Aller au contenu principal
Annapurna 2021

Annapurna 2021


english below.

Pourquoi partir en expédition :

Depuis toujours l'homme est attiré par l'aventure et l'exploration, c'est ce qui a motivé certains peuples à migrer et explorer le monde. Il est naturel pour l'être humain d'être par nature curieux, de toujours chercher ailleurs ce qu'il a parfois sous son nez.

Je suis né dans les années 80, il ne reste plus grand chose à decouvrir, les hommes sont quasiment allés partout, même sur la lune, tous les massifs, et les pôles ont été conquis.

Il ne reste que les grands fonds et certains sommets qui demeurent non conquis.

En ces temps, l'esprit de conquête des éléments et la gloire qu'elle pouvait apporter dans le passé s'est estompé et les mentalités ont changé. Maintenant, ce n'est plus d'arriver en haut qui compte, mais la façon dont on le fait.

L'objectif n'est plus de planter un drapeau au sommet mais le cheminement et l'histoire qui façonnent l'ascension. Voilà pourquoi le choix du style, de la logistique et de la méthode est maintenant bien plus important et analysé que la performance en elle-même.

Enfant, certains voulaient être cosmonautes, voyager dans l'espace pour l'explorer et découvrir ce qu'il y avait plus loin et au-dessus.

Moi je voulais être Messner au sommet de l'Everest sans oxygène.Pour moi, aller sur la lune ou grimper un 8000 sans oxygène, c'est pareil. Un rêve de gosse.Maintenant que je suis adulte et avec mon expérience d'alpiniste, le rêve devient accessible.J'ai seulement besoin d'un coup de pouce pour y arriver.

Le choix du style :

Il y a differentes façons d'aborder l'himalayisme et la haute altitude en général. Plusieurs techniques, plusieurs styles. Le plus pur et le plus beau reste et restera cependant le style alpin.

Il consiste, en l'appliquant à l'himalaya, à être le plus léger et rapide. Cela implique certaines décisions très importantes à plus de 7000 mètres, dont deux essentielles :

La première : effectuer l’ascension sans oxygène supplémentaire,

La deuxième : ne pas bénéficier d'assistance.

Cela signifie qu'au regard de l'alpinisme moderne, un sommet atteint avec une aide oxygenatoire ne peut pas être validé. C'est à mon sens comme si un concurrent du 400 mètres en compétition prenait le départ sur un vélo. Ou qu'un coureur du Tour de France bénéficierait d'une assistance électrique en plus d'être positif à l'epo. Cela n'a aucun sens. Messner et Habeler sont allés au sommet de l'Everest sans oxygène en 78, c'est donc possible.

Plusieurs anglicanisme résume bien l'esprit et le style dans lequel je grimpe.

Le premier est "by fair means" signifiant que c'est moi et la montagne, personne au milieux.

Le deuxième est "fast and light", la stratégie que j'ai toujours utilisé et que je compte aussi mettre à profit sur l'Annapurna. Vite, léger, avec le minimum de camps d'altitudes.

A partir de 6000 mètres le corps récupère mal, voire pas du tout. A partir de 7500 mètres, il meurt doucement. La stratégie est donc de passer le moins de temps possible en haute altitude sans s'encombrer de matériel de bivouac. Vite en haut, vite en bas. Au niveau des dangers objectifs inhérents à l'alpinisme traditionnel tels que chute de pierres, de séracs ou même d'une avalanche, la rapidité est gage de sécurité.

L'objectif général :

La tentative d'ascension à l'Annapurna est pour moi dans l'ordre de mon expérience dans le sens ou 8091 mètres d'altitude reste raisonnable pour une première fois au-dessus de 8000.

L'Annapurna n'en est pas moins un sommet très technique ce qui me plait et m'attire car je ne vois pas l'intérêt de marcher en ligne derrière un armée de pseudo grimpeurs sous oxygène tirant sur une main courante fixée par une armée de sherpas surexploités.

La face nord de l'Annapurna est aussi propice au ski ce qui est mon activité principale.

Cet itinéraire n'a d'ailleurs été skié qu'une seule fois mais tenté par un français Yves Morin en 1979 qui malheureusement mourut pendant la descente.

Cette expédition est donc sur plusieurs aspects très intéressante médiatiquement car des tentatives à skis sur des 8000 en style alpin, ce n'est pas monnaies courante.

En 2022 Marc Batard qui fait partie de l'expédition, va tenter de gravir l'Everest ou le Makalu pour ses 70 ans, sans oxygène. Ainsi, l'expédition à l'Annapurna cette année fait partie de sa préparation.

L'objectif en détail :

L'objectif est d'atteindre le sommet de l'Annapurna sans assistance, sans oxygène, par l'éperon des hollandais, la voie la plus dur mais la moins exposée aux risques objectifs.

Pour cela, il faudra installer un camp de base puis un camp 1 avant l'éperon proprement dit. Puis gravir et équiper l'éperon pour monter sur le plateau glaciaire secondaire et installer le camp 2.

Ensuite, franchir un labyrinthe de séracs et installer le camp 3 à 7200 mètres.

Lorsque les camps et les longueurs durs seront équipées, l'assaut final pourra commencer.

Partir du camp de base et monter au camp 2, y faire une pause, boire, manger et dormir un peu puis monter au camp 3. Se reposer boire et essayer de manger avant de partir de nuit vers le sommet.

Il faudra remonter la longue pente sommitale jusqu'au couloir des Français. Gravir ce couloir pour atteindre les 8000 mètres puis suivre l'arrête afin de trouver le sommet central à 8093 mètres.

De là, redescendre au camp de base d'un coup, pour éviter de repasser une mauvaise nuit à 7000 mètres.

---

Expedition Annapurna 2021

Last year due to covid19 restriction my plans to go climb mount Annapurna failed.

This year we can see the light and plan to go back in the himalayas. All our partners on site suffered a lot more than us in Nepal so we decided to climb their even if for us it been a tough year too.

So here is our expedition project to climb Mount Annapurna.

With my team we are planning to climb by fair means, Alpine style.

The ethic of our ascent is simple, no help form sherpas or other altitude porters, no artificial oxygene and all in the purest style. So fast up, and very fast down to limit the risk of altitude problems.

For that, I really need some help because only my own founds can't make it possible, so I still need to find 7000 euros to realise not just a dream but a life project and the possibility to help my friends in Nepal.

Every help is really welcome because every euros counts.

This is a message just to ask for help as it wont be possible for me to assume the all budget of this really expensive process.

Thanks a lot and of course if you want to be a sponsor of my expedition let me know if you want me to wear anything on my down suit to show you support I'll be more than happy.

6 940 € Collectés sur 7 000 €

99%
0 Jour restant
0 Participation

Organisateur

Vion Yorick

Profil vérifié

Bénéficiaire

Yorick VION