Aller au contenu principal

Soutenez - CALEÇON ROSE - le court-métrage chorégraphique engagé !

Organisé pour : Ève HIVERNAT- AMARAGGI & Maud L'HELGOUALC'H

La cagnotte arrivant à son terme, nous sommes heureux de vous annoncer que nous l'avons prolongée pour jusqu'en janvier !!!
Un immense MERCI
pour toutes vos généreuses participations sans lesquelles le projet ne serait pas le même. Merci aussi pour vos encouragements, et votre foi dans cette belle entreprise.

N'hésitez pas à continuer à soutenir le projet en partageant à vos connaissances concernées

(Culture, Justice, Danse, Engagement)

MERCI

Des petites nouvelles ...

Durant ces deux mois de préparation intensive, nous avons refondu une partie de l'équipe pour diverses raisons, et sommes donc heureux de vous présenter les nouveaux arrivants : Mario Lesergent, Chef-Opérateur et Noémie Durantou, danseuse et actrice.

Nous faisons le choix de prendre le temps pour obtenir la meilleure qualité possible. Le tournage se fera donc courant Février 2020.

 

 

 

 

 

PITCH

“Juger, c'est de toute évidence ne pas comprendre puisque,

si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger.”

André Malraux

 

Fiction inspirée de faits réels, CALEÇON ROSE raconte les dysfonctionnements de la machine judiciaire de notre pays.

Artistiquement, c’est un cri chorégraphique né de l’idée d’une plaidoirie dansée sur une création musicale originale.

Parce qu’ils dépassent la limite des mots, les gestes et la musique transmettent les émotions profondes et secrètes des acteurs d'un drame ordinaire...

En 8 minutes de film, un prévenu innocent et une femme, avocate et mère, s’affrontent, se confrontent et se soumettent, muets et pensants, à la titanesque machine judiciaire de l’État.

 

 

SYNOPSIS

Séquence 1 – Chez l’avocate

Le jeune Nicolas VOLTAIRE, accusé par un témoin policier anonyme de "violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique", se rend chez Elsa ARABIAN, Avocate à la Cour. Prouver son innocence dans ce monde judiciaire où un « simple » mot peut changer une histoire, c’est son combat vital. Le rendez-vous pourtant est écourté; un appel urgent : des cris d’enfants pressent Elsa… L’avocate est aussi mère.

Une séquence rythmique et visuelle sur fond de bruitages ...

 

Séquence 2 – L’audience

Le jour de l’audience arrive enfin, Nicolas est soutenu par des manifestants, vite évacués, et par ses parents.

Les juges siègent, le procureur accuse, le greffier prend note, et la plaidoirie d’Elsa commence… Une séquence également absente de mots laissant place à une plaidoirie dansée, tout en gestes et en rythmes de clavier d’ordinateur : celui du fidèle greffier.

 

Séquence 3 – Le verdict

L’attente de la délibération n’est qu’angoisse pour Nicolas. Dans la salle des Pas Perdus, les siens dansent sa colère, donnent corps à ses doutes et à son dégoût du conformisme institutionnel. Cette séquence est la deuxième phase chorégraphique du projet, celle d’un choc baroque et électro, entre le prévenu et ce que représente l'avocate. Suivra le verdict du magistrat : l’unique parole de tout le court-métrage.

 

 

INTENTION DE LA RÉALISATRICE

Comment m’est venue l’idée de CALEÇON ROSE ?

Les nombreuses arrestations et incarcérations dans notre pays suite à des manifestations politiques, trois mois de droit, mon (dé)goût pour les mots et ma passion pour la danse, véritable vecteur d’expression non verbale. C’est ma manière de lutter contre de violents abus de pouvoirs visant à disperser les suppliques citoyennes…

 

Pourquoi un court-métrage muet ?

Si la plaidoirie est un art dialectique dont l'influence sur les retombées d'un jugement n'est pas mineure, l'humain reste un être complexe traversé d'émotions sur lesquelles il est difficile de poser LE mot juste. Or, poser le mot juste, sur la bonne émotion est presque un travail de juriste. Le verdict – et donc le devenir d’une personne – dépend de la qualité du plaidoyer, de la précision des mots choisis, lesquels peuvent devenir mots-prisons…

 

Pourquoi raconter avec la danse ?

Précisément, la danse est le moyen que j’ai choisi pour pallier aux mots-prisons. Par un regard, un geste, un souffle - bases de l'impulsion du mouvement - mon ambition est de « faire parler » ce qui se tait », ce qui ne se voit pas, ce qui ne se sent pas…

Je m’éloigne ici d’une vision élitiste de la danse, encore trop considérée comme un art mineur. Pourtant, elle est l’expression des corps, de ces corps qui nous portent sur nos chemins respectifs ; notre outil premier en quelque sorte.

