Aller au contenu principal

Après l'orage revient la vie...

Organisé pour : COMBE Nicolas

Bonjour je m'appelle Nico, 

 

J'ai 30 ans et je sors à peine d'une longue année difficile, aussi bien sur le plan psychologique que physique. 

 

L'été dernier j'ai constaté une grosseur au niveau de mon bras droit sans pour autant m'en inquiéter.La grosseur devenant de plus en plus importante, j'ai été consulter mon médecin généraliste qui m'a prescrit une IRM.

Les résultats de l'IRM étant mauvais, j'ai dû passer un nouvel examen : une biopsie. 

L'attente des résultats a été insoutenable pendant 10 jours, puis le verdict est tombé.

 

Les médecins m'ont diagnostiqué un Sarcome d'Ewing , cancer rare des os et des tissus mous où dans certains cas l'amputation du membre infecté est inévitable. 

 

J'ai démarré la chimiothérapie en septembre 2017,  et de voir mon bras et cette grosseur diminuer de volume avec le traitement m'a redonné espoir et joie de vivre. 

 

Le traitement a été agressif, une des chimios les plus fortes, mais nécessaire pour ma guérison : 14 séances de chimiothérapie avec hospitalisation de 4 jours à chaque séance.  

 

Fin 2017 j'ai commencé mes séances de radiothérapie : 28 au total.

A la fin de la radiotherapie, début 2018, mon bras était brûlé a vif. 

 

Mon oncologue et moi avons fait le point et elle m'a affirmé que la réponse à la chimiothérapie était excellente à 90%. La tumeur étant passée d'une vingtaine de centimètres à quelques millimètres et qu'à cet effet une chirurgie conservatrice de mon bras était réalisable, ma joie fut immense. 

 

Une opération a été planifiée pour le mois d'avril, consistant à me retirer la partie de l'os infectée initialement, ainsi que les tissus mous pour remplacer le tout par du ciment chirurgial avant d'effectuer une greffe d'os par la suite.

 

L'opération fut un succés et la mobilité de mon bras conservée, je pensais que le plus dur était derrière. 

 

Après l'analyse microscopique de la partie de mon bras opéré il s'est avéré que de nombreuses minuscules cellules cancereuses était encore présentes.

 

Deux options s'offraient à moi : 

 

- Conserver l'intégrité de mon bras avec la forte possibilité de rechute dans les années à venir (80%)

 

- L'amputation de mon bras droit (je suis droitier) et un pourcentage faible de rechute possible. 

 

Ce n'est pas tant le choix qui est difficile à faire car la vie est plus précieuse que tout,  mais plutôt l'acceptation de ce choix.

Qui d'entre vous se verrait vivre à un bras ? Qui plus est à 30 ans. 

 

Le 4 juin 2018 sera bel et bien la dernière journée de ma vie où je pourrais profiter de mes deux bras.

 

5 Juin 2018, l'opération s'est bien déroulée et depuis ce jour je suis officiellement gaucher. 

 

La période post opératoire à été compliquée pour moi. C'est dur de perdre une partie de soi au sens propre du terme. C'est dur de voir son corps ainsi et je ne le souhaite à personne. 

Même se laver les deux mains devient rapidement un manque... je connaissais la valeur d'un bras, mais c'est une fois amputé qu'on se rend compte de l'importance de chaque chose. 

 

Suite à cela j'ai fini mon traitement chimiotherapique, enfin pas tout à fait car la chimio avait perturbé mon foie et je n'ai pas pu faire ma dernière cure au risque de l'abimer.  

 

Je fais aujourd'hui appel à vous, vos dons quels qu'ils soient me seront d'une grande aide dans ma vie de tous les jours.

 

Un véhicule ammengagé , de nouveaux appareils électroménagers plus adaptés , ou un petit plaisir....un tatouage pour masquer mon handicap... 

 

Cela fait donc 5 mois jour pour jour que je vis à un bras, loin de moi la volonté de me lamenter sur mon état physique ou de faire l'aumône. Je respire, je mange, je marche, je vis tout simplement.

 

D'autres dans mon cas n'ont pas eu cette chance.  J'aimerais juste pouvoir reprendre ma vie où je l'avais laissée et avancer vers une vie meilleure.   

 

Merci à tous du fond du coeur.

 

Le combat continue ! 

FUCK CANCER !

Organisé par

Nicolas COMBE