Une statue digne de Zizou : Coup de Génie vs. Coup de Boule

Organisé pour : Le sculpteur Olivier GRAINE

"Mon ami Olivier Graine fait de magnifiques sculptures réalistes en bronze. Un truc qui l'agace c'est que depuis 2012 une sculpture gigantesque (Coup de Boule) immortalise le mauvais geste de Zizou lors de la finale du Mondial 2006. Il trouve qu'on devrait se souvenir de Zidane de façon positive aussi, et voudrait faire (pour Marseille) un beau bronze à la mémoire du héro sportif - faire une statue positive pour rééquilibrer la balance". Elsa Rattoray (Paris)

 

Vidéo de la maquette: https://youtu.be/aYQGRVKfX9k

 

 

Pourquoi une autre statufication de Zinédine Zidane est-elle nécessaire ?

 

Ma motivation vient d´abord de mon métier de sculpteur hanté par des figures mythiques et iconographiques contemporaines qui me fascinent et me passionnent. Zidane en est une.  J´avais d´ailleurs commencé à travailler sur une ébauche de sa statufication en 2006 mais je n´avais pas trouvé le soutien financier nécessaire à son aboutissement. On m´avait expliqué que plus personne ne voudrait d´une statue de Zidane après son mauvais geste lors de la finale du « Mondial 2006 ».

Tel un impératif catégorique, j´éprouve depuis quelques années l´urgence sculpturale d´opposer une autre vision, un « pendant » à la statufication strictement négative qui existe de Zidane. Cette dernière qui a pour titre « Coup de boule » est l´œuvre d´un artiste au parcours exceptionnel et qui se trouve être un de mes condisciples de l´école des Beaux-Arts d´Alger entre 1990-1994 ( je tenais à le préciser  par souci de transparence et aussi pour dire que, même si je crée cette  dispute artistique et cette controverse, il n´est nullement question pour moi de porter atteinte à sa personne).

Sa démarche qui a consisté à condamner un geste en le prolongeant me laisse dubitatif. "J'ai reçu la violence du geste de Zidane, depuis l'écran, en plein visage. J'ai voulu montrer le côté sombre du héros, le goût du destin inéluctable et l'immédiateté retentissante d'un geste" , a-t-il expliqué: http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2012/09...

Pourquoi insister sur ce supposé côté sombre de Zidane; il n´a tout même pas tué Materazzi (qui de plus a surjoué sa chute)?Pourquoi cette dramatisation alors que Zidane a été sanctionné par l´arbitre du match qui lui a infligé un carton rouge. Pourquoi le punir Ad vitam æternam dans une sculpture qui réduit toute sa carrière à ce geste qu´ il a regretté? : http://www.la-croix.com/Sport/Zidane-sexcuse-po...

Libre à lui d´avoir fait le choix de ce thème qui l´a inspiré: désigner Zidane comme le bourreau d´un innocent car c´est bien cela que sa sculpture ( Coup de Boule) montre. Libre aux autres d´en faire l´analyse et de lui opposer un autre regard, une autre œuvre et, c´est ce que je vais m´appliquer à faire  au bénéfice de la pluralité de la vérité et surtout de la diversité de l´art. C´est un combat d´idées, une controverse artistique seine.L´auteur de la sculpture dont il est question, a emprunté le chemin le plus court dans le traitement d´un conflit en focalisant que sur un seul aspect. Tout conflit est complexe!

Quand on parle de ce fameux côté sombre de Zidane, on a l´impression qu' il est question d´une sorte de Jack l´Éventreur, d´un tueur en série, qui parallèlement à sa carrière de footballeur le jour, mène une vie de serial killer la nuit. Tout cela n´est pas sérieux. Est-on vertueux et exempt à ce point de "côtés sombres"  pour les dénoncer et les statufier chez les autres?  À moins  d´être Hitler, Staline etc...  chaque humain a ses qualités et ses défauts.

Inversement on peut désigner Zidane comme la victime et Materazzi comme l´agresseur car l´ayant provoqué à plusieurs reprises. Ce dernier qui a dramatisé sa chute s´est relevé « frais comme un gardon » aussitôt Zidane sorti ). L´agression de Materazzi a été invisible donc lâche. Celle de Zidane en a été la réponse visible et répréhensible donc stupide. Déjà bien avant cette action, alors que le médecin de l´équipe soignait la clavicule déboîtée de Zidane qui était à terre ( un coéquipier de Zidane confie que Materazzi avait lancé à son encontre « il est mort le vieux» : https://youtu.be/LJzgmhkB0j8 .

