Aller au contenu principal

APPRENONS A CONSTRUIRE EN TERRE AU TOGO & AU BÉNIN

Organisé pour : Les Tatas Somba

Aidons les habitants du pays somba a préserver leur patrimoine architectural tout en apprenant auprès d'eux à construire en terre : le matériau le plus économique et écologique au monde !

 

Bienvenue sur la cagnotte des Tatas Somba ! Merci d'être venu jusqu'ici !

Ici vous pouvez participer à cette cagnotte en quelques clics :

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.
  • Vous recevrez des contreparties à découvrir à la fin de la présentation.

Aussi, n'hésitez pas à parler de notre projet à vos proches et à partager cette cagnotte sur vos réseaux sociaux préférés. On a besoin de vous ! 

 

 

Le communiqué de retour a un peu tardé, mais nous tenions à vous écrire quelques mots et partager quelques photographies sur l'expérience vécue au Bénin.

 

Le voyage a réellement commencé lorsque nous avons pris possession de notre campement avec la famille d’Edgar dans le village de Koussoukouingou.

 

 

Après de très nombreuses heures de route depuis le Togo, s’adapter au climat et à la vie au rythme de la communauté Otamari n’a pas été facile pour tous. Mais petit à petit chacun a trouvé ses marques.

 

 

Les journées ont été ponctuées par le travail sur le chantier de construction du Tata, entre acheminent du bois pour la charpente, de l’eau pour les mélanges, excavation de terre, montage des murs et coulage des dalles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intégration dans la vie de la communauté et surtout au sein de la famille d’Edgar a été tout d’abord timide. Puis au fil des discussions, des jeux avec les enfants, du travail et des cérémonies; les codes, les coutumes et surtout les personnes nous sont devenus familiers. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces rencontres nous laisseront longtemps des souvenirs plein d'émotions ! 

 

Malheureusement encore aujourd'hui, beaucoup de frais avancés n'ont pas été couverts, notamment concernant le budget directement lié au chantier soit les ouvriers et les matériaux achetés pour la construction, en particulier l'eau qui est une ressource chère et nécessaire en très grande quantité pour l'élaboration d'un Tata. 

 

Il est encore temps de nous aider pour le financement de ce projet qui continuera de vivre longtemps à travers la maison construite avec et pour la famille béninoise. 

 

UN TRÈS GRAND MERCI DES TATAS SOMBAS POUR TOUTE L'AIDE ET LE SOUTIEN APPORTÉS QUI ONT PERMIS DE RÉALISER CET INCROYABLE PROJET !

 

 

 

Nous sommes 10 étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne. Sous la direction des enseignants et architectes Loic DAUBAS et Rozenn KERVELLA. Dans le cadre de l’enseignement du projet d’architecture en MASTER 1, nous avons entamé en septembre, une année de réflexion autour de la terre crue.

 

D’abord en France. Nous sommes actuellement en pleine conception de cabanes d’artistes avec Rozenn Kervella, architecte et enseignante à l’ENSAB. Celles-ci vont être construites par la suite, à partir du mois de février, sur le site d’expérimentation de Tizé, à Thorigné-Fouillard avec l’association Au bout du Plongeoir.

 

L’enjeu principal de ces habitats est qu’ils devront être construits avec les matériaux présents sur le site soit en terre et bois. Cela afin de questionner les capacités de ces matériaux naturels écologiques, ne produisant aucun déchet et ne nécessitant ni transport, ni traitement, étant intégrés et adaptés au lieu.

 

Nous menons cette réflexion avec plusieurs intervenants, François Beau charpentier spécialisé dans l’utilisation d’essences locales et d’assemblages traditionnels manuels, ainsi que Samuel Dugelay ingénieur spécialisé dans la terre, qui viennent nous encadrer lors de notre conception mais également lors d’ateliers pratiques où nous venons expérimenter ces différents matériaux.

 

A partir du mois de février nous débuterons également une réflexion, avec Loïc Daubas architecte et enseignant à l’ENSAB, sur la conception d’un petit collectif de plusieurs étages en terre porteuse, question très peu explorée encore aujourd’hui en France.

 

 

C’est dans ce contexte que nous partirons au Togo et au Bénin, nous souhaitons apprendre à construire, en un lieu, avec des ressources locales et ainsi appréhender la construction en terre crue dans un tout autre univers. Cette expérience a pour but de venir enrichir nos connaissances et nourrir notre réflexion.

