Aller au contenu principal

Pour la famille de caroline

Organisé pour : Davigny

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !

Merci à tous !               

 

 

 

 

En ce 10 février, mon bébé nous a quitté beaucoup trop tôt, à seulement 32 ans...suite à son cancer du pancréas. 2 ans de combat où elle s’est battu sans relâche, telle une lionne sans jamais se plaindre.

Mon bébé m’a apporté ce dont aspire tout homme, un amour tel qu’on ne sait qu’il s’agit du seul, de l’unique, que quand on le vit. Celui qui très souvent malheureusement on ne trouve pas dans sa vie. J’aurai eu cette chance. 

Maman de 4 enfants (1,5 ans, 4 ans, 8 et 12 ans) dont un petit garçon diagnostiqué autiste (Noah celui de 4ans et ceci quasiment en même temps que nous apprenions la maladie de ma princesse), elle était le prototype même de la mère louve, mère courage sacrifiant ses propres désirs ou les nôtres au bénéfice de nos enfants. Mère sachant concilier tout le monde au point qu’une famille recomposée vive en parfaite harmonie et ceci y compris avec les papas des 2 plus grands avec qui elle avait su également rester en très bonne entente. 

Elle était une bonne vivante, une épicurienne. Le genre de femme qui savait rassembler tout le monde. Femme parfaite et rebelle, épris de rock and roll. Aujourd’hui elle s’est éteinte. 

Nous étions 6. Nous ne sommes plus que 3. Mes 2 grands étant retournés auprès de leur papa. 

Tout pourrait s’arreter la. Une peine incommensurable, une vie à essayer de reconstruire mais une vie qui si triste puisse t elle être doit l’etre en privé. 

Sauf que voilà. Je dois ravaler ma fierté, tenter de mettre quelques instants la douleur qu’on peut ressentir lors de la perte de l’être cher de côté car malheureusement la réalité de la vie s’impose à vous même si vous tentez de lui échapper. 

Je suis fonctionnaire. Agent de base en région parisienne. Ma princesse était femme au foyer. Nous avons toujours eu du mal à joindre les 2 bouts et étions perpétuellement à découvert. Mais parfaitement heureux pour autant. 

Ma tite femme me disait toujours: « l’argent on en revient tout le temps! » 

Et elle a sans doute raison sauf que là, complètement perdu et désespéré je me retrouve au salon funéraire. 

Je prends tout le moins cher, au fond de moi ça m crève le cœur, mais je ne peux pas faire autrement et mon bébé me l’avait ordonné de toute façon avant de partir en me disant : « faut que tu penses aux enfants mon chéri »

Et la on m’annonce 4 880 euros. Vous devez me remettre un chèque de caution de ce montant vu que vous ne pouvez pas payer l’accompte de 2 500 euros. 

Je savais que ce serait cher. Mais pour être honnête je ne m’attendais pas à autant. 

S’enchaine ensuite le coup de massue. « Non Monsieur on ne fait pas de facilités de paiement. Je vais voir quand même avec ma direction mais il me faut absolument le chèque du montant total. Ne vous inquiétez pas je ne l’encaisserai pas. D’ici là d’ici fin de semaine essayez de trouver une solution. Moi de mon côté je vous tiens au courant aussi »

Sauf que cet argent je ne l’ai pas. Je ne sais pas comment faire. 

Et la mon beau-frère me dit « attends on va aller sur ce site tu vas voir c’est pour faire un appel aux dons, t’inquiète pas gros on va trouver une solution »

Je n’y crois pas trop. Je laisse faire en leur disant que je ne veux pas écrire moi. 

Puis après coup je me dis et eux aussi que ça doit être moi, que c’est mon histoire et que je me dois même si je ne veux pas de la raconter. 

C’est pourquoi je vous écris ces mots. Pour un appel à l’aide. Mais qu’il soit entendu ou pas en tout les cas je vous remercie. Pris par sa rédaction j’aurai presque oublié un court instant à quel point est ma souffrance en ce moment. 

 

Organisé par

Michel davigny