Financer la distribution du court métrage "à découvert"

Organisé pour : Artesano Films

Le pitch du film "à découvert" - petit aperçu sur le mystère du don

 

Mr. Melville est seul pour fêter son anniversaire... Le vieux monsieur redoute de sortir, mais un rayon de soleil le décide finalement à risquer l'aventure. Alors qu'il pense trébucher sur un cadeau tombé du ciel, Mr. Melville est mis devant l'opportunité de donner plutôt que de recevoir.

 

La présentation vidéo du projet

 

 

L'origine du projet, le mot du réalisateur Thomas Coispel

 

"Le mieux est sans doute que je vous raconte une petite anecdote de tournage, car c'est un de ces détails qui m'a permis de comprendre véritablement de quoi "à découvert" parle. Parfois on écrit des films, un peu obsédé par des images ou des dialogues, et ce n'est qu'ensuite qu'on arrive à cerner ce qu'il y a dessous. On venait donc de terminer la première journée de tournage, en extérieur. Un temps horrible, une pluie en continue pendant des heures, quelques éclaircies durant lesquelles on devait se précipiter de filmer. Plus la lumière baissait et plus chacun stressait de ne pas pouvoir finir cette partie essentielle du film.

 

 

Bien que je ne sois pas superstitieux, je commençais à croire que c'était peut-être un signe que je ne devais pas faire ce film. Il faut imaginer qu'on sortait d'une semaine de temps superbe, et que dès le lendemain il a de nouveau fait un soleil magnifique...

 

Mais en pointant le nez dehors le lendemain pour filmer la seconde partie, j'ai trouvé dans la rue un billet de 50 euros. C'est déjà assez improbable, mais si vous avez déjà vu la version courte du film plus bas sur cette page, vous comprenez à quel point j'ai halluciné.

 

Vu le scénario du film "à découvert", il m'est apparu évident que je ne pouvais pas le garder ou le dépenser. Je l'ai donc donné à une personne qui m'a aidé depuis plusieurs mois sur le projet. Sur le papier ça peut paraître irrationnel, mais au fond l'acte même de donner quelque chose sans attendre en retour quoi que ce soit est totalement illogique... tout en étant essentiel !

 

 

On a tous remarqué que l'époque n'est pas très propice à la solidarité, pourtant des initiatives solidaires ne cessent d'émerger et de tenter de résister à cette tendance du renfermement sur soi. Voilà de quoi parle vraiment "à découvert", ce petit mystère au fond de nous tous qui survit encore, plus fondamental que les logiques froides qu'on veut nous imposer.

 

J'ai choisi de faire ce film avec le peu de moyens que j'avais à ma disposition et grâce à la contribution bénévole de plusieurs comédiens et techniciens, sans qui il aurait été impossible d'aller plus loin. Je profite de cet espace pour remercier encore une fois Jean-Pierre, Julia, Harold,  Yves, Hermine, Claire-Sandra, Elvina, Olivier, Florent, Clotilde et Noémie. En lisant juste un peu plus loin, vous découvrirez les visages et les compétences qui se cachent derrière ces prénoms !"

 

Thomas Coispel, réalisateur de "à découvert"

 

 

A quoi servira la récolte?

 

Vous pouvez voir le film gratuitement, dans une version de 2mn20, plus bas sur cette pasge, mais il nous est impossible d'envoyer le film dans sa version officielle de 5mn30 à des festivals professionnels sans votre aide.  Aujourd'hui l'offre d'images est telle que beaucoup de festivals demandent des frais d'inscription, qui peuvent parfois aller jusqu'à 40 ou 50 euros. Il faut aussi prendre en compte la fabrication des DVD et de leur jaquette indispensable à la participation (sans garantie d'être sélectionné). Au bout de la sélection, il reste encore à éditer un DCP (Digital Cinema Package), le support universel de projection dans les salles de cinéma, mais qui reste compliqué à tester et fabriquer (étalonnage et mixage son spécifiques, au coût de 500€ TTC chacun).

 

Le diagramme ci-dessous montre la répartition de la somme que nous souhaitons récolter pour le premier palier :

 

Si la campagne dépasse cette première exigence, nous pourrons dépenser le reste pour financer l'enregistrement de la musique de Yves Gourmeur dans un studio professionnel. Au-delà de 8000 € nous pouvons commencer à envisager de rémunérer techniciens et comédiens, ce qui garantirait la reconnaissance officielle du court-métrage par le CNC (et mettrait un peu plus que du beurre dans de nombreuses recettes de pâtes !).