 

 

Un premier temps à Lomé, capitale du Togo, sera consacré à des cours de bioclimatisme à l’EAMAU (École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme), à des visites et des ateliers pratiques au Centre de la Construction et du logement (CCL) autour des matériaux locaux.  Ce sera l’occasion de faire la connaissance de nos correspondants africains, qui nous retrouverons plus tard en France pour la construction des cabanes d'artistes à Tizé.

 

 

 

Un second temps se déroulera dans le nord du Bénin, à Koussoukouingou, petit village de 3589 habitants. Nous participerons avec les étudiants africains à un chantier de construction d’une maison traditionnelle «Tata» en pays Somba. On travaillera avec les ouvriers du village dans les conditions les plus simples de manipulations et de mises en œuvre du matériau terre crue. Nous découvrirons ainsi les secrets ancestraux de construction porteurs de réelles prouesses techniques.

 

 

 

Patrimoine mondial de l’Unesco, le Tata Somba est un habitat unique au monde que l’on ne retrouve qu’au nord-ouest du Bénin et dans sa partie frontalière avec le Togo.

 

Le Tata Somba est aujourd’hui menacé, délaissé par les jeunes générations qui lui préfèrent des logements plus modernes où le béton remplace la terre. Dans cette perspective, nous souhaitons contribuer à la conservation et à la valorisation de ce patrimoine local unique en danger.

 

Nous avons également pour ambition de diffuser au plus grand nombre, une culture riche et d’autres modes de production de l’architecture et de l’urbanisme appris en Afrique.

 

 

La terre est la ressource commune à toute l’humanité. Elle est encore utilisée à plus de 80 % dans le monde pour la construction de bâtiments. Vertueux, l’emploi de ce matériau dans la construction ne nécessite ni transport, ni transformation consommant de l’énergie grise. Très bon régulateur hygrométrique, les parois en terre atténuent les différences de température grâce à leur inertie.

 

La terre, matériau délaissé en France, est depuis toujours utilisée dans la construction. Elle a su nous démontrer ses capacités exceptionnelles à travers de nombreux ouvrages présents partout dans le monde, allant du tata somba aux bâtiments plus contemporains en passant par des villes grattes ciels de plusieurs milliers d'années.

 

 

Matière première gratuite, sa mise en oeuvre réclame beaucoup de main d’œuvre. Dépassé par l’emploi des matériaux industrialisés durant le XXème siècle, le savoir faire tend à se perdre. L'apprentissage de la construction en terre par les étudiants de l’école d’architecture de Bretagne est l’occasion d’interroger le processus de construction en fonction des ressources disponibles

 

Dans un contexte de développement durable, nous portons un intérêt tout particulier à la construction en terre, qui semble être une alternative pertinente aux méthodes de construction conventionnelles. Celles-ci préférant souvent le béton, matériau pourtant très polluant et dont la ressource première, le sable, est aujourd’hui en danger, mettant également en péril de nombreux autres écosystèmes.

 

 

En soutenant notre projet, vous soutiendrez notre volonté d’étudiants d’aller sur place pour rencontrer les habitants et découvrir d’autres modes constructifs, éloignés des techniques conventionnelles exploitées en France. Et ainsi vous participerez à faire évoluer les modes de pensées et peut être un jour le métier d’architecte.

 

Le fait de se rendre à Koussoukouingou est une étape indispensable de ce grand projet. Pour partir, il nous faut : passeport, visa, vaccins, billets d’avion, sans oublier le transport, l'hébergement et la nourriture sur place... Nous avons calculé un besoin de 1 100 euros par étudiant, soit 11 000 euros à collecter au total pour que tout le monde puisse partir.

 

C’est là que votre financement entre en jeu, les 5 500 euros récoltés grâce à vous nous permettraient d’atteindre la moitié de notre objectif. Le reste étant couvert par différents projets que nous réalisons : création et vente de cotons, tote bag et T-Shirt personnalisés, vente de crêpes et croque-monsieur à l’école, mais également grâce à différentes bourses. Nous y mettons toute notre énergie pour que ce projet puisse réellement voir le jour.

 

Pour les entreprises, nous soutenir par une donation à notre cagnotte pourrait à la fois démontrer votre intérêt pour la transition écologique, l’expérimentation architecturale et profiter à l’économie de votre entreprise. Devenir mécène de notre projet fera apparaître votre entreprise sur chacune de nos interventions publiques et sera un avantage financier pour vous.

