Aller au contenu principal

Aide à la reconstruction du Gîte de la Femme Dogon qui abrite une cinquantaine de personnes au Mali

Organisé pour : Famille Poudiougo

Bonjour à tous, 

Je n'ai pas pour habitude de solliciter du monde lorsque j'apporte de l'aide au Mali, mais cette fois-ci je ne peux malheureusement pas y arriver seule.

 

Pour que vous compreniez ma démarche je vais brièvement revenir sur mon attache au Mali.

Depuis l'âge de 8 ans, je voyage en Afrique avec ma famille, particulièrement au Mali, et plus précisemment au Pays Dogon. J'ai rencontré une famille, ma famille désormais, dans ce Gîte qui abrite près de 50 personnes, toutes générations confondues. Durant nos voyages familiaux, nous avons toujours cherché à aider localement la population. On a donc mené à bien plusieurs projets comme la construction d'un puits, l'aide au développement écononique ou simplement l'apport d'affaires vestimentaires et scolaires (écoles et bibliothèque), récoltées en France au sein de mes écoles et auprès de mon entourage. 

 

Il est inutile, je pense, de vous faire le portrait du Mali aujourd'hui .. Outre l'instabilité et l'insécurité qui y règne, c'est surtout les populations qui en payent les conséquences chaque jour un peu plus. 

 

La famille Poudiougo accueillait les touristes dans leur gîte. Touristes et familles se côtoient ainsi au quotidien. Et quelle joie, si vous saviez, de passer nos journées à leur côté ! 

Avec la situation actuelle du pays, les touristes sont rares voire inexistants dans certaines régions comme au Pays Dogon - classé zone sensible. Or, ce village et cette famille n'avaient pour seuls revenus que ceux du tourisme. Difficile dans ces conditions de vivre. Avec ma famille, nous les soutenons du mieux que l'on peut en envoyant autant que possible de l'argent pour vivre. Car apprendre que les enfants ne font qu'un seul repas par jour faute de moyens fait réellement mal au coeur. Personne ne souhaite apprendre que cela se passe dans sa famille...

 

Aujourd'hui, le gîte est en danger. Toutes les constructions sont faites de bois et de banco (mélange de terres). Attaqué par des termites et faute de moyens pour l'entretenir, il commence à s'effondrer. C'est toute une famille qui risque de se retrouver sans toit. C'est pourquoi je fais appel à vous exceptionnellement. 

 

Une partie du toit s'est déjà effondrée :

 

 

 

 

 

1000€ sont nécessaires pour la reconstruction de ce toit. En amont, il est également nécessaire de traiter l'ensemble de la maison avant que les termites ne s'y attaquent. 

 

Avec ma famille, nous allons dans un premier temps financer le traitement de la maison, à savoir : 

- 45 000 CFA pour le pulvérisateur (soit environ 70€)

- 100 000 CFA pour le produit (soit environ 150 €)

 

Une fois le traitement effectué, ils pourront alors commencer les rénovations de la maison. 

 

Toute aide sera la bienvenue.

 

Je vous remercie grandement pour eux !

 

Quelques petites photos de la famille :

598 €

Collectés sur 1 000 €
59%
15 Jours restants
20 Participations
Je participe

Organisé par

Lo La

Anne-Christel Faivre a participé

Anne-Christel Faivre a participé

Adrien Bozz a participé

Anonyme a participé

Didier Crépeau a participé

Emilie Duffaut a participé

Marc Lisi a participé

Marc Lalande a participé

Caroline Cazi a participé

Yves BENYAYA a participé

Marie Aubry a participé

MARIE-LAURE GAUZINS a participé

Andy ABRIN a participé

Nicolas Gal a participé

Marius Keita a participé

Laurence Poupardin a participé

Frédérique Gobert a participé

Brigitte VAN ROY a participé

élise ALARD a participé

kriss mars a participé

Le 9 novembre 2018
Yves BENYAYA
Heureux de voir que certains voient un peu plus loin que le bout de leur nez et que les Hommes sont une famille que les frontières politiques ignorent. Bravo Lola, je ne te connais pas encore mais tu es certainement une belle personne. Yves (compagnon de Brigitte).
Le 7 novembre 2018
Laurence Poupardin
C est fait ma Lola 😍😘
Le 7 novembre 2018
Brigitte VAN ROY
Heureuse de t'accompagner dans cette démarche du coeur.