Aller au contenu principal

"Polardéon" (titre provisoire), un ciné-concert

Organisé pour : association C'est la mort de l'Art

www.cestlamortdelart.com

 

Nouveau film produit par C'est la mort de l'Art... plus qu'un ciné-concert !

« Polardéon » (titre de travail) est un projet de spectacle pluridisciplinaire mêlant cinéma, musique et théâtre.

 

Il s'agit d'un ciné-concert rehaussé par des effets de bruitages, lumières et machinerie directs.

 

La rencontre de l'accordéoniste Timothée Le Net, du pluri-instrumentiste Stan Amblard et du cinéaste Victor Montenegro (présents sur scène) fera renaître l'esprit du cinéma forain.

 

Nous chercherons à créer une atmosphère à mi-chemin entre le cabaret et le train fantôme, parce que ce sont des expériences sensorielles qui dépassent la seule vision du film : la musique et les bruitages joués en direct, ainsi que les effets de lumière et la fumée, enveloppent le public et le surprennent.

 

Ce retour à un spectacle total s'oppose à la triste tendance actuelle à la consommation individuelle d'images sur de tout petits écrans. Ici nous célébrerons la magie du cinéma et de ses débuts populaires, en faisant une ode aux films de genre dont nous reprendrons les grosses ficelles.

Le film associera ainsi l'esprit du film noir, à une veine fantastique façon Jacques Tourneur, et certains aspects des films d'horreur des années 40-50.

 

 

"Polardéon" clôt une trilogie, amorcée avec les deux premiers films de Victor Montenegro :

Prémisses à la vision, l'ivresse et le trouble, 2009 et Les bêtes, 2016.

 

Si dans le premier volet le « monstre » rejette la société, dans le second, c'est la société qui rejette le « monstre », et dans celui-ci, on se pose la question de comment l'on tente de vivre avec son « monstre ».

 

Le dispositif scénique

 

Dans le spectacle, le film reste primordial. C'est lui qui raconte l'histoire, accapare l'attention du public, impose l'esthétique.

Le dispositif scénique – musique, lumières, bruitages et fumée – lui sert de faire-valoir, et vient enrichir l'expérience cinématographique du spectateur.

 

Côté cour, l'Accordéoniste debout. Ambulant, l'Homme-Orchestre. Côté jardin, l'Homme à Effets, une table pleine d'accessoires bricolés à son côté, ainsi que les contrôles des éclairages. Ils seront tous les trois vêtus de tenues semblables aux musiciens du cabaret du film : pantalon à pinces, bretelles, chemise blanche, cravate ; une veste pour les Musiciens, mais l'Homme à Effets aura enlevé la sienne et remonté ses manches.

 

Le réalisateur

Victor Montenegro

Victor Montenegro est né en 1985 au Chili, d'un père chilien et d'une mère française.

La famille revient en Bretagne en 1993, et Victor ne compte pas sur l'école pour se forger sa culture littéraire et cinématographique. Sans bac en poche, il va souder aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire pendant sept ans, puis se tourne vers la ferronnerie et la construction de décors. En parallèle, il crée en 2009 un collectif, C'est la mort de l'Art, par le biais duquel il autoproduit et réalise des courts-métrages.

 

Les musiciens

Timothée Le Net

http://www.timotheelenet.sitew.fr

 

 

Stan Amblard

https://soundcloud.com/stanamblard

 

 

Stan a aussi fait la musique de "Febbre Pazza", dernier en film en date de Victor :

 

 

Les comédiens

Sylvie Tonarelli,    Aymeric Haumont,    Ariel Giraud

 

Maryline et Marc Marillesse

 

L'équipe technique

Directeur de production : Javier Zepeda Diaz

Chargé de production : Guillaume Le Pape

Assistante-réalisatrice et monteuse : Anaïs Leroux

Chef opérateur : Maxence Flepp

Assistant image : Erwann Boizard

Décorateur : Arnaud Herbiet

Costumière : Martine Nanse

Maquilleuse et coiffeuse : Mathilde Badoul

Régisseur : Dimitri Rompion

 

C'est la mort de l'Art, une association de production, hors des systèmes classiques

C'est la mort de l'Art est une association créée en mars 2009 pour produire des courts- métrages en dehors des circuits traditionnels.

 

Le premier film, Prémisses à la vision, l'ivresse et le trouble est produit dans la foulée et diffusé dans plusieurs festivals.

 

L'association est ensuite mise en sommeil jusqu'en 2015, et depuis la reprise l'activité de C'est la mort de l'Art se développe : nous tournons un film par an, le nombre de salariés (des intermittents surtout, et une permanente l'an dernier) augmente, et les projets sont de plus en plus ambitieux.

 

En 2017, C'est la mort de l'Art s'ouvre au documentaire en produisant, en coproduction avec TéléNantes, Place de la République de Cédric Mané.

 

Actuellement, outre la pré-production du ciné-concert Polardéon, nous avons deux projets de courts-métrages et un projet de documentaire en développement.

Quelques uns de nos membres ont aussi commencé àfaire des expériences sur Super 8, avec l'association MIRE à Nantes.

 

Filmographie

2018 Place de la République,                                      documentaire de 52 min de Cédric Mané

2017 Febbre Pazza,                                                      fiction de 15 min de Victor Montenegro

2016 Les bêtes,                                                            fiction de 35 min de Victor Montenegro

2009 Prémisses àla vision, l'ivresse et le trouble,      fiction de 18 min de Victor Montenegro

 

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ?

 

"Polardéon" sera notre premier moyen-métrage, et aussi notre premier spectacle pluridisciplinaire ; pour un tel projet nos fonds propres ne sont plus suffisants.

 

En effet, notre différence de fonctionnement par rapport à celui d'une société de production se joue sur deux tableaux : le modele économique et les méthodes de travail.

 

Jusqu'ici nous avons financé nos films en grande partie grace aux bénéfices générés par des stands bar et restauration que nous tenons lors de festivals, avec l'aide précieuse d'une nuée de bénévoles réunis autour de ce désir de cinéma indépendant.

 

Le noyau de membres actifs est constitué de personnes polyvalentes, tour à tour artistes ou techniciennes, toutes formées àdifférents métiers. Certains viennent du cirque, du spectacle de rue, d'autres de la ferronnerie, du décor, et aussi bien sûr du cinéma.

 

Nous formons pour ainsi dire une troupe, ce qui nous permet de tourner en équipe réduite avec une grande efficacité et beaucoup de souplesse. Dans cet esprit troupe, nous sommes tous payés au même tarif.

 

Le fonctionnement de cette plateforme ne nous permet pas de récolter les données ; nous vous proposons, chers contributeurs, de nous envoyer vos coordonnées par mail (voir page contact sur www.cestlamortdelart.com ), afin que nous puissions vous inviter à une représentation du spectacle...

 

Organisé par

Victor Montenegro