 

 

Voici nos contreparties concoctées rien que pour vous !

Merci du fond du coeur de la part des Tatas Somba si vous avez pris le temps de venir jusqu'ici, que vous lisez ces lignes et qu'elles vous donnent envie de nous soutenir.

 

Pour nos gentils contributeurs qui nous aideront avec des euros, voici les magnifiques contreparties que nous avons imaginé pour vous :

 

Pour 10€ ou plus

Bienvenue dans l'aventure : un énorme merci de la part de toute l'équipe ! Vous faites désormais parti de ce projet.

 

Vous pourrez le vivre de l'intérieur à travers des photos et des vidéos inédites envoyées régulièrement par mail. 

 

Pour 20€ ou plus

 

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez une invitation privée à la soirée d'inauguration de l'exposition relatant notre périple. Buffet et Dj Set au rendez vous!

 

Pour 50€ ou plus

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un tote bag dessiné par l'équipe et participerez à la grande tombola de la soirée.

 

Pour 100€ ou plus

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un t-shirt dessiné par nos soins.

 

Pour 200€ ou plus

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un échantillon de terre du Bénin et participerez à une rencontre privilégiée avec l'équipe.

 

Pour 500€ ou plus

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un objet local ramené de notre voyage.

 

Enfin les personnes désirant obtenir des réductions d'impôts (66% de la somme totale) sur leur don pourront nous joindre la confirmation de leur participation à cette adresse :   afin de recevoir un formulaire cerfa rempli et signé par nos soins !

 

 

FACEBOOK https://www.facebook.com/LesTatasSomba/

 

MAIL

 

3 275 €

Collectés sur 5 500 €
59%
0 Jour restant
76 Participations
Je participe

Organisé par

Les Tatas Somba

Elsa Ogier a participé 20 €

Louise LEVACHER a participé 10 €

Martin Hingant a participé 30 €

Carole Pilet a participé 20 €

Isabelle Degache a participé

Jacques Lorillard a participé 100 €

Christian Belleil a participé 20 €

Camille MISSIR a participé 20 €

Vincent CORBARD a participé 20 €

Chloé Massot a participé 10 €

Adriana Robert-Rodriguez a participé 20 €

Vincent Touzeau a participé 50 €

Claire Gallais a participé

Anne-Marie Letourneux a participé 50 €

Catherine DAUMAS a participé 50 €

Jean-Pierre Letourneux a participé 50 €

bernadette poiraud a participé

michel orset a participé 25 €

Sayyiek Chhe a participé 50 €

Maxime Louessard a participé 20 €

Solène Dolo a participé 10 €

Pierre Tachon a participé

Carole VALLEAU a participé 10 €

Loïc Daubas a participé 50 €

Le 12 février 2018
Christian Belleil
J'ai personnellement vérifié l'efficacité des maisons en terre dans un pays très sec et très chaud. Je m'interroge sur la pérennité de ce type de construction dans un pays soumis à une saison des pluies qui peut être violente (par exemple le Burkina). J'attends votre soirée pour plus d'information. Cordialement
Le 11 février 2018
Vincent CORBARD
Bonjour, je suis passionné de terre crue et je me rend au Togo pour 3 semaines au moi de novembre.Il est prévu dans mon périple d'aller voir les Takienda et leurs mise en oeuvre dans le nord du pays.J'aimerais si c'est possible participer ou aider votre projet, n'hésiter pas à me contacter.Vincent
Le 6 février 2018
Claire Gallais
Bon voyage, Bon courage, Belle aventure,
Le 6 février 2018
Anne-Marie Letourneux
Tous mes encouragements pour ce projet écologique et culturel
Le 5 février 2018
bernadette poiraud
TRès belle initiative, dommage que je ne puisse pas participer davantage !
Le 5 février 2018
Carole VALLEAU
Une superbe initiative dans la suite de notre dernier voyage... je vous envie ! Du courage pour les derniers jours de préparatifs et de collecte. Profitez de chaque minute là bas & Kwabo au Dahomey ! ;)
Le 30 janvier 2018
Béatrice PALANGUE
Belles réussites dans votre projet. Mes pensées fraternelles vous accompagnent. bp
Le 30 janvier 2018
Melanie Rio
Très beau projet, bravo.
Le 29 janvier 2018
damien marchal
Bon vent!
Le 22 janvier 2018
Thibaud Duval
courage les gars ;)