De leur mieux, long métrage documentaire

Organisé pour : De leur mieux

Bienvenue sur cette cagnotte !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés

Merci à tous

 

 

Synopsis du film

 

Trois semaines de vie en camp d’été EEDF, association de scoutisme laïque et mixte. Entre désir d’utopie et parfois triste réalité, on y suit enfants et responsables s’approprier la nature et se construire une ébauche miniature de société où chacun tente de trouver sa place et où l’on tente chaque jour de réapprendre le vivre ensemble.

 

 

 

 

Note d'Intentions du réalisateur

 

Ayant moi-même été éclaireur en tant qu’enfant et en tant que responsable, les enfants me touchent dans la naïveté et la candeur qu’ils recèlent en eux et qui leur font percevoir le monde dénué de tout a priori et préjugé. Ils s’interrogent, ils questionnent et, ce faisant, se construisent.

Ces questionnements permanents sont également ceux du film qui s'attachera à les transmettre aux spectateurs à son tour. Mais ce sont bien les questionnements ; et non les réponses, qui m'intéressent. Le film posera les questions et donnera les arguments des uns et des autres mais ne montrera pas nécessairement les conclusions. Les conclusions n'ont que peu d’intérêt car elle sont rarement une affaire de qui a raison et qui a tort ; on débat rarement pour faire changer d'avis ou changer d'avis soi-même sur les choses, on débat pour savoir pourquoi on pense ce que l'on pense. Je souhaite donc laisser la charge au spectateur de se forger sa propre opinion. Pour autant, le film ne manquera pas de point de vue. C'est au montage, dans le choix des personnes qui parlent ou de celui sur qui coupe la scène que se jouera l'opinion du film.

Je me souviens de mon premier camp lorsque j'avais 8 ans. C’était un «camp national» et nous étions 120 rien qu'aux louveteaux. J'appréhendais beaucoup la façon dont j'allais parvenir à m’intégrer parmi les autres enfants dont certains étaient plus vieux que moi. J'aurais facilement pu me sentir perdu parmi tous ces gens mais la découverte d'un tout nouvel univers et les rencontres que j'y ait fait m'ont fait passer trois semaines magiques, en dépit de l'épidémie de gale et de la canicule que nous avons eu cette été là.

Je me souviens de mon dernier camp, l'année dernière. Mon premier camp en tant que co-directeur. J’appréhendais beaucoup la façon dont j'allais légitimer mon rôle face aux responsables dont certains étaient plus vieux que moi. J'aurais facilement pu me sentir perdu dans ce rôle nouveau mais la connaissance de cet univers que j'avais acquise et les amis que je m'y étais fait m'ont permis de passer trois semaines magiques, en dépit de l’inspection DDCS et d'une tentative de fugue que nous avons eu cet été là.

Entre ces deux souvenirs, il y a eu un tas de week-ends, de camps d'hiver et de camps d'été qui m'ont conduit de l'un à l'autre. Chacun d'entre eux m'a fait grandir un peu plus, de façon perceptible ou non. C'est cette évolution, cette façon qu'ont les Eclaireurs de nous pousser à nous construire, que je veux filmer. En s’attachant à montrer le quotidien exceptionnel qu'est celui des camps d'été, le film pose la question du vivre ensemble et s’interroge sur la possibilité d’un monde meilleur. Sans chercher à apporter de réponses, il montre les enfants dans leur rapport au monde et à la nature. Une nature qui est d’ailleurs omniprésente et qui est montrée à la fois vaste, belle, mais aussi parfois sombre et violente, à l’image des hommes.

En trois semaines, on assiste à la transformation du petit nouveau en membre pilier du groupe, on voit les conflits entre les responsables en réunion et qui pourtant n’affectent jamais la vie des enfants en journée, et on regarde naître les premières amours de ces jeunes adolescents qui se cherchent encore. En trois semaines, on participe aux entretiens individuels où, une fois par semaine, chaque enfant vient se confier auprès du responsable qu’il a choisi à propos de son ressenti sur le camp et de ses désirs d’évolution. En trois semaines, on entend les rires le soir sous la tente et les pleurs quand, au courrier, il n’y a toujours pas de lettre de maman. En trois semaines, on observe les responsables apprendre des enfants autant qu’ils leur apprennent et travailler toujours à proposer les meilleurs activités possibles. En trois semaines, on découvre un groupe qui essaye d’établir ses propres règles, quitte parfois à se tromper, pour tenter de vivre en harmonie.

En trois semaines, c’est une petite vie et une petite société qui se jouent devant nos yeux et qui nous envoient l’image de la nôtre de société, en demandant comment la changer.

 

J’aimerais réaliser un film qui épouse complètement l’esprit de l’association des Eclaireurs et Eclaireuses de France, leur projet humaniste de construire à leur échelle un monde meilleur. Mais je souhaite également montrer la façon dont ce beau projet se heurte parfois à la dure réalité sans pour autant s’écrouler.