 

Pourquoi cette exigence sur l'envoi à des festivals ?

Sans sélection en festival, le film est condamné à être étiqueté par les professionnels comme "amateur". Une diffusion sur Internet seulement ne suffirait pas à porter le message de "à découvert" devant l'audience susceptible d'en changer la destinée. Le réalisateur, les comédiens comme les techniciens rêvent tous de continuer leur carrière dans un long métrage. Pour que cette perspective se réalise un jour, il est indispensable d'avoir au préalable travaillé sur un court métrage sélectionné dans un festival listé par le CNC.

 

 

Si vous avez été touché par notre film et que vous pensez qu'il mérite cette visibilité professionnelle, vous pouvez faire un don à notre association Artesano Films, afin d'amener le film "à découvert" à la prochaine étape.

 

Si vous êtes une association, vous pouvez aussi intégrer la diffusion du film "à découvert" à vos événements, le réalisateur et son équipe seront ravis d'échanger autour du film et de son message. Pour cela il suffit de nous envoyer un message ou laisser ici un commentaire.

 

Plus loin sur cette page de financement participatif vous pourrez voir les visages des personnes qui ont donné bénévolement de leur temps et de leur énergie pour rendre possible cette aventure.... dont j'espère vous ferez partie aussi !"

 

L'équipe de "à découvert"

 

 

Participez à la distribution d'un film !

 

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite. Il vous suffit de cliquer sur "je participe" à droite.
  • Tous les paiements sont sécurisés

 

  • Pour vous remercier de votre contribution, vous pouvez bénéficier de contreparties :
    • pour une contribution entre 1 à 10€ : remerciement au générique
    • entre 11 et 40€ : lien privé du film dans sa version complète de 5mn30
    • entre 41 et 70€ : affiche A3 signée par le réalisateur
    • entre 71 et 500€ : invitation à l'avant-première en présence de l'équipe, possibilité de discuter après la projection avec le réalisateur, les acteurs ou les techniciens
    • au-delà de 501€ : statut de co-producteur du film, sous condition de la signature d'un contrat avec l'association Artesano Films, producteur principal

 

Nous fixons trois paliers à cette cagnotte :

 

  • récolter 1500€ pour financer la création d'un master DCP et de copies, ainsi que les DVD nécessaires à l'envoi du court métrage "à découvert" en festivals. Les coûts comprennent l'étalonnage et le mixage son en vue d'une diffusion en salle ;
  • récolter 2000€ pour garantir en plus l'enregistrement de la musique du film de Yves Gourmeur dans un studio professionnel ;
  • récolter 8000€ pour payer les techniciens et comédiens du film, condition obligatoire pour obtenir l'agrément du CNC. Cet agrément débloque des possibilités de diffusion supplémentaires (certains festivals de haut rang, diffusion en bibliothèques, réseau des cinémas indépendants, etc.)

 

VOUS POUVEZ VOIR CI-DESSOUS LA VERSION DE 2MN20, GRATUITEMENT EN LIGNE. NOUS SOUHAITONS ENVOYER LA VERSION COMPLETE DE 5MN30 EN FESTIVALS GRACE A VOTRE AIDE. UN LIEN PRIVE AVEC MOT DE PASSE SERA ENVOYE A TOUTES LES PERSONNES QUI NOUS DONNERONS 11€ OU PLUS.

 

(LA PRODUCTION TIENT A PRECISER QU'IL EST IMPOSSIBLE DE DIFFUSER PUBLIQUEMENT LA VERSION COMPLETE DU FAIT DU REGLEMENT DES FESTIVALS DE COURTS-METRAGES).

 

 

Qui sont les personnes derrière ce projet ? 

 

Le travail de Thomas est visible sur son site thomascoispel.jimdo.com/ . Vous pouvez aussi visionner sa bande démo directement ici :

 

 

1 229,23 €

Collectés sur 1 500 €
81%

5 Jours restants

50 Participations

  • cb
  • visa
  • mastercard

La sécurité des paiements est assurée par le Crédit Mutuel Arkéa, en https via le système 3D-Secure.

Actualités

Le 21 janvier 2018 Thomas Coispel a écrit :

Le 21 janvier 2018 Thomas Coispel a écrit :

Vous y êtes arrivé à me faire passer de l'autre côté de la caméra ! Voici la présentation de "à découvert" en images...

