Aller au contenu principal

Aidez Ajaya (Népal), Jon (Cambodge), Rudi et sa famille (Indonésie) à développer leurs projets !

Organisé pour : Ajaya, Jon et Rudi

Aider Eang Sovann (alias Jon) à réaliser son voyage à travers le Cambodge pour enseigner l'anglais, le français et les maths en zone rurale.

Jon a 25 ans, assez timide, à l’anglais irréprochable et un niveau de français remarquable. Il travaillait à la réception de nuit du Kep Villa Resort, lieu de mon woofing au Cambodge pour réaliser un jardin en permaculture.

Sa journée débutait à 17 h et finissait le lendemain matin à 8h sauf le dimanche. Originaire d’un village de pêcheurs à 20 km du Resort, 3 frères et sœurs, il dû commencer à travailler à temps partiel à l’âge de 14 ans, lors de la disparition de son père parti pêcher, afin d’aider sa mère à nourrir la famille et payer le loyer. C’est à l’âge de 17 ans qu’il dû quitter l’école pour travailler à temps plein lors du décès de sa mère. Depuis ce jour, il travaille dans un café de 11h à 16h, ensuite, direction le Kep Villa Resort pour enfiler la casquette de Réceptionniste. Et trois fois par semaine, il va donner des cours de français, anglais et mathématiques bénévolement dans son ancienne école primaire pour aider les jeunes de son village. Contrairement à tous les autres membres du staff du Resort, Jon n’est pas là pour son attrait envers l’hotellerie, mais ce travail était le seul qui pouvait corréler avec sa vie et un salaire raisonnable. N’étant jamais parti de la région dont il est né, il aimerait profiter de l’opportunité du woofing pour découvrir et aider son pays à travers ce qu’il aime vraiment : enseigner.

 

Aider Rudy et sa famille à développer leur restaurant à Bali !

Rudy et Yana, sa femme, vivent aujourd’hui dans le Sud de Bali, à Balangan, avec leur fils et leur fille qui a elle-même 3 enfants. Originaire de l’île de Komodo et de Java, Rudy et Yana se rencontrèrent à Bali dans le même objectif de vie : fuir la misère de leur île et profiter de l’activité économique que le tourisme apporte à l'île. Malheureusement, comme dans la plupart des cas, les commerces créés par les locaux se font réduire à néant face aux géants occidentaux qui détruisent des hectares de forêts pour bâtir immeubles avec piscine au bord de l’eau. En liant la location de scooter, une épicerie et un restaurant, la famille a rarement la possibilité de joindre les deux bouts à chaque fin de mois. Pourtant, c’est bien des personnes comme Rudy et sa femme qui font la magie du pays et c’est en aidant les initiatives locales que celle-ci prospèrera. Après avoir discuté des différentes possibilités qui s’offraient à eux pour augmenter l’activité du restaurant, nous avons trouvé quelques solutions qui exigent bien évidemment un investissement, aussi faible soit-il, qu’ils ne peuvent pas se permettre.

 

Aidez Ajaya à retrouver des clients pour pouvoir exercer son métier de guide de haute montagne au Népal.

Ajaya vit aujourd’hui à Katmandou avec sa famille de manière précaire. Il fait parti de l’ancienne génération des guides de haute montagne qui se formaient directement sur le terrain. A l’âge de 16 ans, il démarre les treks dans l’Himalaya en tant que porteur. En passant par responsable de la nourriture, responsable des ânes ou yaks, il monte dans les échelons d’années en années pour enfin devenir guide. Ce processus traditionnel permet notamment la transmission des connaissances et des savoir-faire en haute montagnes, et bien évidemment la transmission de la clientèle du formateur au formé. Malheureusement, l’ère du numérique a totalement détruit ce processus de formation, c’est aujourd’hui la guerre sur Internet. De nombreuses compagnies ont vu le jour, composées essentiellement de jeunes appâtés par les retombées économiques de l’activité. Cependant, il arrive très régulièrement que des guides découvrent les treks en même temps que les clients qu’ils encadrent. Ce n’est bien évidemment pas sans conséquence puisque le nombre d’accidents en montagne a drastiquement augmenté ces dernières années.

Lorsque je suis arrivé à Katmandou, il a suffit d'un appel pour qu'il m'accueille chez lui pendant un mois, me fasse visiter la ville, les temples, les rizières et bien évidemment les montagnes. Il m'emmena faire un trek dans la magnifique Langtang Valley. Dans ma démarche écologique, j'ai réalisé le pacte avec Ajaya de rammasser tout le plastique que nous trouvions dans la nature (parce qu'il y en a malheureusement ENORMEMENT) et de sensibiliser guides et touristes qui croiseraient notre route. Un projet qui avait beaucoup de sens pour Ajaya qui décida de renouveler cette démarche dans ses prochains treks.

 

Même si Ajaya trouva il y a deux ans une âme charitable pour lui créer un site bien ergonomique, lorsqu’on tape les mots clés pour réserver un trek au Népal, son site se retrouve sur la 30ème page de Google. Pour la mettre dans les premiers rangs, il faut bien évidemment payer. Alors si vous voulez permettre à Ajaya de faire son travail ; faire en sorte que les futurs trekkers (pourquoi pas vous ?) partent en montagne en toute sécurité, réalisent une véritable expérience culturelle, et en plus aider quelqu'un à nettoyer les montagnes et éviter la pollution de l'une des principales sources d'eau douce au monde... alors faites un don !

 

En plus d’une satisfaction personnelle d’un don pour la bonne cause, vous aurez la possibilité d’être tirés au sort pour gagner des cadeaux que j’ai récupéré au fur et à mesure dans tous ces beaux pays !! 

Soyez nombreux, ces personnes le méritent !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !

 

Merci à tous !

Organisé par

simon Pascault