Aller au contenu principal
Finançons les actions en justice pour faire fermer le centre des 1600 singes de Niederhausbergen

Finançons les actions en justice pour faire fermer le centre des 1600 singes de Niederhausbergen


Ensemble, nous pouvons mettre fin au calvaire des singes de Niederhausbergen. Nous avons besoin de vos dons pour financer les actions en justice. Votre don pour tout changer !

Aidez les actions de Pro Anima pour faire fermer le centre des 1600 singes

Le dossier évolue sur un plan juridique et a été confié au célèbre cabinet Hugo Lepage Avocats (cofondé par Corinne Lepage, anciennement ministre et eurodéputée) spécialisé en droit public et de l’environnement et qui ne traite que des affaires médiatiques et à médiatiser. C’est pour cela que nous avons besoin de vos dons. Aidez-nous à atteindre les 8000 € de cette cagnotte : nous sommes déjà à 2700 € !

Nous continuons aussi nos actions dans l’espace public mais aussi virtuellement lorsque la situation sanitaire ne le permet pas.

Le mouvement pour une recherche sans animaux est international

À la lecture des dernières pièces comptables relatives au commerce de singes on peut voir que le chiffre d'affaires a chuté de 50 % en 2018. En effet, le principal client de l’UNISTRA, la plate-forme américaine Covance livre des laboratoires. Deux d’entre eux, suite à des manifestations géantes (rassemblant jusqu’à 15 000 personnes), ont fermé.

Des changements de pratiques s’opèrent aussi grâce aux progrès de la science et rejoignent cette vague de fond. Dans le land allemand de Westphalie-Palatinat, les universités ont l’obligation d’enseigner les méthodes substitutives à leurs étudiants.

Le 11 novembre 2020, la vétérinaire allemande Kathrin Hermann, qui a fait des recherches à l’Université Johns Hopkins aux États-Unis a été chargée par le Sénat allemand (Bundesrat) de soutenir les institutions qui développent et utilisent des méthodes substitutives innovantes dans le Land de Berlin. Elle a déclaré : « mon objectif et ma priorité sont que Berlin devienne la capitale de la recherche sans animaux ».

Le président de l’Institut allemand Koch (équivalent de notre agence nationale de santé) demande l’interdiction d’importer des animaux sauvages et des primates en particulier.

Les Pays-Bas visent la fin de l'expérimentation animale dans le cadre des tests réglementaires d'ici 2025.

La Norvège a annoncé qu’elle va suivre ce bon exemple en élaborant un plan de sortie du modèle animal.

En 2021, une partie de la Suisse sera appelée à voter sur la proposition d’accorder aux primates non humains le même droit à la vie et à l’intégrité physique que les humains. Cette initiative doit ouvrir la voie à l’octroi de droits fondamentaux pour les animaux.

Nous aidons à faire progresser la science

Nos partenaires « médecins allemands contre l’expérimentation animale - Arzte gegen Tierversuche » ont construit une nouvelle base de données permanente concernant les méthodes de recherche sans expérimentation animale. « Ce projet unique en son genre démarre avec 250 entrées de procédures développées dans le monde entier, complétées continuellement. Celles-ci seront accessibles en allemand et en anglais, afin que tous les publics puissent s’informer sur cette recherche innovante.

Le recueil couvre de nombreuses disciplines telles que l’oncologie, la toxicologie, le développement des médicaments, ainsi que diverses techniques telles que les organes sur puce, la bio impression 3D, la recherche in silico (simulations informatiques).

Pour rappel : cette base de données inclut également les programmes de recherche soutenus et développés par Pro Anima.

5 922 € Collectés sur 8 000 €

74%
262 Jours restants
138 Participations

Organisateur

Ernst Cyril

Profil vérifié

Bénéficiaire

Comité scientifique Pro Anima