La réalité est donc plus complexe que ce que donne à voir cette sculpture  diffamatoire à l´encontre de  Zidane. Materazzi a d´ailleurs été sanctionné par la commission de discipline de la Fédération internationale (Fifa). C'est la première fois, dans une affaire de discipline, que le provocateur est lui aussi condamné. confirme Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération français de football (FFF).

 

 

Analyse de la l´oeuvre "Coup de Boule et l´avis des philosophessur le mauvais geste de Zidane

 

L´oeuvre en question, en plus de ses nombreuses lacunes techniques, donne l´impression d´une figurine en dépit de ses cinq mètres. Elle ne rend aucunement la dynamique et l´esthétique de ce  « mauvais geste réussi... exécuté avec maestria »  [dixit Ollivier Pourriol] : https://youtu.be/EggM9CxK0lY.

 

La sculpture monumentale n´est pas un instant photographique : l' artiste à réalisé une photographie en trois dimensions. Il en a repris naïvement (sans la maîtrise du langage et des techniques de la sculpture statuaire)  les détails (tous les plis des vêtements et toutes les rides des visages, le positionnement des bras ...) pensant atteindre par ce biais la force de cette action entre Zidane et Materazzi.  Le résultat est affligeant: deux mastodontes figés qui font la grimace. Ces erreurs monumentales ne sont pas étonnantes quand l' on sait que l' auteur n' est pas sculpteur mais peintre de formation à la base. S' il excelle dans ses installations et autres expérimentations conceptuelles, il n'a aucunement les moyens artistiques de l' art de la Sculpture statuaire. Néanmoins, cette œuvre recèle une qualité et pas des moindres: les proportions des corps des personnages sont justes.

 

Michel Serres parle du coup de boule de Zidane comme celui d´un Dieu de l´Olympe (Dieu colérique).Ollivier Pourriol, qui analysait le mauvais geste de Schumacher sur Battistan lors du France/ Allemagne (1982) et celui de Zidane dit: « Schumacher a fait un mauvais geste pour gagner, Zidane a fait un mauvais geste pour perdre, chez l´un il y a la mesquinerie de vouloir gagner, chezl´autre il y a la superbe de jouer une défaite plus grande (…) qui est la seule beauté qui reste dans la défaite.

Zidane un héros national indéboulonnable ? Loin des intentions et de la volonté de l´artiste évidement, son œuvre fait écho à ce discours raciste qui semblait n´avoir attendu que ce mauvais geste de Zidane pour entreprendre le déboulonnement de la stature. Zizou passe subitement de statut de héros national à celui d´ « un jeune des quartiers difficiles qui ne sait s´exprimer que par la violence. Il est indigne de porter le maillot tricolore ... ».

 

Zidane un héros national indéboulonnable ?  Loin des intentions et de la volonté de l´artiste évidement, son œuvre fait écho à ce discours raciste qui semblait n´avoir attendu que ce mauvais geste de Zidane pour entreprendre le déboulonnement de sa stature. Zizou passe subitement de statut de héros national à celui d´ « un jeune des quartiers difficiles qui ne sait s´exprimer que par la violence. Il est indigne de porter le maillot tricolore ... ».

Elle fait aussi écho à cette levée de boucliers aux desseins inavoués qui à longueur d´articles et d´émissions de télévision, dissertent  encore aujourd´hui sur les côtés sombres de Zidane et de sa supposée intouchabilité et aussi de sa relation à l´argent. 

 

On insiste sur le fait qu´il gère parfaitement son image qui est son capital. On lui reproche de gagner beaucoup d´argent comme si c´était immoral et indigne de l´ amour que la France et le monde lui vouent. On lui reproche « ce coup de boule violent » devant des milliards de téléspectateurs et d´enfants en particulier qui n' a pas entamé sa popularité car intouchable ( le choix des mots n' est pas anodin) .

 

Sur la question de la violence, notamment à la télévision, à côté des images des massacres de tout genre, la violence sexiste de la publicité, la violence tous azimuts des programmes destinés aux enfants et aux adolescents, le coup de boule de Zidane, passe pour une dispute de cour de récré. De qui se moque-t-on ? Au final, ce que l´on tente de nous expliquer par là, c’est que Zidane le "violent" le " privilégié", l' "intouchable",  le "capitaliste",  n´est pas digne d´être une icône française.

Mais rien n´y fait, en dépit de tout Zidane reste Zidane, cet amour absolu et irrationnel qu’on lui voue agace.

Georges Bizet l´a pourtant bien dit dans son opéra Carmen que j´apprécie particulièrement: « L´amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser » , « l´amour est enfant de Bohême il n´a jamais connu de loi ».

