Aller au contenu principal
GROUIN'DAY

GROUIN'DAY


Soutien à Stéphane MÉTIN & à sa Famille...

Stéphane a mené ces dix derniers mois un combat contre le cancer. Ce combat a été parsemé d’embuches administratives, qui n’ont fait que lui causer du souci, et lui demander toute son énergie.

Diagnostiqué le 3 Octobre 2021, Stéphane a été mis en arrêt de travail longue durée. La Sécurité Sociale a mis alors plus de deux mois pour calculer son indemnité journalière de maladie qui s’élevait au final à 4,47€ / jour, soit 134 € par mois. Sur les conseils de son référent syndical régional, Stéphane fait un recours administratif auprès de la CPAM de Besançon, et contacte une association, qui se charge notamment de ce genre de litige avec la Sécurité Sociale, « les Marternittentes » (initialement créée par des femmes intermittentes du spectacle pour défendre les droits des femmes intermittentes en congé maternité et/ou parental).

Grace à ces démarches, Stéphane reçoit début Février 2022 un rappel de ses indemnités de Novembre à Janvier avec une indemnité réévaluée à 43 €/jour.

Mais, début Avril il reçoit un nouveau courrier de la CPAM, qui lui indique qu’il n’a désormais plus droit aux indemnités journalières, étant donné qu’il n’a pas assez travaillé au cours des deux dernières années, et que ses droits seront donc coupés définitivement !

Est-ce utile de rappeler que durant la pandémie Covid-19, les intermittents ont été « mis au placard » pendant plus d’un an, de mars 2020 à Mai 2021, avec impossibilité d’exercer leur activité.

Stéphane continue alors ses démarches pour faire valoir ses droits, n’ayant de cesse de faire des courriers aux institutions (Politiques, Députés, Président de la République ...) et des recours auprès des administrations ( CPAM, mutuelles, banques, assurances bancaires, et autres assurances...). Stéphane était dans un dénuement financier total, inattendu, pour lui et sa famille.

Voici ce que Stéphane notifiait au Président Macron par courrier : "Mon activité s’est vue stoppée par le diagnostic d’un cancer le 3 octobre 2021. J’ai été indemnisé par la CPAM pendant six mois et je ne le suis plus depuis le 2 avril 2022. Mon arrêt de travail étant désormais supérieur à six mois, la CPAM a recalculé mes droits aux indemnités journalières en se basant sur les heures travaillées sur les douze mois précédant mon arrêt. Or, sur cette période, je n’ai pu travailler que quatre mois, car j’ai été empêché dans mon activité par les mesures gouvernementales pour lutter contre la pandémie de la covid-19"

Au mois de Mai, Stéphane, fier et pudique à la fois, accepte que ses proches amis et collègues lui viennent en aide, par un don solidaire d’une trentaine d’Euros par mois. Ce qu’il avait toujours refusé jusqu’à lors pensant que sa situation administrative se débloquerait.

Alors hospitalisé, il constate que sa situation administrative n’évolue pas, et sait que son cas n’est pas isolé. Il décide de parler de son histoire aux médias.Une vague de solidarité grandit alors, et l’idée d’un concert de soutien nait, pour lui mais aussi pour faire connaître les difficultés rencontrées lorsque l’on est un intermittent malade.Il décide de réunir ses amis musiciens, et groupes locaux, qui acceptent immédiatement de participer en jouant bénévolement. La date est fixée au 11 septembre.

Mais la maladie a rattrapé Stéphane trop tôt, et son état s’est dégradé rapidement dès le début de l’été. Il nous quitte le 18 aout.

Cette journée de concerts a été maintenue, malheureusement sans lui, mais pour lui, à la Rodia le Dimanche 11 Septembre 2022, de 15h à 19h. L’accès à ces concerts sera gratuit, et une cagnotte participative sera mise en place pour sa compagne et son fils. Son combat doit continuer, pour lui et tous les autres.Un collectif régional/national sera créé suite à cette journée, pour aider les intermittents du spectacle dans le même cas que Stéphane, et faire évoluer leur statut.

2 710 € Collectés

34 Jours restants
38 Participations

Organisateur

BITSCHENE Thomas

Profil vérifié

Bénéficiaire

Élodie CARON et Yanis MÉTIN