C’est la frontière conflictuelle entre le monde tel qu’il est et le monde tel que ces gens souhaiteraient qu’il soit qui m’intéresse.

En filmant un camp d’été pendant l’entièreté de ses trois semaines, j’espère parvenir à capter l’évolution des jeunes dans leur construction d’eux-mêmes et arriver, sans forcément avoir eu à les nommer, à avoir fait éprouver aux spectateurs les valeurs qui sont celles de l’association.

 

 

 

A quoi va servir l'argent ? 

 

Le film se fera de toute façon mais son rendu peux être grandement changé selon le budget que nous arriverons à récolter. L'argent nous servira en premier lieu à acheter du matériel de prise de vue, de son et d'éclairage. Il servira également à couvrir les frais de transports. Mais il est également très important pour la post-production puis la diffusion du film. Si l'équipe de tournage et de montage est bénévole, nous aurons peux-être à faire appel à un étalonneur, un mixeur ou encore un compositeur pour faire la musique du film. Tout cela a un coût. Une fois le film fini, cela coûte souvent de l'argent de l'inscrire en festival ou d'en faire un DCP pour que celui-ci soit visible en salle. 

Nous ferons tout notre possible pour nous débrouiller avec le moins de sous possible mais il va sans dire que plus notre budget sera important et plus la qualité du film et de sa diffusion s'en trouveront améliorés. 

3 456,36 €

Collectés sur 4 000 €
86%

0 Jour restant

49 Participations

  • cb
  • visa
  • mastercard

La sécurité des paiements est assurée par le Crédit Mutuel Arkéa, en https via le système 3D-Secure.

Actualités

Le 10 juillet 2017 Matthias Rondeleux a écrit :

Bonjour à toutes et à tous !

Ce petit mot pour vous informer de l'avancée du projet. Après une semaine de repérages et de tests, nous avons enfin comencé le tournage hier ! Ce n'est que le tout début mais nous sommes déjà très heureux de nos images. Aussi, nous tenions à vous dire encore un grand merci car c'est grâce à vous que tout cela est possible. 

Avec vos dons, nous avons pu nous permettre de rêver grand et avons investi, en plus du matériel image et son dans de l'éclairage, un stabilisateur et même un drône qui va nous permettre de faire de magnifiques plans de la région vu du ciel et ainsi mettre en avant la nature qui entourent les éclaireurs. 

 

Nous allons essayer de continuer à vous tenir au courant de l'avancée du tournage puis de la post-production. A ce sujet, sachez que la cagnotte reste ouverte pendant toute la periode de production du film et que vous pouvez continuer à participer ou à partager le projet autour de vous pour nous aider encore d'avantage (plutôt sur la post-production du coup).

 

A très bientôt, 

Matthias et Astrid

 

Carole CARRIVE a participé

Astrid Le Clech a participé 50 €

Claire Rondeleux a participé 200 €

Clément Minault a participé 20 €

Manon des Sources a participé 21,36 €

Martine Grandin a participé 30 €

Theodore Dibot a participé 10 €

Alice Briole a participé 20 €

Françoise TOUSSAINT a participé 50 €

Pauline Maitrerobert a participé 10 €

Camélia Razik a participé 10 €

Camille Toussaint a participé 50 €

Alain Mainvialle a participé

Catherine Béziat a participé 50 €

Anne TEXIER a participé 50 €

Agnès Mainvialle a participé 100 €

Etienne Rondeleux a participé 50 €

Vincent RONDELEUX a participé 100 €

Veronique Albafouille a participé

Hélène Lyon-Caen a participé 50 €

Hélène Peyrou a participé

Clemence Cleave a participé 30 €

Francoise levy a participé 20 €

Annemarie Léger a participé 100 €

Le 20 juillet 2017
Elsa et Eduardo Sanjurjo Rondeleux
Bon tournage cousin! On a hâte de voir le résultat... j'espère qu'il y aura une séance de projection cette fois:-)
Le 15 juillet 2017
Anonyme
Très bonne continuation dans votre projet ! EEDF : une belle aventure !
Le 7 juillet 2017
Michel Euvrard
Bon courage et bravo Michel et Diane
Le 27 juin 2017
Yves Dupuis
bravo pour ton initiative et ton travail.
Le 24 juin 2017
Clémence Nicolaï
Pour soutenir la Création, pour soutenir ta Création. Je t'embrasse.
Le 14 juin 2017
Luc Rondeleux
Bonne chance Matthias dans ce projet ambitieux.
Le 12 juin 2017
Perrine Léger
J'aime déjà le titre !
Le 6 juin 2017
Annemarie Léger
Bonne chance pour le projet !
Le 5 juin 2017
Clemence Cleave
Cher Matthias, tous les Cleave s'associent à moi pour te souhaiter bonne chance avec ton projet! Clem
Le 5 juin 2017
Veronique Albafouille
avec tous mes encouragements pour ce beau projet, qui ne sera qu'un début!