Skip to main content

le château du moulin aux lièvres

Organised for: le château du moulin aux lièvres

Histoire du château du Moulin aux Lièvres:

 

L'histoire commence en 1880, où ce château fut construit (une partie seulement, comme le montrent d'anciennes cartes postales). Une aile sera construite plus tard, qui doublera (voir plus) la superficie du château.

Pour le moment, nous avons des informations qui remontent à la Deuxième Guerre mondiale, où le château a abrité des gens de la communauté juive. Malheureusement, à cette époque, certaines personnes avaient des idées autres que le bien de l’humanité ou pouvaient être en proie à être menacées en dénonçant certains faits, comme celui d'héberger des juifs, comme l’explique cet article officiel, mais qui semble ne pas tout dire, car d’autres personnes étaient cachées, famille Buim dit Benjamin - Au début de l’année 1943, M. Jona Jancu Buim, dit Benjamin, et Mme Haica Zoness, son épouse, sont arrêtés par la Gestapo après avoir été dénoncés par un bûcheron travaillant dans les bois du Moulin aux Lièvres. Leur petit-fils, revenant de l’école communale, voit passer ses grands-parents dans un camion. Ces derniers ne lui font aucun signe de façon à ne pas éveiller les soupçons des policiers et à le protéger. Une de ses tantes, certainement Dorine, réussit à s’enfuir dans les bois. Ils sont transférés au camp de Drancy. Lui est déporté à Auschwitz par le convoi n° 47, le 11 février 1943. Son épouse, quant à elle, est déportée au même camp de la mort par le convoi n° 55, le 23 juin 1943. De leur union sont nés trois enfants : Mathilde Buim (elle est déportée au camp de Bergen-Belsen par le convoi du 21 juillet 1944). Née le 6 août 1914 à Paris XIIe, épouse de Charles Atlan, docteur en médecine ; Dorine Buim, née le 8 mars 1916 à Paris XIIe, épouse de Paul Fischer, industriel, et Albert Buim, industriel, appelé également Albert Benjamin. JORF n° 0192 du 20 août 2010, page 15172, texte n° 14, Arrêté du 30 juin 2010 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès Buim, née Zoness (Haica) le 23 août 1892 à Nablant (Roumanie), décédée le 28 juin 1943 à Auschwitz (Pologne) et non le 23 juin 1943 à Drancy (Seine). Buim (Jona, Jancu, dit Benjamin), né le 17 janvier 1890 à Parincia (Roumanie), décédé le 16 février 1943 à Auschwitz (Pologne) et non le 11 février 1943 à Drancy (Seine). ________________________________________Déportation : 11/02/1943 convoi no 47 et 55Source : Mémorial de la ShoahJO : 20/08/2010

 

Cette propriété a été achetée par la Ville de Bois-Colombes en 1952, à la SARL du Moulin aux Lièvres. Dès l’été 1952, elle a été utilisée comme colonie de vacances pour les enfants de la ville (notamment ceux qui, ayant une santé fragile, ne pouvaient pas partir dans l’autre colonie de la ville au bord de la mer), et comme lieu de repos pour les personnes âgées bois-colombiennes, comme le montre ce témoignage de Clarida Dupont. « Que je suis triste de voir dans quel état se trouve ce château actuellement. Il appartenait, dans les années 1950, à la ville de Bois-Colombes, qui y envoyait ses enfants en colonie. J'y suis allée plusieurs années, que de bons souvenirs, de poursuites dans les couloirs et dans les bois, rien n'était fermé, nous avions accès à toute la propriété, ce n'était que du bonheur. J'en ai le souvenir d'une magnifique bâtisse ! Quel dommage que personne n'ait pu l'entretenir comme elle le méritait et j'espère de tout cœur qu'elle pourra être réhabilitée malgré la quantité impressionnante de travaux, A l'époque, nous étions environ 80 enfants. »  

 

Elle a été revendue en 1966 à l’association cultuelle Vie et Lumière.Il a été, pendant quelques années, aux gens du voyage, qui venaient pour faire leur rassemblement de mission évangélique « Vie et Lumière » (témoignage de Clarida Dupont, en 1959 environ, à la ville de Bois-Colombes qui y envoyait les enfants en colonie). Si mes renseignements sont exacts, Bois-Colombes l'a d'abord cédé ou loué à la communauté gitane, qui s'y retrouvait pour ses célébrations.

 

Guy Lux en fit l’acquisition et, en 2003, à sa mort, le château fut revendu aux enchères à un couple. L'homme était trader, mais quelques années plus tard, il fut licencié et le château placé en liquidation judiciaire. Depuis, le château est livré à lui-même et la banque, qui l'a saisi pour récupérer sa mise (emprunt du couple), a bloqué toute opération pendant quatre ans, ce qui a laissé la place libre aux gens qui ont tout dérobé, comme les câbles électriques, les radiateurs, les gouttières, sans oublier de casser vitres, portes, baignoires, lavabos, cheminées et murs, sans oublier des tags en grand nombre et excréments sur les parquets. Les gouttières n'étant plus là, l'eau de pluie s'est déversée pendant des années sur les murs et le sous-sol baigne dans un mètre d'eau depuis des années.

 

Qui somme-nous ?

Madame a 35 ans travaille comme vendeuse chez un primeur local et monsieur a 49 ans, travaille dans le domaine de la sécurité depuis 25 ans. Nous avons un fils de trois ans. Nous étions sur la route, en direction d’un particulier pour aller lui acheter quelques canards quand nous sommes passés devant ce château et, forcément, au retour, nous avons été obligés de nous arrêter pour aller le voir. Nous avons été très tristes de voir toutes les dégradations dues à l’homme, et à notre retour, nous avons donc commencé nos recherche sur Internet pour, au final, nous dire que nous devions essayer de faire quelque chose pour le sauver.

 

Nous créons une cagnotte perceptive Leetchi car nous avons besoin de vous pour acheter ce château et lui rendre ses lettres de noblesse afin que son histoire reste avec nous et nos générations futures. La France a son Histoire et il est de notre devoir que cette Histoire ne tombe pas dans l’oubli.

 

Le liquidateur judiciaire veut 250 000 € pour ce château (enfin, ce qu’il en reste) et, comme toute transaction, l’État veut sa part, à savoir 8 %, ce qui revient a 270 000 €. Nous avons discuté avec le liquidateur judiciaire, qui préfère laisser tomber complètement en ruine le château que d’accepter une offre en dessous du prix demandé. Pour certains organismes, l’argent prime avant la raison.

 

Nous nous adressons au amoureux de l’Histoire de France, aux amoureux des monuments historiques, amoureux du patrimoine français, aux gens de la communauté juive et aux gens du voyage, aux amoureux des animaux car, sur cet terre du château, une association, qui depuis cinq ans recueille les animaux que les gens ne veulent plus, ou blessés, sera hébergée sur place (L'Arche de Jenny ), que vous pouvez trouver sur Facebook ou sur leboncoin.

 

Une close de Leetchi est que cette société débloquera l’argent uniquement pour ce pour quoi la cagnotte a été prévue et sur justificatifs (comme des factures), donc aucune arnaque n’est envisageable sur ce projet. Et si le projet d’achat n’aboutit pas, chaque don sera rendu intégralement.

 

Aidez-nous à réaliser cette aventure.

 

Vous pouvez suivre l’avancement du château sur Facebook « Le château du Moulin aux Lièvres » et « L’Arche de Jenny »

Certains éléments restent à vérifier, d'autres nous manquent et serons mis à jour progressivement

Organised by

Alexandre Jennifer