Aller au contenu principal

Pour l'honneur d'un officier

Organisé pour : Colonel (e.r) Ruffier d'Epenoux

 

*// OBJECTIF ATTEINT //*

Chers amis et soutiens, grâce à votre générosité nous avons atteint notre objectif initial de 18 000€. 

yes MERCI ! yes

Fort de votre soutien, papa a interjeté l'appel et se prépare à une nouvelle lutte contre les femhaine.

 

 

Résumé :

Le colonel (e.r) Ruffier d’Epenoux vient d’être condamné à une peine de prison avec sursis et des dommages civils parce que, témoin d’une agression violente de la part des femen fin 2012, en réunion et avec armes par destination, il a tenté de s’interposer et de faire cesser cette attaque.

A la suite des faits, il a été confronté à une vindicte politique et à une cabale médiatique qui l'ont contraint à la démission en 2015 (voir le détail de l’affaire plus bas, après la photo).

Lors de son procès, d'où la plupart des parties civiles concernées étaient absentes, il a été traité comme un délinquant. Son état de militaire a été jugé comme une circonstance aggravante. La peine de prison avec sursis et les dommages civils infligés s’ajoutent à de lourds frais de justice à assumer.

 

 

Chers amis et soutiens,

Ici, nous pouvons lui donner les moyens de faire face aux dépenses de sa défense en 1° instance (qui s'élèvent à un peu plus de 18 000€) et s'il le peut, de se défendre en appel.

En un  clic vous pouvez participer à cette cagnotte du montant que vous souhaitez.

Lors de votre don, vous avez la possibilité de laisser un petit mot d'encouragement ou de soutien en public ou privé (nous ne manquerons pas de le transmettre).

N'hésitez pas à partager la cagnotte à vos contacts de confiance en copiant ce lien : https://www.leetchi.com/c/cagnottecolonel

 

 

 

             Source AFP.              Agression verbale et physique des Femen,

manifestation contre le mariage pour tous, Paris, novembre 2012. 

 

 

 

L'histoire d'un scandale politique :

Un dimanche de novembre 2012 à Paris, nos parents se promenant avec leurs chiens se sont trouvés témoins de la violente agression, perpétrée par des femmes dénudées, sur l’arrière d’une manifestation contre le « mariage pour tous ». Notre père avait alors jugé de son devoir d’intervenir et de contribuer, autant qu’il le pouvait et selon l’esprit de service et de solidarité qui l’a toujours animé, à faire cesser ces violences « en réunion et avec armes par destination » (des extincteurs à poudre repeints en blanc type gazeuses des forces de police).

 

A la suite de cela, il a subi une sorte de fatwa, jamais justifiée ni officialisée, menée par le cabinet du ministre de la Défense à son encontre durant plus de 3 ans, sur la base d’accusations absurdes et d’amalgames caricaturaux. Inscrit sur la liste des officiers généraux pour être nommé en 2013, il ne l’a jamais été bien qu’en ayant occupé les charges et les responsabilités (tout en ayant reçu le képi étoilé avec impossibilité de le porter !).

Comme le lui avait dit alors un membre du cabinet du ministre, par cette mesure inique à l’encontre d’un coupable au « pedigree idéal », il s’agissait de faire pression sur tous les militaires en responsabilité et « suspects » d’avoir la velléité de s’engager dans les rangs de « La Manif Pour Tous ». L’un des plus hauts commandeurs du ministère de la Défense, qui sait ce que « servir » veut dire, déclarera même à notre père que cette mesure était « un scandale politique » contre lequel il demeurait impuissant. Après 33 années passées à servir son pays au sein des forces armées, notre père a donc démissionné en juillet 2015, entendant protester par ce geste contre la mesure arbitraire dont il faisait l’objet et plus largement contre la répression illégale, succédané de la « loi des suspects », dont peuvent faire l’objet ceux qui ne sont pas dans le moule de cette pensée correcte et dominante qui n’a guère varié depuis lors sur le fond...

 

En ce début d’année 2018, à l’issue d’une instruction menée totalement à charge puis d’un procès se fondant sur les témoignages des seules femen (les réels et premiers agresseurs …) et sur des images soigneusement choisies afin de ne pas faire la différence entre les comportements de jeunes militants souvent cagoulés ou masqués et son intervention de passant à visage découvert refusant la passivité face à une agression étrangement hors de toute présence de forces de police, il a été condamné à une peine de prison avec sursis et des dommages civils, un verdict bien supérieur à celui réclamé par le procureur... Il a pour l’instant interjeté un appel à titre conservatoire, décidé à poursuivre si le dossier est solide (il s’emploie actuellement à recueillir des témoignages infirmant certaines affabulations très tardives) malgré sa grande méfiance dans le système judiciaire ou à se désister si l’effort personnel et moral est hors de raison.

 

Mais face aux importants frais d’avocat qui restent à régler pour la première instance, auxquels s’ajouteront les frais judiciaires et les dommages s’ils s’arrêtent, nos parents qui ne disposent pas des moyens considérables des parties civiles hésitent. Pour leur permettre de faire face aux dépenses déjà engagées et de continuer à se défendre sans rien lâcher s’ils le décident, nous sollicitons votre aide financière, même modeste, de manière anonyme ou non (votre courriel nous permettra de vous tenir informé de la procédure).

 

D’avance, et comme le feront certainement nos parents plus tard, nous vous remercions très sincèrement. Chaque petit geste compte.

 

 

Les enfants du colonel (e.r) Ruffier d’Epenoux

 

 

26 695 €

Collectés sur 18 000 €
148%
0 Jour restant
359 Participations

Organisé par

Emérentienne Ruffier d'Epenoux