 

Issu d´une famille originaire de Kabylie, Zizou natif de Marseille où il a grandi  demeure le seul français originaire d´Afrique du Nord à devenir une telle icône française.

C´est cela la grandeur de la France qui donne sa chance à tous ses enfants.

Après avoir brillé comme footballeur, il brille de mille feux en sa qualité d´entraîneur du Real Madrid . Il sera sans aucun doute dans un avenir proche le patron de l´équipe de France.

Si l´on veut sincèrement s´attaquer au monde de l´argent et au côté sombre de l´humanité, il faudrait prendre le problème à sa source en commençant par son propre examen de conscience. Sinon, il serait plus honnête de ne pas s´ériger en donneur de leçons.

 

MON PROJET

 

 

Il s´agit de statufier Zidane dignement et dans sa complexité d´Homme hors du commun.Avant d´aboutir à la composition actuelle, que je présenterai plus loin, je suis passé par plusieurs étapes. Au départ j´ai essayé d´opposer avec une pointe d´ humour au « coup de boule » de mon condisciple un « coup de tête » en référence au doublé de la tête par Zizou lors de la finale du « Mondial 1998 » face au Brésil. Cependant, les impératifs de l´école classique à laquelle j´appartiens, m´ont contraint à abandonner cette piste, les maquettes réalisées de Zizou dans l´action des deux buts de la tête ne répondaient pas aux critères d´une statue de facture classique qui exige de la sobriété et aussi que l´on dépasse la simple anecdote. De telles compositions sont destinées plus à la réalisation de figurines que de statues.

Chez Materazzi en Italie, à Florence plus précisément en août 2016 devant « David », la solution s´est révélée à moi. C´est ainsi que j´ai résolu la problématique de la composition de ma statue de Zidane. Je regardais « David » mais c´est Zidane que je voyais. Michel-Ange a sculpté son David dans un seul bloc de marbre de Carrare. Initialement placé à Florence devant le Palazzo Vecchio pour symboliser la détermination de la jeune République face aux tyrans (David est représenté ici juste avant son combat contre Goliath), l'original est exposé depuis 1873 dans la Galleria dell'Accademia : http://www.florence-museum.com/fr/

 

À chaque fois que je suis devant ce marbre haut de cinq mètres, réalisé il y a cinq siècles, je n´ai pas l´impression de contempler une vieillerie. David demeure contemporain. Ce chef d´œuvre traverse allègrement les siècles et semble résolu à accompagner l´humanité jusqu´à la fin des temps.C´est une œuvre que je n´ai jamais fini de contempler. Á chaque visite je passe des heures à la dessiner et je la redécouvre à chaque fois nouvelle. Zidane exerce la même fascination sur des millions de gens. J´ai même entendu un journaliste sportif dire : «À chaque fois que je vois Zidane,je suis heureux »

 

 

Si j´ai choisi d´interpréter cette statue et sa symbolique, c´est moins par facilité que par défi. Le défi de revisiter ce monument de la renaissance vient de mon enracinement dans cette période de laquelle je puise mes interrogations artistiques présentes.

Le David de Michel-Ange est un jeune homme déterminé au regard menaçant, sa posture ne laisse aucun doute quant à l´issue du combat qu´il s´apprête à livrer contre le géant Goliath. Je trouve du David dans l´allure sobre de Zidane, le même froncement des sourcils qui soutient un regard glaçant fixant sans trembler celui de l´adversité. Avant cette finale du Mondial 1998, personne ne croyait à une victoire de la France face à ce géant qu´était le Brésil. À ce stade de la compétition Zizou n´avait marqué aucun but, il avait même été sorti sur carton rouge lors du premier tour après avoir essuyé ses crampons sur la cuisse d´un joueur saoudien qui l´avait taclé.

 

Sur un corner, comme surgissant de nulle part, il marque de la tête le premier but. Comme pour démontrer que ce premier but n´était pas le fruit du hasard, sur un autre corner, il marque à nouveau de la tête et „libère la France“. C’est à ce moment que le coup de foudre s´est produit pour donner naissance à un amour fou, donc inconditionnel, entre lui et la France. Zidane venait de conquérir à cet instant, à jamais, le cœur d´un pays qui a baigné cet été de 1998, dans une allégresse que certains n´ont pas hésité à comparer à celle de la libération.

L´héroïsme de Zidane c´est d´ avoir délivré la France de son complexe d´infériorité « footballistique ». Même si le mérite revient à toute l´équipe et son staff, c´est Zidane qui symbolise cette victoire aux yeux des français pour les raisons que j´ai proposées plus haut. C´est pourquoi j´ai choisi d´immortaliser cet événement, celui de la naissance d´une légende.