De nos jours, la culture populaire, l’essor de la technologie audiovisuelle, et même le culte de l’apparence permettent à la danse d’investir de nouveaux territoires (politiques, sociétaux, commerciaux, métaphysiques…).

 

Pourquoi une  musique originale ?

J’ai souhaité une ambiance sonore faite de bruits saturés de battements de cœur, de cliquetis de pièces de monnaie, de « tic-tac » d'horloge, de musique baroque et d’électro…Conjugué aux expressions faciales et corporelles, cet environnement sonore fait monter la pression que ressentira le spectateur, du moins je l'espère, comme étant le poids des responsabilités sociales de chacun et la difficulté d'exprimer ses émotions sans qu'elles soient jugées, ni cataloguées.

 

Quels objectifs pour CALEÇON ROSE ?

Ils sont multiples et de portées différentes car les milieux que j’explore et que je réunis dans ce court-métrage n'ont pas l'habitude de se côtoyer.

On confronte ici l'univers artistique de la danse avec celui du milieu judiciaire et institutionnel et celui du milieu engagé et militant. J’espère ainsi intéresser des publics les plus divers possibles. La danse, porteuse de messages, s’engage ici pour toucher et amener un public hétéroclite à s’interroger sur sa fonction, celle de la Justice et des Mots.

 

 

PERSONNAGES

Les deux protagonistes de cette histoire ont des préoccupations différentes, ils sont pourtant liés par une même affaire...

 

 

Elsa ARABIAN

 

interprétée par

Noëmie DURANTOU

comédienne/actrice & danseuse contemporaine

 

Avocate de Nicolas mais aussi femme et mère préoccupée par son métier autant que par le temps, l'argent, la manière de continuer à exister en tant qu’individu…

 

 

 

Nicolas VOLTAIRE

 

L’étudiant accusé. Son arrestation, la menace de son incarcération, l'implication de son avocate lui pèsent, il a besoin de le crier à la face de ceux qui l’écouteront.

 

 

 

 

LIEUX

Cette fiction inspirée de faits réels prend le parti de faire passer ses messages de manière sensible et symbolique : en se passant de mots. Au travers de la danse elle exprime cependant des problématiques actuelles si bien que nous avons besoin de lieux de tournage les plus réalistes possibles afin d’ancrer le message artistique.

Nous avons dans un premier temps pensé à l’Ancien Palais de Justice à Paris mais notre demande a été refusée par les magistrats, jugeant le sujet trop sensible et surtout « trop peu réaliste »…

Nous nous sommes donc tournés vers l’École des Beaux-Arts de Paris, autre lieu institutionnel de prestige et plus libre d’expression qui dispose de magnifiques espaces pour le tournage des séquences 2 et 3…

 

   

 

 

 

DES COMPOSITIONS MUSICALES ORIGINALES

Deux des compositions originales ont été créées par Samuel HECKER et François CRÉPU en pré-production pour inspirer les chorégraphies originales. C’est un vrai dialogue musical et chorégraphique.Pour vous mettre l’eau à la bouche … dans la scène de la plaidoirie dansée, la musique qui semble être créée par le greffier et son ordinateur ne se base que sur l’enregistrement de sons provenant de l’intérieur d’une salle d’audience : rythmique et organique.

 

EXTRAITS SONORES COMING SOON ...

 

 

 

ÉQUIPE ARTISTIQUE & TECHNIQUE

Ève HIVERNAT - AMARAGGI

Scénariste et réalisatrice du projet

Elle prône l’expression libre des corps, lutte pour la démocratisation de la danse et espère un monde plus juste. Avec un lourd bagage de théâtre, de danse et de relations internationales, elle se lance corps et âme dans la chorégraphie et la production de spectacles engagés.

 

 

 

Marie-Sophie DRIFFIELD

http://mariesophiedriffield.com/

Productrice du projet

D’une organisation et d’une efficacité redoutable, elle est réalisatrice entre Londres et Paris. Son  court-métrage « Le psy » fut notamment diffusé sur TVBocal en 2016 et son dernier film « Nightshift », en collaboration avec le Chef Opérateur de Hellraiser, Robin Vidgeon BSC vient d’être nominé au INDIs festival.

 

 

 

Maud L'HELGOUALC'H

Assistante de mise en scène du projet

Spécialiste des usages du jeu vidéo en pédagogie, elle aime soutenir les projets engagés politiquement. Le cinéma surréaliste, fantastique et naturaliste la font vibrer et grâce à ses nombreuses expériences de tournage, la qualité de  ses conseils en terme de choix de mise en scène est assurée.

 

 

 

Mahaut HEURTEBISE

1ère Assistante  du projet

Avec une formation de maquillage à la base, et de nombreuses années de pratique de la danse classique et de la musique, elle s’intéresse à toutes formes d’art. Pleine de ressources grâce à sa créativité, elle sait trouver les solutions.

