Aller au contenu principal

Petits Coqs Migrateurs pour DIDA (D'ici et d'ailleurs)

Organisé pour : Petits Coqs Migrateurs pour DIDA (D'ici et d'ailleurs)

Petits Coqs Migrateurs: En famille autour du monde

L'itinéraire, le journal de bord, les coqs de Manu et les mots d'enfants réunis dans un album de 65 pages tout en couleur qui retracent les neuf mois de voyage à travers trois continents. Maintenant disponible au prix de 17 euros.

 

L'intégralité de la recette sera reversée à l'association DIDA (d'ici et d'ailleurs) de Guebwiller. Cette association a pour objectif toute forme d’action de solidarité en faveur de personnes de nationalité française ou étrangère en situation de précarité.

 

Visualisez les 15 premières pages ici

 

Les albums seront dédicacés et remis au cours d'une soirée diaporama qui aura lieu le 23 Septembre à 17h00 à la salle polyvalente de Lautenbach. Ceux qui ne pourront pas s'y rendre pourront être livrés par la poste. 

 


Extrait:

Les temples et les voies qui y mènent

 

Bangkok possède deux types de temples. Les premiers, connus sous le noms de "malls", temples de la consommation, nous engloutissaient hier avec pour mission de chausser les enfants de neuf pour affronter les bouleversements climatiques qui nous attendent. Aujourd'hui, à peine remis, nous avons coché les seconds au Wat Pho, temple du bouddha couché.

 

Si les Dieux pouvaient se détendre, les simples mortels sont soumis aux joies des transports dans la mégapole. Après avoir examiné les mille-et-unes possibilités, nous décidons d'emprunter les voies du fleuve qui s’avéreront impénétrables. Passées les négociations avec le taxi, évités les attrape-touristes, nous embarquions en pères à peu près peinards sur la grand mare des canards qui ici se nomme "Chao Phraya River". Le ferry public a un grand avantage : il flotte. Passé cela, le rafiot tangue, avance sur le clapot, avale les passagers et les recrache sur les quais sans autre forme de procès. Pour organiser le tout, une mégère braille, vilipende les plus lents et vise les tickets. Sortis de la gueule du monstre, il nous faut quelques instants avant de continuer jusqu'aux abords du temple où les marchands de plus en plus nombreux nous confirmaient que nous approchions.  

 

Certains de trouver le Bouddha dans la même position, nous pouvions ralentir le pas et franchir sereinement les portes du Wat où les touristes patients comme le bonze faisaient la queue. Sachant que le plus grand nous attendait à la sortie, nous pouvions nous perdre dans les dédales du temple pour y découvrir les autres. Les petits, les moyens, les grands, les assis, les debouts, les dorés, tous imperturbables. Sages comme des images, nos petits moine-aux affrontaient la chaleur et la foule avec grand courage. Pour finir, le voilà enfin : il est immense, il est doré, il est couché ; le veinard !  Nos jambes sont lourdes et nous n'avons plus la force d'engager les duels de perches à selfie pour réaliser "la" photo magazine que chacun ajoutera à son profil.

 

Nous quittons le temple par les mêmes voies du fleuve, avec l'enseignement du Bouddha adapté : dompte ton esprit. Nous ne perdrons donc pas patience malgré les détours. Nous ne bafferons pas la mégère qui nous harangue. Et nous accepterons sans faillir l'issue d'une négociation à l'avantage de la fripouille de taxi qui nous ramènera du port. Nous voilà de retour. Et pour quelques instants, le temps d'une méditation bien méritée, nous adoptons à notre tour la position du grand Bouddha : couchée.

 

0 Jour restant
29 Participations

Organisé par

Manu Haehnel
Le 25 mai 2018
Anonyme
quelle belle initiative! Manu B.