 

 

Le 14 janvier 2018 Thomas Coispel a écrit :

Peut-on vraiment vouloir tout l'argent du monde ?

 

Sous les péripéties du dernier film de Ridley Scott surnage une question étrange pour un réalisateur habitué à des films de plus en plus chers : peut-on vraiment vouloir autant d’argent pour soi ? Le bon sens voudrait qu’une fois devenu riche, nos soucis s'envoleraient… Il serait alors (enfin) temps de penser à ceux qui nous entourent. Ce petit conte du “d’abord moi, les autres après”, n’arrive de fait jamais. On se retrouve à devoir épargner ou dépenser, toujours pour de “bonnes raisons”. Ces “raisons”, ce sont celles de l’homme rationnel décrit par les économistes très classiques ou les sociologues très individualistes. C’est un peu le fondement de notre société moderne, mais bon, on est de plus en plus à penser qu’on en crève.

Là où le film de l’ami Ridley me fait cogiter, c’est quand il fait dire à Mark Wahlberg, que sous cette accumulation de richesse on peut deviner la compensation de ce qui a toujours manqué… La reconnaissance, l’amour, la famille… Bref, un milliardaire compulsif vu comme un artiste sublimant une frustration. Si ce n’est que l’artiste essaye de donner quelque chose au monde, le milliardaire ne fait que accumuler.

S’il n’avait pas été contraint par le sacro-saint “inspiré d’une histoire vraie”, Ridley n’aurait sans doute pas résisté à laisser traîner un “Rosebud” par-ci par-là, nous rappelant que cette figure démesurée est une des réincarnations du Citizen Kane de Welles.

 

 

 

Dans “Kane”, comme dans “Tout l’argent du monde”, les richesses servent à se passer des humains, jugés trop inconsistants. Il est séduisant de voir ces milliardaires comme des hackers géniaux ayant “cassé le code” des règles de leur société, afin d’en exploiter jusqu’à la moindre des ressources. Ce serait oublier que par leur comportement, ces individus se sont en fait mis à la marge de cette société. Ils ont oublié jusqu’au fondement de l’échange humain, à savoir que l’échange, même marchand, est une excuse pour créer du lien social.

En sortant de la projection de Tout l'argent du monde, je ne pouvais pas m’empêcher de repenser avec tendresse à un épisode de Community. Le cynique Jeff refusait de succomber à la coutume des cadeaux de Noël, prétextant que donner créer une obligation. Ce à quoi répondait la candide Annie, que “l’obligation, c’est le (véritable) cadeau”.

 

Quand j’ai écrit, puis réalisé, “à découvert”, je me suis posé toutes ces questions. Si cela résonne en vous, vous pouvez soutenir le film sur cette page… ou simplement le regarder sur la même page sans rien en échange, car il faut l’avouer nous avons déjà eu beaucoup de plaisir à le faire. En fait oui, donner c’est aussi un plaisir égoïste ;-)

 

Organisé par

Thomas Coispel

Patricia MAGNIEZ a participé 15 €

jean chaffard a participé 15 €

Guilhem Carle a participé 50 €

Cyrille Banoukepa a participé

Célia Hassani a participé

Monique Peyriere a participé

michel coispel a participé 30 €

laureen guhur a participé

Pierre Liduena a participé

claire bassez a participé 10 €

Elsa Gimenez a participé

beatrice mollaret a participé 15 €

Charline LACROUZADE a participé 10 €

Clara Rabier a participé

evelyne amis de camille Flammarion a participé

JILL COUDERT a participé 20 €

Pauline Kairouz a participé 10 €

jul R a participé 12 €

Grégoire Le Campion a participé

Romain Jamet a participé 30 €

Catherine et François GROSS a participé

micheline léger a participé

Lionel Méric a participé

Gwenaëlle LELEU a participé

Le 16 février 2018
Guilhem Carle
Bon courage! Objectif bientot atteint!;)
Le 7 février 2018
michel coispel
le bonjours de tonton beau travail MC
Le 5 février 2018
Elsa Gimenez
CL (LOL)
Le 4 février 2018
beatrice mollaret
bonne chance
Le 3 février 2018
evelyne amis de camille Flammarion
Thomas, de la part des Amis de Camille. Bisous
Le 10 janvier 2018
audrey lehont
Bravo à l'équipe ! beau travail !
Le 9 janvier 2018
Guillaume Poultorak
Bravo et bonne chance!