Aller au contenu principal

Installation d'une bergère itinérante en Normandie

Organisé pour : Alexandra Chelbaya

Bonjour à vous,

 

Je suis Alexandra, étant issue d’un milieu professionnel classique, j’ai entamé il y a un an et demi, à l’âge de trente ans, une reconversion professionnelle dans le domaine agricole et plus particulièrement celui de l’élevage ovin.

 

J’ai donc entrepris de me former à ce métier au CFPPA de Montmorillon dans le Poitou- Charentes. A l’issu de cette formation, j’ai obtenu le diplôme me permettant d’exercer, le Certificat de Spécialisation «  Conduite d’un élevage ovin viande ».

J’ai su dès le départ et grâce aux stages effectués chez différents éleveurs que je voulais mettre en place un système d’élevage pastoral, basé sur le pâturage d’espaces naturels, comme cela se faisait autrefois en Normandie.

 

Ce système m’a séduit par deux aspects principaux. Premièrement, il allie l’entretien et la protection d’une biodiversité précieuse présente au sein des milieux naturels. Dans un second temps, il offre aux brebis une alimentation diversifiée et de premier choix, se répercutant ensuite directement sur les qualités organoleptiques de la viande.

Le respect de l’environnement, de mes animaux et du consommateur sont mes priorités absolues.

 

Afin de contribuer à la dynamisation et au développement des territoires, j’envisage de valoriser au mieux la viande de mes agneaux produits en vendant l’intégralité de cette production en direct et à travers les filières locales.

 

La Normandie se compose d’espaces naturels renfermant une biodiversité rare et fragile. C’est le cas notamment le long des boucles de la Seine, particulièrement sur les majestueux coteaux calcaires qui s’en détachent en amont.

A ce jour, j’ai réussi à convaincre les acteurs locaux du Conservatoire des Espaces Naturels de Normandie à me suivre dans ce projet.

 

Ces coteaux calcaires sont composés historiquement de pelouses calcicoles qui hébergent des espèces floristiques et faunistiques endémiques de la région. L’intervention des brebis sur ces milieux ouverts est toute indiquée afin d’éviter qu’ils ne se referment en s’embroussaillant, entrainant leur disparition et celle de la biodiversité qui les compose.

 

Le minimum d’animaux requis pour commencer l’activité est d’une bonne cinquantaine d’agnelles et deux béliers.

Je dois financer personnellement une part de l’achat du cheptel dont le montant total s’élève à environ 10 000 euros (150 euros pour une agnelle (c'est une brebis qui n'a pas encore eu d'agneau) et 400 euros pour un bélier).

Vous trouverez ci-dessous une ébauche non exhaustive des investissements nécessaires au démarrage de l’activité. A ce jour, aucun dossier d’aide publique n’est disponible pour le financement du troupeau des futurs éleveurs, c’est pourquoi je vous sollicite.

 

Voilà des petites photos de quelques mamans de mes agnelles et les agnelles en question qui m'attendent chez mon ami berger à Fontainebleau!

                                                                                       Et voilà une agnelle de 9 mois                   

            

 

 

            

 

 

 

 

 

             

 

              Elles ne seront pas tellement dépaysés entre l'île de france et la Normandie car elles ont toujours vécu à l'extérieur.                            

 

Mon plus grand souhait est de réussir à concrétiser ce projet que je mûris depuis de nombreux mois. J'espère que votre mobilisation m'aidera à faire voir le jour à ce rêve.

Un grand merci à tous ceux qui auront pris la peine de me lire et qui auront à coeur de m'aider.

A bientôt

Alexandra

 

 

1 405 € Collectés sur 8 000 €

17%
0 Jour restant
24 Participations

Organisé par

Alexandra Chelbaya
Profil vérifié