Aller au contenu principal

Finies les fissures!

Organisé pour : Famille B.

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !

Enseignante et ouvrier non qualifié, nous avons acheté notre maison en juin 2017. Elle nous a tout de suite plu car elle avait tout ce qu'on voulait et qu'il n'y avait aucun travaux à faire. Pour l'acheter, nous nous sommes endettés sur 20 ans. Le diagnostic des sols et le cadastre ne présentaient aucune anomalie.

 

Le cauchemar a commencé en juillet 2017, où les premières fissures sont apparues à l'intérieur de la maison, sur un mur porteur, celui de la cheminée. Puis des fissures sont apparues à l'extérieur tout au long de de l'été. L'expert de notre assurance est venu et a constaté que c'était dû au sol argileux qui souffrait de la sécheresse de l'été et de l'humidité de l'hiver. Mais il nous a aussi rappelé que si nous sommes couverts par la garantie catastrophe naturelle, celle-ci doit être reconnue officiellement par notre préfecture.

En automne 2017, notre salon a été étayé.

J'ai déposé un premier courrier un mairie pour la reconnaissance de cet été de catastrophe naturelle mais j'ai été déboutée car j'étais la seule à m'en plaindre.

 

L'été 2018 a causé énormément de dommages intérieurs et extérieurs, à tel point que la salle de bain à l'étage a été étayée elle aussi. Un expert indépendant est venu constaté l'effet de retrait-gonflement des argiles.

Après un article dans le journal, une dizaine de dossiers similaires au mien ont été déposés en mairie, qui cette fois-ci a accepté de saisir la préfecture. Notre dossier a été envoyé en novembre 2018. Une entreprise spécialiste d'injection de résine est passé faire un devis pour réparer notre maison: entre 30 000 et 40 000€ de travaux! Inutile de vous dire que nous ne pouvons contracter une nouvelle dette de cette ampleur alors que ça ne fait que 2 ans que nous avons contracté celle pour notre maison. Nous dépasserions le seuil maximal d'endettement (ce qui ne dérange pas notre banque par contre).

 

Et en juillet 2019, nous avons appris que notre demande avait été rejetée par la commission interministérielle en charge des dossiers de catastrophe naturelle. J'ai contacté ma mairie, qui doit demander un recours gracieux à la préfecture. J'ai contacté le journal, la député locale, j'ai demandé un recours gracieux aux ministres qui ont pris la décision de refus. Je peux déposer une requête auprès du conseil d'état, mais la procédure prend 3 ans et je devrais payer des frais d'avocat. Je n'ai aucune réponse concrète à ce jour et ma maison continue de se délabrer devant nos yeux à chaque jour qui passe.

"Pourquoi notre maison est cassée" me demande ma fille. 

 

Je n'ai à ce jour aucune autre solution que demander de l'aide extérieure, la vôtre, pour financer les travaux de rénovation de notre maison. J'ai 35 ans, mon mari 32, et nous avions acheté la maison pour constituer un capital pour notre fille qui a maintenant 5 ans.

J'en appelle à votre générosité, toute aide sera la bienvenue.

Si, par chance, nous obtenions gain de cause auprès de la préfécture et donc de notre assurance, je fermerai cette cagnotte et vous récupérerez votre argent.

Merci par avance pour votre solidarité.

Organisé par

Cecile Desprez