Aller au contenu principal

AINSI VA LA VIE - Le Film

Organisé pour : Dylan El Kara

"Ainsi va la vie" est le 11ème court-métrage de Dylan EL KARA. Accompagné des Marcheurs, le nouveau colectif qu'il a crée, il se lance dans cette toute nouvelle aventure incroyable. Mais sans le soutien du public, ce film ne peut se faire. On a besoin de vous pour nous aider à tourner l'histoire d'une famille dévastée par les remords et les secrets.

 

 

Alors qu’ils ont quitté le domicile familial à leur majorité pour s’installer à Paris suite à une querelle avec leur père, 3 membres d'une même fratrie, décident 25 ans plus tard de revenir dans leur village natal pour revoir leur mère, sur le point de mourir.

 

___________________________________________

 

 

 

Guillaume Carrier - Interprète de Gabriel

 

Sonia Erhard - Interprète de Emma

 

Pascal Boursier - Interprète de Antoine

 

Véronique Frumy - Interprète de la Mère

___________________________________________

 

 

 

 

___________________________________________

 

 

 

___________________________________________

 

 

Il s'agit d'un court-métrage qui parle de la famille et des relations complexes qui

peuvent en découler quand ces personnes ne parlent pas, apportant une multitude de problèmes.

Dans ce film, nous parlons aussi de séropositivité. En effet, l'un des deux frères, Gabriel, est séropositif et homosexuel. Ce fut suite à la querelle familiale face à la découverte de la maladie et de la sexualité de l'ainé, que la famille se trouva séparée.

Ce film raconte la vie de personnes simples, Monsieur et Madame Tout-le-monde, lors

d'un moment de leur vie où plus rien ne va et qui décident de revenir aux sources, mettre leurs rancœurs de côté et de vivre leur vie le plus simplement possible. N'importe quelle personne peut se retrouver dans ces personnages et être ému de leur histoire et de cet court instant de vie qu'ils s'apprêtent à partager ensemble.

Le retour à l'enfance et à l'innocence de la jeunesse ne pourra que guérir ses anciennes blessures, si profondément ancrées. Nos personnages sont dans une rue à sens unique et savent pertinemment que leur vie actuelle n'est, en aucun cas, bénéfique pour eux, leur avenir et leur évolution. C'est peut-être en retournant sur leurs pas qu'ils trouveront la force d'avancer vers de nouveau horizons plus glorieux, revenir à des choses simples de la vie, retrouver d'anciennes connaissances, se retrouver eux-mêmes et cette famille brisée.

 

Ce film est universel pour chacun d'entre nous car il présente ce sentiment que beaucoup de personnes peuvent ressentir : la remise en question et l'envie d'un avenir plus radieux. Il y a aussi de l'amour au grand sens du terme. Le premier amour qui est évoqué est cet amour familial, fraternel qui, malgré les disputes et les façons de penser qui se contredisent, reste tout de même présent et régit le monde dans lequel nous vivons. L'amour, d'un point de vue plus direct, dans le cadre de relations amoureuses y est abordé aussi. C'est pour cela que le film parle à beaucoup : il parle d'Amour.

L'écriture de ce film était plus que satisfaisante. J'ai pris un plaisir fou à raconter ce court instant de vie que vivent Gabriel, Emma et Pascal. De raconter les retrouvailles avec leur mère et de cet amour retrouvé grâce au sacrifice qu'ils font, qu'est de mettre leur ego et leur rancune de côté pour se retrouver. J'ai écris ce film en écoutant beaucoup de musiques. Ce fut la principale source d'inspiration et cela se ressent dans le scénario. Nous avons, à plusieurs reprises, les personnages qui chantent et dansent. Des séquences musicales rythment le film et c'est ce qui fait, en partie, sa beauté.

« Ainsi va la vie » n'est pas un film triste, un drame traitant du malheureux sort de

chacun. Au contraire, c'est un film qui respire la joie de vivre. Quand on parle d'amour, il ne faut pas le dramatiser mais plutôt montrer à quel point cet amour rend les choses plus belles. C'est un film qui donne la pêche que ce soit dans son scénario ou même dans son esthétique visuelle. Des couleurs chaudes et vives rythmeraient le déroulé de l'intrigue. Du jaune, de l'orange, du rouge et du violet, une explosion de couleurs qui rappellent cette joie de vivre ! Cet aspect là doit aussi se faire ressentir dans le jeu des comédiens. Ils doivent donner ce sourire au spectateur, le faire pleurer de joie et enfin de leur faire aimer la vie.

 

En fin de compte, « Ainsi va la vie » s'impose comme un film universel parlant d'amour. Ne délaissant pas pour autant ce léger côté militant de la lutte contre le VIH et l'homophobie, ce film nous transporte dans cet univers qui, au premier abord, paraît tout à fait banal mais qui, quand on s'y attarde, nous montre la beauté des relations humaines et familiales. C'est un film qui parle d'amour et de la famille. C'est l'histoire d'un homme, Gabriel, homosexuel, qui a grandi un peu trop vite. C'est l'histoire de sa soeur, Emma, pauvre enseignante pour qui la vie n'a jamais été simple. C'est celle d'Antoine, celui qui n'a jamais réellement grandi mais qui en sait beaucoup plus sur les sombres secrets de sa famille. C'est l'histoire d'une famille déchirée par les remords et les secrets.C'est un film à voir en famille, avec des amis ou en couple. Dans tous les cas, j'espère que les spectateurs sortiront des projections de ce film avec cette envie de dire « Je t'aime » aux personnes qui comptent pour elles. Ils sortiront avec un énorme sourire et se diront que c'est ainsi que va la vie.

Organisé par

Dylan El Kara