 

 

 

LA STATUE

 

Titre:  Coup de Génie

 

Aspects techniques :

 

- Réalisation d´un bronze haut de deux à cinq mètres ou tiré en deux exemplaires de deux mètres chacun , selon les fonds récoltés. Il sera fixé sur un socle cubique en granit haut de 1/3 de la hauteur finale de la statue.

- Réalisation d´une plaque gravée des noms de tous les joueurs et ceux du staff technique de l’équipe de France de 1998 (fixée sur le socle).

- Réalisation d´une plaque comportant les noms des donateurs (fixée sur le socle)

Bronze : Alliage de cuivre et d'étain à forte teneur en cuivre (le plus souvent supérieure à 80 %).

 

Aspect plastique :

Cette statue qui reprend presque dans le détail la composition de David, est un déhanché, elle représente Zizou pieds nus habillé d´une tenue de footballeur. Il tient de sa main droite contre sa hanche un ballon de football (David tient dans sa main gauche une pierre). La main du bras gauche replié sur l´épaule tient les lacets des crampons portés au dos (David porte ainsi sa fronde).

À l´arrière de sa jambe droite, le trophée du « Mondial 1998 » est posé.

Sur son maillot est dessiné un coq symbole de la France.

Comme toute figure allégorique cette représentation ne reprend pas une action réaliste, elle est une écriture complexe qui véhicule une multitude de symboliques. Un même détail peut signifier deux choses à la fois, il appartiendra au spectateur de les déchiffrer et de les interpréter au gré de son imagination.

 

 

DESTINATION DE LA STATUE : (selon l´importance des fonds récoltés): Dans le cas de figure où elle serait tirée en deux exemplaires de deux mètres chacune, l´une sera destinée à la ville de Marseille et l´autre à la ville de Paris.

Dans le cas de figure ou elle serait tirée en un seul exemplaire de deux à cinq mètres de hauteur elle sera destinée naturellement à la ville de Marseille.

 

LES ÉTAPES DE RÉALISATION : (sur la base de la maquette existante et sur la base d´études - dessins- poussées du corps à l´aide d´un modèle vivant possédant les mêmes proportions que Zidane) :

1-Modelage en argile puis moulage en plâtre d´une matrice d´un mètre de hauteur. Cette matrice servira de repère dans la réalisation de la statue finale (procédé habituel en sculpture monumentale).

2-Une fois la statue en argile achevée, elle sera moulée en plusieurs pièces. Les pièces seront ensuite réalisées en cire pour être coulées dans le bronze.

3- Une fois toutes les pièces coulées en bronze, débuteront les travaux d´assemblage et de soudure pour reconstituer la statue.

4- Une fois la statue reconstituée, pour affiner l´ensemble, elle sera ciselée pour la libérer des bavures de la fonte et des traces de soudures.

5- La statue sera ensuite patinée puis polie pour lui donner son aspect final.

 

 

LES DÉLAIS :

 

- 12 mois pour une statue de deux mètres

- 18 mois pour une statue de trois à quatre mètres- 20 à 24 mois pour une statue de cinq mètres.

 

Ces délais qui peuvent sembler importants, sont dus au fait qu´il ne s´agit pas de terminer à tout prix mais, de faire et de refaire jusqu´à atteindre, même si cela restera une illusion, un but: celui de la beauté selon les critères de la statuaire classique, (équilibre, proportions et harmonie), conjuguée aux critères de la beauté de mon œil subjectif.

 

COÛTS  (Ils englobent tous les frais liés à chaque étape de la réalisation) :

 

- €40.000 pour un exemplaire de deux mètres

- €60.000 pour deux exemplaires de deux mètres

- €80.000 pour un seul exemplaire de cinq mètres

 

101 €

Collectés sur 40 000 €
0%

200 Jours restants

1 Participation

  • cb
  • visa
  • mastercard

La sécurité des paiements est assurée par le Crédit Mutuel Arkéa, en https via le système 3D-Secure.

ABDENOUR LATROUS a participé 101 €

Le 12 juin 2017
ABDENOUR LATROUS
Cher ami et artiste, je te connais et j'apprécie tes qualités artistiques, intellectuelles et humaines. Je souhaite vivement que ce projet fonctionne et en amène d'autres. Tu le mérite grandement, pour ton talent, ta générosité dans ce que tu fais et ton exigence de beauté. Il faut que ça bouge pour que ta voie rayonne encore plus, ton cheminement artistique tu l'as forgé par des années de travail et de réflexion sur l'art, et que l'on connaisse ta sensibilité et surtout qu'on pénètre ton univers! que j'ai eu le plaisir de découvrir à quelques occasions privé ou d'expos. Bises