Bouvet
Bon courage Grégoire porte haut les couleurs de Locmariaquer
Le 22 mars 2018
Bernard CHANDONNAY
Bon vent Grégoire pour cette belle aventure.
Le 22 mars 2018
Bruno Demelle
Bonjour Gregoire , désolé du retard , mais je viens de reprendre mon tel france , sans lequel je ne pouvais valider le virement. Félicitation et bon vent à vous trois, nous nous ferons un plaisir de vous suivre. A trés bientot sur la toile!!
Le 20 mars 2018
PASCAL GOUMAIN
Bon voyage !! Pascal
Le 15 mars 2018
élise Brown
Super projet Grégoire! Nous allons nous installé en avril à Bouguenais près de ton bateau, au 21 rue du port lavigne!! Si tu as besoin d'entreposer des choses, d'aide, ou simplement nous rendre visite le temps d'un café avec tes amis, vous etes les bienvenus!
Le 15 mars 2018
CATHerine Brown
Quel magnifique projet! On a hâte de te suivre dans ton périple ! Le Sénégal est un pays d’amitié , de chaleur et de rencontres inoubliables! Nous t’embrassons Catherine et Vernard BROWN Catherine et Bernard
Le 14 mars 2018
Christian et Chantal DESBOIS
Quel plaisir de pouvoir réaliser un rêve et une passion et de s'en donner les moyens. Bravo pour ta persévérance. Bon vent Chantal et Christian
Le 12 mars 2018
jean Claude Thorigny
Bravo pour cette initiative, vivre ses passions c'est se donner les meilleures chances de réussir sa vie . Bon courage
Le 10 mars 2018
Régis et Véronique PIGOIS
Grégoire, pas du tout voileux !! nous sommes complètement remplis d'admiration pour ce beau projet et cette grande aventure !!