Aller au contenu principal

Les amis, l'amour, la poésie

Organisé pour : Guy Allix

Les amis, l'amour, la poésie.

 

Projet Cd chansons et poèmes de Guy Allix

 

Avec des chansons composées sur des poèmes d'amis (Gérard Cléry, Christophe Forgeot, Gérard Mottet, Luis Porquet, Catherine Jarrett, Pierre Maubé) et des textes d'Angèle Vannier et de Marie Noël que j'ai mis en musique, ainsi que deux chansons personnelles. S'y ajoute une trentaine de minutes de lecture de poèmes de moi-même.

 

Je chante, j'écris et lis des poèmes depuis plus de 45 ans. Plus de vingt recueils de poèmes et autres titres parus. Lauréat de l'Académie française.

 

Plusieurs titres de l'album sont déjà sur YouTube dans la chaîne "Guy Allix" mais avec un enregistrement de piètre qualité...

 

ex avec un texte de mon ami Gérard Cléry : 

https://www.youtube.com/watch?v=oa2WH-JOsVs

 

ex avec un texte de Pierre Maubé :

https://www.youtube.com/watch?v=qWYAfxh5ZuM

 

ex avec un texte d'Angèle Vannier :

https://www.youtube.com/watch?v=YvZvR3cOV40

 

Ex avec une chanson pour enfants :

https://www.youtube.com/watch?v=ArqiC6C9bKI

 

J'ai autrement lancé une souscription comme on le fait parfois avec les livres de poésie et la cagnotte vient justement en complément de la souscription.

 

En participant à cette cagnotte vous me permettrez de financer toutes les étapes de la production du Cd (studio d'enregistrement, pressage du Cd, livret d'accompagnement, promotion)

 

Chaque participant recevra un Cd dédicacé comme ceux qui ont soucrit.

 

La contribution minimale est de 15 euros (comme pour la souscription) - pas de maximum fixé... smiley ! Le prix de vente de l'album sera de 17 euros lors de la parution.

 

Vous serez tenus au courant de l'avancée du projet au fur et à mesure.

 

Merci d'avance de m'aider à réaliser ce rêve qui va me permettre de donner aussi de la voix aux amis poètes que j'ai mis en musique.

 

Guy Allix

 

Texte de présentation par Pierre Maubé :

 

Guy Allix se tient debout devant nous. Seul. Dans sa simplicité et sa dignité d’homme. Une silhouette fragile et d’une force étrange, au regard inquiet et serein, mélancolique et printanier.

Il est ici, nous dit-on, pour dire des poèmes. Lesquels ? Des poèmes qu’il aime. On le sent incapable de défendre des poèmes qu’il n’aimerait qu’à moitié.

A le voir, on comprend qu’il ne sait pas feindre, simuler, frauder. Cet homme ne sait pas mentir, et c’est à notre époque un bien lourd handicap – peut-être jadis le lui a-t-on fait payer.

Ce soir, qu’importe. Il est venu pour nous parler, nous sommes venus pour l’entendre, nous sommes ici pour partager ce trésor si rare : une parole vivante, une voix de vérité, une voix qui se risque à forer le silence, jusqu’à la nappe phréatique de la parole vraie.

Voici venir les premiers mots du premier vers du premier poème. Voici les mots portés, jetés, offerts.

Par une voix chaude, prenante, chantante.

Une voix d’émotion enracinée, jaillissante, transmise, magnifiée.

Un violoncelle à charge d’âme, aux résonances charnelles, aux horizons d’enfance. Une voix aux échos lointains (mais toujours vibrants, mais à peine atténués) de drames intimes et de vivaces joies. Une voix à mesure de souffle, à hauteur d’homme.

Les mots, les vers, les poèmes se succèdent. Connus, inconnus, reconnus. Étrangement familiers. Nous découvrons ou nous redécouvrons ces poèmes et soudain nous comprenons pourquoi les poètes écrivent : pour nier le silence, pour déchirer l’obscurité d’un tremblement de chandelle et d’une lueur d’étoile. Pour forger une parole forte et fragile, d’une fragilité issue de songes telluriques, une aile de papillon dont le battement traverse l’univers.

Nous sommes entrés dans cette maison que nous ne soupçonnions pas et qui nous attendait depuis si longtemps. Le diseur nous offre l’hospitalité, toutes les portes sont ouvertes. Le feu crépite dans la cheminée, chaque poème est une flamme, il réchauffe et il brûle. Le poème ne distrait pas, ne rassure pas, ne glisse pas un goût sucré dans notre bouche, il insère sa lumière dans nos yeux et nous fait le cadeau dangereux de la lucidité.

Guy, militant du verbe. Au service des mots d’hier, d’aujourd’hui, de demain.

Guy, là, ce soir, devant nous, en partage. Et qui, le temps de sa parole, nous fait habiter dans un monde fraternel.

Que te dire, Guy ? Que répondre à ton chant ?

Un mot, un seul mot.

Merci.

"J'adhère au chant du berger solitaire qui use du bois de son propre corps pour alimenter le feu créateur." Angèle Vannier.

Pierre Maubé

 

 

Organisé par

Guy Allix

laurence bouvet a participé 50 €

Gérard Bonemaison a participé

François JALLIN a participé

Françoise Fouillard a participé

Gerard Smit a participé

Jean-Louis RIGUET a participé

Anonyme a participé

brigitte maillard a participé

Adeline Baldacchino a participé

Karen Boivin a participé

Christophe Forgeot a participé 20 €

Le 26 mars 2019
Gérard Bonemaison
Bonne idée! Le jeu vaut sûrement la chandelle. Au plaisir de l'écoute après réalisation.
Le 21 mars 2019
Gerard Smit
les vrais troubadours viennent de france !
Le 20 mars 2019
Jean-Louis RIGUET
Je te souhaite de réussir ton projet et un beau succès, amitiés
Le 18 mars 2019
Adeline Baldacchino
Avec joie et enthousiasme, bravo pour ce beau projet !
Le 17 mars 2019
Christophe Forgeot
C'est un premier pas en avant! Pourvu qu'il en entraîne d'autres... Amitiés, Christophe