 

 

 

Mario LESERGENT

https://mariolesergent.com/film

 

Chef opérateur du projet

Grand esthète de l’image et autodidacte notoire, il est aussi photographe et réalisateur. Avec persévérance et passion, il sait décrocher les résultats qu’il attend, peu importe par quel moyen. Curieux et patient, son objectif sensible tend à capter et retranscrire toute la complexité des émotions en image.

 

 

Martin LENZI

Scripte et monteur du projet

Apprenti barde et ancien juriste, il pratique l’art de la vidéo depuis trois ans. Il a monté plus d’une dizaine de vidéos ; incluant courts-métrages, clips et expériences pelliculaires diverses. Sa sensibilité et sa manière énergique de travailler nous offriront un rendu dynamique.

 

 

Antoine MASSON

http://laforgestudio.wixsite.com/music

Prise de Son et Sound designer du projet

Ingénieur du son et sound designer, il travaille en studio à Saint-Germain-des-Près et en freelance ( notamment avec Marion Seclin, Marc Jarousseau, Lou Howard, Éléonore Coste) sur des projets de prise de son, de mixage, d'albums et de concerts.

 

 

 

Samuel HECKER et François CRÉPU

les compositeurs du projet

François CRÉPU

Ayant grandi dans la musique classique, il se développe plus tard dans la musique électro après un an passé à s'imprégner de l'univers berlinois. Son style se situe désormais quelque part entre les deux... Créateur et bassiste de Mawup notamment (http://mawup.bandcamp.com), il se spécialise de plus en plus dans la composition de musiques de films (Arte,  France Télé, …) .

 

Samuel HECKER

Guitariste rock à la base, il se spécialise en jazz puis se tourne vers la musique électro pour des projets pluridisciplinaires. On peut notamment aller le voir en ce moment au théâtre de la Flèche, dans le spectacle Les Liseuses ou en concert avec l’un de ses groupes Nausikáa (http://www.difymusic.com/nausikaa_music) ou Exitt (https://soundcloud.com/exitt-music) .

 

Samuel et François ont toujours travaillé ensemble, ils préparent en ce moment un EP pour leur nouveau duo : Supreme Love Affair   ...

 

 

 

BUDGET ET PLAN DE TRAVAIL / CALENDRIER

Après avoir calculé et recalculé, obtenu des subventions, demandé de nombreux devis et lutté avec les administrations, nous avons établi notre budget au plus serré !

 

Mais nous avons BESOIN DE VOUS pour rendre possible cette entreprise DANS LES TEMPS en collectant un minimum de  3 250 €  qui seront répartis comme suit :

 

23% : locations de lieux

23% : chorégraphies et compositions

17% : location de matériel

10% : catering

10% : costumes & accessoires

17% : diffusion & festivals

 

Pré-production:  mars -  novembre  2019

Écriture, recherche de subvention et matériel, composition musicale et chorégraphique, constitution de l’équipe, recherche de lieux, castings, répétitions …

 

Production:  week-end du 23 novembre 2019  puis  fin janvier 2020

Tournage 3 jours pleins.

 

Post-production: février à avril 2020

Impliquant montage, mixage, composition post-production, étalonnage, diffusion, inscriptions festivals.

 

Projections avant-premières prévues pour avril 2020  comme les inscriptions en festival

 

 

 

VOUS AUSSI, SOYEZ ACTEUR DU PROJET !

Nous vous remercions par anticipation de soutenir CALEÇON ROSE.

 

À ce stade, votre contribution, même la plus modeste, est essentielle et nous ne manquerons de vous tenir informé, pas à pas, de l’avancement du projet d’ici le lancement du tournage en Novembre prochain !  

Vous trouverez ci-dessous vos privilèges de contributeurs ! MILLE MERCIS

 

 

 

 

  • 5€ : Un grand merci !  + une belle photo du tournage
  • 10 € : Récompense précédente + votre nom au générique
  • 20 € : Récompenses précédentes + un lien privé en ligne pour visionner la création
  • 40 € : Récompenses précédentes + une lettre personnalisée sur l'histoire de la création
  • 50 € : Récompenses précédentes + le scénario dédicacé + les pistes audio des compo
  • 100 € : Récompenses précédentes + une affiche du film + un marque-page au choix
  • 150 € : Récompenses précédentes + possibilité de figurer dans une scène + invitation privée à la première projection !
  • 200 € : Récompenses précédentes + invitation privée à l'une des soirées à thème de la compagnie
  • 300 € : Récompenses précédentes + un cours de Basic Street Defense avec CHRYS ou une performance live de la chorégraphe

 

  • 400 € et + ...  :  un CALEÇON ROSE ! ... vous êtes notre producteur exécutif, BRAVO ! + récompenses précédentes

 

 

Organisé par

Eve Hivernat